Dimanche 19 Janvier, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

Deux crashs en un an : L'armée face au casse-tête des hélicos lourds

Single Post
Deux crashs en un an : L'armée face au casse-tête des hélicos lourds

Trois soldats sénégalais dont un officier-pilote, le capitaine Gorgui Foune, ont péri, vendredi dernier, dans un accident d'hélicoptère en République Centrafricaine (Rca). Ils revenaient d'une mission opérationnelle à bord de leur hélicoptère d'attaque de type MI-35 appartenant à l'Armée de l'air, mais opérant sous la bannière de l'Organisation des Nations-Unies (Onu). En moins d'un an, l'Armée nationale a perdu deux hélicoptères lourds après le MI-17 reliant Ziguinchor à Dakar qui s'était écrasé dans les mangroves de Missirah (Fatick). Ce crash avait fait huit (08) morts et il y avait eu treize (13) rescapés. Presque tous les membres de l'équipage avaient péri dans cet accident. À ce rythme, les hélicoptères lourds, acquis dernièrement par l'Armée de l'air, devraient se réduire comme peau de chagrin. En tout cas, ils deviennent un véritable casse-tête. L'atterrissage d'urgence de ces hélicoptères lourds est toujours difficile, contrairement à celui des hélicos légers. Le Témoin a enquêté.

En effet, du fait de leur poids, en cas de procédures d'urgence (détresse), ils tombent comme une pierre. Bien qu'ils soient des appareils modernes et faibles. Selon un ancien pilote de l'Armée, les hélicoptères lourds pèsent entre cinq (05) et vingt (20) tonnes. "Sans calculer aussi le poids des paniers à lance-roquettes sur les flancs lorsqu'il s'agit d'hélicoptères de combat. Donc, leurs procédures d'urgence ne peuvent être qu'extrêmement délicates. Et si le pilote ne réagit pas de façon rapide et immédiate, l'engin tombe comme une boule de pétanque " indique notre interlocuteur qui a eu à piloter toutes sortes d'hélicoptères. Contrairement aux hélicoptères légers de type Alouette, Gazelle, Puma, Bell et Écureuil qui, dans les circonstances extrêmes, peuvent se poser en toute catastrophe comme une feuille d'arbre, les engins lourds, eux, sont plus difficiles à manier en cas d'urgence. "Ah oui ! Avec les hélicoptères légers, il y a plus de chance pour s'en sortir en cas de détresse", insiste notre ancien pilote.

En tout cas, jusqu'à une époque récente, la flotte de l'Armée de l'air, outre les avions, n'était composée que d'hélicoptères légers réputés faire moins d'accidents que leurs cousins "lourds". En 60 ans d'indépendance de notre pays, l'Armée de l'air ou l'ex-Groupement aérien sénégalais (Gas) a eu de rares accidents d'hélicoptères. Et la plupart de ces accidents ont été causés par de mauvaises conditions météorologiques ou des erreurs humaines de pilotage. Ce même si les pilotes et mécaniciens de l'Armée sénégalaise font partie des meilleurs au monde. En tout cas, leur professionnalisme et leur expertise sont certifiés par toutes les écoles de l'air. Un exemple parmi d'autres : le capitaine Gorgui Foune mort en service commandé en Centrafrique. Sorti de l'école de l'aviation légère de France, nous dit-on, il a fait une formation pointue de pilote qui lui avait donné l'aptitude de manœuvrer tout hélicoptère en vol de combat, en circulation aérienne militaire. De jour comme de nuit.

Moins d'accidents chez les hélicos légers...

Encore une fois, en 60 ans d'existence en tant que pays indépendant et souverain, le Sénégal n'a enregistré, à travers son armée de l'air, que quelques rares accidents d'hélicoptères légers. Il y a eu d'abord l'hélicoptère "Puma" perdu à Banjul par l'Armée lors de l'opération "Fodé Kaba". Deux ans après, en1983, il y a eu un crash caché à l'opinion publique à une époque où la "censure" prévalait encore et où il n'existait que des médias d'État. Il s'agit de celui de l'hélicoptère de commandement de l'ancien président de la République Léopold Sédar Senghor. Un appareil de type "Gazelle" que le deuxième président sénégalais, Abdou Diouf, n'avait jamais utilisé à cause de sa grande taille qui ne lui permettant pas d'être à l'aise dans la cabine. Devant effectuer le vol d'initiation ou d'essai à bord de cet hélico, un nouvel équipage formé de trois pilotes de l'Armée, dont un mécanicien, avait pris place à bord de ce "Gazelle" de commandement.

Un ancien colonel pilote faisant partie des trois rescapés de ce crash, aujourd'hui retraité, le raconte avec effroi : "Après plusieurs rotations, l'hélicoptère s'est écrasé dans la zone du Lac-Rose (Malika). Tout est allé vite, très vite ! Un membre de l'équipage a appuyé par inadvertance sur un bouton, coupant ainsi le moteur de l'appareil. Malheureusement, nous n'avons pas pu redémarrer le moteur de l'hélicoptère qui s'est finalement écrasé au sol. Et, dès que l'appareil a touché le sol, nous ne savons pas par quel miracle, nous sommes parvenus à nous en sortir avant que l'avion ne prenne feu ! Des paysans sont venus à notre secours en nous éloignant du brasier avant l'arrivée des sapeurs-pompiers". C'est après cet accident que le président Abdou Diouf a acquis par la suite un "Écureuil" plus spacieux. Il convient aussi de rappeler l'appareil léger de chasse "Fouga Magister" tombé, à la fin des années 90, à Pikine Tally Boumack. À l'époque, la responsabilité du pilote avait alors été engagée dans un rapport.

Le Témoin de conclure : "Si nous rappelons ces rares cas de crash, c'est pour montrer que l'Armée sénégalaise consacre d'énormes moyens techniques et financiers pour l'entretien et la maintenance de ses aéronefs. Ce qui explique que, fort heureusement, les problèmes techniques surviennent très rarement dans nos aéronefs militaires. Hélas, sous la bannière de l'Onu, les hélicoptères volent sans répit à cause des mille et une missions ou opérations à effectuer. Dans ce cas, il est permis de se demander si l'Onu a le temps de faire procéder à l'entretien et à la maintenance des aéronefs volant sous sa bannière. Encore que ce sont de très mauvaises conditions météorologiques qui sont à la base du crash de l'hélico de l'Armée survenu vendredi dernier en Centrafrique. Heureusement qu'en cas de perte de vies humaines ou de matériels (chars, véhicules, aéronefs…), l'Onu n'hésite pas à indemniser ou à rembourser hommes et bagages tombés au champ d'honneur. Ce que personne n'aurait souhaité".


Article_similaires

12 Commentaires

  1. Auteur

    Galla

    En Octobre, 2019 (06:50 AM)
    Parceque tte les materielle toubabe yi sanni africain yi wayane ko dounu djienda darra lou bess lepa maguette meme auto president sakh deniou key negocié surfacturéko 2 milliards les autres di deff aye milliards ci aye diakk non afrique dou dem donald trump rek mo wax dégue gouvernement sathie allalou rew population guem serigne di dé xiffe ba pare ñioni ndogalou yalla pauvre africain
  2. Auteur

    En Octobre, 2019 (06:51 AM)
    Quand on veut traiter un subet aussi serieux il faut faire une vraie investigation et aller bcp plus loin

    Un publi reportage par exdmple a l'ecole de l'air et cs aurez tout
    • Auteur

      Reply_author

      En Octobre, 2019 (07:13 AM)
      si vous dites que le fouga c est ecrase dans les annees 90 c est que vous ne connaissez rien de l armee de lair senegalaise cette histoire nous eleves primaire de terme sud avons vecu sejour de tristesse car b g etaitle parrain de notre classe informe toi avant d ecrire
    Auteur

    Diop

    En Octobre, 2019 (07:47 AM)
    Dites simplement que les pilotes sénégalais ont été formés à la bonne école. Comment pouvez vous de manière si péremptoire dire qu’ils font partie des meilleurs au monde ? Comment quelqu’un qui ne dispose ni des meilleurs avions et qui , de surcroît , n’a pas suffisamment d’heures de vol ( donc d’entraînement ) peut-il faire partie des meilleurs ? Sincèrement, vous êtes désespérants....
    Auteur

    Terre-mer-air Au Sol

    En Octobre, 2019 (07:57 AM)
    IL FAUT GÉNÉRALISER LA PRIME DE RISQUE POUR RÉDUIRE LA JALOUSIE
    Auteur

    En Octobre, 2019 (08:03 AM)
    Les chefs utilisent le budget qui sert à l'entretien à d'autres fins (personnelle)
    Auteur

    Mustapha Hihihih

    En Octobre, 2019 (08:42 AM)
    L'armée de l'air sénégalaise ? Non mais c'est comique.....ça tombe et ça tombera encore.....vieux coucous...pas d'entretien....et les pilotes ? alors là je suis mort de rire.
    Auteur

    Lapa

    En Octobre, 2019 (11:12 AM)
    une fois que la logistique est mise en place, le pays fournisseur (ici le Sénégal) s'occupe lui même de la maintenance du matériel. C'est pas à l'ONU de faire la maintenance. En se déployant sur les théâtres d'opération le pays fournisseur de matériel ou de troupe s'occupe du maintien en condition de ce matériel par son personnel qualifié. Seule l'enquête permettra de déterminer les causes de cet accident.
    Auteur

    En Octobre, 2019 (11:27 AM)
    Toutes les armées et compagnies aériennes du monde connaissent des crashs. Il n’y a pas longtemps un helico français s’est crashé en Côte d’Ivoire. Accident vous connaissez ?

    RIP frères jambars.



    Un jambar.
    Auteur

    Bamba

    En Octobre, 2019 (11:35 AM)
    Je ne sais rien de l' aviation mais une chose est sure cette année ici en espagne il ya eu 3 accidents d' avions militaire dont 2 de chasses et cetait des pilotes expérimentés donc quelque chose de complexe. Prions pour eux et essayons de mettre les moyens necessaires a l' armee de l' air et leur assurer des formations continues .
    Auteur

    En Octobre, 2019 (11:48 AM)
    Il faut attendre les conclusions de l'enquête pour se prononcer sur les causes du crash.

    C'est facile de spéculer, un hélicoptère lourd ou léger dépendant de la nature du problème rencontré peut chuter comme une pierre ou peut se poser avec des dommages légers.

    Les équipages engagés dans ses missions sont des professionnels aguerris qui ont démontré leurs capacités et compétences dans des missions complexes et risqués au service de l'ONU.

    Il n'est pas donné à n'importe qui de piloter des hélico de combat pour L'ONU.

    Ces héros sont morts au service de la paix

    Auteur

    En Octobre, 2019 (11:55 AM)
    "Il convient aussi de rappeler l'appareil léger de chasse "Fouga Magister" tombé, à la fin des années 90, à Pikine Tally Boumack. À l'époque, la responsabilité du pilote avait alors été engagée dans un rapport."



    Le Fouga c´était sous Senghor dans les années 70 ! Mais relisez vous, les gars et v´rifiez vos données!
    Auteur

    Anonyme

    En Octobre, 2019 (12:35 PM)
    L'Onu n''hésite pas a rembourser hommes et bagages, comment rembourse t'elle les pertes en vie humaines ?

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01
Banner 01
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email