Vendredi 29 Mai, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Sport

[Profil] Mamadou Faye : ‘’King James’’ de Ouakam

Single Post
[Profil] Mamadou Faye : ‘’King James’’ de Ouakam

Pape Mamadou Faye, 24 ans, est le meneur de jeu de l’équipe de basket de l’Union sportive de Ouakam (Uso). Meilleur joueur de la dernière finale de la coupe Saint-Michel, ce jeune joueur, méconnu du grand public, est en train de s’imposer dans le basket local.

Démarche nonchalante, taille filiforme, Mamadou Faye traine une silhouette  frêle. A 24 ans, ce meneur de l’équipe de basket de l’Union sportive de Ouakam (Uso) passe inaperçu dans le lot des basketteurs. Mais une simple démonstration de sa part sur le parquet suffit pour convaincre les amateurs de la balle orange.

Du haut de son 1m97, Mamadou Faye, surnommé ‘’King James’’ (Lebron James, star du basket américain), parvient à se démarquer du lot des jeunes basketteurs du championnat sénégalais. En sept ans de pratique, il a fini d’imposer sa marque au sein de l’équipe du village lébou et dans l’élite du championnat de basket sénégalais.

 «Basket, un sport de filles»

Pourtant, rien dans sa vie ne le prédestinait à une carrière de basketteur. Comme les garçons de son âge, le natif de Castors (Dakar) a commencé très jeune à taper au ballon rond. Mais sur les terrains de football de son fief.

Cependant, la curiosité le pousse vers le parquet du terrain de basket du quartier. Une discipline qu’il a pourtant toujours considérée comme ‘’un sport de femmes’’.

‘’A Castors, le terrain de football et celui du basket étaient côte-à-côte. J’ai suivi un jour un match de basket, car on n’avait pas de ballon de football pour jouer. Et c’est là que le virus du basket m’a piqué. Et chaque jour,  je partais au terrain pour reproduire les gestes techniques que je voyais au cours des matchs que je suivais, et parfois pieds nus’’. 

De jour en jour, sa passion et son envie d’évoluer dans ce sport grandissaient. Il finit par intégrer, en 2012, le centre de basket  Fabrica. C’est là-bas où il apprend les fondamentaux du basket, grâce au coach Bathie Ba. ‘’Il m’a appris les bases et surtout le basket pur’’, dit-il, reconnaissant.  Et, très vite, il commence à s’adapter et à maitriser les fondamentaux.

 «Je tremblais lors mon premier match en championnat»

Après un an de formation, il rejoint le Dieuppeul basket loisir club (Dbaloc) pour poursuivre sa formation. Ce club découvre le talent du jeune joueur et le fait évoluer en équipe première, en 2e division du championnat sénégalais.

Une expérience qui n’a pas été facile pour le jeune basketteur. «Lors de mon premier match en championnat, j’étais tellement crispé et stressé ! D’ailleurs, je tremblais même sur le terrain. Mais, par la force des choses, je me  suis adapté.  Et on est allé jusqu’en finale du championnat en catégorie juniors. Mais, malheureusement, on l’a perdue».

La même année, le jeune Mamadou Faye est surclassé en seniors, afin qu’il puisse jouer en 2e division avec son club. L’année suivante, le club a disputé le tournoi de montée en 1re division.

Tour de la ville à 23 h, sous la pluie

En 2014, il change de ville et de club. Mamadou Faye est recruté par Mathieu Faye, ancien international de basket et président de Mbour basket club (Mbc) qui venait d’accéder à l’élite. Sous la houlette de son entraîneur Bengali Kaba, sa carrière prend une autre tournure.

 ‘’Cet homme a changé ma vision du basket.  Il m’a fait croire en mes talents  et m’a inculqué les valeurs du travail. Il a été d’un grand apport dans ma carrière’’. Un jour, à la veille d’un match, Kaba l’a réveillé à 23 h pour lui faire faire le tour de la ville de Mbour, sous une pluie battante. Alors qu’il était sur le point de dormir, ‘’paisiblement couché, en attendant de tomber entre les bras de Morphée’’. ‘’Mes efforts n’ont pas été nuls, car cette année-là a été un grand déclic pour ma carrière’’, se souvient-il.

Après trois saisons à Mbc, Mamadou Faye quitte la formation de la Petite Côte. Il est enrôlé en 2017 par l’Uso qui joue les grands rôles dans l’élite du basket national. Le jeune meneur n’hésite pas, il s’engage avec l’équipe coachée par Libasse Faye. Malgré son jeune âge, il s’impose dans un groupe composé de joueurs expérimentés.

      ‘’Il doit travailler l’aspect physique, la puissance et l’adresse’’

Ses bonnes notes permettent à l’Uso de se qualifier aux play-offs du national 1, cette saison. Ils seront éliminés en demi-finales des play-offs masculins par le Dakar université club (Duc). Faye et ses coéquipiers vont également discuter trois finales d’affilée de la coupe Saint-Michel. Après avoir perdu les deux premières, il décroche le titre cette année. Cerise sur le gâteau, il est élu Meilleur joueur et meilleur passeur de la finale.

Malgré ses qualités, Faye a une marge de progression, selon son coach Libasse Faye. ‘’C’est un grand joueur en devenir. Pour le meilleur meneur du championnat, il doit travailler l’aspect physique, la puissance, mais aussi son adresse. C’est un joueur qui peut aller très loin. Et même avec les qualités qu’il a, il peut jouer actuellement à un niveau beaucoup plus élevé’’, soutient coach Libasse.

Le message n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd. Car, malgré les distinctions individuelles au niveau local, le jeune meneur rêve plus. Il veut aller au plus haut niveau et intégrer un jour l’équipe nationale de basket masculin qui joue cette année la Coupe monde en Chine.

 

 


liiiiiiiaffaire_de_malade

4 Commentaires

  1. Auteur

    Inconnu

    En Août, 2019 (21:10 PM)
    Je l'ai vu jouer, un gosse plein de talent
  2. Auteur

    Spectateur Marius

    En Août, 2019 (21:53 PM)
    Beaucoup de talent ce jeune. Et il progresse.

    Maintenant il ne faut pas qu'il traine en route dans ce championnat, sinon ce sera du gachis.

    Il faut qu'il soit plus tueur sur son shoot et qu'il soit plus meneur du jeu...devenir un "cerveau" patient à la D'almeida ou Binetou.

    Ne pas crosser, driver tout le temps, ce qui epuise.

    Ajoutées à ses qualités actuelles il sera difficile à arrêter.

    Bonne chance dans sa carrière.
    Auteur

    Anonyme

    En Août, 2019 (22:08 PM)
    @ ¥+(!&5
    Auteur

    Kingjames

    En Août, 2019 (10:41 AM)
    DAPRES LE RECIT DU JOURNALISTE CE GOSSE A UN BON AVENIR.. MAIS LIMA DIAKHAL KAGNE MOY POURQUOI IL VEUT PRENDRE LE NOM D'UNE AUTRE PERSONNE ALORS QUIL Y A BEAUCOUP D'EXPRESSIONS WOLOFS POUR DESIGNER UN TALENTUEUX COMME LUI..



    NDIAMBAR



    GAINDE



    ETC....



    L'AUTRE CHOSE IL DOIT BIEN MANGER .. IL EST SANS DOUTE DE FAMILLE PAUVRE.. JE LE TROUVE CHETIF.. IL DOIT BEAUCOUP MANGER , DE LA VIANDE, DES LEGUMES, FRUITS, ET ETRE DANS DE BONNES CONDIDTIONS.. IL EST TROP MAIGRE..



    AUSSI JE PRIE QU'UN GRAND CLUB INTERNATIONAL LUI DECROCHE UN BON CONTRAT.. CAR A 24 ANS IL EST VIEUX.. DANS 6 ANS IL AURA 30 ANS.. LES GRANDS CLUBS RECRUTENT AU HIGH SCHOOL.. A 18 ANS, 17 ET ON PEUT JOUER 20 ANS AVANT LA RETRAITE.. 24 ANS CEST TRES VIEUX.. MON NEVEU ON L'A RECRUITE A 17 ET MAINTENANT IL JOUE DANS UN GRAND CLUB UNIVERSITAIRE ET IL N'A QUE 20 ANS.. IL VA BOUGE DANS UN NBA.. IL EST TRES TALENTUEUX..

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email