L'ONU à l'écoute des besoins du Cameroun dans le combat contre Boko Haram

  • Source: : RFI | Le 03 mars, 2017 à 17:03:24 | Lu 2632 fois | 2 Commentaires
content_image

L'ONU à l'écoute des besoins du Cameroun dans le combat contre Boko Haram

Le Conseil de sécurité des Nations unies veut évaluer l'impact des exactions de Boko Haram pour la région du lac Tchad, en matière de sécurité, sur la vie quotidienne des habitants, pour ceux qui sont restés, et pour ceux qui ont préféré fuir. Les émissaires onusiens ont débuté leur périple à Yaoundé où ils se sont entretenus aujourd'hui avec les autorités camerounaises. Leur mission les mènera dans tous les pays du bassin du lac Tchad.

« Comment le Cameroun lutte-t-il contre le terrorisme ? », « quels sont vos besoins ? », « quels sont vos plans pour booster les activités économiques dans le Nord ? »... Pendant près d’une heure, les questions fusent, mais les quinze ambassadeurs du Conseil de sécurité des Nations unies se veulent rassurants : ces diplomates sont à l’écoute et affirment être là pour connaître les besoins du Cameroun pour lutter contre Boko Haram.

Le ministre de la Défense, Joseph Beti Assomo, a pour sa part insisté sur la bonne coopération avec les Nigériens. « Nous notons une montée en puissance de l’engagement de l’armée nigérienne », indique le ministre de la Défense. Une coopération qui, selon ce responsable, a donné des résultats ces dix derniers mois.

« Sensibilisation des populations »

Face aux diplomates, les ministres camerounais ont exprimé quelques plans à moyen terme. Il s’agit notamment d’une politique de réinsertion des repentis. « Nous sommes dans une phase de sensibilisation des populations pour que les combattants puissent se rendre d’eux-mêmes », précise le ministre de la Défense.

« Nous essayons d’agir à l’intérieur des mosquées pour les prêches des imams soient mieux contrôlés », assure pour sa part René Sadi, le ministre de l’Administration territoriale et de la décentralisation. Et de conclure : les réponses militaires étaient nécessaires, mais la réponse durable sera celle du développement.


Auteur: RFI - RFI


Commentaire (2)


Anonyme il y a 3 semaines (22:24 PM) 0 FansN°: 1
Pourquoi le Problème Boko Haram n'est pas une opportunité

pour l'Afrique de l'Ouest et l'Afrique Centrale de s'allier militairement

pour foncer sur ce groupe terroriste.



Les histoires de g5 ou de coalition dite internationale à minima,

c'est du soupoudrage. Un peut comme l'artisan qui s'engage à faire un travail,

mais vient de temps en temps.



Boko Haram ne doit pas être un fonds de commerce pour pomper l'argent

des Occidentaux et les laisser construire des bases chez nous.



Soyons sérieux et déterminés en permettant aux troupes de la CEDEAO et

de l'Afrique Centrale d'aller nettoyer les terroristes.



Boye il y a 2 semaines (03:03 AM) 0 FansN°: 2
Il est temps deffacer le Boko haram lafrique est bien capable de les aneantir et les effacer sur terre seulement la volonte .manque

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]