Mardi 21 Janvier, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

L’Université Gaston Berger de Saint-Louis inaugure le premier Centre au Sénégal de dépistage néonatal de la Drépanocytose !

Single Post
L’Université Gaston Berger de Saint-Louis inaugure le premier Centre au Sénégal de dépistage néonatal de la Drépanocytose !

Financé par la Fondation Pierre FABRE, le Centre de Recherche et de Prise en charge Ambulatoire de la Drépanocytose (CERPAD) sera inauguré demain jeudi 10 décembre 2015 par Monsieur le Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le Professeur Mary Teuw NIANE, en présence de Madame le Ministre de la Santé et de l’Action sociale, le Professeur Eva Mary Coll SECK, du Recteur de l’UGB, le Professeur Baydallaye KANE, de la Directrice de la Fondation Pierre FABRE, Madame Béatrice GARETTE , de la communauté universitaire, des responsables et des populations des villages environnants et des spécialistes de la santé au Sénégal  en général et en particulier de la région de Saint-Louis.


Le centre a été créé pour la mise en œuvre du Projet de Recherche Opérationnelle sur le Dépistage Néonatal et la Prise en Charge Précoce de la Drépanocytose dans la ville de Saint-Louis. Cela résulte du fait que le dépistage néonatal de la drépanocytose n’est pas disponible au Sénégal, malgré le développement de centres de prise en charge de cette maladie depuis près de 30 ans.


Financé par la Fondation Pierre FABRE à hauteur de 530 000 euros (348 millions CFA), le centre est une initiative du Professeur Ibrahima DIAGNE, Directeur de l’UFR des Sciences de la Santé de l’UGB et Point Focal pour la Lutte contre la Drépanocytose du Ministère de la Santé et de l’Action Sociale du Sénégal.


L’objectif général du CERPAD est de contribuer à la lutte contre la drépanocytose au Sénégal, principalement par la recherche-action, accessoirement par la recherche fondamentale. Il s’agit de manière spécifique de : ü  Dépister systématiquement la drépanocytose chez les nouveau-nés dans les maternités de la ville de Saint-Louis ;


ü  Prendre en charge les enfants dépisté comme porteurs de la maladie drépanocytaire au CERPAD et, en cas de besoin, au Service de Pédiatrie du CHR de Saint-Louis où nous avons également mis en place un suivi d’enfants drépanocytaires depuis février 2011 ;


ü  Analyser des données épidémiologiques, cliniques et socio-anthropologiques recueillies en collaboration avec d’autres équipes de recherche de l’Université Gaston Berger (Laboratoires UFR des Sciences Appliquées et Technologie, Département de Sociologie de l’UFR des Sciences Humaines) ;


ü  Proposer un modèle de dépistage néonatal et de prise en charge précoce de la maladie drépanocytaire adapté au système de Santé publique du Sénégal.


Il faut rappeler que la mise en place du centre de dépistage de la drépanocytose s’inscrit dans le cadre du Service à la Communauté chère à l’UGB et qui consiste à mener des activités de formation et de recherche ayant un impact direct sur la communauté, notamment dans sa zone d’implantation qui est la Région Nord du Sénégal. C’est dans la même perspective que l’Université Gaston Berger de Saint-Louis lance une polyclinique et elle nourrit la ferme volonté de parachever cette démarche par la mise en place d’un Centre Hospitalier universitaire (CHU) avec l’UFR des Science de la Santé.


Cette cérémonie d’inauguration rentre dans le cadre de la célébration des 25 années de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis au service du Développement.


DIRECTION DE LA COMMUNICATION ET DU MARKETING


UNIVERSITE GASTON BERGER DE SAINT-LOUIS


Téléphone/Fax : (221) 33 961 32 13


Courriel : [email protected]


Article_similaires

1 Commentaires

  1. Auteur

    Définition

    En Décembre, 2015 (10:12 AM)
    D’un point de vue théorique et biologique, le lien entre paludisme et drépanocytose était connu. Pourtant aucune étude n’avait permis de quantifier le nombre de cas. Aujourd’hui, des traitements existent pour les deux maladies, mais les résultats de cette étude montrent qu’aujourd’hui encore, le paludisme entretient la drépanocytose, une maladie génétique du sang.



    « On a toujours deux versions d’un gène, une qui vient du père, une qui vient de la mère. Quand les deux versions sont anormales, ça crée une maladie qui est très lourde. Et par contre, quand il y a une seule des versions qui est anormale, on n’a pas de pathologie apparente et dans ce cas-là on est protégé contre le paludisme. Donc en fait, il y a les deux effets. Dans un pays où il y a beaucoup de paludisme, on a tendance à avoir beaucoup de gens hétérozygotes parce qu’ils sont protégés. Mais du coup ça crée aussi beaucoup d’enfants qui naissent homozygotes qui eux, sont à risque d’avoir la maladie grave », explique Eric Elguero, ingénieur de recherche à l’Institut de recherche et de développement de Montpellier, est un des auteurs de ces travaux.



    Les chercheurs préconisent donc de lier les actions de prévention et de surveillance épidémiologique notamment en délimitant les zones de persistance des populations drépanocytaires. Une maladie qui concerne près de 275 000 naissances chaque année.





    pour les nullards de sournaleux :



     :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot: 

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email