Lundi 26 Septembre, 2022 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

« Hey », « psst », « Boy dangua mool » - Harcèlement de rue : Quand la drague vire au cauchemar

Single Post
Harcèlement, la drague vire au cauchemar
Partie intégrante du comportement de l’homme, le jeu de séduction peut s’effectuer en tout lieu et à tout moment. Cependant, cette pratique connaît des limites très souvent méconnues ou ignorées, par des Don Juan amateurs de drague de rue, et conduit au harcèlement. Un phénomène négligé qui laisse, le plus souvent, de graves séquelles à la gent féminine.

« Hey », « psst », « Boy dangua mool » (tu as des formes généreuses), « arrête-toi ! », -tape sur l’épaule-, voici autant d’interjections, de gestes et de techniques usées par certains hommes pour tenter d’attirer l’attention des femmes qu’ils courtisent dans la rue. Des stratagèmes aux allures anodines fonctionnant par moment mais pas tout le temps. Dans le cas contraire, la femme sollicitée exprime, d’une manière ou d’une autre, son refus, sa gêne face à cette situation à son courtisan qui, s’il se montre insistant peut très vite se transformer en bourreau. En effet, ice qui à la base devait être de la drague se transforme en harcèlement de rue qui se caractérise entre autres par : des regards insistants, des sifflements, des commentaires sur le physique ou la tenue vestimentaire, des avances sexuelles, des frottements, des attouchements et des poursuites.

Béatrice, étudiante sénégalaise à l’université Cheikh Anta Diop, a déjà été confrontée à l’une de ces situations.  Elle se remémore : « Un jour, je marchais à Liberté 6, il y a avait un homme qui m’appelait et auquel je ne répondais pas. Il a décidé de marcher avec moi  malgré le fait que je ne lui répondais pas. Cet inconnu m’a suivi jusqu’à chez moi et a failli y entrer mais je l’ai repoussé». La scène se déroulant en public, Béatrice confie que les personnes autour se sont contentées d’observer sa détresse sans broncher.

Même cas de figure pour Priscilla, étudiante gabonaise qui, lors d’une sortie, s’est fait aborder par un inconnu qui a très vite dépassé la ligne rouge. « On parlait puis il a passé sa main sur mon épaule et aussitôt j’ai commencé à lui crier dessus. Après ça, il a appelé ses amis qui se sont regroupés autour de moi pour me traiter de « Niak » », raconte-t-elle. 

Comme dit plus haut, le harcèlement de rue se manifeste aussi par des « frottements ». Et l’un des lieux où ces actes sont très souvent enregistrés sont les transports en commun où des hommes profitent parfois de la promiscuité pour s’adonner à de  basses besognes.  

L’exposition « Territoires »

Sur la problématique du harcèlement de rue, une exposition portant le nom de « Territoires » se tient actuellement au musée de la femme Henriette Bathily jusqu’au 15 mai. Initié par l’artiste Sophie Le Hire, le projet est une collaboration avec un laboratoire de 8 femmes expertes (psychologue, sociologue, juriste, danseuse, journaliste, urbaniste, activiste culturelle, productrice de films) et des activistes qui luttent pour les droits des femmes au Sénégal. Plusieurs œuvres de l’artiste française y sont exposées dont des tableaux et des photographies. 

Sur l’ensemble des clichés exposés, une femme enveloppée d’une couverture isothermique revient très souvent. « L’objectif, ça a été vraiment de déjà mettre en lumière ce problème, le fait que quand on est une femme et qu’on sort dans la rue, on ne se sent pas en sécurité. Donc, il fallait essayer de comprendre pourquoi, ce qui se joue. Moi, mon élan est d’abord artistique, ça a été d’imaginer la ville comme un être vivant. C’est une métaphore de l’agresseur », explique Sophie Le Hire à Rfi.

Le harcèlement de rue vu par des hommes

A quelques pas du lieu de l’exposition, nous retrouvons Cheikh Fall. L’homme a parfaitement connaissance de la problématique du harcèlement de rue. Pour lui, l’intention de l’homme qui aborde une femme en pleine rue et l’approche sont déterminantes pour ne pas que la confusion s’installe. « Vous pouvez agresser une personne de différentes manières encore plus quand vous essayez d’approcher une femme qui ne vous connait pas dans la rue. Et la moindre des choses dans ce genre d’entreprise est de demander la permission avant de poursuivre. Si elle s’y oppose, mieux vaut lâcher l’affaire », pense-t-il.

Poursuivant, Cheikh Fall estime que l’accoutrement « léger » porté par certaines femmes pourrait, en partie, justifier la récurrence de ce phénomène dans la société : « il faut comprendre aussi que ce ne sont pas toutes les femmes qui n’aiment pas qu’on les approche de cette manière. Il y a en a qui sont de nature dragueuse rien que par leur façon de se vêtir ça donne une permission inavouée à la personne d’avoir accès à vous. »

Un avis partagé par plusieurs conservateurs à l’exemple de Fred, étudiant camerounais. « Dans le passé, la majeure partie des femmes s’habillaient décemment et adoptaient un comportement réservé qui faisait en sorte que ce genre de dérive ne pouvait pas être enregistré. Et je pense que l’une des causes de  ce phénomène est la vulgarisation vestimentaire croissante constatée de nos jours », dit-il en précisant que le contrôle de soi de l’individu de sexe masculin doit primer malgré tout.

« Un autisme collectif s’est installé dans la société sénégalaise »

Autre point, et pas des moindres, à mettre en lumière face aux cas de harcèlement de rue, c’est celui de la passivité des populations face à ces scènes. Selon la sociologue Raby Kane Diallo, cette indifférence est la résultante de la mutation que connaît la société sénégalaise de nos jours. « Ce n’est pas parce que les gens sont devenus méchants ou moins solidaires mais il y a une sorte d' autisme collectif qui s’est installé depuis qu’on a transité vers la modernité. Chacun préfère détourner son regard face à ces scènes en se disant que « ce n’est pas mon problème », observe la sociologue. 

Autre caractère passif, celui des victimes. Nombreuses sont les femmes qui ne donnent pas suite à leur mésaventure. Là encore, l’influence de la société y est pour beaucoup dans ces décisions. « Le harcèlement de rue est déjà difficile à prouver. Puis nous sommes dans une société où nous sommes dans des sphères de socialisation. La jeune fille aura peur d’en parler à sa maman qui rejettera la faute sur elle en lui disant qu’elle est mal habillée. Quand elle en parlera à ses amies, ils lui répondront « de quoi tu te plains, tu es une fille, c’est normal que tu attires la convoitise ». C’est un peu difficile à évoquer pour la victime », ajoute Raby Kane Diallo. 

Que prévoit la loi contre le harcèlement de rue ?

Le sentiment qui prédomine chez la personne agressée lors de ces scénarios est la peur accompagnée d’autres maux. « Ce n’est pas quelque chose à négliger. Ça peut traumatiser la jeune fille et la pousser à ne plus sortir seule dans des espaces publics. Elle peut, par ailleurs, devenir paranoïaque au moindre regard un peu appuyé qui pourrait lui rappeler ce souvenir », révèle la sociologue. Au vu de tous ces dommages que peut causer le harcèlement de rue, il est légitime de se demander si des voies et moyens sont prévus par les textes pour y faire face. 

Les dispositions prises par le code pénal sénégalais sur la question ne concernent  que le harcèlement. L’article 319 bis déclare : « Le fait de harceler autrui en usant d'ordres, de gestes, de menaces, de paroles, d'écrits ou de contraintes dans le but d'obtenir des faveurs de nature sexuelle, par une personne abusant de l'autorité que lui confèrent ses fonctions sera puni d'un emprisonnement de six mois à trois ans et d'une amende de 50.000 à 500.000 francs. » 

Ainsi, le harcèlement de rue dans son essence ne pourrait être clairement puni par la loi. Cependant, les différentes manifestations de ces phénomènes peuvent être sanctionnées. Dans le cas d’un frottement dans un transport en commun, la victime peut porter plainte pour attentat à la pudeur. De même que pour une poursuite où elle peut déposer une plainte pour agression. Vu l’absence de textes clairs face à cette problématique, l’appréciation du juge pourrait être la seule alternative, renseigne Me Thiam : « C’est le juge qui apprécie les comportements et les qualifie. Une personne peut viser une infraction mais le juge peut décider d’en retenir une autre. Compte tenu des éléments de faits que vous avez décrits, il décidera de quelle infraction qui sied par rapport à ce comportement. »

Quelle attitude adopter face au harcèlement de rue ?

Devant une législation ne sanctionnant pas clairement cette forme d’agression, des comportements peuvent être adoptés. Premièrement, vous pouvez ignorer la personne qui vous harcèle tout en vous éloignant d’elle et en vous réfugiant dans un endroit sûr (magasin, restaurant, …).

Même si le mutisme de la société est un facteur bloquant, lorsque vous vous faites harceler dans les transports publics ou tout lieu de passage,  essayez de mobiliser les passagers ou les passants. 

Il est recommandé de ne pas insulter la personne qui vous harcèle, cela peut générer un comportement encore plus violent de sa part.

Dernier conseil et cette fois-ci à l'endroit des hommes: lorsqu'elle dit non, c'est non !


28 Commentaires

  1. Auteur

    Boy Nar

    En Avril, 2022 (11:34 AM)
    Salam..j'appelle les fréres et soeurs sénëgalais d ne pas être influencer par ces pseudos créatrices de mouvement ...Bref, lignioune ak ces espéces de toubab you gnioul..on a pas les mémes traditions...ici.." boy dangua mol" ak koko sekeul peut étre un compliment...la preuve dés fois elles te remercient sakh..wala bayil togn lagniou lay wakh..bouléne nangou kouléne  "mondialiser" si lepp même ni nguéne di kaffer.. wa Salam
    Top Banner
    • Auteur

      Reply_author

      En Avril, 2022 (14:05 PM)
      Big up aux traînées d'Instagram qui font tout pour des vues. Veritable pied de nez aux féministes.  
    {comment_ads}
  2. Auteur

    En Avril, 2022 (11:38 AM)
    On se croit en europe senegal gi affairou dof yoyou bariwoufi cesser de copier les autres en tt wasalam
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Avril, 2022 (15:18 PM)
      Vraiment tout cet article pour défendre des idées d'ailleurs..fii deh kou meunoul tiokass do am ci xaleyi et elles même vont te traiter de yambar. Aborder une fille n'est pas un délit soit elle consent soit elle dit non nga yokhossou 
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2022 (11:44 AM)
    Non  c est non et nous on suit comme des moutons alors que l homme senegalais africains j allais dire est le plus respectueux de toute l humanite bassss waye yen sonal guengnou avec vos futillites europeene a la con ici en europe chaque jours que Dieu fasse il y a des femmes tuer par leurs partenaires je ne dit meme pas epoux
    {comment_ads}
    Auteur

    Diplomat

    En Avril, 2022 (11:55 AM)
    Y'a que les vilaines féministes qui ne se font jamais draguer qui parlent d'harcèlement. 
    {comment_ads}
    • Auteur

      Bdkgnk

      En Avril, 2022 (14:09 PM)
      Tout pour esmaculer les hommes. Non ici il y a des vrais hommes prêts à mourrir pour leur mères sœurs filles tantes cousines.... l'homme sénégalais est bon protecteur et généreux. On peut dire ce que l'on veut, nous gardons la tête haute 
    {comment_ads} {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2022 (11:56 AM)
    l'agenda feministe lgbt en marche, ils sont alliés faut les combattre
    Top Banner
    • Auteur

      Reply_author

      En Avril, 2022 (14:00 PM)
      On s'en fout ! Respectons tous les êtres de notre créateur sans exception si on respecte vraiment le bon Dieu 
    {comment_ads}
    Auteur

    Heuch

    En Avril, 2022 (12:04 PM)
    Maintenant c'est le monde à l'envers, ce sont les filles qui draguent soit par auto stop ou par un regard attirant donc cessez vos pensées ridicules que vous collez aux hommes
    {comment_ads}
    Auteur

    Boy Pourtou

    En Avril, 2022 (12:12 PM)
    Akhoum zamal...

    Dow Len outi garap...
    {comment_ads}
    Auteur

    Boy Pourtou

    En Avril, 2022 (12:14 PM)
    Manè... cocotier la wok...
    {comment_ads}
    Auteur

    Boy Pourtou

    En Avril, 2022 (12:22 PM)
    Manè... cocotier la wokh...

    douma voilè wou di burlè feu et pi di expliquè

    manè... Dowal...outi cocotier
    Top Banner
    Auteur

    Senegalais

    En Avril, 2022 (12:41 PM)
    faites tres attention c'est une doctrine diabolique qu'ils sont entrain d'insérer dans notre societé 
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Avril, 2022 (15:51 PM)
      C'est bizarre da gnouy diekki rek indi des débats inutiles. Vraiment sou gor demei ba ragal aborder une fille ça sera grave
    {comment_ads}
    Auteur

    Boy Pourtou

    En Avril, 2022 (12:41 PM)
    Wouyayoy...

    deuganani wadji da fa voile wou ak niari pistolets di diaw Zorro....

    wouyayow....
    {comment_ads}
    Auteur

    Boy Pourtou

    En Avril, 2022 (12:47 PM)
    Zorro la wokh...
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2022 (13:01 PM)
    Une doctrine Diabolique ! Restons virils ! La virilité s'arrête telle a des sifflets et des comportements lourddingues de vos dragues ? Est ce Diabolique de se  faire respecter ? Bien sûr c'est plus simple d'avoir affaire a des potiches!  Le masochisme sénégalais encore et toujours  le monde avance les femmes s'affirment et veulent se faire respecter ! Et bien entendu dans votre mauvaise foi c'est les lobbies LGbt ! 
    Top Banner
    Auteur

    En Avril, 2022 (13:17 PM)
    même si le sujet ne m'intéresse pas, il faut quand même reconnaître que l'article est bien écrit . L'auteur n'a pas été superficiel et a abordé beaucoup de sous thèmes . C'est comme ça .  C'est toujours bien de se documenter avant d'écrire n'importe quoi . Très bonne continuation à l'auteur . 
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Avril, 2022 (22:32 PM)
      Aminata sow golf sud demande pour se remarier avec son employeur saer fall.quelle trahison
    {comment_ads}
    Auteur

    Lebaolbaol Tigui

    En Avril, 2022 (14:58 PM)
    des bresiliens ! decidement....
    {comment_ads}
    Auteur

    Boy Pourtou

    En Avril, 2022 (16:40 PM)
    Zorro la wokh...
    {comment_ads}
    Auteur

    Boy Pourtou

    En Avril, 2022 (16:49 PM)
    Manè... topal mbartal bi be egueu bresil...

    Zorro... la wokh

    et pi niou nan que doctors yi nena niou amoul...

    manè... fou niou don set be diagnostiquè...

     

     

     
    Top Banner
    Auteur

    Boy Pourtou

    En Avril, 2022 (17:57 PM)
    Manè... jiguen yi, Kena demoul nguen dess..

    man... Ka Zorro lay wokh...

    bayi niari diabars, voile wou ba diegueu ak niari pistolets di diaw Zorro...

    la Petite a 20 ans...

     
    {comment_ads}
    Auteur

    Xorom

    En Avril, 2022 (21:36 PM)
    Je suis abasourdi par le niveau des commentaires d'un côté comme de l'autre. Chacun pense détenir la vérité absolue à partir de sa propre expérience. Le premier commentaire en est l'illustration. Parce que vous avez vécu une expérience dans votre jeunesse que dans toutes les rues du Sénégal et tous les milieux, c'était ainsi? On tombe trop facilement dans la généralité. Personnellement ce débat me fatigue, car il est improductif. Les hommes ceci, les femmes cela, chaque partie accusant l'autre de tous les maux de la terre n'a jamais construit une société. Bien au contraire,il accentue les clivages. 
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2022 (22:53 PM)
    complot lgbto-feministe ^pour castrer l'homme africain

    l'homme et la femme sont sexué et la parade amoureuse est le fondement de l'existance
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2022 (22:57 PM)
    Article bien dal AK Lou meunti khew lou rare si seneweb aka nio nuls !
    Top Banner
    Auteur

    Défenseur

    En Avril, 2022 (23:18 PM)
    C'est une méthode de niak classe et de thiounés . Mais naak gaye thie wèer koor laniou nék han
    {comment_ads}
    Auteur

    Défenseur

    En Avril, 2022 (23:18 PM)
    C'est une méthode de niak classe et de thiounés . Mais naak gaye thie wèer koor laniou nék han
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2022 (23:59 PM)
    C'est les lois de la nature.

     

    Toute femme aime etre drague'.

     

    Je connais des hommes qui ont bave' jusqu'a avoir la femme de leur vie.

     

    Ce sont les occidentaux qui ont amene' toutes ces lois bidon mais naturellement une femme aime etre cherche',recherche'.Ce sont les lois naturelles de la nature.

     

    Ces occidentaux n'ont pas de vie et malheusement pour pour le senegalais et la senegalaise,pour se sentir toubab,il faut les copier et c'est ce qui fait qu'oils sont perdus comme leur maitre toubab.. 
    {comment_ads}
    Auteur

    Elw

    En Avril, 2022 (02:35 AM)
    au cas échéant : si tel est le cas.

    desfois les journalistes do comp quoi....
    Top Banner
    Auteur

    Mhfdhbkxxc

    En Avril, 2022 (03:47 AM)
    Arrêtez de nous tympanisme avec ces histoires, à la con à l'occidentale, allez y dans leurs maisons de retraite vous verrez qui harcèle qui? En tant que vieux de 50balais, je draguais toutes les gamine de mon collège elle me traitaient de harceler et mnt que nous sommes arrivés à un certain âge , c'est elles qui me draguent et me harcèlent et de manière bcp plus folle et parfois perfide que notre manière à l'époque. Nous a l'époque une fois que la fille dit oui à ton pote tu lache l'affaire, mais elles tu peux être marié avec leur propre sœurs et elles te harcèlent, c'est juste que nous on parle moins sinon kon deuk bi todji... alors chers féministes et lgbt allez chercher ailleurs des balivernes pour faire du buzz, en plus vous êtes en retard car actuellement c'est les goldigger qui sont à la mode sur les RS. 
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2022 (15:10 PM)
    JE PENSE QEU 11H 53mn a tout dit : " genre "demal Sangou AK ndox mou séd" ou "sa tante la" ou même "man AK sa tonton la" etc"

    La réalité des relations homme/Femme était bien organisée dans le rue avec un langage adpté. Toutes les éthnies en possèdent. Y'aurait-il eu changement social interne pour faire une exposition parielle? je ne sais pas

    Est-ce une volonte d'accéler la transfoamtion sociale de la société sénégalaise? je ne sais pas. 

     
    {comment_ads}
    Auteur

    Aissa

    En Avril, 2022 (18:23 PM)
    Srnegalais so bopame mo yarpudikou.  Regarde comme ils s insiltent tres vite pour un rien du tout

      Aucune finessee aucun savoir vivre.  De vrais sauvages en costumes et cravates 
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email