Mercredi 19 Juin, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Societe

Grandeur et décadence : Ndiaffate si loin si près des Collin

Single Post
Grandeur et décadence : Ndiaffate si loin si près des Collin

Durant les années 1980-90, Ndiaffate était sous les feux des projecteurs. Grâce à l’une de ses filles qui s’était mariée au puissant ministre d’Etat du Président Abdou Diouf, le défunt Jean Collin, ce village situé à moins d’une vingtaine de kilomètres de Kaolack, ne manquait de rien.  Le défunt couple Collin y organisait des grandes cérémonies les 15 août, distribuait des vivres de soudures, des habits, des chaussures, entre autres. Avec la disparition de Jean et de Marianne Collin, Ndiaffate a été sevré de tous ces privilèges. Aujourd’hui, la nouvelle commune se bat contre l’oubli général.

Ils ont laissé un grand vide derrière eux. Jean et Marianne Collin resteront toujours gravés dans les mémoires des populations de Ndiaffate. Grâce à ce défunt couple, ce village proche de Kaolack, a jadis, été sous les feux des projecteurs. En effet, un lien fort unissait le tout-puissant ministre d’Etat de Diouf, à son épouse. D’après certains témoins de l’époque, Marianne Turpin Collin avait une certaine influence sur son époux. Au summum de sa puissance, elle a même pu rivaliser avec Elizabeth Diouf, Première dame du Sénégal à cette époque.

Beaucoup de nominations à des postes-clefs de l’Etat, ont pu être faites grâce à son influence et son intervention. Le poids qu’elle exerçait sur les décisions de l’Etat était tel qu’elle fut très redoutée, aussi bien par les politiques que les hauts fonctionnaires. Et son attraction a pu faire en sorte que son village d’origine, non seulement ne manquait de rien, mais surtout en plus, était un centre d’attraction de tout ce qui comptait comme personnages d’influence dans la République. «Grâce à Mme et M. Collin, Ndiaffate a été électrifié et branché sur le réseau d’eau courante. Les populations de Ndiaffate étaient aussi respectées, du fait de l’influence du couple Collin. Aucun dossier de fils de Ndiaffate ne pouvait traîner en justice. Tous les fils et filles de la localité bénéficiaient de ces privilège», témoigne Ngor Sour. Qui ajoute avec nostalgie : «Ces deux personnages avaient fait la promotion de cette localité. Avec leur disparition, la célébrité et l’aura du village ont aussi baissé. L’image de Ndiaffate s’est effritée». Le chef du village de Ndiaffate Sérère soupire : «Nous regrettons leur disparition».

Pendant les périodes de soudure, Mme Collin, soutenue par son époux, faisait venir d’importantes quantités de vivres, de chaussures, des habits, entres autres aides, au village. Un des proches de Mme Collin raconte : «Tout ce qui est réalisé ici, c’est grâce à la volonté de Marianne, qui aimait tant ce village. Mais puisque c’était Jean Collin, l’homme, toutes les réalisations lui ont été attribuées. Mme Collin a toujours valorisé le village qui l’a vue naître et grandir. Elle a amené beaucoup de ses amies d’enfance à la Mecque pour les musulmans et à Rome pour les chrétiens. Elle a permis à certains d’avoir des biens et une certaine autorité. Elle confiait des troupeaux à certains. Elle a toujours voulu que le village ne manque de rien. Alors qu’elle-même vivait à Dakar». Mme Collin était une intellectuelle très attachée à ses valeurs sérères.

Les 15 août au Sans Souci de Ndiaffate

Tous les 1er janvier, le couple organisait une grande fête à Dakar. Une fête à laquelle, tous ses amis, du monde politique et du secteur des affaires étaient conviés. Les gens du village n’avaient pas l’occasion de participer à cette grande fête. A force de réflexion et de préparation, les Collin ont décidé d’organiser une fête les 15 août, à Ndiaffate, pour partager avec les villageois. Une fête pendant laquelle on mettait les petits plats dans les grands. «La fête commençait le 13 et allait jusqu’au 16 août. Au début ils dressaient des bâches. Par la suite, ils ont construit cette villa, dénommée Domaine Sans Souci. Trois ou quatre jours d’avance, les femmes du village venaient nettoyer la cour de la villa et les alentours. Une quarantaine de femmes qui travaillaient en chantant et dansant. 

Pendant quatre jours, c’était la bamboula. On mangeait, buvait et dansait sans limite ni restriction. L’alcool coulait à flot. Et il y avait toutes sortes de boissons alcoolisées : Gin, whisky, bière… Rien ne manquait. Les invités se servaient à volonté. C’était du self service. Il y avait les Yandé Codou, le tambour major Oumar Thiam et tous les autres grands artistes du Sine et du Saloum. C’était des quinze août pluvieux, mais cela ne gâchait en rien la fête», rapporte Jacky Ndaw. 

Comme Frédéric II de Prusse et son ami Voltaire, les Collin ont pu reproduire leurs luxes de Prusse, à la dimension du Sénégal…

Retrouvailles

A cette époque, Yandé Codou, la défunte diva Sérère et Omar Thiam étaient très cotés. Ainsi, poursuit le beau-fils de l’ancien ministre de l’Intérieur du régime socialiste, «tout Ndiaffate et les villages environnants prenaient part à cette fête. On se retrouvait à plus de 300 personnes dans cette villa. Tous les amis et alliés du couple Collin de Dakar ne rataient pas ce rendez-vous. Il y avait des musulmans, des chrétiens et autres. C’était vraiment une grande retrouvaille. 

Pendant ces quinze août, presque tous les membres du gouvernement de Diouf, peut-être à l’exception de très peu d’entre eux, se rendaient à Ndiaffate. Hommes politiques ou hommes d’affaires, diplomates, entres autres, personne ne voulait se le faire raconter et beaucoup y contribuaient financièrement». Les témoins de citer l’exemple du défunt Pierre Babacar Kama, ancien Directeur général des Industries chimiques du Sénégal (Ics), un cousin de Mme Collin, qui amenait lors de ses déplacements annuels, environ deux bœufs, vingt sacs de riz et deux ou trois millions de francs Cfa pour soutenir les organisateurs. Et tant d’autres autorités, parfois même moins célèbres, faisaient de même.

Fin du lustre

Mais, après le retrait des affaires de Jean Colin en 1990, les choses ont commencé à s’émousser. Après son limogeage brutal, l’ancien homme fort du régime de Diouf avait quitté l’appareil de l’Etat pour aller se détendre en France, son pays d’origine. Et de 1990 à 1993, Mme Collin a continué à faire la navette entre Paris, Dakar et Ndiaffate où elle a tenu à faire inhumer son défunt mari. 

Avec ce retrait des Collin des affaires, la descente aux enfers a commencé, et Ndiaffate a commencé à se retrouver logé à la même enseigne que les autres villages du Sine Saloum. Même si l’eau continue à y couler dans les robinets, aussi bien publics que privés, si l’électricité a éclairé les maisons et certaines ruelles, les autres avantages ont cessé. Le magasin dans lequel les vivres de soudure étaient stockés est devenu un lieu de stockage de matériel agricole, de réserve de semence et paille d’arachide pour Jacky Ndaw. Les fêtes majestueuses des 15 août sont rangées dans le placard aux vieux souvenirs. «On n’est pas capable d’organiser ce genre de fêtes de quinze août. Même si on voulait les perpétuer, ce ne serait pas pareil. Les contextes ne sont pas les mêmes, les temps diffèrent également», avoue M. Ndaw.

Ndiaffate a aussi perdu beaucoup de ses richesses. Une bonne partie des champs ne sont plus cultivables à cause de l’avancée de la mer. Certaines valeurs ont également disparu. «L’obéissance qui existait entre les générations n’existe plus. Chaque génération avait son arbre à palabre. Les vieux d’un côté, les jeunes d’un autre côté et les petits de l’autre», regrette le chef Antoine Ngor Sour. 

Cependant, souligne le chef du village de Ndiaffate Sérère, sur le plan des infrastructures, il y a une avancée. «Jadis, la presque totalité des maisons étaient constituée de chaume. Maintenant, il y a des bâtiments en dur. Il n’y avait pas de clôture. Maintenant, toutes les maisons sont clôturées. Sur le plan de l’éducation, les enfants parcouraient des kilomètres pour aller à l’école. Seul Ndiaffate Escale avait une école élémentaire. Aujourd’hui, Ndiaffate Socé ainsi que Ndiaffate Sérère ont une école. Le Cem de Ndiaffate Escale est transformé en lycée et j’en suis le surveillant général», se félicite M. Sour.

Là où le bât blesse, c’est du côté de l’agriculture. La population augmente et les terres se réduisent.

Tout Ndiaffate est ainsi, nostalgique de ce beau vieux temps. Les populations se demandent déjà par quel moyen combler vaille que vaille, ce grand vide laissé par le défunt couple qui a porté avec lui, leur village au sommet de la renommée au Sénégal et à l’étranger.

 

Ndiaffate Sérère la doyenne

Jadis communauté rurale, Ndiaffate est devenu, grâce à l’entrée en vigueur de la nouvelle loi relative à l’Acte 3 de la décentralisation, une commune. Elle est composée de 75 villages, avec une population de 31 875 âmes au dernier recensement. Il y a trois Ndiaffate. 

Ndiaffate Sérère est le village le plus ancien, selon Ngor Sour, l’actuel chef du village. Cette bourgade a été créée par la famille Sour, notamment par Ngol Sour, un Thioubalo (toucouleur évoluant dans la pêche). «Ngol se nommait Sarr. Mais, lorsque le roi convoquait les populations en réunion, les Thioubalos ne répondaient pas à l’appel du roi. A cause de ces absences, le roi se fâcha et dit ‘’laissez ces gens là, ils sont orgueilleux’’, (sour en wolof)», enseigne le surveillant du Cem de Ndiaffate, un des descendants de Ngol. 

Le deuxième, c’est Ndiaffate escale situé sur la route nationale. C’était le lieu de prédilection des activités commerciales. La majeure partie des habitants de ce quartier vient de Ndiaffate Sérère. 

Le troisième Ndiaffate s’appelle Ndiaffate Socé. C’est là où habitent les Socés. Ce quartier faisait partie des champs des habitants de Ndiaffate Sérère. Ces terres ont été cédées aux Socés.



21 Commentaires

  1. Auteur

    Je Veux Savoir !

    En Septembre, 2014 (17:07 PM)
    IL y'a un certain collin à Lille , est-t-il de cette même famille du senegal ?

    Jean collin était -il juif ?



    merci !
    Top Banner
  2. Auteur

    Diolabi

    En Septembre, 2014 (17:08 PM)
    Quand on vit de don et d'aide; tot ou tard la galère reviendra. C'est comme notre apays qui se taraude d'être le plus aidé du continent. Le botwana est un pays qui a refusé l'aide de la banque mondiale, du FMI et des occidentaux. Aujourd'hui c'est un des pays les plus prospère du continent. A méditer
    {comment_ads}
    Auteur

    Afrique 1

    En Septembre, 2014 (17:08 PM)
    LES ETATS UNIS D AFRIQUE POURQUOI PAS?
    {comment_ads}
    Auteur

    From Zion

    En Septembre, 2014 (17:24 PM)
    article inutile!
    {comment_ads}
    Auteur

    Articl

    En Septembre, 2014 (17:28 PM)
    continue d rever......
    Top Banner
    Auteur

    @ Je Veux Savoir !

    En Septembre, 2014 (17:33 PM)
    ARRÊTEZ UN PEU,AVEC LES JUIFS....!!!!!

    Sache que,c'est GRACE A UN JUIF "YAHOUD" ABRAHAM: qui tu fête aujourd'hui la TABASKI.....

    NB: De même que MOISE ou Moussa est JUIF lui aussi..... alors,je vois pas la raison du FANATISME.....

    {comment_ads}
    Auteur

    Nom De Dieu !

    En Septembre, 2014 (17:33 PM)
    Pendant quatre jours, c’était la bamboula. On mangeait, buvait et dansait sans limite ni restriction. L’alcool coulait à flot. Et il y avait toutes sortes de boissons alcoolisées : Gin, whisky, bière… Rien ne manquait. Les invités se servaient à volonté. C’était du self service. Il y avait les Yandé Codou, le tambour major Oumar Thiam et tous les autres grands artistes du Sine et du Saloum. C’était des quinze août pluvieux, mais cela ne gâchait en rien la fête», rapporte Jacky Ndaw.



    "ouzou bilakhi minal chaitanei radjime"
    {comment_ads}
    Auteur

    Afrique 1

    En Septembre, 2014 (18:26 PM)
    LES ATATS UNIS D AFRIQUE POUQUOI PAS?
    {comment_ads}
    Auteur

    N

    En Septembre, 2014 (18:35 PM)
    Seneweb merci de ne pas effacer mes commentaires contre la politique de l unions africaine mon parti FNS FROND NATIONAL SÉNÉGALAIS quittera unions africains s i le peuples est avec FNS beaucoup de constitutions beaucoup de corruptions tous mes 10commentaires sont effacés mon parti aux pouvoirs fera des audites depuis que senghor est parti du pouvoir LE FNS aura un nouveaux visages dans tous les ministères du Sénégal les étudiants nous devons prendres le pouvoirs changer le visages des politiques du Sénégal l ua est la cause de notre envol chacun pour soi Dieu pour tous FNS sera des réformes mettre les étudiants aux commende du pays vous les étudiants combien êtes vous aux chômages j appel une révolutions sans violences pour mettre nos idée en places la politique de l ua ne marche pas preuves alpha condé et combien autres chacun pour soi Dieu pour tous l UA est la cause STOPS aux corruptions partout les mêmes cela fait des années le peuples FNS à besoins de vous nous changeront le visages des politiciens du Sénégal mettre la nouvel générations SENEWEB supprime tout mes commentaires et pourquoi ? Repondre | +0 -0 | Permalink SignalerFNS contre la politiques de UA ne marche pas chacun pour soi Dieu pour tous depuis que UA est créer y a aucun pays qui ces développées il faut OSER UA ne marche pas. Repondre Un virage de 360degres IL faut OSER FNS intérêt national avant tout STOPS aux corruptions dans UA Repondre | +0 -0 | Permalink Signaler Repondre... regarder le chiffres affaires des banques privesdu pays c est avec votre argents FNS supprimera les banques national et la place aura que la banque central du pays uniquement et les banques d etats OUI je le dit haut LE FNS fera les AUXDITES DEPUIS QUE SENGHOR A QUITTE LE GOUVERNEMENT DU SENEGAL tous seront auxdites les presidents et les ministres tous les responsables des societes d etat et sera rendu publicsle FNS STOPS A LA CORRUPTIONS  :sn: 
    Top Banner
    Auteur

    Manii

    En Septembre, 2014 (19:35 PM)
    Awa colle SeCK rencontre des difficultés dans sa communication en langue nationale. Il faut qu'elle sache chauve souris = NDIOUGOUP

    Dommage pour nous, depuis le début de la maladie, on dirait qu'elle ne s'est pas intéressée à l'origine de la maladie. Si elle l'avait fait , elle saurait que chauve souris = NDIOUGOUP
    {comment_ads}
    Auteur

    Goor

    En Septembre, 2014 (20:09 PM)
    Au lieu de la bamboula, il fallait investir.
    {comment_ads}
    Auteur

    Lincon

    En Septembre, 2014 (20:12 PM)
    lou teug tass, ndeyssane...Collin c'est abdou qui a brulé ses ailes
    {comment_ads}
    Auteur

    Titen

    En Septembre, 2014 (22:10 PM)
    alors pour le remercier il faudra appeller cette villa , la maison collin :))) ils devaient aussi enser a investir , creer des emplois , des usines etc .. c bon de faire la fete ... la cigale et la fourmie.
    Top Banner
    Auteur

    Beug Sa Reew

    En Septembre, 2014 (23:10 PM)
    très bon reportage. Une fois n'est pas coutume, félicitations au journaliste quei a fait là un excellent travail d'investigation sur un sujet oublié mais qui peut rappeler que toute puissance si ce n'est celle de Dieu a une fin. Il a aussi permis de mieux faire connaitre un terroir de notre pays.
    {comment_ads}
    Auteur

    B-t

    En Septembre, 2014 (23:59 PM)
    Bande d'ignares. Le couple collin aura écrit l'une des plus belles histoires d'amour du Sénégal. Décidément, la politique, l'amour et le travail se font vraiment autrement au Djollof. Tu prends 4 femmes et tu leur fais 30 gosses. tu développes la pauvreté et le Barrane. Tu tires ton chapeau et bye bye.
    {comment_ads}
    Auteur

    Pawtucket

    En Septembre, 2014 (00:01 AM)
    C'est bien dommage pour les populations de ce village. Mais c'est un probleme purement africain, on oublie souvent que gourou yallah mo doul jekh. On oublie souvent d'ou proviennent les largesses de nos politiciens. Ils volent et detournent des dons ou les deniers publics a des fins purement electorales. Ce qui arrive a ce village aujourd'hui doit servir de lecon a nos dirigeants .. ils ont ete elus pour servir la nation pas un quartier, un village, une ville ou une region.
    {comment_ads}
    Auteur

    Collin

    En Septembre, 2014 (08:34 AM)
    la hyène s'est éteinte e es obligés versent des larmes de griots..........
    Top Banner
    Auteur

    Cillin

    En Septembre, 2014 (08:35 AM)
    Il n'a pas fini de bruler en enfer....
    {comment_ads}
    Auteur

    Un Pro

    En Septembre, 2014 (09:38 AM)
    Trés bon repertage
    {comment_ads}
    Auteur

    Regard

    En Septembre, 2014 (11:35 AM)
    Beaucoup de raccourcis dans cet article. Juste pour faire du remplissage. Au regard de cette chance, on n'a géré Ndiaffate dans le long terme. Beaucoup de ses habitants ne s'adonnaient plus aux activités agricoles croyant qu'ils étaient plus "civilisés" que les villages adjacents. Oui à l'aide envers les populations, mais on ne développe pas une collectivité avec des fêtes annuelles.  :dedet: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Mbiro

    En Septembre, 2014 (13:54 PM)
    Je félicite les auteurs de cet article. Je souhaite qu'il soit le déclic pour tous ceux qui aimaient ce couple Collin, pour se regrouper , s'unir et prendre le relai. Ndiaffate mérite plus que cela. Je saisi également cette occasion pour féliciter et encourager la nouvelle équipe municipale. Les défis sont nombreux mais, la conviction, le courage et la détermination les aidera à réussir. Que le bon Dieu guide leurs pas et bénisse leurs action .

    Top Banner

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés. --
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email