Jeudi 09 Juillet, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Politique

Sidia Bayo "menait des activités subversives'', selon Abdoulaye Daouda Diallo

Single Post
Sidia Bayo "menait des activités subversives'', selon Abdoulaye Daouda Diallo
L'arrêté prononçant l'expulsion de Sidia Bayo du territoire sénégalais est motivé a été motivé par les ''activités subversives'' de l'opposant gambien, a précisé, mardi à Dakar, le ministre de l'Intérieur et de la Sécurité publique, Abdoulaye Daouda Diallo.

"Il s'agit d'une mesure administrative destinée à condamner ses activités subversives que nous ne pouvons accepter", a-t-il déclaré en marge de la réunion nationale préparatoire de la Ziarra de la famille omarienne, prévue les 16 et 17 janvier prochains à Louga (nord).

Selon M. Diallo, l'opposant gambien de 35 ans a "transgressé l'accord" convenu avec les autorités sénégalaises, aux termes duquel il devait s'abstenir de toute activité tendant à déstabiliser son pays à partir du Sénégal. 

"Quand il a été constaté qu'il menait certaines activités subversives, nous l'avons interpellé. Il s'était engagé à respecter cet accord, sans quoi, il allait être expulsé", a souligné le ministre de l'Intérieur.

Sur les ondes d'une radio sénégalaise, Sidia Bayo a déclaré qu'il saluait le coup d'Etat que des hommes armés ont tenté de perpétrer en Gambie, la semaine dernière. Le gouvernement sénégalais avait pour sa part dénoncé une "tentative de renversement du régime du président" Yahya Jammeh. 

En raison de cette réaction, Sidia Bayo "a été interpellé par la Police sénégalaise à son domicile, aux Mamelles (Dakar), dans la nuit du 2 au 3 janvier. Et [il est] depuis lors détenu dans les locaux du commissariat central de Dakar, sans explication aucune", affirment ses avocats.

Ces derniers ont annoncé avoir adressée une requête à la chambre administrative de la Cour suprême du Sénégal, dans laquelle ils réclament l'annulation de l'arrêté ministériel prononçant son expulsion du territoire sénégalais.

Assane Dioma Ndiaye, Abdoulaye Tine et Bamba Cissé estiment que la décision du ministère de l'Intérieur et de la Sécurité publique d'expulser M. Bayo résulte d'un "excès de pouvoir". L'opposant gambien avait été arrêté en fin de semaine dernière par la Police sénégalaise.

A Banjul, la capitale de la Gambie, pays enclavé dans le Sénégal, des soldats ont attaqué le palais présidentiel, la State House, avant d'être repoussés, dans la nuit du 29 au 30 décembre 2014. 

Le président Yahya Jammeh effectuait une visite privée à Dubaï (Emirats arabes unis), au moment de l'attaque, selon plusieurs médias. 

Il est au pouvoir depuis le 22 juillet 1994, après un coup d'Etat qui a écarté Dawda Jawara du pouvoir. 

Elu pour la première fois en 1996, M. Jammeh a essuyé plusieurs tentatives de renversement.

Les organisations de défense des droits de l’homme ne cessent d'alerter la communauté internationale sur les violations des droits humains en Gambie, où les militants de l'opposition politique et les journalistes sont souvent réprimés. 

liiiiiiiaffaire_de_malade

11 Commentaires

  1. Auteur

    Kiff

    En Janvier, 2015 (15:40 PM)
    Le Sénégal a devoir de respect à l'endroit du pays frère,il n'est pas question qu'un opposant s'installe dans notre pays en tentant de déstabiliser le pays frère.c'est irrespectueux
  2. Auteur

    Liberez Karim

    En Janvier, 2015 (15:46 PM)
    daouda diallo le senegal nai pas un pays de droit le cas karim es laaaa
    • Auteur

      Gardez Karim En Prison

      En Janvier, 2015 (16:34 PM)
      le senegal est un pays de droit ou les voleurs sont mis
      dans des cages a rebeuss (zoo de rebeuss) ou les singes
      rouges voleurs de bananes du champs des paysans
      senegalais sont internes. vive le senegal !!!
    Auteur

    Kx

    En Janvier, 2015 (15:48 PM)
    c'est très normal que les autorités sénégalaise prennent leur courage a deux mains pour faire sortir du territoire l'opposant gambien qui était entrain de tirer les ficelles depuis le senegal ce qui peut entraver les relations diplomatiques entre les deux pays frères depuis des décennies en tout cas nous savons tous que le président prend toujours les bonnes décisions que nous saluons au passage tout en lui disant du courage et bonne continuation le meilleur reste a venir
    Auteur

    Gambbiann

    En Janvier, 2015 (15:57 PM)
    Fallait l'expulser alors.Mais,ce moment est mal choisi.DANGUEEN TAPETT JAMMEH REK.C'EST TOUT.
    • Auteur

      Gammbiann

      En Janvier, 2015 (17:35 PM)
      c'est pas parce que les américains ont une position qu'on doit s'y conformer forcement.espèce de complexe.
    Auteur

    Efgar Hoover

    En Janvier, 2015 (16:58 PM)
    Le régime de macky Sall risque gros avec le dossier " cheikh Sidia bayo". Après lui avoir garanti un long séjour au Sénégal avec une garde rapprochée de la GIGN, lui avoir laissé appeler à la prise du pouvoir en Gambie par l'armée, le tout précédée de conférences de presse multiples dénonçant le régime sanguinaire de yaya Jameh, voila le régime de macky Sall, qui court après le coup d'état manqué de justesse, pour se faire une bonne conscience devant le plus grand tyran de l'Afrique de l'ouest yaya Jameh.

    Le président macky Sall joue avec le feu en voulant à tout pris privilégier la diplomatie du "renoncement sacrificiel" qu'il appelle "la diplomatie du bon voisinage" dèsl'entame de son magistere. Son premier voyage fut réservé à yaya Jameh. Il a tout fait, comme ses prédécesseurs ailleurs, pour rassurer l'homme. Mais c'est sans compter car ils ont affaire à un paranoïa fou. On comprend aujourd'hui la place que ce petit pays avec son petit président occupent dans la diplomatie de cette grande démocratie qu'est le Sénégal. Yaya jammeh est entrain de fouler au pied les acquis diplomatiques de cette nation citée souvent en référence. Il est inacceptable que le président macky Sall mette en péril cet héritage, ô combien précieux,de notre grande démocratie en laissant yaya Jameh nous piétiner comme si le Sénégal était ses paillassons. Honte à la diplomatie de macky Sall. Je ne reconnais plus mon pays. Mon cœur saigne et mon patriotisme secoué. J'ai mal!

    On ne réglera jamais le problème casamancais pour lequel le président macky Sall tente de dialoguer avec cet homme sourd, muet et aveugle qu'est yaya Jameh. Seul l'usage de la force pourra libérer cette belle région du sud des joutes de Yayah Jameh et sa rébellion dite casamancaise.

    30 ans de négociation sans succès, le dossier casamançais doit être règlé en envisageant d'autres stratégies qui passent par l'usage de la force miliaire. Car la guerre est le prolongement de la diplomatie pacifique sans succès.

    Nos gérneraux sont invités à faire preuve de genie et de courage pour proposer au chef suprême des armées, un plan de règlement définitif du conflit de la casamance dans les semaines voir des mois à venir si nous voulons en finir avec ce yaya Jameh. La paix en casamance n'est envisageable tant que yaya Jameh est au pouvoir en gambie ( la géopolitique de la zone nous apprend les enjeux sociologiques et socioculturels : ethnie diola dont fait partie Jameh encourage la rébellion qui lui garantie la sécurité de son pouvoir et en contre partie, il leur garantie le refuge sur son territoire). L'adage nous apprend que qui veut la paix, prépare la guerre. N'ayons pas peur comme disait le pape aux européens de l'est. N'ayez pas peur de la guerre car c'est au bout cette épreuve certes dure, qu'o trouvera la paix et le salut de notre commun vouloir de vie commune.

    On ne peut pas parler de diplomatie sans guerre car la guerre est le prolongement de toute diplomatie. Il n'ya pas de diplomatie sans une puissance militaire capable de faire de la dissuasion d'abord, et à défaut, d'envisager la confrontatio ensuite pour arriver à faire respecter l'idée que l'on se fait de sa politique étrangère notamment envers ses pays limitrophes menaçants. Yaya jemeh nous tient par les tripes comme la Gambie nous est enfoncée dans le ventre par l'épée de son chef tyrannique. Aux armes citoyens pour libérer notre patrie attaquée!

    Vive la république

    Vive le Sénégal

    Vive l'Afrique démocratique, prospère et éternelle.



    Auteur

    Thiessois

    En Janvier, 2015 (17:15 PM)
    Que des gens coomettent des activités subversives en Gambie à partir du Sénégal soit inadmissible, je le comprends, mais que dire de Diamé qui offrirait les arrières cours à ceux qui violent notre sécurité au Sud et qui se cacheraient chez lui ? Oubien ce n´était pas vrai ?

    La réciprocité, s´il vous plait.
    Auteur

    Bd

    En Janvier, 2015 (17:15 PM)
    Je suis désolé de le dire mais Yaya diamé a déstabiliser la casamance, il aide et arme les rebelles.
    Auteur

    Serediop

    En Janvier, 2015 (19:34 PM)
    Every country gets the leadeship they deserve. Les Gambiens sont très divisès, L`appartenance ethnique est toujours plus fort que la cause nationale. Yaya Diamè a renforce ce sentiment ethnique dans tout les rangs de l`administration. Les Gambiens ne peuvent pas parler d`une meme voix. La Gambie ne peut pas etre un etat de droit comme le Senegal.

    Ce qui est ettrange est qu`on est etraint d`assister à une guerre civil qui se prepare a petit feu.
    Auteur

    Casamançais

    En Janvier, 2015 (19:39 PM)
    je suis désolé d'entendre que le cas de la casamance viens de yaya Djammeh! c'est faux, et les differentes factions des rebelle qui reclame chacun un leader sheaps où vous les avez placez!! Yaya Djammeh est la depuis 1994 et le conflit casamançais est là depuis 1982 donc, ne mettez pas tous sur le dos de ce dictateur!!le livre du colonel a révélé des chose que les sénégalais n'ont pas oublié! donc un peu de respect! pour la casamance et ayez une analyse beaucoup plus large au lieu de faire des racourci sur Yaya djammeh ! me^me si c'est un dictateur!



     :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up:  :up: 
    • Auteur

      Défenseur

      En Janvier, 2015 (05:29 AM)
      c'est vrai que le conflit casamançais est là depuis, mais yaya jammeh en a profité pour l'attiser, l'aggraver. le conflit lui est favorable et l'enrichit. il s'est mêlé à la rebellion en abusant de son appartenance ethnique et son pays constitue le fief de jouissance et de convergence des rebelles quand des attaques sont commises. yaya constitue un danger permanent et le risque pour le sénégal gagne du terrain. il faut l'arrêter avant qu'il ne soit trop tard.
    Auteur

    Citzen Ok

    En Janvier, 2015 (20:56 PM)
    Le ministre de l'intérieur raconte des contres vérités Bayo!



    Comment peut on admettre de tels propos , ça veut dire que l'Etat était au courant du d'Etat et qu'il aurait laissé faire ? Et c'est parce que ça échoué qu'il veut se dédouaner de Bayo !!! hypocrisie  :down: 
    Auteur

    Kamou72

    En Janvier, 2015 (23:45 PM)
    Monsieur le ministre sache que le senegal est un pays de teranga, de paix, de pespects des drois humans. Expulser Sidia Bayo en faveur du dictateur Yahyah Diameh, est une grosse erreur and honte pour le senegal. Jameh est un dictateur, un assassin et un " ass hole". Il est un danger et reste un obstacle pour le senegal. Monsieur le ministre je crois bien tu dois apprenedre ce que ce passe en Gambi. Les gambiens non pa de voix. I l ne peuve meme expresser les vois ou manister leur drois. Trouver normal cela ?Jameh doit partir.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email