Samedi 19 Octobre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Justice

(Dernière minute) La Cedeao déboute le Pds

Single Post
(Dernière minute) La Cedeao déboute le Pds

La plainte déposée par le Parti démocratique sénégalais (Pds) contre l'Etat du Sénégal, dans le cadre de la lutte contre l'enrichissement illicite a été jugée irrecevable par la Cour de Justice de la Cedeao (Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest). Les libéraux jugent illégale les instructions entamées à leur encontre, notamment d'anciens ministres, par la Cour de Répression de l'Enrichissement illicite (Crei). La traque lancée contre eux n'est pas près de connaître son épilogue.


Article_similaires

16 Commentaires

  1. Auteur

    Massey

    En Février, 2013 (19:34 PM)
    Macky cesse de nous divertir way nous avons faim, pas de courant pas de pain  :dedet:  :dedet:  les audits ne doivent pas être un programme quotidien, ni les querelles entre rewmistes et apéristes  :sad:  :sad:  il faut passer aux choses sérieuses way mais ana Souleymane Jules Diop   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/khelou.gif" alt=":khelou:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/khelou.gif" alt=":khelou:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/khelou.gif" alt=":khelou:">  
    • Auteur

      Sounna

      En Février, 2013 (20:02 PM)
      le merite de lire le coran et le merite de se rappeler dieu

      le prophète – qu’allah prie sur lui et le salue - a dit : « celui qui lit une lettre du coran, il obtiendra une bonne action et celle-ci sera multipliée par dix. je ne veux pas dire qu’« alif, lam, mim » (? ? ?) [9] sont une lettre, mais « alif » est une lettre, « lam » est une lettre et « mim » est une lettre. »? [10]

      et selon ‘oqba ibn ‘Âmer – qu’allah l’agrée : « le messager d’allah – qu’allah prie sur lui et le salue - entra alors que nous étions assis à l’entrée de la mosquée. il nous dit : « lequel d’entre vous aimerait aller chaque jour, de bon matin à buthân ou à al-‘aqîq[11] et revenir avec deux belles chamelles sans commettre de péché ni rompre les liens de parenté ? » nous dîmes : « Ô messager d’allah, nous aimerions cela.» il dit : « si l’un d’entre vous allait à la mosquée pour apprendre ou lire deux versets du livre d’allah - exalté soit-il, ce serait mieux pour lui que d’avoir deux chamelles, et trois versets, mieux pour lui que trois chamelles et quatre, mieux pour lui que quatre, et ainsi de suite ». »[12]

      le prophète – qu’allah prie sur lui et le salue - a dit : « celui qui s’assied à un endroit sans mentionner allah, ce sera pour lui une perte devant allah, ainsi que celui qui se met au lit sans l’évoquer. »[13]

      et il – qu’allah prie sur lui et le salue - a dit : « chaque fois que des gens s’assoient à un endroit sans y mentionner allah et sans prier sur leur prophète, c’est de leur part un manquement pour lequel allah les soumettra au châtiment, s’il veut, ou il leur pardonnera, s’il veut. »[14]

      et le prophète – qu’allah prie sur lui et le salue - a dit : « chaque fois que des gens quittent un endroit où ils n’ont pas mentionné allah, c’est comme s’ils quittaient la charogne d’un âne et cela sera pour eux une source de remords. »[15]

      le prophète – qu’allah prie sur lui et le salue - a dit : « l’exemple de celui qui invoque son seigneur et de celui qui ne l’in­vo­­que pas est comme l’exemple du vivant et du mort. » [5]
    • Auteur

      Xeme

      En Février, 2013 (20:13 PM)
      les maîtres de macky, pourvoyeurs de légions d'honneur, ont dû promettre à macky le pouvoir éternel. raison pour laquelle il peut agir en marge de la justice et du droit sans risques. ce qui fait qu'il a intérêt à égorger le maximum de membres de l'ancien pouvoir possible. parce que le jour où il perdra le pouvoir, il a déjà mis en place les voies de le mettre en prison. et il n'y a même pas besoin de raisons de le faire. il faut savoir trouver les journalistes pour répéter que c'est un voleur qui n'a, donc, rien à dire. on pourra y ajouter qu'il a vendu le sénégal à la france contre une médaille de légion d'honneur et 80 milliards (haute trahison). le tout pourra être agrémenter de la licence de prospection de pétrole accordée au frère et tous les passe droits accordés à la belle famille faye.
    • Auteur

      Farba Thiaroye

      En Février, 2013 (09:09 AM)
      souleymane jules diop tankkam senegal moye dèna ndakh lèpp limou wakh serigne yi dèguenand ko
  2. Auteur

    Julom

    En Février, 2013 (19:36 PM)
    Les plus niak djom du monde en les connaissant bien ils feront appel si possible !!! Cour suprème déboute Marabout Touba -Tivaouane déboute -CDEAO déboute .
    Auteur

    Teusss

    En Février, 2013 (19:44 PM)
    Il ne serait pas exagéré de dire que nous sommes tous en danger. Ce que la guerre au Mali nous révèle, c’est que nous sommes d’une effroyable vulnérabilité. Nos Etats sont des Etats « faillis » et en profonde déliquescence. Peu d’entre eux sont capables de défendre leur propre territoire contre les menaces intérieures ou extérieures.



    Raisonnons par l’absurde pour mieux saisir cette singulière et insoutenable faiblesse des Etats africains. Si par la suite de cataclysmes, catastrophes ou toutes autres formes de dangers, les puissances occidentales se retrouvaient dans l’incapacité de vivre sur leurs territoires, et qu’elles soient obligées de trouver d’autres terres pour survivre, je me demande ce qui nous sauverait d’une recolonisation. Et ce serait le moindre mal. Darwin auraient eu raison : les espèces faibles, incapables de se transformer et de s’adapter pour se défendre, finissent par disparaitre. Nous ne risquons peut-être pas de disparaitre, mais nous vivrons encore longtemps sous tutelle, si nous ne changeons pas.



    Il y a quelques jours, un ami à moi a fait un lapsus qui a inspiré ce texte. Voulant nous informer de la décision des américains de soutenir l’action militaire au Mali par l’envoi de matériel de renseignement, il a dit que « les américains ont envoyé des pilotes sans avion ». Ce qui nous a bien fait rire car nous nous sommes dit que cela ne risquait pas d’arriver. Les américains ont bien des avions sans pilotes : les drones. Mais des pilotes sans avions, c’est bien nous qui les avons.



    Notre faiblesse ne s’explique pas par notre manque de ressources. Elle est le résultat de notre manque de leadership, de vision et d’ambition pour nous-mêmes et pour les générations à venir. L’Afrique que je vois à travers le Mali en ce moment est celle que je combats tous les jours. Cette Afrique indécise, passive et attentiste, condamnée par ses propres leaders à un si triste sort.



    Miné par des querelles internes inutiles, entretenues par une classe politique sans génie et indigne de ce peuple au passé si glorieux, le Mali a sombré au premier assaut des hordes barbares venues de Lybie. Et la France était là pour voler au secours de sa colonie.



    Je vois d’ici certains intellectuels « afrocentristes », qui n’avaient pour discours que le rejet de la domination, de l’interventionnisme et de l’impérialisme occidental, chercher à retrouver leurs esprits. Je suis choqué, comme de nombreux africains, que ce soit la France qui soit venue faire cette guerre à notre place, trainant derrière ses chars une armée malienne et africaine juste pour faire le décor. Tout le monde sait que l’intervention française au Mali est une occasion inespérée pour la France d’atteindre trois objectifs simultanés : un objectif diplomatique consistant à s’imposer comme Maitre du jeu dans tout l’espace sahélien à partir de son ancrage du Mali ; d’où elle renforcera son influence dans les pays qu’elle a invités à sa guerre ; un objectif militaire qui lui donne une présence durable et peut-être définitive au Mali ; et enfin un objectif économique directement lié à ses intérêts au Niger, dans des zones accessibles à partir du Nord Mali. Après son intervention opportune en Côte d’Ivoire, la Guerre au Mali permettra de légitimer la présence contestée de l’armée française dans la région.



    Mais qui va s’en plaindre ? Même si je suis dévasté par l’idée de devoir ravaler ma fierté pour constater, encore une fois, que le sort de nos pays dépend plus des autres que de nous-mêmes, je suis bien obligé de me réjouir de l’action militaire de la France. Car autrement, les troupes Jihadistes seraient déjà en train de couper des mains à Kayes, avec pour objectif suivant Kidira.



    Nos braves Jambars sénégalais nous sauveraient-ils le cas échéant ? Voir ! Je suis sûr qu’ils en ont le courage, la formation, l’intelligence et l’honneur. Mais en ont-ils seulement les moyens ? C’est toute la question.



    Les pilotes africains n’ont pas d’avions. Les bataillons blindés n’ont pas de blindés. Sur 7 à 8000 militaires prévus pour constituer la force de la MISMA, seulement 2000 environs sont arrivés au Mali après plus d’une dizaine de jours de combat et la libération quasi complète des villes du Nord. Nombre de pays ne peuvent pas transporter leurs troupes sur le millier de kilomètres qui les séparent du front Malien. Il leur faut attendre des avions et autres matériels mis à leur disposition par d’autres. Quand nos dirigeants se réunissent à Addis Abeba, dans un siège de l’union africaine conçu, financé, construit, équipé et offert par la Chine pour seulement 200 millions de Dollars (ce que n’importe quel pays africain aurait pu offrir), c’est encore pour demander de l’argent et non pour voir comment faire pour que pareille catastrophe ne se reproduise plus sur le continent.



    Qu’on ne se plaigne donc pas. Et qu’on ne pleurniche pas sur notre sort comme semblait le faire le Président sortant de l’Union africaine, le Béninois Yayi BONY. Si notre faiblesse est une menace à la paix et la sécurité globale, les autres se donneront toujours le droit, voire l’obligation d’intervenir chez nous pour rétablir les justes équilibres, même si cela se fait à nos dépends. Car tel est le sort des Etats faibles.



    Ce qui nous arrive n’est pas de la fatalité. Je ne cesserai jamais de le répéter. C’est de l’irresponsabilité collective. Pendant plus de dix mois, l’Union africaine et la CEDEAO ont tergiversé, incapables de prendre une décision salutaire et honorable. Au lieu de mobiliser et d’armer moralement et matériellement la jeunesse malienne pour aller au front libérer leur pays, les hommes politiques maliens et leur armée se sont battus à Bamako pour contrôler un pouvoir depuis longtemps à terre.



    L’Afrique n’a pas encore des dirigeants à la hauteur des enjeux du moment. Ce sont pour la plupart des gestionnaires d’un quotidien qui les dépasse, et sans idées pour l’avenir. Les institutions régionales, au premier rang desquelles se trouve la CEDEAO, sont justes bonnes pour dépenser et toujours dépenser l’argent collecté par les Etats sur le dos des citoyens, dans d‘interminables réunions souvent sans résultats. Je ne sais pas quel est le type ou la qualité du matériel militaire utilisé par la France au Mali, mais si nous ne sommes pas capables de l’avoir, à quinze pays réunis, c’est que nous ne méritons pas d’être appelés Etats indépendants. Nos dirigeants doivent rendre à nos peuples leur dignité. Le gouvernement Malien aurait pu épargner à son peuple le spectacle de ces ribambelles d’enfants courant derrière les véhicules français, le drapeau tricolore à la main et scandant « Vive Faranchi ! Faranchi ! Faranchi ! », pour dire « Vive la France ». Assurément, François Hollande mérite bien d’être sacré 334ème Saint de Tombouctou.



    L'auteur



    Cheikh Tidiane DIEYE
    Auteur

    Rimbakhpapakh

    En Février, 2013 (19:54 PM)
    Niaw, di guene gorelidji sene jigeen Ndeye Khady Gueye! Vous allez tous payer. Les gens honnetes payent leurs maisons pendant une vingtaine d'annees, vous les payez en heures. Les gens honnetes achetent leurs parcelles de terrains qui vous vous bouscouler dans les cars rapides,vous utilisez les moyens peu catholiques pour les leurs voler. Billahi walahi talahi di guene khamne yallah gneup la fi nekale. Sathia you bone yi guene done. Thipiriiiiiii
    Auteur

    Mbus

    En Février, 2013 (19:58 PM)
    eupeuteulow ooohhooo lii moom mooy bountou bou teudjiou.

    Niaw diommijottna
    Auteur

    Bon Sang

    En Février, 2013 (20:03 PM)
    chim je suis trés déçu de cette régime les criminelles wadayons devraient étre des les premiers heures en prisons mais c n est que de la tromperie des combine
    Auteur

    Recrutement

    En Février, 2013 (20:08 PM)
    Recrutement fonction publique 2013 ... fonctionpublique.gouv.sn
    Auteur

    Arnold

    En Février, 2013 (20:11 PM)
    Ma plus grande déception depuis 2000, c'EST ABDOULAYE WADE!!! :sn:  :sn:  :sn: 
    Auteur

    Abdou Lahad Fall

    En Février, 2013 (21:04 PM)
    si u avé un bn compte on ne te pira
    Auteur

    Moom Ndiaye

    En Février, 2013 (21:05 PM)
    La culpabilité est une émotion d’une puissance redoutable, vous pouvez décider de lui tourner le dos : mais à la première occasion elle surgira de l’ombre pour vous dévorer tout cru. Certaines personnes se débattent pour comprendre d’où vient leur culpabilité elle cherche à savoir quel part de même consciente ou inconsciente les a convier a ce sentiment. D’autres choisissent de la fuire, s’arrangeant avec leur conscience jusqu’en ne plus en n’avoir du tout. c'est le cas du PDS. il faut assumer vos dérives, et également les conséquences qui en découlent .
    Auteur

    Deux Vérité

    En Février, 2013 (22:25 PM)
    Fausse information, l État à subi un revers.
    Auteur

    Moyoul

    En Février, 2013 (23:59 PM)
    Fausse information. Avis aux insulteurs de Macky : le délibéré est prévu le 22 février
    Auteur

    Seneweb Sioniste

    En Février, 2013 (03:02 AM)
    non seneweb vous etes mauvais ! le dementi vous le cahcher dans un coin ! mais vous etes graves et degoutants !
    Auteur

    Hamedin

    En Février, 2013 (07:26 AM)






    Traque des biens supposés mal acquis : L’Etat perd la 2ème manche à la Cedeao

    | Article | 2013-02-04 | 23:02





    2 Réaction(s)







    L’Etat du Sénégal et les dignitaires du Parti démocratique sénégalais (PDS) qui avaient introduit une plainte devant la Cour de justice de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) devront garder leur mal en patience. La juridiction africaine, qui a rejeté hier les exceptions préliminaires soulevées par les avocats de l’Etat, a fait poursuivre les débats au fond avant de fixer la date de son délibéré au 22 février prochain.







    C’est le 22 février prochain que la Cour de justice de la CEDEAO rendra son verdict dans le procès qui oppose des dignitaires de l’ancien régime à l’Etat du Sénégal. Dans sa séance d’hier 4 février 2013, la Cour a rejeté les deux exceptions préliminaires qui avaient été soulevées par les avocats de l’Etat. Autant sur l’incompétence par laquelle les conseils du Sénégal pensent que la Cour ne doit pas connaître d’une telle requête, que sur l’irrecevabilité par laquelle les mêmes avocats croient que la plainte des dignitaires libéraux comporte des manquements à des exigences de forme, la Cour de justice a rejeté les deux exceptions. La haute juridiction africaine a, en même temps, fait poursuivre les débats, notamment sur les demandes provisoires sollicitées par voie de référés et sur les demandes au fond tendant à remettre en cause l’existence de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI). La Cour, qui a joint les deux procédures, a entendu toutes les parties dans leurs observations orales et rendra sa décision le 22 février prochain. Il faut préciser que les avocats de l’Etat du Sénégal, qui avaient brillé par leur absence lors de la précédente séance, ont fait le déplacement d’Abuja ce lundi 4 février 2013. L’agent judiciaire de l’Etat, Me Moussa Félix Sow… avaient en face d’eux des ténors du barreau comme Mes Ciré Clédor Ly, Demba Ciré Bathily, Seydou Diagne constitués pour défendre Oumar Sarr, Ousmane Ngom, Karim Wade, Abdoulaye Baldé, Madické Niang. Lors de la première séance qui avait fait l’objet de beaucoup de commentaires, l’agent judiciaire de l’Etat, Mafal Fall, avait pesé de tout son poids pour faire renvoyer l’audience. Mais en vain. Car la haute juridiction avait suivi les avocats des plaignants. Même s’il est prématuré pour les avocats des dignitaires du Pds de crier victoire, un observateur non averti peut dire que si le procès intenté contre l’Etat du Sénégal devant la Cour de justice de la CEDEAO est un match à trois temps dont les deux ont été gagnés par les requérants. Dans le cadre de la traque des biens supposés mal acquis, des mesures de restriction de liberté ont été prises par le Procureur spécial, Alioune Ndao, à travers des interdictions de sortie. Il s’y ajoute que la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI), la juridiction d’exception sur laquelle il s’appuie pour initier une procédure pénale contre les dignitaires de l’ancien régime a été décriée par les magistrats lors de la rentrée solennelle des cours et tribunaux. Par la voix de Souleymane Téliko, les pairs du procureur spécial ont estimé qu’en renversant la charge de la preuve, la Cour de répression, qui est au cœur de la traque des biens supposés mal acquis, viole le droit à l’équité dans le procès.



    NDIOGOU CISSE



    Le Pays au Quotidien

    Auteur

    Exsopiste

    En Février, 2013 (12:18 PM)
    Si l'intelligence PDS était au service de la nation... Mais malhereusement elle est braquée contre nous tous
    Auteur

    La Patrie

    En Février, 2013 (12:30 PM)
    yéne da nguéna yabe senegalai yi sathie sunu khaliss bo paré di niou beugue raye

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Banner 01
Banner 01

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR