Vieux Sandiery Diop, fidèle garde du corps de Idrissa Seck a perdu son père

  • Par : Leral | Le 10 janvier, 2013 à 21:01:56 | Lu 12501 fois | 24 Commentaires
content_image

Vieux Sandiery Diop, fidèle garde du corps de Idrissa Seck a perdu son père

Rewmi aussi est en deuil. Vieux Sandiery Diop fidèle garde du corps d'Idrissa Seck, a perdu, hier après-midi, son père. A cette occasion, une forte délégation de Rewmi s'est rendue à son domicile pour présenter ses condoléances à Vieux Sandiery Diop et à la famille éplorée. La délégation, dirigée par Idrissa Seck, était composée entre autres de Oumar Guèye, Waly Fall, Lena Sène, Ousmane Thiongane, Bathie Gadiaga, Déthié Fall, rapporte, L'As dans son édition de ce jour. Que la terre de Yoff lui soit légère.


Leral


Commentaire (18)


Pour En Janvier, 2013 (21:58 PM) 0 FansN°: 1
Magui dém douche
Lupour Vous En Janvier, 2013 (23:23 PM) 0 FansN°: 1
ici repose la défunte presse privée sénégalaise [décès survenu le 25 mars 2012] ( modou badiane)
on a coutume de dire que dans une démocratie digne de son nom, la presse représente le quatrième pouvoir après l’exécutif, le législatif et le judiciaire. que deviendrait un tel système si le quatrième pouvoir, qui doit normalement équilibrer les trois autres, puisque plus indépendant, s’amène à jouer les baroudeurs ou pire les laudateurs ? il faut qu’on le dise. la presse privée sénégalaise après la télévision nationale de rien tous les soirs, est entrain de perdre de sa crédibilité et de son indépendance. le dernier événement qui en atteste est la tentative d’immolation de cheikh mbaye le lundi 07 janvier 2013, devant les grilles du palais, que la presse, dans sa quasi-totalité, a traitée de façon parcellaire. là où elle décrivait ces actes sous le régime wade de désillusion d’une jeunesse laissée à elle-même, la même presse, les mêmes journalistes, essaient de justifier l’acte par une présumée folie de l’auteur. le mardi 08 janvier 2013 soit moins de 24 h après l’incident, sa famille dément les rumeurs de la presse selon lesquelles, la victime souffrirait de troubles mentaux "cheikh mbaye jouit de toutes ses facultés mentales. il développait même beaucoup de projets... ». pourquoi ces glissades à répétition de la presse ? les auteurs d’immolations sous wade étaient ils plus sains d’esprits que le premier sous l’ère macky ? la désillusion est elle moins présente sous macky que sous son prédécesseur ? la question mérite d’être posée avec beaucoup de recul et sans subjectivité aucune. cette manière de faire des journalistes, et pas des moins connus, ne rend ni service au régime actuel ni au peuple sénégalais. c’est une bombe que la presse a entre ses mains et qui risque d’exploser au moment où on s’y entendra le moins.
madiambal diagne dans sa chronique du lundi 07 janvier 2013 titrée « inculpez wade ou libérez aïdara sylla ! » a rappelé le rôle jouait par la presse dans la chute du régime de wade. « dix ans durant, nous nous sommes tués, à travers ces colonnes, à publier les hauts faits (de wade) de prédation de ressources publiques » disait-il. la presse a telle perdu son verbe et son rôle de sentinelle dans une démocratie en marche avec l’élection de macky sall comme président de la république du sénégal ? sommes-nous entrain d’assister à un gouvernement de journalistes après celui des avocats ? les journalistes sont ils devenus complaisants face à leurs homologues qui composent l’entourage proche du président ?

vous avez été sans doute surpris de voir lors de son émission, ça me dit mag, avec le professeur gadiaga du 15 décembre 2012, l’ex percutant pape allé niang, déclarer après une analyse du juriste, « (…) j’attends de voir celui qui viendra ici me parler de la haute cour de justice comme étant seule habilitée à juger les ex barons du gouvernement de wade ». le professeur venait de faire une brillante dichotomie entre les fautes qu’auraient commises un ministre dans l’exercice de ses fonctions et durant l’exercice de ses fonctions. cette satisfaction montrée du journaliste prouve deux choses. il est prêt à défendre la position actuelle du gouvernement et ne laissera pas l’autre camp défendre son point de vu puisqu’il le juge déjà comme erroné. est-ce cela le rôle du journaliste qui doit participer à l’éclosion de la vérité et à l’équilibre de l’information ?

que dire de mamadou oumar ndiaye qui ne semble pas être tout à fait d’accord avec le discours de macky sall lors du nouvel an, mais préfère le critiquer en utilisant la pédale douce. il titre dans sa chronique parue dans le journal le témoin n°1109 « discours de fin d’année du président macky sall: oublis et omissions d’un (bon) discours». cherche t il avec ce titre à caresser macky dans le sens de la poile ou évite t il de s’amener les foudres de ses compères qui ont pris fait et cause pour le régime actuel ? dans le fond, il souligne « sur le fond, en revanche, il est sans doute notable que les spins doctors du président n’ont pas accordé une très grande attention au contenu de son discours du nouvel an ». il critique tout en qualifiant les rédacteurs de « spins doctors ». content sans doute, de ses compères, malgré les oublis listés et le fond vide.

que devient souleymane jules diop, après nous avoir servi, pendant des années, qu’il ne défendait que des principes. n’est il pas devenu un membre à part entière de l’apr qu’il cherche à défendre vaille que vaille ?

nous ne demandons pas à la presse d’être des ultra opposants comme le groupe walfadjri, mais à jouer le rôle d’avant-gardiste qu’on lui connaissait, de faire comme le groupe d-media qui est le seul, à l’heure actuelle, à nous informer juste et vrai. même les journalistes du groupe futur medias que nous avons toujours connu pour leur professionnalisme s’adonnent à ces pratiques en cherchant à faire plaisir à leur patron devenu ministre dans le gouvernement de macky. allassane samba diop est devenu méconnaissable et mamadou ibra kane aphone.

nous ne sommes pas contre le gouvernement, mais réclamons notre droit à l’information. la vraie information. le peuple n’a pas besoin de mirage pour subsister. face au faux il arrivera un moment où lui-même s’en détournera et réclamera ce qu’on a tenté de lui cacher. le journaliste doit alerter et non applaudir. l’acclamation continue est du rôle du partisan et non du journaliste libre et indépendant. nous avons besoin que l’on nous dise que le train n’est pas arrivé à l’heure. celui qui arrive à temps ne constitue pas une information. gilbert keith chesterton décrivait avec ironie le rôle du vrai journaliste en ces termes « le journalisme consiste pour une large part à dire “lord jones est mort” à des gens qui n’ont jamais su que lord jones existait. »


alors chers journalistes, reprenez vous et ressuscitez la presse décédée le 25 mars 2012 pour que triomphe la démocratie sénégalaise !


modou badiane
sociologue
[email protected]

















ici repose la défunte presse privée sénégalaise [décès survenu le 25 mars 2012] ( modou badiane)
on a coutume de dire que dans une démocratie digne de son nom, la presse représente le quatrième pouvoir après l’exécutif, le législatif et le judiciaire. que deviendrait un tel système si le quatrième pouvoir, qui doit normalement équilibrer les trois autres, puisque plus indépendant, s’amène à jouer les baroudeurs ou pire les laudateurs ? il faut qu’on le dise. la presse privée sénégalaise après la télévision nationale de rien tous les soirs, est entrain de perdre de sa crédibilité et de son indépendance. le dernier événement qui en atteste est la tentative d’immolation de cheikh mbaye le lundi 07 janvier 2013, devant les grilles du palais, que la presse, dans sa quasi-totalité, a traitée de façon parcellaire. là où elle décrivait ces actes sous le régime wade de désillusion d’une jeunesse laissée à elle-même, la même presse, les mêmes journalistes, essaient de justifier l’acte par une présumée folie de l’auteur. le mardi 08 janvier 2013 soit moins de 24 h après l’incident, sa famille dément les rumeurs de la presse selon lesquelles, la victime souffrirait de troubles mentaux "cheikh mbaye jouit de toutes ses facultés mentales. il développait même beaucoup de projets... ». pourquoi ces glissades à répétition de la presse ? les auteurs d’immolations sous wade étaient ils plus sains d’esprits que le premier sous l’ère macky ? la désillusion est elle moins présente sous macky que sous son prédécesseur ? la question mérite d’être posée avec beaucoup de recul et sans subjectivité aucune. cette manière de faire des journalistes, et pas des moins connus, ne rend ni service au régime actuel ni au peuple sénégalais. c’est une bombe que la presse a entre ses mains et qui risque d’exploser au moment où on s’y entendra le moins.
madiambal diagne dans sa chronique du lundi 07 janvier 2013 titrée « inculpez wade ou libérez aïdara sylla ! » a rappelé le rôle jouait par la presse dans la chute du régime de wade. « dix ans durant, nous nous sommes tués, à travers ces colonnes, à publier les hauts faits (de wade) de prédation de ressources publiques » disait-il. la presse a telle perdu son verbe et son rôle de sentinelle dans une démocratie en marche avec l’élection de macky sall comme président de la république du sénégal ? sommes-nous entrain d’assister à un gouvernement de journalistes après celui des avocats ? les journalistes sont ils devenus complaisants face à leurs homologues qui composent l’entourage proche du président ?

vous avez été sans doute surpris de voir lors de son émission, ça me dit mag, avec le professeur gadiaga du 15 décembre 2012, l’ex percutant pape allé niang, déclarer après une analyse du juriste, « (…) j’attends de voir celui qui viendra ici me parler de la haute cour de justice comme étant seule habilitée à juger les ex barons du gouvernement de wade ». le professeur venait de faire une brillante dichotomie entre les fautes qu’auraient commises un ministre dans l’exercice de ses fonctions et durant l’exercice de ses fonctions. cette satisfaction montrée du journaliste prouve deux choses. il est prêt à défendre la position actuelle du gouvernement et ne laissera pas l’autre camp défendre son point de vu puisqu’il le juge déjà comme erroné. est-ce cela le rôle du journaliste qui doit participer à l’éclosion de la vérité et à l’équilibre de l’information ?

que dire de mamadou oumar ndiaye qui ne semble pas être tout à fait d’accord avec le discours de macky sall lors du nouvel an, mais préfère le critiquer en utilisant la pédale douce. il titre dans sa chronique parue dans le journal le témoin n°1109 « discours de fin d’année du président macky sall: oublis et omissions d’un (bon) discours». cherche t il avec ce titre à caresser macky dans le sens de la poile ou évite t il de s’amener les foudres de ses compères qui ont pris fait et cause pour le régime actuel ? dans le fond, il souligne « sur le fond, en revanche, il est sans doute notable que les spins doctors du président n’ont pas accordé une très grande attention au contenu de son discours du nouvel an ». il critique tout en qualifiant les rédacteurs de « spins doctors ». content sans doute, de ses compères, malgré les oublis listés et le fond vide.

que devient souleymane jules diop, après nous avoir servi, pendant des années, qu’il ne défendait que des principes. n’est il pas devenu un membre à part entière de l’apr qu’il cherche à défendre vaille que vaille ?

nous ne demandons pas à la presse d’être des ultra opposants comme le groupe walfadjri, mais à jouer le rôle d’avant-gardiste qu’on lui connaissait, de faire comme le groupe d-media qui est le seul, à l’heure actuelle, à nous informer juste et vrai. même les journalistes du groupe futur medias que nous avons toujours connu pour leur professionnalisme s’adonnent à ces pratiques en cherchant à faire plaisir à leur patron devenu ministre dans le gouvernement de macky. allassane samba diop est devenu méconnaissable et mamadou ibra kane aphone.

nous ne sommes pas contre le gouvernement, mais réclamons notre droit à l’information. la vraie information. le peuple n’a pas besoin de mirage pour subsister. face au faux il arrivera un moment où lui-même s’en détournera et réclamera ce qu’on a tenté de lui cacher. le journaliste doit alerter et non applaudir. l’acclamation continue est du rôle du partisan et non du journaliste libre et indépendant. nous avons besoin que l’on nous dise que le train n’est pas arrivé à l’heure. celui qui arrive à temps ne constitue pas une information. gilbert keith chesterton décrivait avec ironie le rôle du vrai journaliste en ces termes « le journalisme consiste pour une large part à dire “lord jones est mort” à des gens qui n’ont jamais su que lord jones existait. »


alors chers journalistes, reprenez vous et ressuscitez la presse décédée le 25 mars 2012 pour que triomphe la démocratie sénégalaise !


modou badiane
sociologue
[email protected]
















ici repose la défunte presse privée sénégalaise [décès survenu le 25 mars 2012] ( modou badiane)
on a coutume de dire que dans une démocratie digne de son nom, la presse représente le quatrième pouvoir après l’exécutif, le législatif et le judiciaire. que deviendrait un tel système si le quatrième pouvoir, qui doit normalement équilibrer les trois autres, puisque plus indépendant, s’amène à jouer les baroudeurs ou pire les laudateurs ? il faut qu’on le dise. la presse privée sénégalaise après la télévision nationale de rien tous les soirs, est entrain de perdre de sa crédibilité et de son indépendance. le dernier événement qui en atteste est la tentative d’immolation de cheikh mbaye le lundi 07 janvier 2013, devant les grilles du palais, que la presse, dans sa quasi-totalité, a traitée de façon parcellaire. là où elle décrivait ces actes sous le régime wade de désillusion d’une jeunesse laissée à elle-même, la même presse, les mêmes journalistes, essaient de justifier l’acte par une présumée folie de l’auteur. le mardi 08 janvier 2013 soit moins de 24 h après l’incident, sa famille dément les rumeurs de la presse selon lesquelles, la victime souffrirait de troubles mentaux "cheikh mbaye jouit de toutes ses facultés mentales. il développait même beaucoup de projets... ». pourquoi ces glissades à répétition de la presse ? les auteurs d’immolations sous wade étaient ils plus sains d’esprits que le premier sous l’ère macky ? la désillusion est elle moins présente sous macky que sous son prédécesseur ? la question mérite d’être posée avec beaucoup de recul et sans subjectivité aucune. cette manière de faire des journalistes, et pas des moins connus, ne rend ni service au régime actuel ni au peuple sénégalais. c’est une bombe que la presse a entre ses mains et qui risque d’exploser au moment où on s’y entendra le moins.
madiambal diagne dans sa chronique du lundi 07 janvier 2013 titrée « inculpez wade ou libérez aïdara sylla ! » a rappelé le rôle jouait par la presse dans la chute du régime de wade. « dix ans durant, nous nous sommes tués, à travers ces colonnes, à publier les hauts faits (de wade) de prédation de ressources publiques » disait-il. la presse a telle perdu son verbe et son rôle de sentinelle dans une démocratie en marche avec l’élection de macky sall comme président de la république du sénégal ? sommes-nous entrain d’assister à un gouvernement de journalistes après celui des avocats ? les journalistes sont ils devenus complaisants face à leurs homologues qui composent l’entourage proche du président ?

vous avez été sans doute surpris de voir lors de son émission, ça me dit mag, avec le professeur gadiaga du 15 décembre 2012, l’ex percutant pape allé niang, déclarer après une analyse du juriste, « (…) j’attends de voir celui qui viendra ici me parler de la haute cour de justice comme étant seule habilitée à juger les ex barons du gouvernement de wade ». le professeur venait de faire une brillante dichotomie entre les fautes qu’auraient commises un ministre dans l’exercice de ses fonctions et durant l’exercice de ses fonctions. cette satisfaction montrée du journaliste prouve deux choses. il est prêt à défendre la position actuelle du gouvernement et ne laissera pas l’autre camp défendre son point de vu puisqu’il le juge déjà comme erroné. est-ce cela le rôle du journaliste qui doit participer à l’éclosion de la vérité et à l’équilibre de l’information ?

que dire de mamadou oumar ndiaye qui ne semble pas être tout à fait d’accord avec le discours de macky sall lors du nouvel an, mais préfère le critiquer en utilisant la pédale douce. il titre dans sa chronique parue dans le journal le témoin n°1109 « discours de fin d’année du président macky sall: oublis et omissions d’un (bon) discours». cherche t il avec ce titre à caresser macky dans le sens de la poile ou évite t il de s’amener les foudres de ses compères qui ont pris fait et cause pour le régime actuel ? dans le fond, il souligne « sur le fond, en revanche, il est sans doute notable que les spins doctors du président n’ont pas accordé une très grande attention au contenu de son discours du nouvel an ». il critique tout en qualifiant les rédacteurs de « spins doctors ». content sans doute, de ses compères, malgré les oublis listés et le fond vide.

que devient souleymane jules diop, après nous avoir servi, pendant des années, qu’il ne défendait que des principes. n’est il pas devenu un membre à part entière de l’apr qu’il cherche à défendre vaille que vaille ?

nous ne demandons pas à la presse d’être des ultra opposants comme le groupe walfadjri, mais à jouer le rôle d’avant-gardiste qu’on lui connaissait, de faire comme le groupe d-media qui est le seul, à l’heure actuelle, à nous informer juste et vrai. même les journalistes du groupe futur medias que nous avons toujours connu pour leur professionnalisme s’adonnent à ces pratiques en cherchant à faire plaisir à leur patron devenu ministre dans le gouvernement de macky. allassane samba diop est devenu méconnaissable et mamadou ibra kane aphone.

nous ne sommes pas contre le gouvernement, mais réclamons notre droit à l’information. la vraie information. le peuple n’a pas besoin de mirage pour subsister. face au faux il arrivera un moment où lui-même s’en détournera et réclamera ce qu’on a tenté de lui cacher. le journaliste doit alerter et non applaudir. l’acclamation continue est du rôle du partisan et non du journaliste libre et indépendant. nous avons besoin que l’on nous dise que le train n’est pas arrivé à l’heure. celui qui arrive à temps ne constitue pas une information. gilbert keith chesterton décrivait avec ironie le rôle du vrai journaliste en ces termes « le journalisme consiste pour une large part à dire “lord jones est mort” à des gens qui n’ont jamais su que lord jones existait. »


alors chers journalistes, reprenez vous et ressuscitez la presse décédée le 25 mars 2012 pour que triomphe la démocratie sénégalaise !


modou badiane
sociologue
[email protected]
Garde Tes Lectures Pour Toi St En Janvier, 2013 (00:25 AM) 0 FansN°: 1
t'es lourd à la fin!!! a quoi bon copier-coller le mm message à 3 reprises? c'est pas pour autant qu'on va le lire 3 fois ou en 3ème vitesse! yalnako seneweb supprimé
Pffffffffffffffff En Janvier, 2013 (22:19 PM) 0 FansN°: 2
tout ça pour mettre le nom de jomborton en titre. trop de propagande tue ! personne ne peut forcer au peuple senegalais un "griot" comme président. pas d'ici 50 ans ! c'est cuturel
Youu En Janvier, 2013 (22:40 PM) 0 FansN°: 3
WHO GIVE THE SHIIT ABOUT THAT?
??? En Janvier, 2013 (22:57 PM) 0 FansN°: 4
Que dieu l'accueuille au paradis.

Pourquoi cet article. :hun: 

Les sénégalais ne connaissent pas ce garde du corps, encore moins son père :?: 
Djolofmann En Janvier, 2013 (01:39 AM) 0 FansN°: 1
you are just an idiot; waxal loo xam de bayi di generaliser. google "sandiery et idrissa seck" and informe toi. i hate it when people make these kind of statement and not trying to educate themselves
12gainde En Janvier, 2013 (23:17 PM) 0 FansN°: 5
Mes condoléances a mon grand sandiery diop à mon ami baye diop que la terre lui soit léger
Yeet En Janvier, 2013 (23:27 PM) 0 FansN°: 6
Ce Sandiery Diop, je ne le connais, mais j'aime bien sa loyauté!!!!

Meme si Idy est un ......, ce monsieur est toujours resté fidele a lui.!!!
Mak  En Janvier, 2013 (23:45 PM) 0 FansN°: 7
Sandjiry diop un homme très sérieux très pieux je le connaissai depui le collège notre dame du Liban toutes mes condoléances a la famille diop
Cool En Janvier, 2013 (08:30 AM) 0 FansN°: 1
mak,
tu as raison c' est une personne tres pieuse et integre.j'ai fait le notre dame aussi avec lui.
Erreur En Janvier, 2013 (00:19 AM) 0 FansN°: 8
le vieux ibrahima diop s'est éteint hier matin et on l'a enterré l'aprés midi à yarakh!!!

Abdou Sow  En Janvier, 2013 (01:20 AM) 0 FansN°: 9
Tte mes condoléance maître sandiery diop que la terre lui soit légère .un exemple à suivre depuis le collège notre dame du Liban
Yoro From Usa  En Janvier, 2013 (04:21 AM) 0 FansN°: 10
Mes condeleance grand mieux et a mouhamed, baye diop, Farci que la terre lui soit léger!!!!!!!!
Adam Diouf U S A En Janvier, 2013 (05:25 AM) 0 FansN°: 11
Tte Mes codeleance a tte la famille diop,un exemple a suivre,car il etait pieux et honnette,que la terre lui soit leger,AMEN
Delondres En Janvier, 2013 (05:38 AM) 0 FansN°: 12
toutes mes condoleances a sandiery,nous avons travaille ensemble au tropic club de la patte d'oie,ce fameux night club....un homme tres serieux....
Ramafallou En Janvier, 2013 (06:37 AM) 0 FansN°: 13
Tte mes condoleanses a la famille diop et a tous les marinois que la terre lui doit leger.amem

 :sn: 
Salambaye En Janvier, 2013 (07:34 AM) 0 FansN°: 14
Ah ! leral c'est le comble du ridicule ....maintenant il excelle sur "les taguès".........demain il fera passer un taguè genre : le petit frere de l'ami de l'ex garde de corps de wade a perdu la mère de sa "bonne".....................leral doit apprendre la qualitè apprendre à ne rien publier s'il n'a rien d important à publier.........quelle honte.
Diop En Janvier, 2013 (08:09 AM) 0 FansN°: 1
qui k tu sois,le où tu perdras un etre cher tu voudras que le monde entier le sache et prie pour lui !
a vieux toutes mes condoléances et que la terre de yarrakh lui légère , mes condeléances aussi à toute la communauté walo walo !
Snifff En Janvier, 2013 (08:25 AM) 0 FansN°: 15
moi j'ai perdu le beau frere de mon chien et c'est bien triste !!!!
Deug En Janvier, 2013 (08:50 AM) 0 FansN°: 1
c lamentable ce que devient cette presse internet !
Icon En Janvier, 2013 (09:52 AM) 0 FansN°: 16
Que la terre lui soit légère.



J'en profite pour vous faire part du décés de la grand mère de l'oncle maternelle du cousin du petit copain de la fille de la cousine de l'amie du voisin de mon gardin.

 :sad:  :sad: 
Mangus En Janvier, 2013 (12:36 PM) 0 FansN°: 17
Trés sincères condoléances vieux
Badar En Janvier, 2013 (14:51 PM) 0 FansN°: 18
Beaucoups d'autres peres et meres sont morts ce meme jour mais n'ont pas fait la Une .Les hommes de la protection des personnalites ne faisaient pas la Une,encore moins leurs parents. Dieu fasse misericorde a leurs ames !

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    |    Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]    |    Tel. (redacteur en Chef) : +221 77 562 00 29    |    Email (redacteur en Chef) : [email protected]