Dimanche 25 Août, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Politique

Le Sénégal, si proche et si lointain…

Single Post
Le Sénégal, si proche et si lointain…

Les péripéties de l’élection présidentielle sénégalaise de février 2012 présentent de troublantes similitudes avec le scrutin présidentiel d’avril 2014. Comme pour Bouteflika, la candidature de l’ancien président sénégalais Abdoulaye Wade, qui briguait à l’âge de 85 ans un troisième mandat de 7 ans, avait fait sortir les Sénégalais dans la rue pour s’opposer à ce vieux militant des droits de l’homme enivré par le pouvoir et dont le fils, parachuté ministre, se trouve actuellement en prison pour des affaires de trafic d’influence et de corruption.

 

La validation de sa candidature par le Conseil constitutionnel sénégalais et le rejet d’autres candidatures de l’opposition dont celle du chanteur très populaire Youssouf N’Dour avaient donné lieu, comme en Algérie, à des manifestations de rue violemment réprimées par la police. Le front politique anti-Wade en est sorti renforcé. Il se traduira par un séisme électoral jamais connu au Sénégal. Aucun candidat en lice n’avait obtenu la majorité au premier tour. Le candidat Wade qui avait affronté au second tour son ancien Premier ministre Macky Sall – lequel a bénéficié du report de voix de l’opposition – sera battu à plate couture par ce dernier avec près de 2/3 des voix exprimées. Wade reconnaît sa défaite et félicite le nouveau Président.

 

Le monde entier a salué la leçon de démocratie offerte par le Sénégal. Cet acquis démocratique n’aurait pas été possible sans un scrutin régulier et un processus électoral à la mise en œuvre duquel l’opposition fut partie prenante à toutes les étapes de la préparation, de l’organisation et du contrôle du scrutin, garantissant ainsi une égalité des chances à tous les candidats.

 

La comparaison entre le processus électoral au Sénégal et en Algérie s’arrête au coup de force des Conseils constitutionnels des deux pays. Et aux actions de protestation de la classe politique et de la société civile contre ces candidatures des systèmes en place. Pour le reste, tout le reste, l’élection présidentielle du 17 avril en Algérie est programmée par le pouvoir pour ne laisser place à aucune mauvaise surprise pour leur candidat du système et l’issue du scrutin. Même si sous la pression de la classe politique engagée dans ce scrutin, de la rue et de l’étranger, le système en arrive à se faire violence et à garantir un vote propre et régulier – chose surréaliste – cela ne changera pas grand-chose aux données du problème. Car pour beaucoup, l’élection est déjà scellée.

 

Le chantage électoral à travers les généreuses mesures sociales populistes, concrétisées ou promises, annoncées avec un rythme effréné par le gouvernement, notamment depuis la nomination de Sellal au poste de Premier ministre, pèse lourdement sur ce scrutin. Il faut de la maturité politique pour déjouer ce piège du pouvoir qui cherche à faire passer, dans la conscience des citoyens, des droits sociaux légitimes pour des dons et des actes de générosité de Bouteflika. Mais il faut se garder d’insulter l’intelligence des Algériens. Par rapport aux précédentes campagnes électorales où les soutiens pour Bouteflika affluaient de toutes parts, le clan présidentiel en est réduit, cette fois-ci, à compter ses troupes. La marge de manœuvre de Bouteflika n’est plus ce qu’elle était. Et c’est ce qui inquiète ses conseillers ! Le Sénégal est à la fois si loin et si proche de l’Algérie.

Article_similaires

9 Commentaires

  1. Auteur

    Vive

    En Mars, 2014 (18:16 PM)
    Vive le vieux crocodile

    Cancrelat

    Voleur
  2. Auteur

    Frère

    En Mars, 2014 (18:49 PM)
    frère algériens, résistez c'est un devoir...........
    Auteur

    Maïmoune

    En Mars, 2014 (19:08 PM)
    Vous pouvez vous y hasarder, mais en Europe et particulièrement en France aucun analystes politique, aucun homme politique n'a encore émis un avis sur cette bizarrerie du régime Algérien. Quand un Régime est fort, quand un peuple est susceptible sur tout ce qui touche sa souveraineté, les Européens et particulièrement les Français savent les respecter. Ce n'est plus BOUTEFLUKA que tout le monde sait dans une forme physique au bord de la rupture, mais tout un régime qui ne se laisse pas faire. Observez bien le silence complice de notre journal soit disant PAPAFRICAIN : JEUNE AFRIQUE ! BEN YAMIN son équipe et sa famille, ne veulent pas être interdits de diffusion dans ce pays ! Les pauvres Sénégalais, acceptent que l'on les injurie à travers des critiques de leurs leaders, pas les Algériens.
    Auteur

    Cietzen

    En Mars, 2014 (19:38 PM)
    L'occasion pour moi de re-féléciter les jeunes de Y en a Marre qui quoi qu'on en dise sont à la base même de ce changement et de cette "révolution" de 2012

    Ensuite, en deuxieme lieu féliciter le peuple sénégalais qui a révelé sa maturité.



    Ceci étant dit :

    NON AU MUR DE LA HONTE DE LA CORNICHE

    Auteur

    Wax Waxaat

    En Mars, 2014 (20:19 PM)
    LA VÉRITÉ ÉTHIQUE OU POLITIQUE C'EST QUE LE FAMEUX "WAX WAXEET" BRANDIE PAR UNE CERTAINE OPPOSITION EN MAL D'ARGUMENT POUR LE METTRE NOTRE PAYS A FEU ET SANG ETAIT EN FAIT UNE VERITE JURIDIQUE PUISQUE LE PRESIDENT WADE SEST PRESENTE LE 26 FEVRIER 212 ET NE SERA FINALEMENT BATTU QUE LE 25 MARS 2012. PAR CONTRE PARLER DE REPORT DE VOIX NETAIT PAS AUSSI VRAI QUON LE DIT AUJOURDHUI PUISQUE APRES LES EVENEMENTS DU 23 JUIN QUI ONT FAILLI REDUIRE NOTRE PAYS EN CENDRES PERSONNE NOSAIT PARLER DE VOTRE CONTRE MACKY EN FAVEUR DU VIEUX. LAUTRE VERITE ETHIQUE OU POLITIQUE EST QUE LES SENEGALAIS ONT VOTE POUR UNE DOUBLE ALTERNANCE DEMOCRATIQUE ET GENERATIONNELLE. POUR TOUT LE RESTE AUTANT EN EMPORTERONT LES VENTS DE LA PIRE DES DUPLICITEE POLITIQUE AUTOUR DE CETTE EXECRABLE FORMULATION PEINTE EN FORMULE DESCROQUERIE POLITIQUE AUTOUR DU PRESIDENT MACKY SALL CONSISTANT A CRIER SUR TOUS LES TROIS DE LA REPUBLIQUE QUE "nous avons gagné ensemble et nous gouvernons ensemble". LA PREUVE C'EST CETTE CACOPHONIE EN KAN-KAN ET BAM-BAM QUE L'ON ENTEND
    Auteur

    Xuya

    En Mars, 2014 (01:32 AM)
    js8 parfaitement daccord qvec Mr Mane ta refflection ete pertinante ;sngalais mio guawa khamoul sen bop rek
    Auteur

    @maimoune

    En Mars, 2014 (09:05 AM)
    Ton commentaire est mal placé. L'article n'est pas d'un quotidien sénégalais mais du journal El Watan qui est bien algérien. Donc il faut savoir raison garder.
    Auteur

    Maïmoune

    En Mars, 2014 (12:13 PM)
    Vous n'avez rien compris ! Justement c'est ce mutisme de nos observateurs et des médias occidentaux sur cette incongruité de la candidature d'un vieux chef d'Etat Africains que je dénonce, par rapport à ce que ceux là mêmes déversaient sur Wade qui est intellectuellement et physiquement plus viable que BOUTEFLIKA.
    Auteur

    Corbeau349

    En Mars, 2014 (18:30 PM)
    Macky et les autres qui ont menti au peuple le savent tres bien, WADE a ete victime de ces prises de positons par rapport a la gestion de l'afrique envers les europens. LE plus recement lors du dernier sommet de la F.A.O a ROME qu'il rappeller a ces pairs PRESIDENTS de faires des aides et de les gere eux memes , qu'ils ne sont pas plus intelligents que les africains et qu'ils n'ont pas fait plus d'etude que nous , une realite absolue. Cela N'A PAS PLUS A NICOLA SARKOSI PRESIDENT de la france a son temps.A JUSTE raison car ils ignorent propio la realite africaine , ils nous portent leurs ingenieurs et cadres qui ne savent rien de la terre africaine ni des realitees geo politique des pays , ILS sont loges et nourris sous les fonds de ces memes aides pendant des annees et apres depot de bilan pour fallimento ,argent qu'ils ne payeront jamais , comptabilse sur les fonds que l'ont doit a l'europe. AVEC courage WADE dixit ,si c'est ce genre d'aide nous l'afrique nous n'en voulons pas ,meilleur ne pas avoir a ces genre de prets qui font que gonfler la dette exterieur pour un bilan a zerro. WADE FINI SON DISCOURT ET PART pour le sommet sur la LIBYE SANS attenrde de reponse ni la prise de position de SARKO. AVEC tous cela depuis sarko ministre de l'interieur sur le dosier des senegalais rapatrier en france et les francais rapatrier de dakar ,les base francaise fermer a dakar qui ont fait que sarkosi a tous fait pour faire tomber wade et non la bravure de MACKY et ces alliers

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Banner 01
Banner 01
Top Banner
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR