Lundi 15 Juillet, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Sport

École de lutte « Les tigres » de Fass Mbao : Sur les traces de Mbaye Guèye

Single Post
École de lutte « Les tigres » de Fass Mbao : Sur les traces de Mbaye Guèye

De toutes les disciplines sportives, la lutte est celle qui draine actuellement le plus de monde. Dans la banlieue et partout dans le pays, des écuries voient le jour de même que des écoles. Parmi celles-ci, les « Tigres », une école créée par l’ancien champion Mbaye Guèye.

A Fass Mbao, la lutte est peut-être la discipline sportive la plus pratiquée. Dans ce quartier de la lointaine banlieue dakaroise, beaucoup de jeunes s’adonnent à ce sport devenu roi au Sénégal. Dans les rues, des jeunes se promènent fièrement exibant des muscles et des biceps très développés. Si certains s’entraînent pour la forme, d’autres veulent devenir des champions de lutte. En effet, beaucoup d’entre eux participent aux mbappat (séances de lutte traditionnelle nocturnes) organisés à Fass Mbao et environs pendant les week-ends. Conscient du talent de ces jeunes, Mbaye Guèye, le premier « Tigre de Fass », a décidé de créer en 2004 une école de lutte dénommée les « Tigres » à l’image de ses « confrères » Birahim Ndiaye, Balla Gaye, Toubabou Dior, Mor Fadam, Manga 2 et autres Papa Kane et Boy Bambara.

L’école Fass Paillotte, située à la rue Frankfurt connue sous le nom de « Talli Carreau », juste devant le garage clando, sert de camp d’entraînement aux pensionnaires de l’école de lutte « Les Tigres ». A l’intérieur, une grande cour bordée d’arbres est érigée en enceinte. Sur les devantures des classes, des jeunes sont assis et débattent sur les différentes affiches de l’arène. Dans l’enceinte, de petits enfants assurent les avants -premières par des combats, en attendant l’arrivée des « doyens » comme Mbaye Guèye junior, Pape Cargo ou encore les frères Mansour Diop n°2 et Pape Kane. Ces derniers sont les ténors de cette école. Ils disposent de licences délivrées par le CNG. Ils sont donc connus des amateurs de lutte puisqu’ayant disputer des combats dans l’arène.

Selon Mbaye Guèye qui est aussi l’entraîneur principal, l’Ecole de Lutte les « Tigres » compte plus d’une quarantaine de pensionnaires qui s’y entraînent du lundi au vendredi. Certains d’entre eux sont « en réserve » parce que ne disposant pas encore de licence. « Au début, j’avais décidé de demander à chaque élève de verser une somme de 4 000 à 5 000 francs pour les frais d’adhésion mais par la suite j’ai changé d’avis et opté pour la gratuité afin aider tous ces jeunes qui aspirent à devenir des champions », ajoute l’ancien Tigre de Fass. Les élèves sont donc admis dans l’école sur la simple présentation de la carte nationale d’identité et d’un certificat de visite et contre visite pour ceux qui en ont l’âge tandis que les autres surtout les plus petits y sont reçus par un certificat attestant l’accord de leurs parents. Ils sont répartis en catégorie allant des pupilles aux seniors. Atteindre le sommet et régner dans l’arène comme l’a fait Mbaye Guèye, le fondateur de cette école, voilà le rêve de ces nombreux jeunes qui, tous les soirs, bataillent ferme pour atteindre cet objectif.

Jump tee shirt

Les pensionnaires des « Tigres » n’habitent pas tous Fass Mbao. Beaucoup viennent des quartiers environnants comme Yeumbeul, Guinaw Rails, Keur Massar etc. C’est le cas de Kara qui quitte Malika pour venir s’entraîner ici. Habillé en jump tee shirt, basket et casquette, on dirait un rappeur prêt à monter sur un podium. Ce lutteur, du haut de son 1.75m, est le premier à arriver sur les lieux, le jour de notre passage. C’est lui le capitaine en l’absence des ténors. Après avoir mis son « nguimb » et fait quelques étirements, il est suivi de quelques élèves pour une dizaine de tours d’enceinte et de quelques mouvements. Cette séance d’échauffement est suivie de contacts dignes d’un combat officiel sauf qu’ici, les coups de poings sont interdits. Ces contacts sont suivis de prés par l’entraîneur adjoint Boy Ndiaye qui fait office d’arbitre. Cette séance d’entraînement n’a pas attiré beaucoup de monde. Selon l’entraîneur, certains vont en salle tandis que d’autres préfèrent aller dans la forêt où il y a beaucoup de sable, notamment sur les dunes, pour y faire quelques ateliers et revenir.

Mbaye Guèye, en même temps directeur technique de l’écurie Fass et patron de cette Ecole de lutte « Les Tigres », déclare n’avoir aucune difficulté à gérer ces deux entités. Il n’y a aucune confusion de genres. Et pour cause, l’Ecole « Les Tigres » est sa propriété personnelle alors que l’écurie il l’a intégrée en 1972.



0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés. --
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email