Mercredi 30 Septembre, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Médias

Saccage du journal ‘’Les Echos’’ : Les vérités de Bamba Kassé (Synpics)

Single Post
Les vérités de Bamba Kassé sur le Saccage du journal "les Echos"
Le saccage du journal ‘’Les Echos’’ continue d'animer les débats. Cette fois-ci, c'est au tour du secrétaire général du Syndicat des professionnels de l’information et de la communication du Sénégal (Synpics). Bamba Kassé est catégorique : le musèlement de la presse ne passera pas. 

«Dans tous les pays du monde, la presse dérange parce qu'elle renseigne, elle informe. Cet épisode nous renseigne que cette violence est toujours présente. Dans d'autres pays, c’est d’autres formes. Un journal, on peut le museler de plusieurs manières. Le journaliste est d'abord militant de la liberté. Sans liberté, il n’y a pas de journalisme. Maintenant, le journalisme ne signifie pas également faire ce qu’on veut ; il y a des règles qui s’appliquent à nous-mêmes. Il y a des entités qui doivent s'occuper du respect de ces règles-là. Parmi ces entités, au Sénégal, il y a le Comité d'observation des règles d'éthique et de déontologie (Cored) qui doit veiller à ce que le journaliste respecte l'éthique et la déontologie», précise Bamba Kassé sur iRadio.

Il appelle, par ailleurs, les uns et les autres à la sérénité. «Mais, dans tous les cas, on ne peut pas se faire justice soi-même et tenter, par une violence, de museler la presse ou de la faire taire. C'est peine perdu. On est en 2020 ; on n’est plus en 1970. La preuve, ce journal-là (‘’Les Echos’’, Ndlr) on l’a cassé ; le lendemain, il est apparu. Aujourd'hui, il est paru et ce pourquoi on l’a vandalisé a été repris par d'autres journaux. Donc, il faut qu'il y ait de l’équilibre certes, mais il faut aussi de la retenue".

liiiiiiiaffaire_de_malade

8 Commentaires

  1. Auteur

    En Août, 2020 (13:55 PM)
    Que les journalistes respectent aussi le secret médical de la personne .Et la violence verbale des soi disant journaliste pourquoi on n en parle pas
  2. Auteur

    En Août, 2020 (13:58 PM)
    Mr Bamba, il faut aussi professionnaliser ta presse et surtout " les échos " et rumeurs en plus de responsabilités et d'éthique, plus revues de presse complaisantes plus woyane en direct.
    Auteur

    Macky Korr Marieme Faye

    En Août, 2020 (14:20 PM)
    Enfin liberté de presse ne doit pas rimer avec anarchie. Il y 'a des limites. Informer c'est bien, mais dans les limites de l'éthique et de la déontologie. Les vandales ont certes tort et la justice doit être appliquée dans toute sa rigueur. Mais divulguer l'identité d'un patient est également un autre tort. Serigne Moustapha Sy peut porter plainte contre les "Échos " et l'hôpital Principal pour violation du secret médical.
    • Auteur

      Reply_author

      En Août, 2020 (16:57 PM)
      monsieur, j'aurai bien compris et soutenu qu'on ne divulgue pas l'identite d'un senegalais lamda, car n'etant d'aucune utilite publique mais aussi proteger sa vie privee. ici, le marabout de tivaoune, en descendant dans l'arene politique, devient une personnalite publique. donc en tant que senegalais, nous devons forcement connaitre son etat physique et mental, car il est deja un potenti3l dirigeant. wa salam
    • Auteur

      Macky Korr Premiere Djeeke

      En Août, 2020 (18:14 PM)
      merci pour votre réplique. mais toute personne publique ou privée a droit au secret médical. si j'étais lui j'allais porter plainte contre le journal mais également et surtout contre l'hôpital principal.

      i would sue not only the newspaper, but also hôpital principal.
      wassalam.
    Auteur

    Doubs

    En Août, 2020 (14:21 PM)
    Vous nous emmerdez pauvres nuls , vous vous prenez pour des journalistes comme ça. Pff vous faites pitié., Mercenaires à plumes.
    Auteur

    Quel Secret?

    En Août, 2020 (14:45 PM)
    Dire que quelqu'un est malade de coronavirus n'est point une divulgation de secret médical; s'il en est ainsi bienvenue soit!

    les gens doivent savoir qui a le coronavirus pour ne pas être infecté par qui...a le corona

    Le secret medical c'est autre chose, il s'applique aux médecins non a la presse, pour simplement dire que quelqu'un est interne pour telle pathologie, et j'insiste, il faut qu'on sache si une personne publique est infectée, car cela permet d'eviter d'infecter d'autres.

    Un point un trait. Les casseurs sont des délinquants, ils faut les punir, un point un trait.
    • Auteur

      Reply_author

      En Août, 2020 (15:16 PM)
      ce que tu dis il faut en apporter des preuves que le bulletin de santé d'une peut être exposé sur la place publique par les quotidiens.
    Auteur

    En Août, 2020 (15:06 PM)
    Au Sénégal on peut faire une conférence sur la vie intime du prophète avec ses épouses,On peut parler autant qu'on veut de la maladie du Mouhamed,on peut même raconter ses derniers instants sur son lit de mort,mais dés qu'on évoque la maladie d'un marabout c'est le blasphème.

    Doyna war dé.
    Auteur

    Ter

    En Août, 2020 (15:57 PM)
    WAKH DEUG

    journaliste yi fen rek.

    Sénégal rek ngay guiss presse yep le matin elle demarre par des faits divers. Jamais sur des choses intéressantes. Peut être à part deux ou trois......



    Auteur

    Ba

    En Août, 2020 (16:00 PM)
    95% dentre vous sont des mercenaires politique comme les Ahmed Aidara et autres

    Vous ne faites que mentir

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email