Dimanche 22 Septembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
International

Le gouvernement prépare une volte-face sur les carburants

Single Post
Le gouvernement prépare une volte-face sur les carburants

Sous pression depuis les violences inédites de samedi à Paris, l’exécutif s’apprête à faire volte-face sur la fiscalité des carburants en annonçant une suspension des hausses programmées, première revendication du mouvement des “Gilets jaunes”, a-t-on appris mardi de source gouvernementale. Contacté par Reuters, les services du Premier ministre n’ont pas souhaité faire de commentaire sur le moratoire mais ont fait savoir qu’Edouard Philippe, “ferait une déclaration dans la journée”.

Le chef du gouvernement “souhaite d’abord se rendre à la réunion de groupe” des députés de la République en Marche (LaRem), prévue à 10h30 (09h30 GMT) à l’Assemblée nationale, a-t-on précisé. Selon la source gouvernementale, les modalités et la durée du moratoire sur la hausse de la fiscalité du carbone seront précisées par le Premier ministre “dans la matinée”. Les taxes sur l’essence doivent augmenter de 2,9 centimes par litre au 1er janvier, celles sur le diesel de 6,5 centimes.

En dépit des exhortations des “Gilets jaunes”, de quasiment toute l’opposition et d’une part croissante de la majorité, le gouvernement s’était jusqu’à présent refusé à toute suspension au nom de la “cohérence” et de la nécessité d’accélérer la transition énergétique. Mais selon le nouveau délégué général de LaRem, qui s’exprimait mardi sur RTL, il faut en passer par un moratoire pour “retrouver les conditions d’un débat apaisé” après les deux derniers samedis de violences.

“APAISER LE PAYS”

“Je crois que ça serait sain, je crois qu’il faut apaiser le pays”, a dit Stanislas Guerini, après avoir défendu une position inverse jusqu’à ces derniers jours. Le député, intronisé le week-end dernier à la tête du parti présidentiel, a cité d’autres mesures possibles, comme une hausse plus rapide de la prime d’activité, une baisse des cotisations sur les heures supplémentaires ou un geste sur les frais bancaires. Ebranlé par les scènes de chaos samedi à Paris, le couple exécutif est engagé dans une course contre la montre pour trouver une issue à la crise sur fond de nouveaux appels à organiser un “Acte IV” de la mobilisation samedi prochain.

 A l’issue d’une journée de concertations politiques lundi à Matignon, où se sont succédé les représentants des principaux partis politiques, une réunion interministérielle s’est tenue dans la soirée à l’Elysée. Le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, Bruno Le Maire (Economie), Christophe Castaner (Intérieur) figuraient parmi la douzaine de ministres conviés autour d’Emmanuel Macron et d’Edouard Philippe. Cette réunion a notamment permis “d’échanger sur les réponses à apporter aux mobilisations en cours”, selon l’entourage du chef de l’Etat. Confirmée, l’annonce d’un moratoire marquerait un tournant dans la crise à laquelle est confronté le gouvernement qui avait jusqu’à présent repoussé toute annonce en attendant la fin de la concertation territoriale de trois mois, promise par Emmanuel Macron comme réponse à la colère des “Gilets jaunes”.

“PAS SÛR QUE ÇA SUFFISE”

Cette inflexibilité n’a pas arrangé la popularité d’Emmanuel Macron, tombée à 23% - son plus bas niveau, et celle d’Edouard Philippe, à 26%, dans le dernier sondage Ifop-Fiducial pour Paris Match et Sud-Radio publié mardi. Reste à déterminer si l’annonce suffira à désamorcer la fronde des “Gilets jaunes”, qui manifestent depuis plus de deux semaines en France et dont les revendications se sont élargies, entre autres, à la question du pouvoir d’achat en général. “Pas sûr que ça suffise”, a réagi un député LaRem.

Au vu des premières réactions, la marge de manoeuvre s’annonce limitée pour le gouvernement. “Nous souhaitons tout simplement l’annulation de la hausse des taxes sur le carburant (pas un simple moratoire-NDLR), c’était la première revendication”, a réagi Benjamin Cauchy, porte-parole des “Gilets jaunes libres” sur BFM TV mardi matin. “Maintenant nous attendons également des états généraux de la fiscalité pour une meilleure répartition des richesses, il faut arrêter de taper dans la poche des petits contribuables”, a-t-il ajouté.

Le moratoire “n’est qu’un préalable”, a estimé de son côté le président de la région Hauts-de-France Xavier Bertrand (ex-Les Républicains) sur BFM TV. Une rencontre entre Edouard Philippe et des représentants de “Gilets jaunes” prévue ce mardi a été annulée à la suite de menaces de mort reçues par les personnes conviées, a-t-on appris auprès de Matignon. 

Simon Carraud et Marine Pennetier, avec Richard Lough, édité par Yves Clarisse


Article_similaires

0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Top Banner
Banner 01
Top Banner

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR