Mardi 27 Septembre, 2022 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Médias

PRESSE-REVUE: La procédure pour la levée de l’immunité de députés de l’opposition en exergue

Single Post
PRESSE-REVUE: La procédure pour la levée de l’immunité de députés de l’opposition en exergue

Les quotidiens parvenus mardi à l’APS annoncent en priorité la plupart la mise en branle de la procédure visant à lever l’immunité parlementaire de trois députés de l’opposition suspectés d’enrichissement illicite, un sujet qu’ils traitent en se faisant en même temps l’écho d’un drame qui s’est déroulé la veille devant le palais de la République où un jeune homme de 32 ans s’est immole et lutte depuis contre la mort, si l’on en croit certains titres. ‘’La machine en branle’’, souligne Sud Quotidien en annonçant l’installation ‘’dans la confusion’’, la veille, de la commission ad hoc chargée de statuer sur la demande de levée de l’immunité des députés libéraux ciblés dans la traque des biens mal acquis. En conséquence, les députés concernés (Oumar Sarr, Ousmane Ngom et Abdoulaye Baldé) ‘’menacent d’adopter la politique de la chaise vide et de bouder leur audition devant la commission ad hoc (demain mercredi), en raison du vice de procédure qui accompagne la demande du procureur spécial près de la Cour de répression de l’enrichissement illicite, Alioune Ndao’’. ‘’Jeudi, les députés vont voter pour ou contre la levée de l’immunité parlementaire de leurs collègues Oumar Sarr N°1, El Hadj Ousmane Alioune Ngom et Abdoulaye Baldé, conformément aux demandes du procureur spécial prés de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI)’’, écrit Le Soleil. ‘’La commission ad hoc devant les entendre a été installée, hier, en attendant le vote définitif des députés’’, fait savoir ce journal, précisé que le député Moustapha Diakhaté, président du groupe parlementaire de la majorité présidentielle, a été choisi pour présider aux destinées de ladite commission. Seulement, Libération se demande si la composition de cette commission est conforme aux textes régissant l’Assemblée nationale. ‘’La réponse est : +Non !+ selon les avis d’experts qui confortent la volonté affichée, en soirée, du Parti démocratique sénégalais (PDS) d’user de recours pour faire annuler cette commission’’, rapporte le journal. De nombreux quotidiens, en droite ligne de la question de l’enrichissement illicite, annoncent le placement sous mandat de dépôt de l’ancien député libéral Alioune Aïdara Sylla, présenté comme ‘’le convoyeur’’ de l’ancien président Me Wade. Il a été inculpé de blanchiment de capitaux, escroquerie et association de malfaiteurs, précise L’Observateur. Alors que ‘’Wade casque 1 milliard’’ de francs CFA pour la réfection de sa villa sise au Point E, à Dakar, son ‘’porteur de chèques’’ est inculpé par le doyen des juges, Mahawa Sémou Diouf, fait observer Le Quotidien. Celui-ci ‘’vise, dans cette affaire, X qui pourrait être plutôt un W’’, indique le même journal. Pourtant, Walfadjri estime que ‘’Wade (est) hors de portée des juges’’. Citant des spécialistes, le journal souligne qu’une procédure visant à inculper l’ancien président pour blanchiment d’argent ‘’n’a aucune chance d’aboutir, vu les barrières juridiques qui les protègent’’. ‘’Wade chef de gang ?’’, se demande la Tribune, là où le quotidien Enquête affiche : ‘’Qui a si peur de Me Wade ?’’. Alioune Aïdara Sylla ‘’se demande sans doute pourquoi il serait le seul de la bande à devoir croupir en prison alors qu’il semble établi que d’autres dignitaires du Parti démocratique sénégalais dûment identifiés par la justice font partie de ce deal concocté par des bandits de grands chemins. Il a raison. Le pauvre’’, écrit Enquête. ‘’Prisonnier de ses engagements envers Wade, prisonnier de certaines pratiques qu’il va sans doute intégrer pour lui-même, prisonnier des calculs et combinaisons qu’impose le pouvoir, Macky Sall ne semble pas préparé à offrir au peuple du Sénégal la tête d’un bourreau qui se sera tout permis sur le dos de ses compatriotes’’, ajoute-t-il. Une grande partie des quotidiens se font l’écho d’un drame devant le palais de la République où un jeune homme s’est immolé. ‘’Cheikh Mbaye (a été) sauvé d’une mort atroce par els gendarmes’’, rapporte Direct Info à travers sa manchette. ‘’Macky Sall a fait face hier à sa première immolation par le feu (…). Est-on en train d’assister à une nouvelle ère de désespérés ? Dans tous les cas, les consciences s’interrogent’’, ajoute le journal à travers son billet du jour. ‘’Brûlé au 3e degré, il est interné à l’hôpital Principal de Dakar‘’, renchérit L’Observateur. ‘’Cheikh Mbaye lutte contre la mort à l’hôpital Principal de Dakar’’, selon Le Populaire, affichant : ‘’Le Palais renoue avec les immolations’’. ‘’J’ai vu l’horrible scène en songe’’, a déclaré Khady Niang, la mère de Cheikh Mbaye, dans des propos rapporté par le quotidien l’As, qui fait état d’une atmosphère ‘’pesante’’ au domicile des Mbaye où on écarte cependant la thèse de la déficience mentale, selon le journal. Au sujet des motivations du jeune homme de 32 ans, l’As explique qu’il ‘’a perdu un sac qu’il a ramené de la Gambie et qu’il devait remettre à quelqu’un’’. ‘’Sa vie a basculé à la perte de son ami Ibrahima Sall dit +Ngatane+’’, tente d’expliquer à son tour L’Observateur. ‘’Cheikh Mbaye juge Macky Sall par le sacrifice’’, estime Le Pays au quotidien. ‘’Huit mois de pouvoir de Macky Sall auront suffi pour que le sentiment de +Y’en a marre+ remonte à la surface. Le jeune Cheikh Mbaye regrette déjà Wade en s’immolant par le feu devant les grilles du palais de la République’’, écrit-il. BK/ASG

affaire_de_malade

0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email