Mardi 16 Juillet, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
International

Commentaire- La Chine et l’Europe se tendent la main pendant un hiver glacial

Single Post
Commentaire- La Chine et l’Europe se tendent la main pendant un hiver glacial
Au milieu du pittoresque paysage suisse drapé d'une couche de neige immaculée, un tapis rouge a été déroulé dimanche pour accueillir le Premier ministre chinois Li Qiang, qui a choisi l'Europe pour sa visite inaugurale à l'étranger.

L'étape suisse de la tournée de Li marque le début des interactions de haut niveau entre la Chine et l'Europe en 2024. Au cours de son voyage de quatre jours, Li devrait participer à la réunion annuelle du Forum économique mondial (WEF) 2024 et effectuer des visites officielles en Suisse et en Irlande.

Li a été reçu par la présidente de la Confédération suisse Viola Amherd à l'aéroport international de Zurich. Durant leur voyage en train de Zurich à Berne, la capitale suisse, les deux dirigeants ont discuté autour d'un thé "dans une atmosphère détendue et conviviale".

Li a déclaré à Amherd que "la Chine ouvrira de plus en plus ses portes au monde extérieur et accueillera davantage d'investisseurs suisses".

Alors que Davos, lieu de la réunion annuelle du WEF, est sous le feu des projecteurs, le média suisse SWI swissinfo.ch suggère que la réunion la plus importante de la visite de Li, du point de vue suisse, pourrait être celle qui se déroulera à environ 270 km de là, à Berne, où le Premier ministre chinois devrait tenir davantage de réunions avec Amherd et d'autres membres du Conseil fédéral.

Le WEF a souligné la participation de Li en plaçant son nom en premier parmi les dirigeants politiques participants. Le thème du WEF de cette année, « Reconstruire la confiance », s'aligne sur les aspirations de la Chine à accroître les échanges et la communication et à renforcer la compréhension et la confiance mutuelles avec les autres parties face à la rhétorique de « réduction des risques » colportée par l'Occident dirigé par les États-Unis.

A Dublin, le Premier ministre irlandais Leo Varadkar a déclaré avant la visite de Li en Irlande que son pays reconnaissait la Chine comme un pays politiquement et économiquement majeur et comme un "partenaire économique important" de l'Irlande, et qu'il attendait avec impatience d'offrir un "accueil chaleureux" à Li et de tenir " des discussions approfondies et constructives" avec l'invité chinois, selon le département du Taoiseach.

L'accent mis sur la visite de Li peut s'expliquer en partie par la valeur accordée à la certitude dans ce monde incertain. Pour de nombreux pays européens, une chose dont ils peuvent être certains est que leur coopération avec la Chine a été mutuellement bénéfique.

Le marché chinois revêt une importance significative pour la reprise post-pandémique de l’Europe. En 2022, les échanges commerciaux entre la Chine et l'UE ont atteint 847,3 milliards de dollars américains, ce qui signifie que chaque minute, les échanges commerciaux entre la Chine et l'UE s'élevaient en moyenne à plus de 1,6 million de dollars.

Quant à la Suisse, ce pays d'Europe centrale a la particularité d'être parmi les premiers pays occidentaux à reconnaître la République populaire de Chine et se distingue comme l'un des premiers pays européens à formaliser un accord de libre-échange avec la Chine. La coopération entre les deux pays dans des domaines tels que le commerce, la finance, l'innovation et la culture présente un immense potentiel.

Cette année marque le 45e anniversaire des relations diplomatiques entre la Chine et l'Irlande. Le partenariat stratégique sino-irlandais pour une coopération mutuellement bénéfique s'est développé de manière constante, avec des interactions fréquentes à différents niveaux, avec une coopération approfondie dans les domaines du commerce et de l'investissement, du développement vert, de la culture, de l'éducation et d'autres domaines.

En Suisse et en Irlande, les rayons de nombreux magasins présentent une myriade de produits portant le label « Made in China », alors que l'industrie touristique locale attend avec impatience l'arrivée des visiteurs chinois.

Cependant, des défis et des épreuves menacent les relations sino-européennes alors que le gouvernement américain perturbe et remodèle les chaînes d'approvisionnement mondiales et incite l'Europe à qualifier la Chine de « rival systémique » dans certains domaines et à utiliser la stratégie de « réduction des risques » comme un outil perturbateur. Relations Chine-Europe.

De telles actions pourraient saper la confiance et la coopération mutuellement bénéfique, entraînant ainsi davantage de turbulences et de problèmes. Une enquête antisubventions menée par Bruxelles sur les véhicules électriques chinois est une manifestation alarmante de cette tendance.

Concernant les inquiétudes en Europe, Li a abordé ce qu'il considère comme les risques réels lors de sa visite en Europe en juin de l'année dernière. Lors d'un dialogue avec des représentants du monde des affaires allemand à Berlin, il a déclaré que "le manque de coopération est le plus grand risque, et l'échec du développement est la plus grande insécurité".

La protection contre les risques et la coopération ne sont pas opposées, a-t-il indiqué, ajoutant que pour certains problèmes spécifiques, toutes les parties devraient les analyser au cas par cas, les prévenir et y répondre conjointement par la consultation et la coopération.

Le point de vue de Li gagne en affirmation et en résonance. Concernant les mesures protectionnistes de l'UE contre les voitures électriques chinoises, les réflexions se multiplient en Europe.

Il y a quelques jours, The Economist a publié un article soulignant que les succès des voitures chinoises devraient être célébrés, et non craints, car « les gains potentiels pour l'Occident d'un approvisionnement immédiat en véhicules verts bon marché sont tout simplement énormes ».

Simultanément, de nombreuses entreprises européennes, défiant les pressions politiques, augmentent leurs investissements en Chine et étendent leurs opérations, signe que la Chine est considérée comme une opportunité plutôt que comme un risque.

En juillet dernier, le constructeur automobile allemand VW a déclaré un investissement substantiel de 700 millions de dollars dans le constructeur chinois de véhicules électriques XPeng, acquérant une participation de près de 5 % dans l'entreprise pour développer et fabriquer en collaboration des véhicules électriques. En septembre de la même année, Airbus a inauguré la construction de sa deuxième chaîne d'assemblage final à Tianjin, dans le nord de la Chine, alors que le consortium européen de constructeurs aéronautiques cherche à se développer sur le marché chinois.

« Réduire les risques » pour les chaînes d'approvisionnement dépendantes de la Chine ne résout pas les problèmes mais, comme le dit le Wall Street Journal, « crée de nouveaux risques ».

Berne, Suisse (Xinhua) 


1 Commentaires

  1. Auteur

    En Janvier, 2024 (07:40 AM)
    Zéro commentaire évidemment!
    Top Banner

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés. --
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email