Lundi 15 Juillet, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

[Focus] Idrissa Seck, Khalifa Sall, Boubacar Camara, Habib Sy…: Quel avenir pour ces papys de la politique ?

Single Post
[Focus] Idrissa Seck, Khalifa Sall, Boubacar Camara, Habib Sy…: Quel avenir pour ces papys de la politique ?
En brandissant son balai mystique lors de la campagne électorale, Bassirou Diomaye Faye promettait de se débarrasser du défunt régime, mais avec cette nouvelle reconfiguration politique, une bonne partie de ses challengers, -les papys en tout cas-, risque de déposer leurs armes.

C’est une lapalissade de dire que l’élection de Bassirou Diomaye Faye (44 ans) à la tête du pays à l’issue du scrutin du 24 mars a porté un sacré coup aux candidats malheureux. Certains parmi eux, –qui seront bientôt septuagénaires-, risquent de prendre leur retraite politique bien avant l’heure.

Même si, en vertu des dispositions de la Constitution, ils auront pratiquement l’âge maximum requis (75 ans) pour briguer à nouveau le suffrage des Sénégalais à la prochaine élection présidentielle, l'aîné, Khalifa Sall, aura 73 ans, en 2029, mais la nouvelle reconfiguration politique et leur faible poids électoral ne semblent pas jouer à leur faveur.

D’abord, parlons du cas du leader de « Taxawu Sénégal », qui aime d’ailleurs à se définir comme un militant qui se met au service de son peuple. Depuis 23 ans, il est resté sourd à l’appel des pouvoirs qui se sont succédé à la tête de notre pays. Il demeure fidèle à ses convictions de militant ancré dans ses valeurs humanistes. Avoir connu le pouvoir et l’opposition l’a préparé à occuper les plus hautes charges. Son combat pour la justice sociale, l’égalité des chances, la répartition équitable des ressources, la solidarité et le culte de l’intérêt est au cœur du projet de promotion collective qu’il propose à ses compatriotes. Mais son score à la dernière présidentielle a été plus que décevant (1,56 %). « Khalifa Sall est victime de la lourde sanction que le peuple a infligée au régime de Macky Sall, résume un de ses proches. Il n’avait visiblement pas une place pour les autres candidats ».

Khalifa Ababacar Sall est élu en 1983, Secrétaire national des Jeunesses socialiste et devient la même année, l’un des plus jeunes députés à l’Assemblée nationale (27 ans). Plus tard, il siégera au Conseil des ministres comme ministre délégué auprès du Premier ministre chargé des Relations avec les Assemblées. Nous sommes en 1993. Cinq ans plus tard, il est nommé ministre de plein exercice et hérite du portefeuille du Commerce et de l'Artisanat. Il a été député, ministre et maire de Grand Yoff et de la capitale sénégalaise à deux reprises (Dakar).

Khalifa est élu maire de la commune d’arrondissement de Grand Yoff, nouvellement créée de 1996 à 2002. Il retourne à l’Assemblée nationale comme député en mai 2001. En 2009, alors qu’il est dans l’opposition, il est élu maire de la capitale sénégalaise Dakar, et sera reconduit en 2014. En 2017, malgré sa détention, Khalifa Ababacar Sall est élu député par les Sénégalais, au soir du 30 juillet.

Déjà, du côté de « Taxawu Sénégal », l’on annonce le positionnement de Barthélémy Dias, encore jeune, qui va prendre la relève. Ce qui reviendrait à dire que l’ancien pensionnaire de la prison de Rebeuss (affaire de la Caisse d’avance), serait, lui, sur le point de prendre sa retraite.

Le même scénario risque de se produire au sein du parti Rewmi où le doyen et expérimenté Idrissa Seck continue d’être esseulé. Le « prince » du Kayor, qui s’est mis depuis longtemps dans la peau du 4e, puis du 5e président, va devoir déchanter. Une nouvelle fois ! En effet, arrivé 2e à la présidentielle de 2019 (20% des suffrages) avec une coalition XXL composée de la quasi-totalité des candidats recalés au parrainage, Idy a vu son poids électoral s’effriter fortement.

Cela s’est confirmé, lors de la dernière échéance électorale, sa quatrième participation à une présidentielle, avec un résultat de moins de 1%. Ceci, au point que, Thiès, sa chasse gardée longtemps contrôlée par ses lieutenants, lui file entre les doigts, tombant dans l’escarcelle de Yewwi Askan wi aussi bien aux Locales qu’aux Législatives.

Encore plus symptomatique du rejet des Thiessois envers Idy, l’ancien édile adulé de la ville est très souvent copieusement hué dans son propre fief. Une dégringolade qui est la conséquence directe de son entrisme dans le gouvernement de Macky Sall, selon certains analystes politiques, qui pensent donc que sa démission, suivie de la rupture de son compagnonnage politique avec la mouvance présidentielle, n’est pas de nature à redorer son blason puisque sa dernière opération « Gnibissi », lancée pour inviter les responsables et militants qui ont claqué la porte à revenir au Rewmi, a été un fiasco. Son fameux entrisme, au final, vaut son pesant de cacahuètes.

D’ailleurs, il y a quelques jours, son désormais ex-porte-parole, Daouda Ba, a annoncé son divorce d’avec Idy « après 18 ans de militantisme ».

Pour Boubacar Camara, néo-politique, risque également de déposer les armes, lui qui a fait l’Armée, la Douane, l’Inspection générale d’Etat (IGE). Il frôlera les 75 ans à la prochaine présidentielle, mais, accrédité de seulement 0.52% au dernier scrutin, ses chances pour les élections législatives et locales sont minimes. Quoi qu’il en soit, Kamah fait inéluctablement partie du cercle restreint des acteurs politiques qui ont la particularité d’avoir un parcours professionnel exceptionnel. Sorti de l'École nationale de formation maritime de Dakar avant de rejoindre l’École nationale des Douanes, il est aussi diplômé de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar où il est sorti avec une maîtrise et un DEA en droit public. Mais M. Camara fut également soldat de 2e classe dans l’armée sénégalaise. Après un brevet à l’École nationale d’administration (Ena), il est agréé en qualité d’expert maritime cargaison.

En mai 2005, il est diplômé de l’Université Pierre Mendès France de Grenoble et y soutient sa thèse de doctorat en droit sur « le Contentieux douanier au Sénégal ». « Kamah » est aussi diplômé de l'École de formation du Barreau à Paris où il obtient le certificat d'aptitude à la profession d'avocat en octobre 2008.

En mai 2018, il s’est jeté dans la mare politique avec ce slogan qui, selon lui, explique une remise en cause des politiques publiques mises en place depuis 1960. L’ancien Directeur général de la Douane veut bousculer l’ordre établi dans un paysage politique loin d’être un fleuve tranquille.

Cas Habib Sy, vétéran pro-Diomaye!

Toutefois, il ne faut pas exclure une éventuelle alliance avec le Pastef, un parti avec qui incarne de rupture, tout comme son mouvement « Jengu » « révolter, en langue Wolof ». D’ailleurs, selon certaines indiscrétions, Boubacar Camara ferait partie des schémas du président Bassirou Diomaye Faye et de son Premier ministre, Ousmane Sonko. Sera-t-il coopté pour un poste de directeur d’une direction ? Les Sénégalais seront édifiés dans les prochaines semaines.

Parmi ces « papys » du champ politique, il y a aussi Mamadou Lamine Diallo, fondateur du Mouvement « Tekki ». Ingénieur diplômé de l’École polytechnique de Paris et de l’École des Mines de la même ville, il est titulaire d’un doctorat en Économie de l'École des Mines de Paris en 1988. Après quelques années d'expérience en France, il rejoint la Banque mondiale à Washington en 1990 avant de rentrer au Sénégal, en 1993, pour travailler à la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao). Détaché à la Primature de 1994 à 2001 comme conseiller technique, il sert l’Etat du Sénégal jusqu’en 2001, avant de retrouver la Direction de la recherche et de la statistique de ladite banque centrale. De 2003 à 2006, il est à nouveau détaché auprès de la Commission de l’Union africaine (UA) en tant que Directeur de cabinet adjoint, puis Directeur de cabinet d’Alpha Oumar Konaré, Président de la commission de l’institution.

Mamadou Lamine Diallo connaît bien l’Administration pour avoir travaillé comme conseiller technique dans les infrastructures, dans les mines, l’énergie aux côtés des anciens Premiers ministres Habib Thiam, Mamadou Lamine Loum, Moustapha Niasse et Mame Madior Boye.

Il s’est présenté comme candidat indépendant à l’élection présidentielle de février 2007 au Sénégal pour obtenir 0,48 %. Mamadou Lamine Diallo est membre de la Conférence des leaders de la coalition ‘’Bennoo Siggil Senegaal’’, victorieuse lors des élections locales de 2009. Député depuis la 12e Législature, il a également pris une part active aux travaux des Assises nationales du Sénégal. Mais Diallo n’a pas pu créer la surprise lors de la dernière élection (0,22% des voix).

Quoi qu’il en soit, ils se sont tous emmurés dans un silence assourdissant depuis la débâcle du 24 mars dernier.

Contrairement à eux, Habib Sy, 67 ans, pourrait bien être récompensé par les nouvelles autorités qui avaient elles-mêmes porté sa candidature à laquelle il avait voulu renoncer à 48h de la fin de la campagne pour soutenir Bassirou Diomaye Faye. A défaut, ce vétéran, qui a fait également le régime de Wade, serait un "bon" conseiller.

En tout état de cause, Cheikh Tidiane Dièye, qui était dans le même cas, est « casé » au ministère de l’Hydraulique et de l’Assainissement.



15 Commentaires

  1. Auteur

    Le Patriote

    En Avril, 2024 (10:19 AM)
    Retraite politique rek. Les gens doivent se reposer à un moment donné waay 
    • Auteur

      Reply_author

      En Avril, 2024 (10:28 AM)
      🇸🇳  Leurs avenirs c'est de trouver leurs pliants d'aller se reposer et de laisser la place à cette nouvelle Génération consciente audacieuse, et qui sait ce qu'elle veut.
      Mak bouko si défoul. Yak khaléyi  yénay nok Gëw 
    {comment_ads}
    • Auteur

      Karim$

      En Avril, 2024 (10:36 AM)
      La retraite et le silence ! Place à la jeunesse compétente ! Sauf pour Habib Sy qui a joué un grand rôle en aidant la jeunesse à accéder au pouvoir ! Il a des valeurs et du yeurmandé comme les Magui PASTEF, donc son expertise est la bienvenue pour nous accompagner. Quant aux amis de la France, gare à vous ! Vous avez intérêt à vous tenir à carreaux, parce qu’on est énervés là ! Surtout depuis qu’un général raciste de l’armée française a fait une interview pour nous insulter tous encore une fois en appelant à recoloniser l’Afrique et à poursuivre les sabotages. Ces Français n’ont que du mépris et de la haine raciale pour nous. Pourtant, on ne leur a rien fait et si aujourd'hui la France est le pays le plus riche en or du monde, ce n’est que grâce à nous et ses pillages sur nos pays depuis très longtemps. Mais malgré cela, ils nous détestent et veulent notre destruction totale et ne nous souhaite rien de bon et aucun développement et pour cela ils comptent sur certains noirs incompétents prêts à nous vendre. Quand je pense que Macky SALL travaille pour eux maintenant alors même qu’il a dirigé ce pays pendant 12 ans et connaît tous nos secrets, j’ai envie de pleurer. Ce qui nous arrive ressemble bien au film dans kunta kinté ! Des noirs qui nous trahissent et nous vendent et des blancs qui nous maltraitent et nous font vivre l’enfer. Mais toute chose a une fin parce qu’on ne compte pas se laisser faire. Nous connaissons bien les chemins du gatsa gatsa maintenant et on a plus peur de la mort. Nous voulons le départ de l’armée française et la fin du franc CFA. 250 entreprises françaises sur notre sol, ça aussi, c’est à revoir. Les saboteurs l’APR/ Benno gare à vous aussi ! Allez vous trouver du travail ou opposez vous avec dignité ! Pas de sabotage, pas complots avec le colon pour nous vendre ! On vous a à l’œil ! Les maires condamnés par la justice aussi devront céder leur place aux bien à la mairie qu’à l’Assemblée nationale !  On ne joue plus, on travaille ! A bon entendeur !
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Avril, 2024 (10:39 AM)
      Dém noppalékou nak, lékk ci li léén yallah séddeu.
      Mais difficile de leur demander quand leur grand père maam Ablaye Wade est toujours là a 150 ans!
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Avril, 2024 (10:58 AM)
      au sénégal trés vite on envoie les gens à la retraite. Dans la fonction publique, je peux comprendre d'aller à la retraite à l'age requis pour laisser la place à d'autres, mais en politique, il n'y a pas de retraite tant que tu as les moyens physiques et intellectuels en plus de la légitimité du peuple. C'est la même chose en sport aussi, la retraite ne se décrète pas. On a vu ici des joueurs talentueux, très bons, qu'on a poussé à la retraite alors qu'ils sont mieux que les jeunes. Aux États unis, c'est très rare de voir des présidents moins de 65 ans, si je ne me trompe, à part Kennedy, bill Clinton, et Obama, je n'en sais pas autre président moins de 65 ans. Mais ici au Sénégal, à 50 ans seulement, on t'envoie à la retraite. Ces gens-là que vous voulez envoyer à la retraite sont encore utiles pour le pays sur le plan politique. La politique, c'est une compétition intellectuelle, que tu sois jeune ou vieux, l'essentiel, c'est de convaincre par les idées et un programme.
    {comment_ads}
    • Auteur

      Ils N'ont Pas été Humbles !

      En Avril, 2024 (11:02 AM)
      Ils ne sont pas sages en perpétuel éveil et observations. Ils n'ont rien vu venir. Ils n'ont pas été assez proches du peuple des jeunes qui étaient des gosses quand ils étaient aux affaires. Nous de leur génération ou moins jeunes nous les avions déjà vus à l'œuvre, très décevants sous les régimes décevants de Diouf et jeune Khalifa vieilli nous voulions le Sopi avec Wade, illusion d'un non grand soir avec mal gouvernance inouï  et complot de bagarre avec Idy ( futur Bourou ak Soow irresponsable )  plus génération faussement concrète puis arriva Macky après 8 ans avec Wade, moi blasé , je savais qu'il nous vendait du Toc avec sa " gestion vertueuse et sobre"...Kamara, ancien DC de Karim Wade plus directeur de campagne un ancien non vertueux de ministre conseiller de... Macky. Et ça s'étonne messieurs les analystes politiques de leurs déroutes magistrates face au peuple sénégalais terriblement intelligent.
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Avril, 2024 (11:36 AM)
      67 ans et il parle d'avenir.
      La retraite est leur seul avenir durable, le reste serait yoyo et ping pong
    {comment_ads} {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Avril, 2024 (12:18 PM)
      Dans le contexte sénégalais actuel, il est indéniable qu'il existe un besoin pressant de renouvellement politique. Les scores électoraux décevants des "papys de la politique" témoignent d'une déconnexion croissante entre ces dirigeants et une population en quête de changement et d'une représentation plus dynamique.
      À la lumière de cette situation, il est pertinent d'examiner des exemples de leaders politiques qui ont démissionné après des défaites électorales, même de moindre ampleur, afin de souligner l'importance de la responsabilité politique et du respect des aspirations démocratiques :
      1. Lionel Jospin (France) : Lors de l'élection présidentielle française de 2002, Lionel Jospin, alors Premier ministre et candidat du Parti socialiste, a subi une défaite surprise dès le premier tour. Face à ce revers inattendu, Jospin a assumé la responsabilité de cette défaite et a annoncé sa démission de la vie politique, ouvrant ainsi la voie à un renouvellement au sein de son parti.
      2. Theresa May (Royaume-Uni) : Après la défaite de son parti, le Parti conservateur, aux élections législatives britanniques de 2019, Theresa May a reconnu la responsabilité de cette défaite et a démissionné de son poste de Première ministre ainsi que de chef du Parti conservateur. Cette décision a permis une transition ordonnée du pouvoir au Royaume-Uni.
      Ces exemples illustrent la nécessité pour les dirigeants politiques de reconnaître leur responsabilité en cas de défaite électorale et de céder la place à de nouveaux leaders plus en phase avec les aspirations du peuple. Dans le contexte sénégalais, une telle démarche pourrait favoriser un renouveau politique nécessaire pour répondre aux attentes de la jeunesse et des citoyens en général.
      La démocratie interne au sein des partis politiques est cruciale pour assurer une représentation authentique des aspirations de leurs membres et pour favoriser un renouvellement constant des idées et des dirigeants. Sans cette démocratie interne effective, les partis risquent de devenir des coquilles vides, contrôlées par une poignée de dirigeants établis depuis longtemps, ce qui pourrait conduire à une stagnation politique et à une perte de confiance du public.
      Dans le contexte sénégalais, où les scores électoraux décevants des "papys de la politique" tels que Idrissa Seck, Kalifa Sall, Mamadou Lamine Diallo pour ne citer que ceux-ci soulignent le besoin de renouveau, il est impératif que les partis politiques favorisent un environnement démocratique et inclusif. Cela signifie garantir des processus de sélection des candidats transparents et équitables, encourager la participation des jeunes et des nouveaux membres, et permettre des débats ouverts sur les politiques et les stratégies du parti.
      En outre, la nouvelle loi à venir sur les partis politiques, notamment en ce qui concerne leur financement par l'État, pourrait jouer un rôle crucial dans la promotion de la démocratie interne. En conditionnant le financement public à des critères de transparence et de démocratie interne, l'État peut inciter les partis politiques à mettre en œuvre des réformes internes visant à renforcer la représentativité et la responsabilité au sein de leurs structures.
      Sans une démocratie interne effective et des incitations appropriées, il existe en effet un risque que l'arrivée de financements publics accroisse les pratiques clientélistes et le contrôle autoritaire au sein des partis politiques, exacerbant ainsi les problèmes de représentativité et de confiance du public. Il est donc essentiel que les autorités sénégalaises veillent à ce que le financement public des partis politiques soit associé à des normes démocratiques strictes, afin de promouvoir une culture politique plus ouverte et plus inclusive.
      EH Diagne Zone B Dakar le 26/04/24
    {comment_ads}
  2. Auteur

    Iba

    En Avril, 2024 (10:21 AM)
    IDY est fini.

    Habib ne représente rien, c'est mon association avec Pastef qui l'a mis devant la scene.

    Camara peut continuer, ce sera pas  facile mais faut être endurant en politique

    Khalifa peut rester encore pour se battre dans des élections législatives, locales.

     
    {comment_ads}
    Auteur

    Khadim

    En Avril, 2024 (10:34 AM)
    Retraite,retraite, retraite point barre ! Ils ne seront jamais jamais élus par le peuple sénégalais !Retraite , retraite , retraite forcée !
    {comment_ads}
    Auteur

    Babs

    En Avril, 2024 (10:36 AM)
    Et la Mamies comme Mimi ,ma cousine Aida mbodj,et Aminata mbengue..

    .

     
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2024 (10:37 AM)
    Monsieur le doulnaliste ,il faut réfléchir pour et penser pour ton avenir toi-même que de le faire pour/a la place des autres. Fais ta vie et 
    Auteur

    En Avril, 2024 (10:40 AM)
    Ces gens la ont été amenés á la retraite depuis longtemps, mais il est clair qu'ils ne vont pas se retirer,ce vocabulaire n'éxiste pas dans l'échiquier politique sénégalais 
    {comment_ads}
    Auteur

    Citoyen

    En Avril, 2024 (11:38 AM)
    Question à poser aux USA et pourtant !!!
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2024 (11:44 AM)
    un candidat incapable d´avoir 1 % ne doivent plus se representer
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2024 (12:36 PM)
    Quelle que soit leur expérience, les agents de l'Administration partent à le retraite entre 60 et 65 suivant leurs fonctions. Pourquoi les politiciens khamouniou sournaa ? Même après avoir bouffé des milliards ils veulent continuer alors qu'avec tout ce qu'il ont amassé ils peuvent libérer la place et gérer leurs propres affaires, surtout créer de l'emploi pour les jeunes avec tout ce que leur pays leur a donné comme privilèges. Mais politique jusqu'à la mort rèkk, ba sène sétt yi di lène torokhal avec des scores honteux !!! 
    Auteur

    Sam Guy

    En Avril, 2024 (12:48 PM)
    Le peuple peut sans se tromper compter sur le savoir et le savoir-faire du Dr Boubacar Camara et du ministre Habib Sy. En revanche, Ibliss Seck et Xaf Bokk Sall sont appelés à débarasser le plancher: car ils ont toujours été malhonnêtes et ne sont d'aucune utilité pour les futures générations!
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2024 (13:15 PM)
    Gassi pour ces gens la!!!!!!!

    Abana!! Ci Barbara!!

    Its over Co Anglais!!!😀

    Dièkna ci ouoloff!!!

     
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2024 (13:23 PM)
    Tassaro mo bakhoul thi dara, l'union fait la force en toute chose. Unissez vous pour représenter une force et ne pas céder à la seule gestion des intérêts personnels 
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2024 (13:44 PM)
    Retraite tout court ya pas milles solutions
    Auteur

    Papi

    En Avril, 2024 (13:52 PM)
    Nonnn Khalifa SALL doit encore rester. Il a toujours de l'avenir. Tout le PS derrière lui 
    {comment_ads}
    Auteur

    Papi

    En Avril, 2024 (13:52 PM)
    Nonnn Khalifa SALL doit encore rester. Il a toujours de l'avenir. Tout le PS derrière lui 
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés. --
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email