Mercredi 20 Novembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Médias

L’information est – elle piégée ?

Single Post
L’information est – elle piégée ?

Pourtant, ce bouillonnement médiatique se déroule sur fond de conflits latents ou manifestes et d’enjeux obscurs à tel point qu’on a l’impression que l’espace médiatique est devenu une foire d’empoignes où les protagonistes se livrent à une bataille impitoyable dans laquelle tous les coups sont permis. Dans ce contexte de floraison médiatique tous azimuts, les risques de manipulation de l’opinion sont réels. 
En effet, l’entreprise de presse a profondément changé de sens et de forme. Elle n’est plus le monopole des professionnels de la communication. Paradoxalement, elle a tendance à la fois à se banaliser et à devenir un enjeu. En effet, si certains la prennent comme une simple officine de prestation de services. D’autres, par contre la considèrent comme un moyen de pouvoir ou d’accéder à un pouvoir. Dès lors, dans ce capharnaüm médiatique, il n’est pas surprenant de constater la crise d’identité et d’objectivité.qui sape la crédibilité de la presse. Les lignes éditoriales sont souvent adossées à des intérêts inavoués. 
Même certains acteurs de la presse, longtemps réputés pour leur professionnalisme cèdent devant leurs émotions et leurs états d’âmes au risque de donner raison à l’ancien médiateur du journal Le Monde, Robert Solé, pour qui, « dans le journalisme, l’objectivité n’existe pas ». Dans une situation où l’offre ne manque pas, plus besoin de mises au point dans le même journal lorsque vous ne partagez pas le contenu d’un article vous concernant. 
En effet, d’autres journaux sont là pour vous ouvrir leur espace pour des « articles » taillés sur mesure et sensés vous réhabiliter ou vous positionner. Un même personnage peut être ange ou démon selon l’organe de presse. Dans ce contexte, il n’est pas rare de voir, par exemple des journaux se dresser les uns contre les autres ou contre des citoyens tout court. Et les expressions de « cabale », « lynchage médiatique », « diabolisation », à tort ou à raison s’invitent dans le débat des média. Ce qui n’est pas tout à fait nouveau. Mais ce phénomène a pris des proportions inquiétantes. La manière réductrice dont des média rendent compte également de l’actualité sociale et politique est aussi inquiétante. 
Le journaliste Latif Coulibaly nous avait habitués à des articles de haute facture, Mais nous avons été quelque peu déçus par son texte dans le dernier numéro de son journal « la gazette » sur l’affaire de la nomination controversée du mari du vérificateur général de l’IGE au sein de cette institution. En effet, quelle que soit la véracité du témoignage du journaliste sur la présupposée rigueur de l’individu concerné, une de ses vielles « connaissances à Sokone », l’article souffre d’une forte dose de subjectivisme. 
L’affection manifeste de l’auteur pour le concerné fait que le texte pêche par manque de rigueur et a du mal à convaincre. Et contrairement à ce que semble suggérer le journaliste, ce qui a suscité des réactions et une certaine gêne, ce n’est pas le fait que le monsieur en question travaille sous les ordres de sa femme mais bien du fait de la conjonction d’intérêts entre les deux individus concernés. Cela, compte tenu de la position stratégique de sa femme dans le dispositif de nomination dans ce corps. 
Même si, elle n’a qu’un pouvoir consultatif dans la procédure de nomination, on verrait mal, Mme le vérificateur général émettre un avis défavorable au dossier de son mari. Du reste, le journaliste note dans le même « article témoignage », « en atterrissant à l’IGE avec la bénédiction de sa femme, on croit avoir trouvé des moyens légitimes pour l’atteindre et déstabiliser son épouse » (sic). 
Dans toutes les grandes démocraties une telle nomination dans un pareil scénario loin d’être ordinaire aurait suscité des réactions. L’argument du journaliste selon lequel, c’est sa tutelle qui aurait orchestré cette « cabale » à la suite d’un différend avec lui a du mal à convaincre. Rares sont aujourd’hui les hauts fonctionnaires qui ne nourrissent pas un jour le rêve d’accéder à l’IGE. 
Pourtant, dans le même article, l’admission de François Collin par voie de concours dans cette institution est suspectée. Car selon les investigations du journaliste, la seule fois que le concours direct de l’IGE était organisé de manière exceptionnelle en 1990, c’était pour permettre à ce fils de l’ancien ministre de l’intérieur sous Abdou Diouf d’accéder à cette institution. 
Ne sommes-nous pas devant deux poids deux mesures ? Son seul tort serait sans doute d’être le fils de Jean Collin. Un tel traitement relève d’une approche très réductrice. Il s’agit là d’un doute méthodique qui renvoie à une vision manichéenne de la société. 
La plume ou la voix du journaliste ne doivent pas être à géométrie variable au gré de ses émotions ou de ses états d’âmes. En effet, si par affection pour une personne l’on s’autorise de prendre fait et cause et même de témoigner en sa faveur, l’inimitié envers une autre personne pourrait également vous pousser à avoir une posture forcément contestable. Le devoir de vérité invoqué n’est qu’un subterfuge pour se donner une bonne conscience. 
Jadis, les lignes de partage étaient plus ou moins nettes entre la presse de propagande politique et celle d’informations générales. Mais aujourd’hui, on assiste à un flou total, d’autant plus que des membres des états major politiques revendiquent la paternité d’organes de presse à vocation « d’informations générales ». Dès lors les risques de dérives sont réels et c’est la démocratie qui prend un sacré coup. 
Tous les jours, les stations de radio, la presse écrite et les télévisions relayent de façon mécanique, sans le moindre recul des « informations », comme les sondages politiques ou des propos prêtés à tel acteur politique, pour ne prendre que ces deux exemples. Les revues de presse à la télé ou à la radio servant d’amplificateurs à ces « informations ». Alors que ces « informations » participent, à dessein d’une stratégie manifeste de manipulation de l’opinion. 
On ne peut pas empêcher le journaliste d’exprimer son opinion politique personnelle et même partisane car il est avant tout un citoyen. Par contre, ce qui pose une question d’ordre éthique, et interpelle la morale, c’est de passer par contrebande ses opinions partisanes sous une fausse posture « d’observateur indépendant » de la scène politique. Pourtant, dans une société démocratique, la presse est un rouage essentiel du jeu démocratique. Elle peut susciter et même encadrer le débat démocratique. 
Pour prétendre informer juste et vrai, il est indispensable que le journaliste se dépouille de ses intérêts partisans et se mette au dessus de la mêlée. Plus facile à dire que de mettre en pratique... 

 


Article_similaires

12 Commentaires

  1. Auteur

    Sawaraak

    En Novembre, 2011 (09:43 AM)
    je cherche MAMADOU SEYE EX Directeur du Soleil pour ses éditoriaux trés belle plume Qu'est il devenu?
  2. Auteur

    Cheikh Tidiane Mbaye

    En Novembre, 2011 (10:43 AM)
    Un article qui mériterait une large diffusion dans les écoles de journalisme. Merci pour ce rafraîchissement de l'esprit "journalistique".
    Auteur

    Fall

    En Novembre, 2011 (10:56 AM)
    Très pertinent comme article. Dommage pour la Gazette. J'ai été aussi surpris et déçu par leur argumentaire
    Auteur

    Siga Diouf

    En Novembre, 2011 (11:44 AM)
    Le Sénégal est le seul pays africain où la presse peut s'exprimer librement sans être inquiéter. Seulement il ya une certaine presse qui n'est pas du tout professionnelle et une autre complètement corrompue. La déontologie journalistique est rangée dans les tiroirs et bonjour l'amateurisme
    Auteur

    Siga Diouf

    En Novembre, 2011 (11:49 AM)
    Le Sénégal est un pays démocratique à l'image de son dirigeant le président Abdoulaye Wade. Chaque citoyen a le droit d'exprimer ses opinions dès fois jusqu'à insulter le chef de l'état sans être inquiéter. La démocratie s'est considérablement approfondie avec l'avènement de l'alternance
    Auteur

    Siga Diouf

    En Novembre, 2011 (11:56 AM)
    Le nombre de journaux en ligne et de quotidiens d'information dans le paysage médiatique sénégalais montre que le Sénégal est très avancée dans la pluralité. Seulement il ya trop de dérapages
    Auteur

    Fodé

    En Novembre, 2011 (12:21 PM)
    Wade invalide la Constitution de 2001

    A l’antenne de RFI, on a entendu le représentant du PDS affirmé ce dimanche 27 novembre 2011 que c’est le président Wade qui a rédigé seul la Constitution litigieuse de 2011.

    Selon le site Dakar actu, Wade l’a dit en conseil des Ministres.

    Ces révélations rendent la Constitution de 2011 illégitime, illégale, anti républicaine et anti démocratique pour deux raisons :

    - Anti républicaine et anti démocratique parce qu’en rédigeant seul le texte qui fixe les modalités de dévolution et d’exercice du pouvoir, Wade a agit en monarque qui définit tout dans l’Etat par rapport à ses intérêts personnels.

    - Illégitime et illégal parce que lors de l’adoption par référendum, la volonté du peuple n’était pas libre et éclairée dans la mesure où Wade avait usé de subterfuges en faisant croire à la Nation que le texte était le fruit du travail d’un comité d’experts sénégalais indépendants du pouvoir.

    Fodé

    • Auteur

      Pepes

      En Novembre, 2011 (16:32 PM)
      redacteur n'est pas constituant...c'est le peuple qui a vote cette constitution et les ;odifications l'ont ete par le parlement meme si les propositions viennent toutes de l'executif...la legitimite et la legalite de la constitution de 2001 ne font l'objet d'aucun doute.
    Auteur

    Xam Xam Du Réer

    En Novembre, 2011 (13:36 PM)
    Bel article. En voila un, un vrai journaliste, comme du temps où on se délectait d'articles écrits par des journalistes bien formés et sortis du CESTI. Merci, encore une fois.
    Auteur

    Maxmaguette

    En Novembre, 2011 (16:47 PM)
    Tout à fait !!

    Tous ceux qui lisent régulièrement la presse écrite ou suivvnt beaucoup les médias audiovisuels ont dû faire le même constat que vous.

    Seulement, les exemples pour illustrer le disfonctionnement que vous dénoncez à juste titre sont légion. Donc, le fait de citer Latif et de n'insister que sur son article de Latif pourrait faire penser au lecteur que je suis que vous avez, quelque part, failli à la rigueur objective à laquelle vous appelez vos confrères.

    Cela est peut-être dû au fait que c'est le papier de Latif qui a inspiré votre réflexion.

    Après tout, je préfère retenir que vous avez le mérite d'avoir mis le doigt sur un réel problème.
    Auteur

    Louzito

    En Novembre, 2011 (08:54 AM)
    Un article très pertinent.il décrit totalement la réalité en ce qui concerne le journalisme actuel au Sénégal.
    Auteur

    Le Correcteur Masqué...

    En Décembre, 2011 (00:55 AM)
    Bel article, pertinent, bien écrit qui pose de manière intéressante le "procès" possible à intenter à ce capharnaüm médiatique, véritable pétaudière dans laque:le plus aucun paramètre déontologie, de crédibilité,d'objectivité, n'est respecté. Ou l’absence de talent le dispute à une pauvre pour ne pas inexistante qualité d'écriture, ou l'absence de culture générale suffisante paupérise quelques laborieuses envolées explicatives vite retombées avant d'avoir déployé ses ailes.

    Que des journalistes comme l'auteur de cette tribune,( son nom ?) dont le verbe révèle sans effort la culture et l'intelligence, se mettent ensemble, portent le débat sur la place publique , au sein même des média, pour ramener ses lettres de noblesse à la vraie presse d'information et d'analyse, élément essentiel d'une démocratie émergente pourtant ancienne et solidement arrimée à l'histoire du Sénégal, pour donner à notre jeunesse, à nos citoyens, les clés de l'édification de notre société démocratique. de la compréhension de la vie de notre planète, et d'abord des enjeux de de la gestion, économique sociale culturelle de notre pays. Cela ne se fera pas sans nettoyage des Écuries d'Augias" , faire passer pour ce qu'ils sont, tous ces soi disant "patrons de presse avec leur "journalistes" à la petite semaine(niveau rédaction de cm2) mais aussi désigner les idéologues patentés qui veulent faire passer leur engagement militant (ils ont le droit de l'être) pour des analyses impartiales (ça c'est de la tromperie).

    L'exigence première doit venir des lecteurs eux mêmes qui ne doivent savoir prendre avec circonspections toues ces balivernes qui fleurissent à longueur d'articles glanés sur des sites et des journaux. Il est vrai cependant que l'accélération des technologies d'information et la multitude de supports nouveaux rendent cette vigilance difficile, mais elle est nécessaire?
    Auteur

    Le Correcteur Masqué...

    En Décembre, 2011 (01:01 AM)
    Cela ne se fera pas sans nettoyage des Écuries d'Augias" de cette presse, en faisant passer pour ce qu'ils sont, tous ces soi disant "patrons de presse avec leur "journalistes" à la petite semaine(niveau rédaction de cm2) mais aussi désigner les idéologues patentés qui veulent faire passer leur engagement militant (ils ont le droit de l'être) pour des analyses impartiales (ça c'est de la tromperie).

    L'exigence première doit venir des lecteurs eux mêmes qui ne doivent savoir prendre avec circonspections toues ces balivernes qui fleurissent à longueur d'articles glanés sur des sites et des journaux. Il est vrai cependant que l'accélération des technologies d'information et la multitude de supports nouveaux rendent cette vigilance difficile, mais elle est nécessaire?

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email