Mardi 07 Avril, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33



Politique

Hausse prix électricité : Moustapha Diakhaté appelle à dégraisser la Senelec

Single Post
Moustapha Diakhate, ex ministre conseiller de Macky
Moustapha Diakhaté a donné son avis sur la  hausse des tarifs de l’électricité qui vient d’être décidée. Dans une publication sur son compte Facebook, l’ex-président du groupe parlementaire de Benno Bokk Yakaar appelle à dégraisser la Senelec.

 «3000 agents pour 60 milliards de masse salariale : il est temps de faire le ménage de SENELEC

Avec la hausse de 6 à 10% du prix de l'électricité et une allocation de 125 milliards francs de CFA, le Gouvernement entend faire supporter par les finances publiques et donc des contribuables ou les consommateurs la résolution des difficultés de trésorerie de la Senelec.

Ce serait une inacceptable injustice de faire payer aux seuls contribuables et consommateurs les contre performances de la SENELEC.

Contrairement aux idées reçues, elles ne résultent pas seulement de la hausse du baril du pétrole.

En effet, il ressort du dernier Rapport de KPMG Sénégal et MAZARS Sénégal du 30 mai 2018 sur la gestion, un personnel permanent pléthorique de Senelec au 31 Décembre 2017 avec environ 3000 agents, soit une hausse de 15,61% par rapport à 2016.

A cela s'ajoute une masse salariale de 60 milliards de FCFA qui fait de la SENELEC, l’un des plus coûteux opérateurs publics.

En effet, le salaire moyen annuel d'un agent de SENELEC tourne autour de 19 millions de FCFA alors que son collègue de la fonction publique perçoit un salaire moyen annuel d'environ 5 millions de FCFA soit un écart de 14 points.

Au lieu de faire supporter les sacrifices de redressement par les contribuables et les consommateurs, le Gouvernement doit élargir à la SENELEC la cure de maîtrise de la masse salariale et réduction des dépenses de fonctionnement qu'il applique aux autres satellites ou agents de l’Etat.

Par ailleurs, au-delà du peu ambitieux schéma actuel d'organisation et de fonctionnement du secteur de l'électricité pour 2035, le Gouvernement doit affronter le tabou de la privatisation.

Contrairement aux idées reçues une privatisation de la SENELEC ne serait absolument un désastre national.

 La situation de la Sonatel et de la SDE prouve que la privatisation ne rime pas nécessairement avec augmentation des prix, menace sur l'accès universel et dégradation de la qualité de la fourniture d'un service ou d'une denrée de première nécessité. »

liiiiiiiaffaire_de_malade

24 Commentaires

  1. Auteur

    Gorgoloo

    En Novembre, 2019 (12:12 PM)
    mes enfants qui sont en espagne vont payer mes factures par le biais de western union car j ai 3 femmes et suis retraité de la fonction publique
    • Auteur

      Reply_author

      En Novembre, 2019 (14:43 PM)
      mo ki dafa yabater aye niet you mel ni yaw lagniou wara arreter faye pfff sante yalla les senegalais ne supporterons plus ton salaire mou dess bou pata bi ak aye mbokam
    • Auteur

      Reply_author

      En Novembre, 2019 (23:42 PM)
      que les agents de la senelec payent plein pot l'électricité comme tout le monde di moment qu'ils ont de bons salaires.
    • Auteur

      Reply_author

      En Novembre, 2019 (23:43 PM)
      que les agents de la senelec payent plein pot l'électricité comme tout le monde di moment qu'ils ont de bons salaires.
    • Auteur

      Reply_author

      En Novembre, 2019 (23:43 PM)
      que les agents de la senelec payent plein pot l'électricité comme tout le monde di moment qu'ils ont de bons salaires.
    • Auteur

      Reply_author

      En Novembre, 2019 (23:43 PM)
      que les agents de la senelec payent plein pot l'électricité comme tout le monde di moment qu'ils ont de bons salaires.
  2. Auteur

    Cadre à Diass

    En Novembre, 2019 (12:14 PM)
    y a trop de fonctionnaires qui ne foutent rien....qui prennent le petit dejeuner dans les bureaux jusqu à 11h sans que personne ne dise rien.Incroyable mais vrai.Il faut absolument rationnaliser la fonction publique
    • Auteur

      Reply_author

      En Novembre, 2019 (23:42 PM)
      que les agents de la senelec payent plein pot l'électricité comme tout le monde di moment qu'ils ont de bons salaires.
    Auteur

    En Novembre, 2019 (12:22 PM)
    mais il est devenu un veritable opposant mais dans le tard , car, son passé aupres des pouvoirs qu'il a soutenus ,restent en memoire indeleblle,il ne peut plus convaincre !
    Auteur

    En Novembre, 2019 (12:24 PM)
    3OOO employés alors que quand un poteau électrique prend feu dans la rue, c'est la croix et la bannière pour déplacer un technicien. Franchement c'est du n'importe quoi, ce qui veut dire que la SENELEC procède à des recrutements de complaisance comme dans toutes les sociétés publiques. Dans quelle galère nous sommes nous fourrés?
    • Auteur

      Reply_author

      En Novembre, 2019 (23:42 PM)
      que les agents de la senelec payent plein pot l'électricité comme tout le monde di moment qu'ils ont de bons salaires.
    Auteur

    En Novembre, 2019 (12:30 PM)
    Et une fois de plus le peuple de domrame que nous sommes va laisser faire
    Auteur

    En Novembre, 2019 (12:40 PM)
    Le problème de macky sall, abdou diouf et dans une moindre mesure abdoulaye wade, c'est qu'il suivent les politiques de la banque mondiale.







    c'est c'est institution qui est derrière cette hausse. elle a demandé cette hausse contre le paiement d'un appui budgétaire. avec la situation tendue de la trésorerie de l'etat, le gouvernement a fini par accepter.







    tant que nos dirigeants écoute tant soit peu la banque mondiale nous n'iront jamais de l'avant.







    ce qui grave avec cette institution c'est qu'elle dit qu'elle lutte contre la pauvreté alors qu'elle appauvri les sénégalais en exigeant cette hausse du tarif de l'électricité
    • Auteur

      Reply_author

      En Novembre, 2019 (10:34 AM)
      si abdoulaye wade avait suivi les instructions financières internationales il n'y aurait pas eu les " émeutes de l'électricité " et il serait réélu.
      on nous présenté moctar cisse comme ayant redressé la boîte et fait des bénéfices au point de pouvoir vendre de l'électricité aux pays limitrophes.la réalité est toute autre et au peuple de payer les pots cassés
    • Auteur

      Reply_author

      En Novembre, 2019 (14:10 PM)
      vous etes les seuls a ignorer que mactar cisse n'est qu'un escroc qui a foutu le bordel a la senelec pillant la boite en recrutant des centaines de walos walos et des aperistes sans compter les cas de la premiere drianke. il a foutu le meme bordel a la douane ou il avait mis en place un systeme bien huile de detournement. la crei ou l'ofnac n'ont qu'a ouvrir des enquetes. mais il a une technique infaillible au senegal c'est qu'il arrose des journalistes bien cibles qui lui font un traitement privilegie.
    Auteur

    Citoyen

    En Novembre, 2019 (12:44 PM)
    Omniscient ! Il veut être Moustapha. Mais ridicule, il l'est certainement aux yeux des sénégalais.

    Pauvre Diakhaté.
    • Auteur

      Reply_author

      En Novembre, 2019 (12:49 PM)
      l'erreur originelle de macky sall a été d'impliquer des ignorants de ce genre dans la gestion de ce pays. maintenant, il doit certainement être entrain de regretter d'avoir eu des collaborateurs aussi incultes dans la gestion de la chose publique. et malheureusement, il y en a toujours d'autres dans son entourage.
    Auteur

    En Novembre, 2019 (13:04 PM)
    Si vous ne suivez pas les institutions financières si vous ne suivez pas les bailleurs de fonds vous allez suivre qui?

    Qui sont vos investisseurs ? Ce n'est pas le peuple Sénégalais que je sache.

    Arrêter de faire les intellectuels bavards et de faire dans la sorcellerie.

    Quand on est pauvre on doit suivre plus riche que soi.

    Ou bien accepter son statut de pauvreté et laissez les autres travailler.

    Auteur

    En Novembre, 2019 (13:35 PM)
    Moi ce que je ne comprends pas avec ce gvnmt menteur de macky sall, c'est il nous parle chaque jour de l'application de la vérité prix alors si logiquement on le faisait tout devrait baisser par rapport au prix du baril en 2012 où il avait atteint 140 dollars, n’empêche Wade avait maintenu la subvention et le prix du kwh n'avait pas varié plus les investissements lourds en terme de centrales et l'approvisionnement trés chere en combustible. Je ne peux pas comprendre que ce prix du baril depuis 2014 n'a jamais dépassé 70 dollars atteignant dès fois meme 30 dollars et aujourd'hui il est à 58 dollars et jamais la population n'a sentit dans son vécu quotidien cette baisse du baril. Où est donc l'application de la vérité des prix ici? C'est vraiment dommage pour ce pays avec une population que je ne sais qualifier qui accepte tout.
    Auteur

    La Taupe

    En Novembre, 2019 (13:36 PM)
    La taupe du palais casse toi.
    Auteur

    En Novembre, 2019 (13:44 PM)
    Méfiez vous du wolof
    Auteur

    En Novembre, 2019 (13:52 PM)
    PAS AVANT 2022........RFI..............Par Claire Fages Diffusion : vendredi 22 novembre 2019



    Les abondantes réserves de gaz découvertes au large du Sénégal serviront à fournir de l'électricité au pays, s'est engagé le ministre sénégalais du Pétrole et des Énergies. Il présentait les projets du Sénégal à Paris, ce jeudi, à l'occasion du Sommet international du gaz et de l'électricité.



    Avec des découvertes gazières qui s'enchaînent dans ses eaux maritimes, le Sénégal dispose désormais de réserves parmi les 30 premières au monde, plus de 1000 milliards de m3 de gaz récupérables. De quoi permettre au pays ouest-africain d'utiliser du gaz plutôt que du charbon ou des générateurs au fuel très polluants, pour produire de l'électricité.



    Le ministre sénégalais du Pétrole et des Énergies Mouhamadou Makhtar Cissé le confiait à Paris, un réseau de gazoducs de 450 kilomètres est envisagé, ainsi que la construction d'une centrale à gaz de 225 MW, et, « dans un futur proche », la conversion au gaz de la seule centrale électrique du pays, 125 MW, qui fonctionne au charbon, près de la capitale, Dakar.



    Grand Tortue pour les exports, Sangomar pour les besoins locaux ?



    Il faudra tout de même un peu de patience avant que le gaz du Sénégal ne participe au bouquet énergétique du pays. Le gisement gazier le plus abondant, Grand Tortue, est au nord, à cheval sur la frontière maritime entre le Sénégal et la Mauritanie. C'est le plus éloigné des besoins locaux et en particulier de Dakar. Il ne sera donc a priori pas destiné à la consommation locale, souligne l'expert du pétrole Jean-Pierre Favennec, mais aux exportations, sous forme de gaz naturel liquéfié. Du GNL qui sera fabriqué au large, sur des plateformes flottantes de liquéfaction. À moins que l'opérateur du gisement BP ne décide de réaliser un grand projet de liquéfaction sur la côte sénégalaise - le géant britannique du pétrole serait en discussion avec les banques à ce sujet, indique une source pétrolière.



    Pas avant 2022



    Néanmoins, le gaz le plus accessible pour la consommation sénégalaise serait plutôt le gaz associé au pétrole du gisement offshore de Sangomar, estime le spécialiste, parce qu'il est plus au sud et plus proche de Dakar. La compagnie nationale d'électricité Senelec, amenée à se transformer en holding, en serait, dans un premier temps, l'unique acheteur pour les besoins nationaux.



    Quoi qu'il en soit, il faudra que le Sénégal attende 2022 avant de produire les premiers m3 de gaz. D'ici là le ministre du Pétrole et des Énergies envisage, pour entamer la transition, d'importer du gaz naturel liquéfié, au prix le plus compétitif du marché. Et de continuer à soutenir la production d'énergie solaire, à défaut de pouvoir profiter de l'électricité des barrages hydrauliques de la Guinée voisine qui, regrette le ministre sénégalais, « ne fonctionnent pas ».



    Auteur

    En Novembre, 2019 (14:00 PM)
    Comment peut on justifier un salaire moyen de 19 000 000 cfa annuel. C'est une blague non ?

    C'est bien plus que le salaire d'un député. Il y a une erreur ?
    Auteur

    Ins

    En Novembre, 2019 (14:03 PM)
    il faut trouver à la SENELEC une coépouse c'est ça la solution pour avoir de la meilleure qualité et au meilleure prix.
    Auteur

    En Vérité

    En Novembre, 2019 (14:34 PM)
    Nékhoul ba nékhoul je commence à apprécier ce vieux. Quoique vous pouvez dire de lui vous autres qui n'aimaient pas la vérité mais Moustapha DIAKHATE a bien raison. Nos seulement ce régime bouffe notre argent maintenant il veut nous appauvrir. Le citoyen lamda non seulement il peine à joindre les deux bouts, loyer cher, l'eau cher et maintenant c'est autour de l'électricité founiou dieume??? ... AJUSTEMENT STRUCTUREL !!! dixit le Président Abdoul MBAYE.
    Auteur

    En Novembre, 2019 (14:46 PM)
    GUIDES CORRIGÉS AUX CONCOURS ENA DOUANES POLICE GREFFE GENDARMERIE FASTEF CREM CFJ ESP EPT EAUX ET FORÊTS BACCALAURÉAT BFEM CFEE DISPONIBLES AUX NUMÉROS 782213135





    DES GUIDES CORRIGÉS AUX BACCALAURÉAT BFEM CFEE 1er 2ND FRANÇAIS PHILOSOPHIE ANGLAIS ESPAGNOL ARABE

    MATHS PC SVT

    DISPONIBLES AUX NUMÉROS 782213135

    Magistrature et greffe disponible 782213135
    Auteur

    En Novembre, 2019 (14:50 PM)
    Qu'on l'aime ou qu'on ne l'aime pas , Moustapha Diakhate à raison

    Il faut dégraisser le mamouth la Senelec et les autres structures de l'état comme les hôpitaux

    Courage Mr Dialhate
    Auteur

    Takou

    En Novembre, 2019 (14:52 PM)
    C'est une erreur ou pas. Dans ce texte, il est dit que:

    '' En effet, le salaire moyen annuel d'un agent de SENELEC tourne autour de 19 millions de FCFA alors que son collègue de la fonction publique perçoit un salaire moyen annuel d'environ 5 millions de FCFA soit un écart de 14 points.''
    Auteur

    En Novembre, 2019 (17:04 PM)
    A L'ATTENTION DE MONSIEUR MOUSTAPHA DIAKHATE le nouveau révolutionnaire pour la défense des Sénégalais.











    Dette : pourquoi les taux d'emprunt des Etats restent anormalement bas



    La perspective d'une hausse des taux de la BCE s'éloigne sur fond de détérioration économique. L'appétit des investisseurs pour la dette d'Etat est fort.



    Budget fiscalité



    060783318058_web_tete.jpg060783318058_web_tete.jpg



    Les montants placés sur la dette publique depuis le début de l'année sont vertigineux.



    Shutterstock

    Par Isabelle Couet

    Publié le 26 févr. 2019 à 7h25



    Avec la fin du soutien de la Banque centrale européenne, 2019 s'annonçait comme l'année d'un changement de régime pour la dette. Mais plus de dix ans après la crise de la zone euro, le retour à des conditions d'emprunt « normales » ne semble toujours pas se dessiner. La France voit même son coût de financement baisser depuis l'automne. L'Etat emprunte à 10 ans au taux de 0,53 %, un plus bas depuis novembre 2016.

    Taux inférieurs à 0 %



    L'Hexagone n'est pas le seul à bénéficier d'une situation aussi favorable sur les marchés obligataires. Comme lui, l'Allemagne, ou encore l'Espagne et le Portugal - deux pays qui ont eu besoin d'une aide - se financent à 2 ans à des taux inférieurs à 0 %. Autrement dit, l'appétit des investisseurs pour le « papier » d'Etat est tel que ceux-ci acceptent de ne pas être remboursés complètement. Les montants placés sur la dette publique depuis le début de l'année donnent d'ailleurs le vertige. Un exemple : début février, l'Italie a reçu plus de 40 milliards d'euros de souscriptions pour son emprunt à 30 ans ! Le pays gouverné par une coalition populiste ne semble plus effrayer les investisseurs internationaux.



    Pourquoi l'Etat ignore qui détient sa dette



    Emprunter sur les marchés financiers : mode d'emploi



    Le début d'année est traditionnellement une période faste pour les emprunteurs. 2019 l'est encore plus. La tempête qui s'est abattue sur les marchés financiers en 2018 a poussé les gérants de portefeuilles à réduire leur exposition à la dette et augmenter les liquidités disponibles. Cet argent vient désormais se déverser en quantité massive, ce qui abaisse les coûts de financement.

    Nouvelles mesures de la BCE



    Par ailleurs, si la Banque centrale européenne (BCE) a cessé d'acheter de nouveaux emprunts d'Etat depuis janvier, elle continue de réinvestir dans ceux qu'elle détient et qui arrivent à échéance. Une manière d'amortir l'effet de son retrait et d'empêcher une brutale remontée des taux d'emprunt. Surtout, l'institution monétaire multiplie les messages de prudence. Deux membres éminents du directoire de la BCE, Peter Praet et Benoît Coeuré , ont pris la parole en ce sens ces dernières semaines.



    Il devient de plus en plus probable que le mandat de huit ans de Mario Draghi s'achèvera en fin d'année sans que l'Italien n'ait jamais pu relever le loyer de l'argent. De nouvelles mesures de soutien monétaire sont même envisagées, du fait de la détérioration des conditions économiques.

    Auteur

    En Novembre, 2019 (17:04 PM)
    A L'ATTENTION DE MONSIEUR MOUSTAPHA DIAKHATE le nouveau révolutionnaire pour la défense des Sénégalais.











    Dette : pourquoi les taux d'emprunt des Etats restent anormalement bas



    La perspective d'une hausse des taux de la BCE s'éloigne sur fond de détérioration économique. L'appétit des investisseurs pour la dette d'Etat est fort.



    Budget fiscalité



    060783318058_web_tete.jpg060783318058_web_tete.jpg



    Les montants placés sur la dette publique depuis le début de l'année sont vertigineux.



    Shutterstock

    Par Isabelle Couet

    Publié le 26 févr. 2019 à 7h25



    Avec la fin du soutien de la Banque centrale européenne, 2019 s'annonçait comme l'année d'un changement de régime pour la dette. Mais plus de dix ans après la crise de la zone euro, le retour à des conditions d'emprunt « normales » ne semble toujours pas se dessiner. La France voit même son coût de financement baisser depuis l'automne. L'Etat emprunte à 10 ans au taux de 0,53 %, un plus bas depuis novembre 2016.

    Taux inférieurs à 0 %



    L'Hexagone n'est pas le seul à bénéficier d'une situation aussi favorable sur les marchés obligataires. Comme lui, l'Allemagne, ou encore l'Espagne et le Portugal - deux pays qui ont eu besoin d'une aide - se financent à 2 ans à des taux inférieurs à 0 %. Autrement dit, l'appétit des investisseurs pour le « papier » d'Etat est tel que ceux-ci acceptent de ne pas être remboursés complètement. Les montants placés sur la dette publique depuis le début de l'année donnent d'ailleurs le vertige. Un exemple : début février, l'Italie a reçu plus de 40 milliards d'euros de souscriptions pour son emprunt à 30 ans ! Le pays gouverné par une coalition populiste ne semble plus effrayer les investisseurs internationaux.



    Pourquoi l'Etat ignore qui détient sa dette



    Emprunter sur les marchés financiers : mode d'emploi



    Le début d'année est traditionnellement une période faste pour les emprunteurs. 2019 l'est encore plus. La tempête qui s'est abattue sur les marchés financiers en 2018 a poussé les gérants de portefeuilles à réduire leur exposition à la dette et augmenter les liquidités disponibles. Cet argent vient désormais se déverser en quantité massive, ce qui abaisse les coûts de financement.

    Nouvelles mesures de la BCE



    Par ailleurs, si la Banque centrale européenne (BCE) a cessé d'acheter de nouveaux emprunts d'Etat depuis janvier, elle continue de réinvestir dans ceux qu'elle détient et qui arrivent à échéance. Une manière d'amortir l'effet de son retrait et d'empêcher une brutale remontée des taux d'emprunt. Surtout, l'institution monétaire multiplie les messages de prudence. Deux membres éminents du directoire de la BCE, Peter Praet et Benoît Coeuré , ont pris la parole en ce sens ces dernières semaines.



    Il devient de plus en plus probable que le mandat de huit ans de Mario Draghi s'achèvera en fin d'année sans que l'Italien n'ait jamais pu relever le loyer de l'argent. De nouvelles mesures de soutien monétaire sont même envisagées, du fait de la détérioration des conditions économiques.

    Auteur

    Moi

    En Novembre, 2019 (17:14 PM)
    c'est pas ojdui qu'il emet des critiques.
    Auteur

    Senegalais

    En Novembre, 2019 (13:33 PM)
    LA GRANDE PART DE L'ENERGIE PRODUITE PAR LA SENELEC SOIT ENVIRON 80% EST PRIVEE ALORS COMMENT EST NEGOCIE LE PRIX DE VENTE DE L'ENERGIE VENDUE PAR LES PRIVES A SENELEC POUR KE CETTE DERNIERE EN RETOUR LA VENDE AU CONSOMMATEURS /

    UNE GRANDE PARTIE DES CHARGES D'EXPLOITATION ET DE MAINTENANCE DANS LA PRODUCTION N'EST PLUS UN PROBLEME POUR SENELEC

    ALORS POURQUOI CETTE HAUSSE
    Auteur

    En Novembre, 2019 (14:13 PM)
    MOUSTAPHA DIAKHATE INTERESSEZ A LA DETTE PUBLIQUE ET DITES NOUS SI YA DERRIERE DU VOL DES SENEGALAIS
    Auteur

    Tapha

    En Novembre, 2019 (22:42 PM)
    Tapha tu prends le cas d un directeur pr le generalisé. Un salaire de 300 mille peut il faire 19 millions l annee?Demain je publierai mes bulletins de salaires.

    Wassalam

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email