Dimanche 21 Avril, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

UCAD - Dédommagement de 500 étudiants : Session d’indemnisation au Coud

Single Post
UCAD - Dédommagement de 500 étudiants : Session d’indemnisation au Coud

Les autorités avaient promis des solutions à la crise universitaire du mois de février dernier. Les opérations d’indemnisations pourraient démarrer au plus tard le 15 mai prochain. Près de 500 étudiants seront dédommagés par le Centre des œuvres universitaires de Dakar (Coud). Les repreneurs des restaurants ont pris service, depuis la semaine dernière, mais les délégués se disent écartés de la confection des menus.

«Je suis venu me renseigner sur les indemnisations des étudiants victimes des évènements du 17 février dernier.» Un renseignement servi par cet étudiant rwandais, Sosthène Habumuremy, trouvé devant le service social du Centre des œuvres universitaires de Dakar (Coud). Lors des évènements qui avaient perturbé l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), il avait perdu un ordinateur et un poste-radio d’une valeur de 200 000 francs Cfa et attend d’être dédommagé.

En fait les amicales, aussi, avaient proféré des menaces contre les autorités, il y a quelques jours. Le vice-président de l’Amicale des étudiants de la Faculté des Lettres, Alioune Gningue avertissait : «Si aucune promesse n’est tenue concernant les indemnisations, nous n’allons plus payer les loyers.» Le Coud a-t-il eu écho de cette intention ? En tout cas, tout semble indiquer que la question des indemnisations est en phase terminale. A l’entrée du service social, c’est l’affiche signifiant aux ayants droit de compléter leurs dossiers qui attire l’attention des étudiants.

La véranda du couloir, qui mène au secrétariat du service social, accueille les personnes qui ont subi les foudres des forces de l’ordre, qui avaient défoncé leurs chambres, emportant des portables, des mini-chaînes, des ordinateurs et autres matériels. Et le chef dudit service, et non moins président du Comité d’évaluation et d’indemnisation des étudiants (Cei), Khalifa Diagne, le confirme. Il déchiffre 500 dossiers déjà exploités dont 275, actuellement, recevables. D’ailleurs, M. Diagne souhaite que les victimes soient indemnisées, au plus tard, le 15 mai prochain, non sans préciser que le dernier mot revient à ses supérieurs. «Les modalités de réparation ont été définies de commun accord avec les différentes parties dont le Coud, les étudiants, le rectorat, entre autres et, cela, par arrangement et consensus», renseigne M. Diagne.

Donc, poursuit-il, pour chaque unité perdue, il y a un coût standard retenu, d’autant qu’on ne peut pas indemniser d’une manière juste et équitable, car «il ne s’agit pas d’une action en justice». Ce qui n’est pas le cas pour les étudiants qui ont subi des dommages corporels comme ceux évacués en France. «Cheikh Sadibou Diagne nous coûte, chaque jour, 1 200 000 francs Cfa et Khadim Dramé a bénéficié, à ce jour, environ, de 5 millions de francs Cfa», évalue-t-il.

Par ailleurs, les repreneurs qui étaient tant attendus sont arrivés. En effet, les étudiants découvrent, depuis la semaine dernière, de nouveaux visages et de nouvelles tenues. Il s’agit des nouveaux repreneurs des restaurants Self, Argentin et de l’Ecole normale supérieure (Ens) gérés, auparavant, de façon provisoire, par le Coud. Selon le directeur des restaurants, Sidy Diouf, les nouveaux vont terminer l’année pour ensuite entamer une autre. Et, le repreneur se chargera de payer le contrôleur de l’hygiène alimentaire des restaurants. Un souhait des autorités qui s’explique par la sensibilité d’une telle tâche d’autant que les évènements du 17 février sont partis d’une certaine négligence dans le contrôle de l’alimentation. Mais, M. Diouf précise que c’est le Coud qui a recruté l’agent qui se trouve être un lieutenant qu’il a imposé dans le cahier des charges. D’ailleurs, «on parle de vétérinaire, mais c’est un hygiéniste», précise-t-il.

Qu’importe, la seule préoccupation des délégués des amicales, c’est d’être associés à la gestion des restaurants. «Le Coud fait seul. On n’en sait rien. Et le problème, c’est qu’on nous avise, après avoir pris des décisions», se plaint Alassane Aw, le chargé de la Commission sociale de l’amicale des étudiants de la Faculté des Lettres. Son camarade Alioune Gningue ajoute : «Le Coud confectionne les menus, à notre insu.» Tout le contraire des affirmations de M. Diouf, selon qui le menu est fait par le comité de restauration, dont les étudiants, eux-mêmes, sont membres.

Toujours est-il que les étudiants ne sont pas encore satisfaits des plats qui leur sont servis. «Il n’y a aucune différence entre la gestion précédente et celle actuelle», constate Aminatou Sylla, étudiante en Droit. Augustin Biagui, quant à lui, reprend l’adage selon lequel «à l’impossible nul n’est tenu», puisque, reconnaît-il, désolé : «Je mange pour survivre et non pas parce qu’il y a de la qualité.»

 



0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email