Dimanche 29 Mars, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

Encombrement des voies et espaces publics : Le face-à-face du ministre de l’Urbanisme et les conseillers du Cese

Single Post
Encombrement des voies et espaces publics : Le face-à-face du ministre de l’Urbanisme et les conseillers du Cese

«Civisme : quelles stratégies pour lutter contre l’encombrement des voies et espaces publics ?». Tel est le thème de la deuxième session ordinaire de l’année 2019 que le Conseil économique, social et environnemental (Cese) a consacré au ministère de l’Urbanisme, du Logement et de l’Hygiène publique.

Une rencontre au cours de laquelle les conseillers de cette institution, des élus locaux, l’Unacois, l’association des marchants ambulants et tabliers, entre autres, ont partagé leur réflexion avec le ministre sur cette problématique des l’heures. Elle s’est tenue, ce mardi 3 décembre 2019, et a été présidée par la présidente de l’institution, Aminata Touré.

Durant ce face-à-face, qui a durée plus de trois tours d’horloge, Abdou Karim Fofana a fait une présentation exhaustive de ses «actions phares» entrant dans le cadre d’«une meilleure gestion spatiale» de nos villes et agglomérations que son département ministériel est en train de mettre en œuvre pour assurer la restauration de ces espaces publics. Ce qui a permis aux conseillers de faire un plaidoyer «fort» en faveur du cadre de vie des populations sénégalaises.

Propositions des conseillers

Ces conseillers, élus et autres, à leur tour, ont émis des propositions. Il s’agit notamment, de jeter les épaves de véhicules dans la mer pour permettre aux poissons de se reproduire, de comment faire avec l’encombrement humains ?, du manque de sanctions et de mesures d’accompagnement, de la construction de toilettes publiques à Dakar, de travailler avec les notables de quartiers, et autres personnes et non les maires qui, selon certains, ne «cherchent qu’à chercher un second mandat». Les conseillers ont également proposé au ministre d’assurer un suivi des actions, d’aménager un cimetière des voitures, de nettoyer les mentalités, d’initier une journée nationale de la propreté, d’appliquer une loi contre l’encombrement humain, d’appliquer la loi avec fermeté, d’installer des poubelles publiques dans les rues, de penser aussi à utiliser l’armée ou les militaires libérés pour le suivi des opérations de désencombrement.

Enfin, ils se sont engagés à accompagner le gouvernement notamment, le ministère de l’Urbanisme, dans sa quête de politiques du «mieux vivre».

La reprise des opérations de désencombrement dès ce mardi

Ces échanges et partages «très riches» ont permis au ministre de l’Urbanisme de voir la perception de ces conseillers et élus locaux sur les questions d’hygiène publique, de lutte contre les encombrements et d’insalubrité.

Abdou Karim Fofana a profité de l’occasion pour annoncer que les opérations de désencombrement à Dakar vont reprendre ce mardi soir au niveau de l’Avenue Malick Sy et se poursuivront jusqu’au 31 décembre.

Par rapport au suivi des actions menées, il a informé qu’une disposition «spéciale» a été prise. Il s’agit de la mise en place d’une brigade spéciale de lutte contre l’insalubrité et l’encombrement.

Sur la question de divagation des animaux à Dakar, le ministre a déploré l’absence de fourrières animales. Avant de signaler que son ministère est en discussion avec la commune de la Patte-d’oie et la ville de Guédiawaye pour au moins avoir un espace qui sera dédié exclusivement à garder les animaux ramassés dans les rues de la capitale.

Pour la décharge de Mbeubeuss, Abdou Karim Fofana a fait savoir que son département ministériel travaille pour sa résomption.

Il signale que dans le cadre du Promoged Promotion de la gestion intégrée et de l’économie des déchets solides au Sénégal : Ndlr) le président de la République a décidé de résorber ce site qui, selon lui, reçoit au moins 2700 tonnes de déchets solides tous les jours. Il annonce qu’un financement de près de 300 millions de dollars a été mobilisé pour ce projet.

A l’en croire, Mbeubeuss est une niche d’emplois où près de 1800 Sénégalais s’adonnent à des activités de recyclage. Lesquelles génèrent un chiffre d’affaires journaliers de 17 millions de francs Cfa.

liiiiiiiaffaire_de_malade

6 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Décembre, 2019 (23:58 PM)
    Pour une fois, le gouvernement et Seneweb parle de quelque chose de très important pour moi. Une chose que je vie au quotidien et qui aura un impact direct sur mon vécu.
    • Auteur

      Reply_author

      En Décembre, 2019 (10:19 AM)
      parler rek
      ce qu'on attend d'un gouvernement c'est l'action. les lois sont déjà là. il ne sert à rien d'en recréer.
      sortez dans les rues avec vos fourchettes et bulldozers, et sévissez ! les garages mécaniques non autorisés doivent être rasés, le terrain clôturé et fermé. les bidon-villes et autres clandos, vous rasez. c'est ça l'action. c'est un mouvement vigoureux qu'il faut. mais les paroles là, on sait tous les débiter. si ce n'est que ça on ne vous paierait pas des millions gratuitement pour ça .
  2. Auteur

    En Décembre, 2019 (00:13 AM)
    Pour une fois fois, j'espère que ça ne s'arrêtera pas aux discours, en tout cas, il s'agit d'une urgence la question de Mbeubeuss, malgré les histoires de chiffre d'affaires, beaucoup de gens meurent d'asthme surtout les enfants à cause de la fumée de Mbeubeuss..... c'est une urgence sociale......

    Concernant l'insalubrité, c'est une question de fermeté...
    Auteur

    M Bidou

    En Décembre, 2019 (00:56 AM)
    Attention ministre bi showman la vrai activiste quand l euphorie de la nomination retombera il sera comme tous Les autres ses nombreuses actions d eclat n ont encore rien donne touss Les senegalais dans toutes Les regions du Senegal veulent Des logements decents
    Auteur

    En Décembre, 2019 (07:31 AM)
    Le desencombrement doit revenir aux maires car ils connaissent très bien la situation et souvent ils ont largement contribué à cette anarchie

    L'état n'a qu'à taper sur la table et donner un ultimatum aux maires

    Maintenant il faut un soutien logistique et même le génie militaire peut être mis à contribution

    Wassalam
    • Auteur

      Reply_author

      En Décembre, 2019 (10:27 AM)
      justement, en parlant de genie militaire,
      moi je propose qu'on leur confie entièrement la situation. des militaires accompagnés de gendarmes, en une semaine ils peuvent déblayer tout le département de dakar.
    Auteur

    Légalité

    En Décembre, 2019 (07:47 AM)
    Bonne initiative mais pas de suivi à l'image d'entre pont colobane et rond point escoa où les occupants ont repris leurs activités comme d'hab
    Auteur

    Distracation Rek

    En Décembre, 2019 (08:48 AM)
    Tant que le mal de Dakar ne sera pas attaqué à la racine, toute peine sera vaine. TOUT EST CENTRALISÉ À DAKAR c'est normal que tout le sénegal veuille habiter et travailler et mendier à Dakar, à commencer par les politiciens.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email