Samedi 06 Mars, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

TROIS ANS APRES LA DISPARITION DU PRELAT REBELLE : Les Ziguinchorois se souviennent «tristement» de l’Abbé Diamacoune Senghor

Single Post
TROIS ANS APRES LA DISPARITION DU PRELAT REBELLE : Les Ziguinchorois se souviennent «tristement» de l’Abbé Diamacoune Senghor
La mort l’ayant arraché, le 14 janvier 2007 à Paris à l’hôpital militaire Val De Grâce, à l’affection des siens et loin de la Casamance dont il a toujours combattu l’indépendance, les Ziguinchorois se souviennent de l’Abbé Diamacoune Senghor aujourd’hui. Des prières pour le repos de son âme, mais surtout pour le retour définitif de la paix et la cohésion en Casamance.

Ça fait trois ans, jour pour jour, que l’Abbé Diamacoune Senghor tirait sa révérence en sol Français. Né le 4 avril 1928 à Senghalène (à Oussouye), le chef rebelle est décédé le 14 janvier 2007 à Paris. Il avait épousé très tôt la cause nationaliste. En effet, il a commencé en décembre 1980 à réclamer l’indépendance de la Casamance. Il a ainsi adressé, à plusieurs reprises, des correspondances, en 1980 et 1981, au Président Léopold Sédar Senghor, puis en 1982 au Président Abdou Diouf. Créé en 1947, l’année 1982 va ainsi marquer un tournant décisif dans l’histoire du mouvement séparatiste casamançais. En effet, le 26 décembre 1982, lors d’une marche à Ziguinchor, les manifestants, dans un geste symbolique, ont cherché à descendre le drapeau sénégalais du Palais du gouverneur pour hisser un drapeau blanc. Cette marche s’est terminée tragiquement par la mort de plusieurs personnes et des arrestations. C’est le début de la répression, mais aussi le passage des indépendantistes à la lutte armée. En 1984, Feu Sidy Badji crée dans le maquis «Atika» qui signifie «le guerrier» en langue Diola, qui devient la branche armée du Mfdc. Bien qu’ayant en mémoire tout ceci, «nous nous inclinons néanmoins devant la mémoire d’Abbé Diamacoune Senghor qui, au crépuscule de sa vie, avait émis le vœu de voir une Casamance de paix dans un Sénégal uni et prospère», explique Laurent Diatta, un habitant d’Oussouye. Si la disparition du prélat rebelle constituait une perte énorme pour le mouvement irrédentiste, «l'Abbé était un monument et en s'écroulant, il n’a pas emporté les espoirs de paix de la Casamance», nous a confié cet ancien combattant repenti. Avant de poursuivre, «sa disparition a, quand bien même, fragilisé le mouvement. Des divisions profondes sont notées aujourd’hui par-ci et par-là». Secrétaire général du Mfdc à partir de 1991, le natif du village de Senghalène devient Président d’honneur du mouvement rebelle en 2001. Un titre qu’il portera jusqu’à sa mort. «Nous avons toujours en mémoire les dernières paroles qu’il nous a confiées. Abbé nous disait souvent de prier et de continuer de prier pour une Casamance de paix où il fera bon vivre», nous a confié ce religieux qui a requis l’anonymat. Un troisième anniversaire de la mort du leader charismatique qui, selon nos sources, sera aussi célébré dans le maquis. «Il sera ponctué par des tirs de coups de feu en l’air pour marquer l’événement», renseignent toujours nos sources. Si la disparition d’Abbé Diamacoune Senghor a, pour certains Ziguinchorois, ouvert aujourd’hui une période d’incertitude pour le fragile processus de paix en Casamance, pour d’autres, l’Etat doit très rapidement ouvrir les négociations avec le mouvement rebelle. «Parce que nous sommes tous inquiets. Car notre région est aujourd’hui plongée dans une situation d’incertitude, c’est-à-dire une situation de ni paix ni guerre», disent-ils. Des populations qui continuent, néanmoins, de nourrir l’espoir de voir s’installer très rapidement la paix en Casamance.



0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email