Samedi 24 Août, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Immigration

Amadou Diallo, consul général du Sénégal à Paris : « La confection des cartes nationales d’identité à Paris était une forte demande de la diaspora »

Single Post
Amadou Diallo, consul général du Sénégal à Paris : « La confection des cartes nationales d’identité à Paris était une forte demande de la diaspora »

(PARIS) - Les Sénégalais de France peuvent désormais bénéficier de la confection de leurs cartes nationales d’identité au Consulat du Sénégal à Paris. Le nouveau service a été inauguré par l’ambassadeur Paul Badji. Après la mise en place des visas biométriques à Paris, c’est un nouveau « challenge » pour le Consul général Amadou Diallo. Il nous en dévoile les grandes lignes ainsi que le bilan du service des visas et des dossiers de financement de projets des femmes de la diaspora à hauteur de 300.000 euros

Monsieur le Consul général, qu’est-ce qui a motivé la mise en place de ce nouveau service pour la diaspora sénégalaise de France ?

C’est un service important qui n’est pas évident à mettre en place, donc nous avons démarré le travail depuis un mois. C’était le temps nécessaire pour mettre en fonction et monter en puissance. Aujourd’hui, nous recevons 30 personnes par jour pour l’établissement de carte nationale d’identité. On a compris que la demande était très forte. Les prises de rendez-vous se font uniquement par internet et c’est plein pour les deux mois à venir. 
Le président Macky Sall avait pris l’option de réaliser les Cni lors de ses tournées à l’étranger. Il avait pris la décision exigeant tous les services compétents de travailler sur la banalisation de l’obtention des documents administratifs par les Sénégalais de l’extérieur sans pour autant banaliser le document. Depuis six mois, nous avons senti que les autorités compétentes s’y étaient mises, donc aujourd’hui, après les passeports, les visas, les cartes nationales d’identité sont opérationnelles de Paris, qui est comme un hub hors du Sénégal. 
 Quel est le dispositif humain et matériel alloué au service des cartes nationales d’identité à Paris ?
Nous avons pris tout le premier étage (sur trois, Ndlr) pour les confections de la carte nationale d’identité. Nous avons un espace d’accueil, nous sommes en train de finaliser la gestion de la file d’attente et il y aura un écran pour mieux la gérer. Trois bureaux sont affectés au service Cni. Nous avons un agent du ministère de l’Intérieur, venu de Dakar, qui nous appuie. Il travaille avec un agent du consulat. Nous recevons une trentaine de personnes par jour. C’est ce qui était prévu au départ mais il nous arrive, souvent, de dépasser ce chiffre car lorsqu’une personne prend rendez-vous, elle vient parfois avec quatre ou cinq autres membres de sa famille. Dès que la personne a les documents nécessaires pour disposer d’une Cni, l’enrôlement est fait. Nous avons la logistique comme en 2007, quand nous préparions l’élection présidentielle. Les documents sont envoyés par la suite à Dakar qui traitent puis nous renvoie les cartes nationales d’identité. Il nous travaillons avec Dakar sur le système d’envoi et sa sécurité. Ce sont des documents sécurisés et ils ne peuvent pas transiter par n’importe quelle personne.

Pour les visas, l’Etat du Sénégal s’était mis en partenariat public privé (Ppp) avec une entreprise étrangère, qu’en est-il pour la mise en place du service des Cni à Paris ?
Tout est géré par les Sénégalais pour les cartes nationales d’identité. Ce n’est pas le même modèle que les visas. Tout est géré par Iris qui est le bras armé du ministère de l’Intérieur pour la confection des Cni.

Quel est le délai entre le moment où se présente le demandeur de Cni au consulat et celui de la réception effective du document ?
 Je rappelle que nous n’avons pas encore totalement établi un système d’envoi des cartes mais nous sommes entre une durée maximale d’un mois avec objectif de la ramener à une semaine. Le service est appelé à s’améliorer.

Les cartes nationales d’identité, après les passeports puis les visas, est-ce que le consulat est assez outillé en effectifs et compétences pour remplir ces trois missions ? 
C’est un challenge pour nous. Nous pensons avoir les moyens techniques de faire face à la demande. Aujourd’hui, nous recevons, au quotidien, plus de 150 personnes au service des visas, plus de 100 pour les passeports, plus de 30 personnes pour les cartes nationales d’identité et environ 50 personnes au service d’Etat civil. Pour nous occuper de tout ce beau monde, nous avons mis en place la prise de rendez-vous par internet. Il y a ensuite la gestion des files d’attente : la prise de tickets et suivre l’avancée par écran. Nous avons récupéré les bureaux du service de gestions des étudiants sénégalais à l’étranger (Sgee) qui a déménagé à la rue de la Tour (16e arrondissement), d’ici fin juin nous allons mettre une signalétique pour différencier les étages et les services.

10 mois après la mise en place du visa biométrique au consulat du Sénégal à Paris, quel est le bilan ? 
Nous avions eu beaucoup de difficultés au départ. La mise en place du projet était très compliquée car au début, il n’y avait pas de moyens d’accompagnement. Heureusement, l’équipe du consulat a fait face en allant au-delà des fonctions établies, il y a même eu des personnes extérieures qui sont venues nous appuyer. Les systèmes de rendez-vous et de gestion de file d’attente nous ont soulagés. Le bruit devant le consulat n’était pas conforme à l’image du Sénégal que nous voulions vendre aux touristes et bi nationaux. Aujourd’hui, il y a encore un travail à faire car le système est toujours lourd. Il y a la possibilité de diminuer les pesanteurs administratives aux personnes voulant se rendre au Sénégal. Les lourdeurs portent, par exemple, sur l’attestation d’hébergement demandé car la personne qui héberge l’étranger au Sénégal doit aller au ministère de l’Intérieur puis être auditionné. Nous avons les moyens de supprimer beaucoup de ces barrières administratives tout en maintenant un niveau de contrôle de sécurité pour les personnes qui viennent à nous.

Et le bilan financier ?
Je ne peux pas trop m’avancer sur le bilan financier car à Paris, nous ne récupérons pas l’argent. Je peux simplement vous dire qu’il y a encore du flux, les gens continuent à venir chercher des visas. La moyenne quotidienne est de 150 personnes depuis le début de l’année alors qu’avant janvier, nous tournions autour de 300. Nous travaillons pour que chaque personne reparte avec son visa le même jour. Les touristes recherchent le côté sécurité des pays visité surtout avec le contexte de la menace terroriste. La mise en place du visa n’est pas une barrière, les touristes ont juste besoin que le système soit beaucoup plus huilé mais malheureusement, je dois dire qu’il y a encore des efforts à faire.
Fin 2013, 300.000 euros avaient été alloués au financement des projets économiques des femmes de la diaspora. Où est-ce que vous en êtes ?
Nous avons reçu, la semaine dernière, Mme Nata Samb Mbacké, l’administratrice du Fonds d’appui à l’initiative des Sénégalais de l’extérieur (Faise), qui était de passage à Paris. Nous avons tenu une réunion technique. Aujourd’hui, nous amorçons la dernière ligne droite et le 26 avril 2014, nous allons remettre les premières enveloppes de financement sous forme de cérémonie en présence de l’administrateur du Faise. L’ambassadeur Paul Badji est le président du comité de pilotage, j’en suis le coordonnateur. Nous sommes en train de travailler sur la mise en place de la cérémonie et de la liste des femmes par rapport aux critères retenus par l’administrateur du Faise.

Quels sont les projets qui ressortent le plus sur les demandes reçues ?
Nous avons reçu 200 projets qui viennent de toute la France. Le commerce, la restauration et les salons de coiffure sont les projets qui reviennent le plus. J’ai été surpris par la qualité de certains projets, l’expertise féminine sénégalaise est reconnue en France. La plus part des projets est soutenue par des gens qui ont déjà une activité, donc viable. C’est un projet intéressant et personnellement, je l’appelle « Projet Diom » car on ne demande pas beaucoup de garanties, ni des aspects administratifs mais nous allons mettre la pression pour que les bénéficiaires puissent rembourser le fond afin de financer d’autres personnes. Le « Diom », une vertu bien sénégalaise, doit donc être un aspect important. Si nous finançons 100 femmes, avec les remboursements, nous pourrons un jour financer 200, 300, 400 autres projets de femmes.

Quels sont les délais de remboursement ? 
Les délais de remboursement sont au cas par cas mais nous voulons qu’ils commencent au plus tard trois mois après l’attribution des fonds. Il faut que le retour sur investissement soit très rapide pour que le bénéficiaire, à partir de l’argent généré par son activité, puisse rembourser. Il y aura un comité de suivi des bénéficiaires.
 
Dernièrement, le président Sall vous aurez demandé de vous retirer des instances de l’Apr pour plus de conformité avec votre fonction de Consul général. Quel en est votre sentiment ?
C’est une mesure républicaine. Tout le monde sait que je suis un militant de l’Apr, je fais partie de ce qui ont lancé le parti dans la diaspora, mais aujourd’hui, j’assume des missions et une fonction qui m’obligent à une certaine neutralité vis-à-vis des Sénégalais. J’ai démissionné de tous les postes et responsabilités en tant que coordonnateur de la section Apr de Beauvais, celui de chargé des relations extérieures du parti en France, celui de coordonnateur adjoint de la Ccr et celui de coordonnateur de « Benoo bokk yaakaar » en France. Je continue de suivre l’actualité politique et d’être présent là où ma présence est nécessaire sans pour autant que la fonction de consul général ne soit entachée dans sa neutralité.



Propos recueillis par Moussa Diop (Correspondant permanent à Paris)

Article_similaires

16 Commentaires

  1. Auteur

    Thiya

    En Avril, 2014 (16:30 PM)
    quelle merveille mais le meilleur tarde à faire le pas.
  2. Auteur

    Anti Nédo Bandoum

    En Avril, 2014 (17:18 PM)
    Il risque de vendre des cartes à ses parents guinéen.
    Auteur

    Homie

    En Avril, 2014 (17:58 PM)
    BRAVO !



    Par contre ce que je ne comprends pas ce sont les sénégalais méchants et opposés à toute évolution positive de notre Cher pays !...comme les 2 abrutis qui ont effectué les 2 premiers posts ! ... Bonn khol va !
    Auteur

    @homie

    En Avril, 2014 (18:05 PM)
    T as rien compri toi t es un abrouti
    Auteur

    Momo

    En Avril, 2014 (18:42 PM)
    Pour la premiere foie que je le rencontre l acuielle il ma fais et la disponiblite je vous remercie es je peus le jure que je vous connaise pas encore mes vous fete se que le senegal et le president entent de vous mes c frais que aussi je ss inpresionnais pas l atutude des senegalais des gend qui save que insulte et dire des gros mon
    Auteur

    Deug Deug

    En Avril, 2014 (18:51 PM)
    Ce système de traitement de cartes d identités est un projet technique du MINISTERE de l intérieur mais jusqu a présent ça n avance pas parce que y a une guéguerre d apres les informations recueillies entre le directeur de la DAF qui est technicien et Anna SEMOU FAYE qui connait rien de ce projet elle veut meme envoyer ses protèges qui sont des néophytes en matière d informatique et cela demande des connaissances avérées en matière de traitements informatiques cela a retardé les centres de Madrid ,Milan ,new york ,rabat,djihad et pas mal de capitale c est une attitude que cette folle de DGPN doit arrêter aller voir dans les frontières ou les centres de dépôts de visas ne marchent plus depuis que monsieur diallo a été desaisi de ce projet cette femme un vrai handicap pour la bonne marche de la police.Macky SALL s il veut réussir en matière de sécurité et des services fonctionnels doit changer cette femme qui est animée un esprit de vagence
    Auteur

    Nicolas Huchard

    En Avril, 2014 (19:12 PM)


    Yérim Seck dans ses excrétions langagières pour quels facteurs motivationnels ?





    Tout quidam qui se prend de façon présomptueuse pour un embryon d’intellectuel doit apprendre à défendre des thèses et pas des conjectures non étayées.

    Tout cet embrouillamini mélangeant des problèmes de sécurité intérieure, des faits sociétaux, me semble avoir été mariné dans un cerveau qui a été trop oisif dans un contexte morbide.

    Au demeurant, dans l’espace public sénégalais la verve et les capacités narratives ne sont pas un gage de légitimité.

    J’ose espérer que tout cela n’est pas que logorrhée fétide symptomatique, d’une incontinence des convenances aggravées récemment chez ce personnage.

    Yarim SEck est-il (devenu ) névropathe ?

    Voilà des goulots que nous ethno psychiatres du Ndiambour, devront lever.

    J’attends que Yarim énonce des thèses, des propositions salutaires pour faire sauter les goulots qui ont favorisé son accès aux expédients.

    Il a certes beaucoup ingurgité d’argent durant cette dernière décennie, parfois avec des postures fielleuses vis à vis de personnes qui lui avaient donné la becquée.

    Tous les officiers guinéens ne sont pas muets. Qui a oublié les attaques de Yarim Seck contre Daddis Camara dont il se susurre que le Yarim a bénéficié de largesses. C’était ignoble et sordide de la part d’un jeune Africain, qui a comme défi de se départir d’une certaine fatuité.

    Il faut qu’il apprenne à ne plus nous seriner des noms.

    Yarim aime trop personnaliser des débats et cela est un grave handicap pour un quadragénaire qui espère devenir intellectuel, avant sa sénescence.



    Wax dju yeeg ap doff mo ko momm, wayé djundjie doy na borom xeel .



    Vive le Sénégal.

    .



     :sn:  :sn:  :sn: 
    Auteur

    Anna Semou Faye

    En Avril, 2014 (20:23 PM)
    Ce système de traitement de cartes d identités est un projet technique du MINISTERE de l intérieur mais jusqu a présent ça n avance pas parce que y a une guéguerre d apres les informations recueillies entre le directeur de la DAF qui est technicien en informatique et Anna SEMOU FAYE qui ne connait rien de ce projet elle veut meme envoyer ses protèges qui sont des analphabètes en matière d informatique et cela demande des connaissances avérées en matière de traitements informatiques cela a retardé les centres de Madrid ,Milan ,new york ,rabat,djihad et pas mal de capitale dans le mon c est une attitude que cette folle de DGPN doit arrêter aller voir dans les postes frontaliers ou les centres de dépôts de visas ne marchent plus depuis que monsieur diallo a été desaisi de ce projet cette femme un vrai handicap pour la bonne marche de la police.Macky SALL s il veut réussir en matière de sécurité et des services fonctionnels doit changer au plus rapidement cette femme qui est animée d un esprit de vengeance.je la connais bien pour avoir travaillé avec elle avant de quitter cette corporation qui est pleine de personnes compétentes dans tous les domaines mais par manque de choix sur son chef la police marque le pas au bénéfice des pandores qui ne font que copier meme en matière de procédure on se connait..
    Auteur

    Man

    En Avril, 2014 (20:30 PM)
    Un excellent CONSULT, avec lui le progrès est au rendez-vous .
    Auteur

    Seck

    En Avril, 2014 (20:35 PM)
    IL A bien modernisé le consulat, avec une équipe composée de jeunes intellectuels; bonne continuation monsieur Diallo.
    Auteur

    Ndola

    En Avril, 2014 (20:56 PM)
    Bulshit le consult est un Bon a rien
    Auteur

    Abiloro

    En Avril, 2014 (02:03 AM)
    Bravo et surtout bon courage à tous .

    Je suis française et si je savais comment vous joindre, je viens vous aider avec plaisir.

    L Bienvenu
    Auteur

    Matar Faye

    En Avril, 2014 (02:06 AM)
    A quand New York
    Auteur

    Pv

    En Avril, 2014 (03:48 AM)
    VISITEZ CETTE SUPERBE PAGE FACEBOOK( PLANETE DES VERTUEUSES) ELLE TUE VRAIMENT CETTE PAGE AVEC D AUSSI BELLES ET SUPERBES FILLES , QUE DU BONHEUR
    Auteur

    Porte

    En Avril, 2014 (09:16 AM)
    Il y une secretaire de mr ndiaye dit ndiegue yacine ndiaye elle trafique les passport diplomate

    Elle a meme fait pour mr niang mansour. Faite la vericassion.merci
    Auteur

    Good Luck

    En Avril, 2014 (13:37 PM)
    un mec que je connais ...on a galere ensemble à ucad ...f16 ...du courage bro ...bonne chance

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Banner 01
Banner 01
Top Banner
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR