Jeudi 22 Août, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Immigration

Abdou Souleye Diop, président de l’Association des Ressortissants sénégalais du Maroc : « Les manifestants sénégalais risquent une condamnation, avant de parler d’expulsion »

Single Post
Abdou Souleye Diop, président de l’Association des Ressortissants sénégalais du Maroc : « Les manifestants sénégalais risquent une condamnation, avant de parler d’expulsion »

Président de l’Association des Ressortissants sénégalais résidant au Maroc, Abdou Souleye Diop n’y est pas allé du dos de la cuillère pour condamner l’attitude de ses compatriotes au pays de Mohamed VI

Dans un entretien accordé à nos confrères de L’Observateur, M. Diop renseigne que les manifestants, qui sont des marchands ambulants (activité interdite au Maroc), ont séquestré des diplomates. 

« Cette situation est le premier résultat d’un ensemble de facteurs. 

Depuis quelque temps, l’immigration sénégalaise au Maroc a beaucoup évolué. On avait une immigration assez sélective. Mais, depuis l’ouverture de la route, chose à laquelle on a beaucoup contribué pour le développement des échanges, on a une nouvelle génération de Sénégalais qui s’installent au MarocEt qui sont surtout dans des activités interdites par la loi marocaine. Aujourd’hui, on a beaucoup de marchands ambulants. Or, la vente à l’étalage est totalement interdite au Maroc », fait savoir M. Diop.  

A l'en croire, "on a raflé des marchands ambulants qui étaient en phase de traitement de dossiers au niveau du tribunal et de la police. Et leurs amis, leurs collègues, ont tenté de faire un sit-in à l’ambassade. Il y a eu un premier sit-in  et le deuxième a dégénéré, parce qu’ils ont séquestré les diplomates. (…) L’ambassadeur a fait venir les forces de protection. Et les Sénégalais se sont mis à saccager les véhicules. Certains se sont battus avec les policiers, il y a eu des échauffourées et ils ont arrêté une vingtaine de personnes ".

De l’avis de M. Diop, ces manifestants risquent une condamnation. « Il y a eu saccage, vandalisme, donc ils risquent une condamnation, avant de parler d’expulsion. Je ne peux pas présager du verdict, mais je pense bien que c’est ce qui va se passer, malheureusement ". 

Article_similaires

5 Commentaires

  1. Auteur

    Xeme

    En Juin, 2013 (13:05 PM)
    Ce même interview, vous le retrouverez ailleurs et vous comprendrez aisément comment le ciseau du journaliste a fonctionné. La phrase de l'interviewé qui sert de titre ailleurs est censurée, ici par Seneweb. Ailleurs on a lu: " Ressortissant sénégalais au Maroc, Abdou Soulèye Diop: «On ne peut pas déguerpir les marchands ambulants de Sandaga et se plaindre que le Maroc en fasse de même ». Mais on voit bien que pour ménager le déguerpissement de Khalifa Sall, Seneweb coupe des phrases.



    Vous avez là, encore, un exemple du travail de la mafia qui contrôle les opinions.
  2. Auteur

    Oumar Diao

    En Juin, 2013 (14:28 PM)
    Lyon, le 1 juin 2013

    Monsieur le Président de la République du Sénégal,

    Suite à l’arrestation des vingt ressortissants sénégalais qui demandaient le respect de leurs droits les plus élémentaires, dans l’enceinte même de l'Ambassade du Sénégal, le 28 mai 2013 à Rabat, ordonnée par Monsieur l’Ambassadeur du Sénégal en personne, et effectuée par les forces de l'ordre marocaines, je vous écris cette lettre.

    En tant que citoyen sénégalais, ancien président de l’Association des Jeunes Sénégalais au Maroc, et ayant résidé 10 ans à Rabat, j’ai aidé mes frères sénégalais et africains à avoir accès aux soins, à avoir une sépulture et une cérémonie d’enterrement dignes, et, pour les personnes malades, à retourner dans leurs pays. Je suis également intervenu à maintes reprises au sein des commissariats pour protester contre les arrestations arbitraires des subsahariens, qui font malheureusement partie du quotidien du Maroc. Je n’avais encore jamais vu à ce jour d’arrestations de ressortissants par leur propre ambassade. J’en suis profondément outré.

    Au cours des 10 années que j’ai passées au Maroc, j’ai côtoyé de manière quotidienne la souffrance de mes frères. Nuits et jours, qu’il pleuve ou qu’il vente, des hommes traversent les déserts et arrivent au Maroc dans l’espoir d’un lendemain meilleur. Ils ont le droit de circuler librement, comme le stipule l’article 13 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, ainsi que la Charte Mondiale des Migrants, promulguée en 2011 au Sénégal, sur l’île de Gorée.

    Cependant, dans ce Royaume, mes frères vivant dans les quartiers populaires de Rabat, ont d’innombrables problèmes de logement, d’alimentation, d’accès aux soins et aux services de base, sans parler de leurs difficultés à obtenir un travail décent.

    De plus, tous les jours, ils sont victimes d’agressions physiques, de violences verbales, de racisme, de discrimination, et ne peuvent ni aller dans des structures de santé parce qu’ils sont noirs, ni monter dans un bus ou dans un taxi parce qu’ils sont noirs, ni se promener avec une amie marocaine parce qu’ils sont noirs. « Azi », « Sarakazit », « Nègre », « Mon

    ami » et j’en passe, sont autant de qualificatifs systématiquement utilisés

    par les marocains pour s’adresser à un Noir.

    Un Noir qui dépose plainte auprès de la police, se verra soit embarqué dans

    un camion en direction d’Oujda, à la frontière algérienne, soit mis dans un

    avion à destination de son pays d’origine, soit simplement et purement

    emprisonné. Jamais ses droits ne seront reconnus.

    Le Maroc a pourtant ratifié les conventions internationales sur les droits

    des travailleurs migrants et leurs familles, mais il n’a aucune politique

    migratoire. La seule solution mise en place face à « l’envahissement des

    criquets noir au nord du Maroc », comme le titrait le tristement célèbre

    journal Al Massae, est d’accuser à tort des migrants militants de vente

    illégale l’alcool et d’empêcher les associations de défense des étrangers de

    faire leur travail.

    Lors de votre campagne électorale, vous disiez vouloir changer les

    pratiques au Sénégal et à l’étranger. Vous vous êtes entourés pour cela

    d’hommes illustres ayant l’expérience de la vie en exil, et à l’étranger, entre

    autres Jules Diop, grand critique de l’ancien régime et le journaliste Latif

    Coulibaly, grand défenseur de la liberté de la presse.

    Au cours des 10 années que j’ai vécues au Maroc, je n’ai vu qu’à de

    rares exceptions des diplomates intervenir pour la défense de leurs

    ressortissants. Et pourtant, n’est-ce pas l’un de leurs premiers devoirs ? Je

    comptais donc beaucoup sur vos promesses électorales pour faire de ces

    exceptions une généralité, et mettre fin aux injustices et aux incohérences

    de la politique de coopération sénégalo-marocaine.

    Savez-vous, Monsieur le Président de la République sénégalaise, quelles

    sont les réalités de cette coopération? En voici quelques exemples :

    - Parmi les jeunes que vous êtes fiers d’envoyer étudier au Maroc avec une

    bourse insignifiante, certains, pour survivre, n’ont d’autres solutions que de

    se prostituer.

    - D’autres jeunes diplômés, avocats, pharmaciens, ingénieurs, économistes

    et j’en passe, sont utilisés tels des esclaves modernes dans les centres

    d’appels franco-marocains.

    - Nos vaillants et braves « Diambars », ces officiers en formation à Meknès, sont envoyés sur les lignes de front du Sahara occidental. Le Sénégal est-il en guerre, Monsieur le Président?

    - Nos soeurs sénégalaises sont employées à domicile, en véritables esclaves du XXIème siècle. Elles sont battues, leurs passeports sont confisqués, et travaillent nuits et jours sans relâche, pour un misérable salaire de 800 dirhams par mois, soit 45 500 CFA.

    - Au Maroc, aucune boutique sénégalaise officielle n’existe, et on compte un seul restaurant sénégalais, à Casablanca, qui tous les jours, se voit obligé de payer des pots de vin aux policiers marocains. Pourtant, à Dakar, ne trouve-t-on pas plus de 150 boutiques et restaurants marocains, sans compter l’agence de la compagnie aérienne Royal Air Maroc ?

    Peut-on réellement qualifier ces pratiques de « coopération » ?

    Monsieur le Président de la République, je vous demande maintenant de respecter vos promesses électorales et de faire réellement changer les choses.

    - Je demande la libération sans condition de tous les sénégalais emprisonnés au Maroc.

    - Je demande la démission immédiate de l’Ambassadeur du Sénégal au Maroc ainsi que celle des fonctionnaires de police marocains impliqués dans les opérations d’arrestation de ressortissants sénégalais, pour violation de la souveraineté du Sénégal.

    - Je demande que réparation soit faite pour toutes les personnes blessées dans ces opérations.

    - Je demande des excuses publiques de la part du Ministre de l’Intérieur du Maroc ainsi que de l’Ambassadeur du Maroc au Sénégal.

    Je vous remercie de votre attention et vous prie d’agréer, Monsieur le Président de la République du Sénégal, mes sincères et respectueuses salutations.

    Oumar Diao, citoyen sénégalais.
    • Auteur

      Confusion

      En Juin, 2013 (17:54 PM)
      il ne faut pas confondre, d'une part, le droit de sortir de son pays et d'y revenir (ce qui est un droit universel) et, d'autre part, le droit de s'introduire dans le pays d'autrui (ce qui relève de la souveraineté de ce pays). sache que le droit de fumer ne vous donne pas le droit d'enfumer les autres. le sénégalais est trop féxx, il se croit partout chez lui. vous vous rappeler l'histoire des tam-tam à l’hôtel hilton lors de la visite de wade aux usa? on sait bien que les occidentaux n'aiment pas le bruit mais on pense que tout le monde doit aimer ce que nous aimons.
    Auteur

    Diop

    En Juin, 2013 (14:29 PM)
    Les marchands ambulants s ' ils ont des torts , les Marocains qui les maltraitent sans raison aussi sont fautifs , il faut régler les situations dans les deux sens !
    Auteur

    Mew

    En Juin, 2013 (18:13 PM)
    L'État du Sénégal doit être clair en faisant une déclaration et en signifiant aux candidats à l'immigration qu'il ne les protègerait en cas de violation du des règls du pays d'acceuil. Les sénégalais au Maroc, vendent des cure-dents (sothiou), des menthalatum et des choses qui ne leur permettent presque de ne même pas pouvoir y vivre. Ils vivent dans la Médina dans des logements insalubres, avec des WC qui donnent directement dans la cuisine. Ils y attrapent des maladies graves et ne peuvent même pas se soigne. Il est temps qu'on leur serve le langage de la vérité.Ils réussissent mieux en étant à Colobane qu'à Rabat ou Casa. Tout comme on admiettrez pas que des gens du Cartel de la drogue vendent des produits interdits dans nos rues, les autres ont le droit d'interdire dans leur territoire certaines activités. Si les sénégalais s'adresent à la police marociane pour avoir une place au marché de Ain Sabbab, par exemple, ils vont l'avoir facile. J'ai jamais vu un peuple qui adore le sénégalais jusqu'à dépasser le marocain. Le Sénégal est un symbole pour eux. Le gouvernement doit avoir la franchise de dire la vérité aux jeunes et surtout de continuer à promouvoir l'excellence des relations entre nos deux pays.
    Auteur

    Moses Ndiaye

    En Juin, 2013 (19:15 PM)
    ABDOU DIOP mal heureusement tu n es que le représentant d une frange des sénégalais résidents au MAROC ceux qui portent costumes et cravates ayant accés aux autorités du royaume et ne se souciant point des autre c ad le senegalais lamda qui arpente les differentes artères desvilles a la quete d une pitance journalière....cet hydre doit disparaitre chew les soit disant intello qui gangrénent les societés et n ont aucune pitié pour les gueux comme on les appellent car ils ne sont pas ou n ont pas acces au pinacle des ...

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Banner 01
Banner 01
Top Banner
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR