Dimanche 21 Juillet, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Banner 01
Politique

Caisse des dépôts et de consignations : Aliou Sall installé

Single Post
Caisse des dépôts et de consignations : Aliou Sall installé

C'est officiel ! Aliou Sall,  frère du Président de la République Macky Sall, a pris fonction. Selon la Rfm qui rapporte l'information, il a été installé, ce jeudi 21 septembre à la tête de la Direction générale de la Caisse des dépôts et de consignations (Cdc).

Pour rappel,  le maire de Guédiawaye a été nommé Directeur général de la Cdc par le Chef de l'État le mardi 12 septembre dernier. Il remplace à ce poste Thierno Seydou Niane.


Article_similaires

16 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (12:58 PM)
    Toucoulorisation de la republique
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2017 (14:30 PM)
      aliou, ce poison dans l’assiette de macky sall
      ses décrets n’ont pas toujours fait l’unanimité, c’est une lapalissade. pour une fois, le président macky sall a réussi à mettre tous les sénégalais d’accord, sans considération de leur bord politique ; à son corps défendant ?
      la nomination de aliou sall aux fonctions de directeur général de la caisse des dépôts et consignations est partie pour être la plus grosse erreur jamais commise par le chef de l’etat. pour une fois, le feu de la contestation semble partir de ses propres rangs.
      dans benno bokk yaakar certains murmuraient déjà leur désapprobation en attendant que passe la phase d’installation de la présente législature. a l’apr, ils sont moins discrets et calculateurs quant aux initiatives à prendre et actions à mener comme contre la nomination du frère du président. même s’il est difficile de parler à quelqu’un de son propre frère
      ils ne peuvent accepter que leur leader soit - comme l’est macky sall en ce moment - traité de champion du wax waxeet devenu si négativement chargé. dans la maison marron-beige, des personnalités de premier rang ont commencé à bouger, en direction du chef. leur message est simple : laisser aliou sall à la tête de la cdc serait une provocation que les sénégalais ne laisseraient pas passer. certains font état de pression exercée sur le président macky sall pour le « ramener à la raison ».
      « ramener à la raison » ? l’expression a ici tout son sens. le chef de l’etat ne serait pas au mieux en ce moment avec sa conscience. avec son équilibre moral encore moins.
      le président s’est « trompé », disent certains. il aurait été contraint, à en croire d’autres, qui convoquent d’autres méthodes qui auraient eu raison du frère de aliou sall. macky n’aurait pas pris suffisamment de précautions pour se protéger des coups portés à sa crédibilité, dans la fratrie.
      la presse a fait état du rôle qu’aurait joué thierno madani sy dans la signature du décret 2017…
      en vérité, il y aurait davantage que cela. aliou sall n’a pas attendu la constitution du gouvernement dionne ii pour se positionner dans la tête et aux basques de son président de frère. le frangin est, comme qui dirait, un lève-tôt dans ses plans. l’homme se prépare depuis les premières heures de la deuxième alternance à la tête du pays. d’autres font remonter ses ambitions d’enrichissement aux années primatoriales de macky, chef du gouvernement sous le président abdoulaye wade. objectif poursuivi par le petit frère, profiter au maximum de ce que peut offrir le statut social de frère du premier ministre. entre autres opportunités, le frangin s’est employé à gonfler ses comptes bancaires, mais pas seulement.
      projet de dévolution fratricide ?
      les présumés principaux adversaires de macky étant en situation d’éligibilité pas évidente, aliou est en train de poser les jalons d’une dévolution dynastique. a l’insu du principal concerné. et sall-frère ne manquerait pas d’idées pour y parvenir. ce qui se passe avec aliou donne à avoir peur pour ce pays.
      quitte à affaiblir le président en le poussant à des fautes politiques après l’avoir isolé ou mis en mal avec des familles religieuses, des groupes de pression et des lobbies de tous bords, le fossoyeur de la gouvernance marron-beige aurait plusieurs cordes à son arc. parmi celles-ci, l’art de présenter le président de la république comme un homme dont les religieux gagneraient à se méfier de la fréquentation. la vie privée de macky serait peu reluisante au regard de ce qui serait étalé sur les nattes de certaines autorités religieuses et coutumières, selon contempteurs apéristes du frère du chef de l’etat.
      monsieur frère est intarissable dès qu’il s’agit de dénigrer le président de frère. le palais de la république est-il devenu une obsession pour aliou sall. son frère n’aurait commencé à flairer le coup qu’au lendemain des dernières législatives.
      sorti de la bataille de guédiawaye alors qu’il se voyait tête de liste départementale de benno, le maire recadré et recalé par son frère n’a pas mis de temps à se rappeler au bon souvenir du président de la république. contre mauvaise fortune, le journaliste et politique fait le choix d’une autre cour assidue auprès de macky sall. il le presse de le nommer à une fonction ministérielle. aliou ne se contenterait pas de « menu fretin » ; à supposer qu’il en existe dans les fonctions gouvernementales.
      monsieur le maire et frère voit très haut. ministère des affaires etrangères, à défaut des forces armées ou les finances. un coup d’œil sur ces départements et il s’avère que c’est aussi l’argent et les réseaux. les commandes d’armes.
      aliou sall à le sens des affaires : banque, pétrole, aviation et on en laisse forcément. il ne resterait que la plus haute marche, à l’avenue léopold sédar senghor.
      en stratège avisé, il avait déjà élaboré deux plans qui ont échoué, parce que macky est resté vigilant, si ce ne que la clameur était devenue trop forte pour les oreilles présidentielles. aliou s’était battu pour devenir député puis se faire adouber par des députés à sa solde pour devenir président du groupe parlementaire comme étape vers le perchoir de l’institution. hypothèse basse, si remplacer niasse n’aurait pas été possible dès l’installation de la chambre de la 13ème législature.
      sall-frère clone de wade-fils ?
      il a de la suite dans les idées et le plan était extrêmement bien élaboré. a partir du groupe parlementaire, se préparer à la succession du président de l’assemblée pour se positionner désormais comme … dauphin constitutionnel. a la faveur d’un putsch contre niasse, suite à une pétition.
      la république l’a échappé belle. pour combien de temps encore ? la suite est imaginable nul ne devrait cependant, laisser le chef de l’etat seul face au péril familial, version fratrie. on le verra plus loin.
      des voix ne se sont-elles pas élevées pour faire la comparaison entre le fils de wade et le frère de macky ? en suivant les camps dans l’espace public, on trouverait de la légitimité à aliou qui aurait un parcours politique à succès qu’il aurait lui-même bâti de haute lutte sur le terrain. les adversaires embouchent la trompette de l’escalier prêté par le pouvoir pour favoriser la très fulgurante ascension du jeune frère. en tous les cas, ce dernier a su créer un réseau de souteneurs et de thuriféraires, tout le contraire de wade-fils accusé, à tort ou raison d’avoir été très distant et inaccessible. hier comme aujourd’hui, on peut se demander ce que ces deux personnes seraient devenues s’il n’ avaient eu comme père et comme frère le président de la république du sénégal. si on a reproché à karim wade de n’avoir pas contribué à faire élire son père, aliou lui était non pas aux abonnés absent mais carrément dans les rangs ennemis aux côtés de karim et son père, qui avaient sonné l’arrêt de mort politique de macky.
      sall-frère s’est considérablement enrichi et dispose dès lors de l’arme de guerre politique. il lui restait à se trouver un bon tremplin au cœur de la république, pour s’ouvrir les portes de léopold senghor dont il n’aurait aucun scrupule à dégager perfidement l’actuel locataire si ce devait être l’unique solution. c’est du moins ce que pensent des milieux bien au fait des intrigues de cour … dans le la république.
      et que fait macky sall pendant ce temps. rien que lui-même sache, dans les affaires concernant son cadet. le président de la république avait clamé urbi et orbi qu’il ne serait jamais question pour lui de signer un décret nommant aliou sall à quelque fonction d’etat que ce soit.
      pétition en préparation
      que s’est-il passé alors pour que sa plume passe sous le décret publié le 11 septembre ? ce décret est justement celui qui risque de provoquer l’effondrement de la première tour, celle de l’opinion et des soutiens significatifs et sincères du président macky sall.
      en attendant la deuxième tour promise au même sort autour de 2019.
      on refuse dans certains milieux, de croire que macky sall qui avait si fermement résisté aux assauts et sollicitations du frère a pu nommer aliou sall à la tête de la si stratégique cdc sans y avoir été amené par des forces qu’il ne maîtrise pas. pour ces derniers, il n’y a pas de doute, le frangin a « travaillé » l’aîné.
      une pétition est en préparation à l’initiative de la société civile. il s’agit de mobiliser tous les démocrates de ce pays et à l’international pour que la cdc ne devienne jamais une nouvelle affaire aliou sall, un sallgate.
      « il faut aider macky » contre le frère qui ne reculerait plus même devant les recettes parmi les plus obscurantistes pour s’imposer au président de la république dont il rêverait du fauteuil.
      c’est dire que le sénégal pourrait connaître un autre « 23 juin » et cette fois c’est de l’intérieur même du pouvoir politique que cela viendrait. pour les tenants de cette déclaration de guerre, il faut « sauver le soldat macky ». car quelqu’un serait en train de faire de son yoonu yokuté une transition vers le yakhulé. de la valeur à la déchéance. un chemin à boucher absolument. pour la république, pour son président, in fine pour que le sénégal ne sombre pas du fait des visées de pouvoir et des manœuvres fratricides de
      monsieur frère.
      la plume de macky est encore entre ses doigts et l’encre n’a pas séché. si le président redevient lui-même, s’entend



















      aliou, ce poison dans l’assiette de macky sall
      ses décrets n’ont pas toujours fait l’unanimité, c’est une lapalissade. pour une fois, le président macky sall a réussi à mettre tous les sénégalais d’accord, sans considération de leur bord politique ; à son corps défendant ?
      la nomination de aliou sall aux fonctions de directeur général de la caisse des dépôts et consignations est partie pour être la plus grosse erreur jamais commise par le chef de l’etat. pour une fois, le feu de la contestation semble partir de ses propres rangs.
      dans benno bokk yaakar certains murmuraient déjà leur désapprobation en attendant que passe la phase d’installation de la présente législature. a l’apr, ils sont moins discrets et calculateurs quant aux initiatives à prendre et actions à mener comme contre la nomination du frère du président. même s’il est difficile de parler à quelqu’un de son propre frère
      ils ne peuvent accepter que leur leader soit - comme l’est macky sall en ce moment - traité de champion du wax waxeet devenu si négativement chargé. dans la maison marron-beige, des personnalités de premier rang ont commencé à bouger, en direction du chef. leur message est simple : laisser aliou sall à la tête de la cdc serait une provocation que les sénégalais ne laisseraient pas passer. certains font état de pression exercée sur le président macky sall pour le « ramener à la raison ».
      « ramener à la raison » ? l’expression a ici tout son sens. le chef de l’etat ne serait pas au mieux en ce moment avec sa conscience. avec son équilibre moral encore moins.
      le président s’est « trompé », disent certains. il aurait été contraint, à en croire d’autres, qui convoquent d’autres méthodes qui auraient eu raison du frère de aliou sall. macky n’aurait pas pris suffisamment de précautions pour se protéger des coups portés à sa crédibilité, dans la fratrie.
      la presse a fait état du rôle qu’aurait joué thierno madani sy dans la signature du décret 2017…
      en vérité, il y aurait davantage que cela. aliou sall n’a pas attendu la constitution du gouvernement dionne ii pour se positionner dans la tête et aux basques de son président de frère. le frangin est, comme qui dirait, un lève-tôt dans ses plans. l’homme se prépare depuis les premières heures de la deuxième alternance à la tête du pays. d’autres font remonter ses ambitions d’enrichissement aux années primatoriales de macky, chef du gouvernement sous le président abdoulaye wade. objectif poursuivi par le petit frère, profiter au maximum de ce que peut offrir le statut social de frère du premier ministre. entre autres opportunités, le frangin s’est employé à gonfler ses comptes bancaires, mais pas seulement.
      projet de dévolution fratricide ?
      les présumés principaux adversaires de macky étant en situation d’éligibilité pas évidente, aliou est en train de poser les jalons d’une dévolution dynastique. a l’insu du principal concerné. et sall-frère ne manquerait pas d’idées pour y parvenir. ce qui se passe avec aliou donne à avoir peur pour ce pays.
      quitte à affaiblir le président en le poussant à des fautes politiques après l’avoir isolé ou mis en mal avec des familles religieuses, des groupes de pression et des lobbies de tous bords, le fossoyeur de la gouvernance marron-beige aurait plusieurs cordes à son arc. parmi celles-ci, l’art de présenter le président de la république comme un homme dont les religieux gagneraient à se méfier de la fréquentation. la vie privée de macky serait peu reluisante au regard de ce qui serait étalé sur les nattes de certaines autorités religieuses et coutumières, selon contempteurs apéristes du frère du chef de l’etat.
      monsieur frère est intarissable dès qu’il s’agit de dénigrer le président de frère. le palais de la république est-il devenu une obsession pour aliou sall. son frère n’aurait commencé à flairer le coup qu’au lendemain des dernières législatives.
      sorti de la bataille de guédiawaye alors qu’il se voyait tête de liste départementale de benno, le maire recadré et recalé par son frère n’a pas mis de temps à se rappeler au bon souvenir du président de la république. contre mauvaise fortune, le journaliste et politique fait le choix d’une autre cour assidue auprès de macky sall. il le presse de le nommer à une fonction ministérielle. aliou ne se contenterait pas de « menu fretin » ; à supposer qu’il en existe dans les fonctions gouvernementales.
      monsieur le maire et frère voit très haut. ministère des affaires etrangères, à défaut des forces armées ou les finances. un coup d’œil sur ces départements et il s’avère que c’est aussi l’argent et les réseaux. les commandes d’armes.
      aliou sall à le sens des affaires : banque, pétrole, aviation et on en laisse forcément. il ne resterait que la plus haute marche, à l’avenue léopold sédar senghor.
      en stratège avisé, il avait déjà élaboré deux plans qui ont échoué, parce que macky est resté vigilant, si ce ne que la clameur était devenue trop forte pour les oreilles présidentielles. aliou s’était battu pour devenir député puis se faire adouber par des députés à sa solde pour devenir président du groupe parlementaire comme étape vers le perchoir de l’institution. hypothèse basse, si remplacer niasse n’aurait pas été possible dès l’installation de la chambre de la 13ème législature.
      sall-frère clone de wade-fils ?
      il a de la suite dans les idées et le plan était extrêmement bien élaboré. a partir du groupe parlementaire, se préparer à la succession du président de l’assemblée pour se positionner désormais comme … dauphin constitutionnel. a la faveur d’un putsch contre niasse, suite à une pétition.
      la république l’a échappé belle. pour combien de temps encore ? la suite est imaginable nul ne devrait cependant, laisser le chef de l’etat seul face au péril familial, version fratrie. on le verra plus loin.
      des voix ne se sont-elles pas élevées pour faire la comparaison entre le fils de wade et le frère de macky ? en suivant les camps dans l’espace public, on trouverait de la légitimité à aliou qui aurait un parcours politique à succès qu’il aurait lui-même bâti de haute lutte sur le terrain. les adversaires embouchent la trompette de l’escalier prêté par le pouvoir pour favoriser la très fulgurante ascension du jeune frère. en tous les cas, ce dernier a su créer un réseau de souteneurs et de thuriféraires, tout le contraire de wade-fils accusé, à tort ou raison d’avoir été très distant et inaccessible. hier comme aujourd’hui, on peut se demander ce que ces deux personnes seraient devenues s’il n’ avaient eu comme père et comme frère le président de la république du sénégal. si on a reproché à karim wade de n’avoir pas contribué à faire élire son père, aliou lui était non pas aux abonnés absent mais carrément dans les rangs ennemis aux côtés de karim et son père, qui avaient sonné l’arrêt de mort politique de macky.
      sall-frère s’est considérablement enrichi et dispose dès lors de l’arme de guerre politique. il lui restait à se trouver un bon tremplin au cœur de la république, pour s’ouvrir les portes de léopold senghor dont il n’aurait aucun scrupule à dégager perfidement l’actuel locataire si ce devait être l’unique solution. c’est du moins ce que pensent des milieux bien au fait des intrigues de cour … dans le la république.
      et que fait macky sall pendant ce temps. rien que lui-même sache, dans les affaires concernant son cadet. le président de la république avait clamé urbi et orbi qu’il ne serait jamais question pour lui de signer un décret nommant aliou sall à quelque fonction d’etat que ce soit.
      pétition en préparation
      que s’est-il passé alors pour que sa plume passe sous le décret publié le 11 septembre ? ce décret est justement celui qui risque de provoquer l’effondrement de la première tour, celle de l’opinion et des soutiens significatifs et sincères du président macky sall.
      en attendant la deuxième tour promise au même sort autour de 2019.
      on refuse dans certains milieux, de croire que macky sall qui avait si fermement résisté aux assauts et sollicitations du frère a pu nommer aliou sall à la tête de la si stratégique cdc sans y avoir été amené par des forces qu’il ne maîtrise pas. pour ces derniers, il n’y a pas de doute, le frangin a « travaillé » l’aîné.
      une pétition est en préparation à l’initiative de la société civile. il s’agit de mobiliser tous les démocrates de ce pays et à l’international pour que la cdc ne devienne jamais une nouvelle affaire aliou sall, un sallgate.
      « il faut aider macky » contre le frère qui ne reculerait plus même devant les recettes parmi les plus obscurantistes pour s’imposer au président de la république dont il rêverait du fauteuil.
      c’est dire que le sénégal pourrait connaître un autre « 23 juin » et cette fois c’est de l’intérieur même du pouvoir politique que cela viendrait. pour les tenants de cette déclaration de guerre, il faut « sauver le soldat macky ». car quelqu’un serait en train de faire de son yoonu yokuté une transition vers le yakhulé. de la valeur à la déchéance. un chemin à boucher absolument. pour la république, pour son président, in fine pour que le sénégal ne sombre pas du fait des visées de pouvoir et des manœuvres fratricides de
      monsieur frère.
      la plume de macky est encore entre ses doigts et l’encre n’a pas séché. si le président redevient lui-même, s’entend





















      aliou, ce poison dans l’assiette de macky sall
      ses décrets n’ont pas toujours fait l’unanimité, c’est une lapalissade. pour une fois, le président macky sall a réussi à mettre tous les sénégalais d’accord, sans considération de leur bord politique ; à son corps défendant ?
      la nomination de aliou sall aux fonctions de directeur général de la caisse des dépôts et consignations est partie pour être la plus grosse erreur jamais commise par le chef de l’etat. pour une fois, le feu de la contestation semble partir de ses propres rangs.
      dans benno bokk yaakar certains murmuraient déjà leur désapprobation en attendant que passe la phase d’installation de la présente législature. a l’apr, ils sont moins discrets et calculateurs quant aux initiatives à prendre et actions à mener comme contre la nomination du frère du président. même s’il est difficile de parler à quelqu’un de son propre frère
      ils ne peuvent accepter que leur leader soit - comme l’est macky sall en ce moment - traité de champion du wax waxeet devenu si négativement chargé. dans la maison marron-beige, des personnalités de premier rang ont commencé à bouger, en direction du chef. leur message est simple : laisser aliou sall à la tête de la cdc serait une provocation que les sénégalais ne laisseraient pas passer. certains font état de pression exercée sur le président macky sall pour le « ramener à la raison ».
      « ramener à la raison » ? l’expression a ici tout son sens. le chef de l’etat ne serait pas au mieux en ce moment avec sa conscience. avec son équilibre moral encore moins.
      le président s’est « trompé », disent certains. il aurait été contraint, à en croire d’autres, qui convoquent d’autres méthodes qui auraient eu raison du frère de aliou sall. macky n’aurait pas pris suffisamment de précautions pour se protéger des coups portés à sa crédibilité, dans la fratrie.
      la presse a fait état du rôle qu’aurait joué thierno madani sy dans la signature du décret 2017…
      en vérité, il y aurait davantage que cela. aliou sall n’a pas attendu la constitution du gouvernement dionne ii pour se positionner dans la tête et aux basques de son président de frère. le frangin est, comme qui dirait, un lève-tôt dans ses plans. l’homme se prépare depuis les premières heures de la deuxième alternance à la tête du pays. d’autres font remonter ses ambitions d’enrichissement aux années primatoriales de macky, chef du gouvernement sous le président abdoulaye wade. objectif poursuivi par le petit frère, profiter au maximum de ce que peut offrir le statut social de frère du premier ministre. entre autres opportunités, le frangin s’est employé à gonfler ses comptes bancaires, mais pas seulement.
      projet de dévolution fratricide ?
      les présumés principaux adversaires de macky étant en situation d’éligibilité pas évidente, aliou est en train de poser les jalons d’une dévolution dynastique. a l’insu du principal concerné. et sall-frère ne manquerait pas d’idées pour y parvenir. ce qui se passe avec aliou donne à avoir peur pour ce pays.
      quitte à affaiblir le président en le poussant à des fautes politiques après l’avoir isolé ou mis en mal avec des familles religieuses, des groupes de pression et des lobbies de tous bords, le fossoyeur de la gouvernance marron-beige aurait plusieurs cordes à son arc. parmi celles-ci, l’art de présenter le président de la république comme un homme dont les religieux gagneraient à se méfier de la fréquentation. la vie privée de macky serait peu reluisante au regard de ce qui serait étalé sur les nattes de certaines autorités religieuses et coutumières, selon contempteurs apéristes du frère du chef de l’etat.
      monsieur frère est intarissable dès qu’il s’agit de dénigrer le président de frère. le palais de la république est-il devenu une obsession pour aliou sall. son frère n’aurait commencé à flairer le coup qu’au lendemain des dernières législatives.
      sorti de la bataille de guédiawaye alors qu’il se voyait tête de liste départementale de benno, le maire recadré et recalé par son frère n’a pas mis de temps à se rappeler au bon souvenir du président de la république. contre mauvaise fortune, le journaliste et politique fait le choix d’une autre cour assidue auprès de macky sall. il le presse de le nommer à une fonction ministérielle. aliou ne se contenterait pas de « menu fretin » ; à supposer qu’il en existe dans les fonctions gouvernementales.
      monsieur le maire et frère voit très haut. ministère des affaires etrangères, à défaut des forces armées ou les finances. un coup d’œil sur ces départements et il s’avère que c’est aussi l’argent et les réseaux. les commandes d’armes.
      aliou sall à le sens des affaires : banque, pétrole, aviation et on en laisse forcément. il ne resterait que la plus haute marche, à l’avenue léopold sédar senghor.
      en stratège avisé, il avait déjà élaboré deux plans qui ont échoué, parce que macky est resté vigilant, si ce ne que la clameur était devenue trop forte pour les oreilles présidentielles. aliou s’était battu pour devenir député puis se faire adouber par des députés à sa solde pour devenir président du groupe parlementaire comme étape vers le perchoir de l’institution. hypothèse basse, si remplacer niasse n’aurait pas été possible dès l’installation de la chambre de la 13ème législature.
      sall-frère clone de wade-fils ?
      il a de la suite dans les idées et le plan était extrêmement bien élaboré. a partir du groupe parlementaire, se préparer à la succession du président de l’assemblée pour se positionner désormais comme … dauphin constitutionnel. a la faveur d’un putsch contre niasse, suite à une pétition.
      la république l’a échappé belle. pour combien de temps encore ? la suite est imaginable nul ne devrait cependant, laisser le chef de l’etat seul face au péril familial, version fratrie. on le verra plus loin.
      des voix ne se sont-elles pas élevées pour faire la comparaison entre le fils de wade et le frère de macky ? en suivant les camps dans l’espace public, on trouverait de la légitimité à aliou qui aurait un parcours politique à succès qu’il aurait lui-même bâti de haute lutte sur le terrain. les adversaires embouchent la trompette de l’escalier prêté par le pouvoir pour favoriser la très fulgurante ascension du jeune frère. en tous les cas, ce dernier a su créer un réseau de souteneurs et de thuriféraires, tout le contraire de wade-fils accusé, à tort ou raison d’avoir été très distant et inaccessible. hier comme aujourd’hui, on peut se demander ce que ces deux personnes seraient devenues s’il n’ avaient eu comme père et comme frère le président de la république du sénégal. si on a reproché à karim wade de n’avoir pas contribué à faire élire son père, aliou lui était non pas aux abonnés absent mais carrément dans les rangs ennemis aux côtés de karim et son père, qui avaient sonné l’arrêt de mort politique de macky.
      sall-frère s’est considérablement enrichi et dispose dès lors de l’arme de guerre politique. il lui restait à se trouver un bon tremplin au cœur de la république, pour s’ouvrir les portes de léopold senghor dont il n’aurait aucun scrupule à dégager perfidement l’actuel locataire si ce devait être l’unique solution. c’est du moins ce que pensent des milieux bien au fait des intrigues de cour … dans le la république.
      et que fait macky sall pendant ce temps. rien que lui-même sache, dans les affaires concernant son cadet. le président de la république avait clamé urbi et orbi qu’il ne serait jamais question pour lui de signer un décret nommant aliou sall à quelque fonction d’etat que ce soit.
      pétition en préparation
      que s’est-il passé alors pour que sa plume passe sous le décret publié le 11 septembre ? ce décret est justement celui qui risque de provoquer l’effondrement de la première tour, celle de l’opinion et des soutiens significatifs et sincères du président macky sall.
      en attendant la deuxième tour promise au même sort autour de 2019.
      on refuse dans certains milieux, de croire que macky sall qui avait si fermement résisté aux assauts et sollicitations du frère a pu nommer aliou sall à la tête de la si stratégique cdc sans y avoir été amené par des forces qu’il ne maîtrise pas. pour ces derniers, il n’y a pas de doute, le frangin a « travaillé » l’aîné.
      une pétition est en préparation à l’initiative de la société civile. il s’agit de mobiliser tous les démocrates de ce pays et à l’international pour que la cdc ne devienne jamais une nouvelle affaire aliou sall, un sallgate.
      « il faut aider macky » contre le frère qui ne reculerait plus même devant les recettes parmi les plus obscurantistes pour s’imposer au président de la république dont il rêverait du fauteuil.
      c’est dire que le sénégal pourrait connaître un autre « 23 juin » et cette fois c’est de l’intérieur même du pouvoir politique que cela viendrait. pour les tenants de cette déclaration de guerre, il faut « sauver le soldat macky ». car quelqu’un serait en train de faire de son yoonu yokuté une transition vers le yakhulé. de la valeur à la déchéance. un chemin à boucher absolument. pour la république, pour son président, in fine pour que le sénégal ne sombre pas du fait des visées de pouvoir et des manœuvres fratricides de
      monsieur frère.
      la plume de macky est encore entre ses doigts et l’encre n’a pas séché. si le président redevient lui-même, s’entend


















      aliou, ce poison dans l’assiette de macky sall
      ses décrets n’ont pas toujours fait l’unanimité, c’est une lapalissade. pour une fois, le président macky sall a réussi à mettre tous les sénégalais d’accord, sans considération de leur bord politique ; à son corps défendant ?
      la nomination de aliou sall aux fonctions de directeur général de la caisse des dépôts et consignations est partie pour être la plus grosse erreur jamais commise par le chef de l’etat. pour une fois, le feu de la contestation semble partir de ses propres rangs.
      dans benno bokk yaakar certains murmuraient déjà leur désapprobation en attendant que passe la phase d’installation de la présente législature. a l’apr, ils sont moins discrets et calculateurs quant aux initiatives à prendre et actions à mener comme contre la nomination du frère du président. même s’il est difficile de parler à quelqu’un de son propre frère
      ils ne peuvent accepter que leur leader soit - comme l’est macky sall en ce moment - traité de champion du wax waxeet devenu si négativement chargé. dans la maison marron-beige, des personnalités de premier rang ont commencé à bouger, en direction du chef. leur message est simple : laisser aliou sall à la tête de la cdc serait une provocation que les sénégalais ne laisseraient pas passer. certains font état de pression exercée sur le président macky sall pour le « ramener à la raison ».
      « ramener à la raison » ? l’expression a ici tout son sens. le chef de l’etat ne serait pas au mieux en ce moment avec sa conscience. avec son équilibre moral encore moins.
      le président s’est « trompé », disent certains. il aurait été contraint, à en croire d’autres, qui convoquent d’autres méthodes qui auraient eu raison du frère de aliou sall. macky n’aurait pas pris suffisamment de précautions pour se protéger des coups portés à sa crédibilité, dans la fratrie.
      la presse a fait état du rôle qu’aurait joué thierno madani sy dans la signature du décret 2017…
      en vérité, il y aurait davantage que cela. aliou sall n’a pas attendu la constitution du gouvernement dionne ii pour se positionner dans la tête et aux basques de son président de frère. le frangin est, comme qui dirait, un lève-tôt dans ses plans. l’homme se prépare depuis les premières heures de la deuxième alternance à la tête du pays. d’autres font remonter ses ambitions d’enrichissement aux années primatoriales de macky, chef du gouvernement sous le président abdoulaye wade. objectif poursuivi par le petit frère, profiter au maximum de ce que peut offrir le statut social de frère du premier ministre. entre autres opportunités, le frangin s’est employé à gonfler ses comptes bancaires, mais pas seulement.
      projet de dévolution fratricide ?
      les présumés principaux adversaires de macky étant en situation d’éligibilité pas évidente, aliou est en train de poser les jalons d’une dévolution dynastique. a l’insu du principal concerné. et sall-frère ne manquerait pas d’idées pour y parvenir. ce qui se passe avec aliou donne à avoir peur pour ce pays.
      quitte à affaiblir le président en le poussant à des fautes politiques après l’avoir isolé ou mis en mal avec des familles religieuses, des groupes de pression et des lobbies de tous bords, le fossoyeur de la gouvernance marron-beige aurait plusieurs cordes à son arc. parmi celles-ci, l’art de présenter le président de la république comme un homme dont les religieux gagneraient à se méfier de la fréquentation. la vie privée de macky serait peu reluisante au regard de ce qui serait étalé sur les nattes de certaines autorités religieuses et coutumières, selon contempteurs apéristes du frère du chef de l’etat.
      monsieur frère est intarissable dès qu’il s’agit de dénigrer le président de frère. le palais de la république est-il devenu une obsession pour aliou sall. son frère n’aurait commencé à flairer le coup qu’au lendemain des dernières législatives.
      sorti de la bataille de guédiawaye alors qu’il se voyait tête de liste départementale de benno, le maire recadré et recalé par son frère n’a pas mis de temps à se rappeler au bon souvenir du président de la république. contre mauvaise fortune, le journaliste et politique fait le choix d’une autre cour assidue auprès de macky sall. il le presse de le nommer à une fonction ministérielle. aliou ne se contenterait pas de « menu fretin » ; à supposer qu’il en existe dans les fonctions gouvernementales.
      monsieur le maire et frère voit très haut. ministère des affaires etrangères, à défaut des forces armées ou les finances. un coup d’œil sur ces départements et il s’avère que c’est aussi l’argent et les réseaux. les commandes d’armes.
      aliou sall à le sens des affaires : banque, pétrole, aviation et on en laisse forcément. il ne resterait que la plus haute marche, à l’avenue léopold sédar senghor.
      en stratège avisé, il avait déjà élaboré deux plans qui ont échoué, parce que macky est resté vigilant, si ce ne que la clameur était devenue trop forte pour les oreilles présidentielles. aliou s’était battu pour devenir député puis se faire adouber par des députés à sa solde pour devenir président du groupe parlementaire comme étape vers le perchoir de l’institution. hypothèse basse, si remplacer niasse n’aurait pas été possible dès l’installation de la chambre de la 13ème législature.
      sall-frère clone de wade-fils ?
      il a de la suite dans les idées et le plan était extrêmement bien élaboré. a partir du groupe parlementaire, se préparer à la succession du président de l’assemblée pour se positionner désormais comme … dauphin constitutionnel. a la faveur d’un putsch contre niasse, suite à une pétition.
      la république l’a échappé belle. pour combien de temps encore ? la suite est imaginable nul ne devrait cependant, laisser le chef de l’etat seul face au péril familial, version fratrie. on le verra plus loin.
      des voix ne se sont-elles pas élevées pour faire la comparaison entre le fils de wade et le frère de macky ? en suivant les camps dans l’espace public, on trouverait de la légitimité à aliou qui aurait un parcours politique à succès qu’il aurait lui-même bâti de haute lutte sur le terrain. les adversaires embouchent la trompette de l’escalier prêté par le pouvoir pour favoriser la très fulgurante ascension du jeune frère. en tous les cas, ce dernier a su créer un réseau de souteneurs et de thuriféraires, tout le contraire de wade-fils accusé, à tort ou raison d’avoir été très distant et inaccessible. hier comme aujourd’hui, on peut se demander ce que ces deux personnes seraient devenues s’il n’ avaient eu comme père et comme frère le président de la république du sénégal. si on a reproché à karim wade de n’avoir pas contribué à faire élire son père, aliou lui était non pas aux abonnés absent mais carrément dans les rangs ennemis aux côtés de karim et son père, qui avaient sonné l’arrêt de mort politique de macky.
      sall-frère s’est considérablement enrichi et dispose dès lors de l’arme de guerre politique. il lui restait à se trouver un bon tremplin au cœur de la république, pour s’ouvrir les portes de léopold senghor dont il n’aurait aucun scrupule à dégager perfidement l’actuel locataire si ce devait être l’unique solution. c’est du moins ce que pensent des milieux bien au fait des intrigues de cour … dans le la république.
      et que fait macky sall pendant ce temps. rien que lui-même sache, dans les affaires concernant son cadet. le président de la république avait clamé urbi et orbi qu’il ne serait jamais question pour lui de signer un décret nommant aliou sall à quelque fonction d’etat que ce soit.
      pétition en préparation
      que s’est-il passé alors pour que sa plume passe sous le décret publié le 11 septembre ? ce décret est justement celui qui risque de provoquer l’effondrement de la première tour, celle de l’opinion et des soutiens significatifs et sincères du président macky sall.
      en attendant la deuxième tour promise au même sort autour de 2019.
      on refuse dans certains milieux, de croire que macky sall qui avait si fermement résisté aux assauts et sollicitations du frère a pu nommer aliou sall à la tête de la si stratégique cdc sans y avoir été amené par des forces qu’il ne maîtrise pas. pour ces derniers, il n’y a pas de doute, le frangin a « travaillé » l’aîné.
      une pétition est en préparation à l’initiative de la société civile. il s’agit de mobiliser tous les démocrates de ce pays et à l’international pour que la cdc ne devienne jamais une nouvelle affaire aliou sall, un sallgate.
      « il faut aider macky » contre le frère qui ne reculerait plus même devant les recettes parmi les plus obscurantistes pour s’imposer au président de la république dont il rêverait du fauteuil.
      c’est dire que le sénégal pourrait connaître un autre « 23 juin » et cette fois c’est de l’intérieur même du pouvoir politique que cela viendrait. pour les tenants de cette déclaration de guerre, il faut « sauver le soldat macky ». car quelqu’un serait en train de faire de son yoonu yokuté une transition vers le yakhulé. de la valeur à la déchéance. un chemin à boucher absolument. pour la république, pour son président, in fine pour que le sénégal ne sombre pas du fait des visées de pouvoir et des manœuvres fratricides de
      monsieur frère.
      la plume de macky est encore entre ses doigts et l’encre n’a pas séché. si le président redevient lui-même, s’entend
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2017 (14:30 PM)
      aliou, ce poison dans l’assiette de macky sall
      ses décrets n’ont pas toujours fait l’unanimité, c’est une lapalissade. pour une fois, le président macky sall a réussi à mettre tous les sénégalais d’accord, sans considération de leur bord politique ; à son corps défendant ?
      la nomination de aliou sall aux fonctions de directeur général de la caisse des dépôts et consignations est partie pour être la plus grosse erreur jamais commise par le chef de l’etat. pour une fois, le feu de la contestation semble partir de ses propres rangs.
      dans benno bokk yaakar certains murmuraient déjà leur désapprobation en attendant que passe la phase d’installation de la présente législature. a l’apr, ils sont moins discrets et calculateurs quant aux initiatives à prendre et actions à mener comme contre la nomination du frère du président. même s’il est difficile de parler à quelqu’un de son propre frère
      ils ne peuvent accepter que leur leader soit - comme l’est macky sall en ce moment - traité de champion du wax waxeet devenu si négativement chargé. dans la maison marron-beige, des personnalités de premier rang ont commencé à bouger, en direction du chef. leur message est simple : laisser aliou sall à la tête de la cdc serait une provocation que les sénégalais ne laisseraient pas passer. certains font état de pression exercée sur le président macky sall pour le « ramener à la raison ».
      « ramener à la raison » ? l’expression a ici tout son sens. le chef de l’etat ne serait pas au mieux en ce moment avec sa conscience. avec son équilibre moral encore moins.
      le président s’est « trompé », disent certains. il aurait été contraint, à en croire d’autres, qui convoquent d’autres méthodes qui auraient eu raison du frère de aliou sall. macky n’aurait pas pris suffisamment de précautions pour se protéger des coups portés à sa crédibilité, dans la fratrie.
      la presse a fait état du rôle qu’aurait joué thierno madani sy dans la signature du décret 2017…
      en vérité, il y aurait davantage que cela. aliou sall n’a pas attendu la constitution du gouvernement dionne ii pour se positionner dans la tête et aux basques de son président de frère. le frangin est, comme qui dirait, un lève-tôt dans ses plans. l’homme se prépare depuis les premières heures de la deuxième alternance à la tête du pays. d’autres font remonter ses ambitions d’enrichissement aux années primatoriales de macky, chef du gouvernement sous le président abdoulaye wade. objectif poursuivi par le petit frère, profiter au maximum de ce que peut offrir le statut social de frère du premier ministre. entre autres opportunités, le frangin s’est employé à gonfler ses comptes bancaires, mais pas seulement.
      projet de dévolution fratricide ?
      les présumés principaux adversaires de macky étant en situation d’éligibilité pas évidente, aliou est en train de poser les jalons d’une dévolution dynastique. a l’insu du principal concerné. et sall-frère ne manquerait pas d’idées pour y parvenir. ce qui se passe avec aliou donne à avoir peur pour ce pays.
      quitte à affaiblir le président en le poussant à des fautes politiques après l’avoir isolé ou mis en mal avec des familles religieuses, des groupes de pression et des lobbies de tous bords, le fossoyeur de la gouvernance marron-beige aurait plusieurs cordes à son arc. parmi celles-ci, l’art de présenter le président de la république comme un homme dont les religieux gagneraient à se méfier de la fréquentation. la vie privée de macky serait peu reluisante au regard de ce qui serait étalé sur les nattes de certaines autorités religieuses et coutumières, selon contempteurs apéristes du frère du chef de l’etat.
      monsieur frère est intarissable dès qu’il s’agit de dénigrer le président de frère. le palais de la république est-il devenu une obsession pour aliou sall. son frère n’aurait commencé à flairer le coup qu’au lendemain des dernières législatives.
      sorti de la bataille de guédiawaye alors qu’il se voyait tête de liste départementale de benno, le maire recadré et recalé par son frère n’a pas mis de temps à se rappeler au bon souvenir du président de la république. contre mauvaise fortune, le journaliste et politique fait le choix d’une autre cour assidue auprès de macky sall. il le presse de le nommer à une fonction ministérielle. aliou ne se contenterait pas de « menu fretin » ; à supposer qu’il en existe dans les fonctions gouvernementales.
      monsieur le maire et frère voit très haut. ministère des affaires etrangères, à défaut des forces armées ou les finances. un coup d’œil sur ces départements et il s’avère que c’est aussi l’argent et les réseaux. les commandes d’armes.
      aliou sall à le sens des affaires : banque, pétrole, aviation et on en laisse forcément. il ne resterait que la plus haute marche, à l’avenue léopold sédar senghor.
      en stratège avisé, il avait déjà élaboré deux plans qui ont échoué, parce que macky est resté vigilant, si ce ne que la clameur était devenue trop forte pour les oreilles présidentielles. aliou s’était battu pour devenir député puis se faire adouber par des députés à sa solde pour devenir président du groupe parlementaire comme étape vers le perchoir de l’institution. hypothèse basse, si remplacer niasse n’aurait pas été possible dès l’installation de la chambre de la 13ème législature.
      sall-frère clone de wade-fils ?
      il a de la suite dans les idées et le plan était extrêmement bien élaboré. a partir du groupe parlementaire, se préparer à la succession du président de l’assemblée pour se positionner désormais comme … dauphin constitutionnel. a la faveur d’un putsch contre niasse, suite à une pétition.
      la république l’a échappé belle. pour combien de temps encore ? la suite est imaginable nul ne devrait cependant, laisser le chef de l’etat seul face au péril familial, version fratrie. on le verra plus loin.
      des voix ne se sont-elles pas élevées pour faire la comparaison entre le fils de wade et le frère de macky ? en suivant les camps dans l’espace public, on trouverait de la légitimité à aliou qui aurait un parcours politique à succès qu’il aurait lui-même bâti de haute lutte sur le terrain. les adversaires embouchent la trompette de l’escalier prêté par le pouvoir pour favoriser la très fulgurante ascension du jeune frère. en tous les cas, ce dernier a su créer un réseau de souteneurs et de thuriféraires, tout le contraire de wade-fils accusé, à tort ou raison d’avoir été très distant et inaccessible. hier comme aujourd’hui, on peut se demander ce que ces deux personnes seraient devenues s’il n’ avaient eu comme père et comme frère le président de la république du sénégal. si on a reproché à karim wade de n’avoir pas contribué à faire élire son père, aliou lui était non pas aux abonnés absent mais carrément dans les rangs ennemis aux côtés de karim et son père, qui avaient sonné l’arrêt de mort politique de macky.
      sall-frère s’est considérablement enrichi et dispose dès lors de l’arme de guerre politique. il lui restait à se trouver un bon tremplin au cœur de la république, pour s’ouvrir les portes de léopold senghor dont il n’aurait aucun scrupule à dégager perfidement l’actuel locataire si ce devait être l’unique solution. c’est du moins ce que pensent des milieux bien au fait des intrigues de cour … dans le la république.
      et que fait macky sall pendant ce temps. rien que lui-même sache, dans les affaires concernant son cadet. le président de la république avait clamé urbi et orbi qu’il ne serait jamais question pour lui de signer un décret nommant aliou sall à quelque fonction d’etat que ce soit.
      pétition en préparation
      que s’est-il passé alors pour que sa plume passe sous le décret publié le 11 septembre ? ce décret est justement celui qui risque de provoquer l’effondrement de la première tour, celle de l’opinion et des soutiens significatifs et sincères du président macky sall.
      en attendant la deuxième tour promise au même sort autour de 2019.
      on refuse dans certains milieux, de croire que macky sall qui avait si fermement résisté aux assauts et sollicitations du frère a pu nommer aliou sall à la tête de la si stratégique cdc sans y avoir été amené par des forces qu’il ne maîtrise pas. pour ces derniers, il n’y a pas de doute, le frangin a « travaillé » l’aîné.
      une pétition est en préparation à l’initiative de la société civile. il s’agit de mobiliser tous les démocrates de ce pays et à l’international pour que la cdc ne devienne jamais une nouvelle affaire aliou sall, un sallgate.
      « il faut aider macky » contre le frère qui ne reculerait plus même devant les recettes parmi les plus obscurantistes pour s’imposer au président de la république dont il rêverait du fauteuil.
      c’est dire que le sénégal pourrait connaître un autre « 23 juin » et cette fois c’est de l’intérieur même du pouvoir politique que cela viendrait. pour les tenants de cette déclaration de guerre, il faut « sauver le soldat macky ». car quelqu’un serait en train de faire de son yoonu yokuté une transition vers le yakhulé. de la valeur à la déchéance. un chemin à boucher absolument. pour la république, pour son président, in fine pour que le sénégal ne sombre pas du fait des visées de pouvoir et des manœuvres fratricides de
      monsieur frère.
      la plume de macky est encore entre ses doigts et l’encre n’a pas séché. si le président redevient lui-même, s’entend



















      aliou, ce poison dans l’assiette de macky sall
      ses décrets n’ont pas toujours fait l’unanimité, c’est une lapalissade. pour une fois, le président macky sall a réussi à mettre tous les sénégalais d’accord, sans considération de leur bord politique ; à son corps défendant ?
      la nomination de aliou sall aux fonctions de directeur général de la caisse des dépôts et consignations est partie pour être la plus grosse erreur jamais commise par le chef de l’etat. pour une fois, le feu de la contestation semble partir de ses propres rangs.
      dans benno bokk yaakar certains murmuraient déjà leur désapprobation en attendant que passe la phase d’installation de la présente législature. a l’apr, ils sont moins discrets et calculateurs quant aux initiatives à prendre et actions à mener comme contre la nomination du frère du président. même s’il est difficile de parler à quelqu’un de son propre frère
      ils ne peuvent accepter que leur leader soit - comme l’est macky sall en ce moment - traité de champion du wax waxeet devenu si négativement chargé. dans la maison marron-beige, des personnalités de premier rang ont commencé à bouger, en direction du chef. leur message est simple : laisser aliou sall à la tête de la cdc serait une provocation que les sénégalais ne laisseraient pas passer. certains font état de pression exercée sur le président macky sall pour le « ramener à la raison ».
      « ramener à la raison » ? l’expression a ici tout son sens. le chef de l’etat ne serait pas au mieux en ce moment avec sa conscience. avec son équilibre moral encore moins.
      le président s’est « trompé », disent certains. il aurait été contraint, à en croire d’autres, qui convoquent d’autres méthodes qui auraient eu raison du frère de aliou sall. macky n’aurait pas pris suffisamment de précautions pour se protéger des coups portés à sa crédibilité, dans la fratrie.
      la presse a fait état du rôle qu’aurait joué thierno madani sy dans la signature du décret 2017…
      en vérité, il y aurait davantage que cela. aliou sall n’a pas attendu la constitution du gouvernement dionne ii pour se positionner dans la tête et aux basques de son président de frère. le frangin est, comme qui dirait, un lève-tôt dans ses plans. l’homme se prépare depuis les premières heures de la deuxième alternance à la tête du pays. d’autres font remonter ses ambitions d’enrichissement aux années primatoriales de macky, chef du gouvernement sous le président abdoulaye wade. objectif poursuivi par le petit frère, profiter au maximum de ce que peut offrir le statut social de frère du premier ministre. entre autres opportunités, le frangin s’est employé à gonfler ses comptes bancaires, mais pas seulement.
      projet de dévolution fratricide ?
      les présumés principaux adversaires de macky étant en situation d’éligibilité pas évidente, aliou est en train de poser les jalons d’une dévolution dynastique. a l’insu du principal concerné. et sall-frère ne manquerait pas d’idées pour y parvenir. ce qui se passe avec aliou donne à avoir peur pour ce pays.
      quitte à affaiblir le président en le poussant à des fautes politiques après l’avoir isolé ou mis en mal avec des familles religieuses, des groupes de pression et des lobbies de tous bords, le fossoyeur de la gouvernance marron-beige aurait plusieurs cordes à son arc. parmi celles-ci, l’art de présenter le président de la république comme un homme dont les religieux gagneraient à se méfier de la fréquentation. la vie privée de macky serait peu reluisante au regard de ce qui serait étalé sur les nattes de certaines autorités religieuses et coutumières, selon contempteurs apéristes du frère du chef de l’etat.
      monsieur frère est intarissable dès qu’il s’agit de dénigrer le président de frère. le palais de la république est-il devenu une obsession pour aliou sall. son frère n’aurait commencé à flairer le coup qu’au lendemain des dernières législatives.
      sorti de la bataille de guédiawaye alors qu’il se voyait tête de liste départementale de benno, le maire recadré et recalé par son frère n’a pas mis de temps à se rappeler au bon souvenir du président de la république. contre mauvaise fortune, le journaliste et politique fait le choix d’une autre cour assidue auprès de macky sall. il le presse de le nommer à une fonction ministérielle. aliou ne se contenterait pas de « menu fretin » ; à supposer qu’il en existe dans les fonctions gouvernementales.
      monsieur le maire et frère voit très haut. ministère des affaires etrangères, à défaut des forces armées ou les finances. un coup d’œil sur ces départements et il s’avère que c’est aussi l’argent et les réseaux. les commandes d’armes.
      aliou sall à le sens des affaires : banque, pétrole, aviation et on en laisse forcément. il ne resterait que la plus haute marche, à l’avenue léopold sédar senghor.
      en stratège avisé, il avait déjà élaboré deux plans qui ont échoué, parce que macky est resté vigilant, si ce ne que la clameur était devenue trop forte pour les oreilles présidentielles. aliou s’était battu pour devenir député puis se faire adouber par des députés à sa solde pour devenir président du groupe parlementaire comme étape vers le perchoir de l’institution. hypothèse basse, si remplacer niasse n’aurait pas été possible dès l’installation de la chambre de la 13ème législature.
      sall-frère clone de wade-fils ?
      il a de la suite dans les idées et le plan était extrêmement bien élaboré. a partir du groupe parlementaire, se préparer à la succession du président de l’assemblée pour se positionner désormais comme … dauphin constitutionnel. a la faveur d’un putsch contre niasse, suite à une pétition.
      la république l’a échappé belle. pour combien de temps encore ? la suite est imaginable nul ne devrait cependant, laisser le chef de l’etat seul face au péril familial, version fratrie. on le verra plus loin.
      des voix ne se sont-elles pas élevées pour faire la comparaison entre le fils de wade et le frère de macky ? en suivant les camps dans l’espace public, on trouverait de la légitimité à aliou qui aurait un parcours politique à succès qu’il aurait lui-même bâti de haute lutte sur le terrain. les adversaires embouchent la trompette de l’escalier prêté par le pouvoir pour favoriser la très fulgurante ascension du jeune frère. en tous les cas, ce dernier a su créer un réseau de souteneurs et de thuriféraires, tout le contraire de wade-fils accusé, à tort ou raison d’avoir été très distant et inaccessible. hier comme aujourd’hui, on peut se demander ce que ces deux personnes seraient devenues s’il n’ avaient eu comme père et comme frère le président de la république du sénégal. si on a reproché à karim wade de n’avoir pas contribué à faire élire son père, aliou lui était non pas aux abonnés absent mais carrément dans les rangs ennemis aux côtés de karim et son père, qui avaient sonné l’arrêt de mort politique de macky.
      sall-frère s’est considérablement enrichi et dispose dès lors de l’arme de guerre politique. il lui restait à se trouver un bon tremplin au cœur de la république, pour s’ouvrir les portes de léopold senghor dont il n’aurait aucun scrupule à dégager perfidement l’actuel locataire si ce devait être l’unique solution. c’est du moins ce que pensent des milieux bien au fait des intrigues de cour … dans le la république.
      et que fait macky sall pendant ce temps. rien que lui-même sache, dans les affaires concernant son cadet. le président de la république avait clamé urbi et orbi qu’il ne serait jamais question pour lui de signer un décret nommant aliou sall à quelque fonction d’etat que ce soit.
      pétition en préparation
      que s’est-il passé alors pour que sa plume passe sous le décret publié le 11 septembre ? ce décret est justement celui qui risque de provoquer l’effondrement de la première tour, celle de l’opinion et des soutiens significatifs et sincères du président macky sall.
      en attendant la deuxième tour promise au même sort autour de 2019.
      on refuse dans certains milieux, de croire que macky sall qui avait si fermement résisté aux assauts et sollicitations du frère a pu nommer aliou sall à la tête de la si stratégique cdc sans y avoir été amené par des forces qu’il ne maîtrise pas. pour ces derniers, il n’y a pas de doute, le frangin a « travaillé » l’aîné.
      une pétition est en préparation à l’initiative de la société civile. il s’agit de mobiliser tous les démocrates de ce pays et à l’international pour que la cdc ne devienne jamais une nouvelle affaire aliou sall, un sallgate.
      « il faut aider macky » contre le frère qui ne reculerait plus même devant les recettes parmi les plus obscurantistes pour s’imposer au président de la république dont il rêverait du fauteuil.
      c’est dire que le sénégal pourrait connaître un autre « 23 juin » et cette fois c’est de l’intérieur même du pouvoir politique que cela viendrait. pour les tenants de cette déclaration de guerre, il faut « sauver le soldat macky ». car quelqu’un serait en train de faire de son yoonu yokuté une transition vers le yakhulé. de la valeur à la déchéance. un chemin à boucher absolument. pour la république, pour son président, in fine pour que le sénégal ne sombre pas du fait des visées de pouvoir et des manœuvres fratricides de
      monsieur frère.
      la plume de macky est encore entre ses doigts et l’encre n’a pas séché. si le président redevient lui-même, s’entend





















      aliou, ce poison dans l’assiette de macky sall
      ses décrets n’ont pas toujours fait l’unanimité, c’est une lapalissade. pour une fois, le président macky sall a réussi à mettre tous les sénégalais d’accord, sans considération de leur bord politique ; à son corps défendant ?
      la nomination de aliou sall aux fonctions de directeur général de la caisse des dépôts et consignations est partie pour être la plus grosse erreur jamais commise par le chef de l’etat. pour une fois, le feu de la contestation semble partir de ses propres rangs.
      dans benno bokk yaakar certains murmuraient déjà leur désapprobation en attendant que passe la phase d’installation de la présente législature. a l’apr, ils sont moins discrets et calculateurs quant aux initiatives à prendre et actions à mener comme contre la nomination du frère du président. même s’il est difficile de parler à quelqu’un de son propre frère
      ils ne peuvent accepter que leur leader soit - comme l’est macky sall en ce moment - traité de champion du wax waxeet devenu si négativement chargé. dans la maison marron-beige, des personnalités de premier rang ont commencé à bouger, en direction du chef. leur message est simple : laisser aliou sall à la tête de la cdc serait une provocation que les sénégalais ne laisseraient pas passer. certains font état de pression exercée sur le président macky sall pour le « ramener à la raison ».
      « ramener à la raison » ? l’expression a ici tout son sens. le chef de l’etat ne serait pas au mieux en ce moment avec sa conscience. avec son équilibre moral encore moins.
      le président s’est « trompé », disent certains. il aurait été contraint, à en croire d’autres, qui convoquent d’autres méthodes qui auraient eu raison du frère de aliou sall. macky n’aurait pas pris suffisamment de précautions pour se protéger des coups portés à sa crédibilité, dans la fratrie.
      la presse a fait état du rôle qu’aurait joué thierno madani sy dans la signature du décret 2017…
      en vérité, il y aurait davantage que cela. aliou sall n’a pas attendu la constitution du gouvernement dionne ii pour se positionner dans la tête et aux basques de son président de frère. le frangin est, comme qui dirait, un lève-tôt dans ses plans. l’homme se prépare depuis les premières heures de la deuxième alternance à la tête du pays. d’autres font remonter ses ambitions d’enrichissement aux années primatoriales de macky, chef du gouvernement sous le président abdoulaye wade. objectif poursuivi par le petit frère, profiter au maximum de ce que peut offrir le statut social de frère du premier ministre. entre autres opportunités, le frangin s’est employé à gonfler ses comptes bancaires, mais pas seulement.
      projet de dévolution fratricide ?
      les présumés principaux adversaires de macky étant en situation d’éligibilité pas évidente, aliou est en train de poser les jalons d’une dévolution dynastique. a l’insu du principal concerné. et sall-frère ne manquerait pas d’idées pour y parvenir. ce qui se passe avec aliou donne à avoir peur pour ce pays.
      quitte à affaiblir le président en le poussant à des fautes politiques après l’avoir isolé ou mis en mal avec des familles religieuses, des groupes de pression et des lobbies de tous bords, le fossoyeur de la gouvernance marron-beige aurait plusieurs cordes à son arc. parmi celles-ci, l’art de présenter le président de la république comme un homme dont les religieux gagneraient à se méfier de la fréquentation. la vie privée de macky serait peu reluisante au regard de ce qui serait étalé sur les nattes de certaines autorités religieuses et coutumières, selon contempteurs apéristes du frère du chef de l’etat.
      monsieur frère est intarissable dès qu’il s’agit de dénigrer le président de frère. le palais de la république est-il devenu une obsession pour aliou sall. son frère n’aurait commencé à flairer le coup qu’au lendemain des dernières législatives.
      sorti de la bataille de guédiawaye alors qu’il se voyait tête de liste départementale de benno, le maire recadré et recalé par son frère n’a pas mis de temps à se rappeler au bon souvenir du président de la république. contre mauvaise fortune, le journaliste et politique fait le choix d’une autre cour assidue auprès de macky sall. il le presse de le nommer à une fonction ministérielle. aliou ne se contenterait pas de « menu fretin » ; à supposer qu’il en existe dans les fonctions gouvernementales.
      monsieur le maire et frère voit très haut. ministère des affaires etrangères, à défaut des forces armées ou les finances. un coup d’œil sur ces départements et il s’avère que c’est aussi l’argent et les réseaux. les commandes d’armes.
      aliou sall à le sens des affaires : banque, pétrole, aviation et on en laisse forcément. il ne resterait que la plus haute marche, à l’avenue léopold sédar senghor.
      en stratège avisé, il avait déjà élaboré deux plans qui ont échoué, parce que macky est resté vigilant, si ce ne que la clameur était devenue trop forte pour les oreilles présidentielles. aliou s’était battu pour devenir député puis se faire adouber par des députés à sa solde pour devenir président du groupe parlementaire comme étape vers le perchoir de l’institution. hypothèse basse, si remplacer niasse n’aurait pas été possible dès l’installation de la chambre de la 13ème législature.
      sall-frère clone de wade-fils ?
      il a de la suite dans les idées et le plan était extrêmement bien élaboré. a partir du groupe parlementaire, se préparer à la succession du président de l’assemblée pour se positionner désormais comme … dauphin constitutionnel. a la faveur d’un putsch contre niasse, suite à une pétition.
      la république l’a échappé belle. pour combien de temps encore ? la suite est imaginable nul ne devrait cependant, laisser le chef de l’etat seul face au péril familial, version fratrie. on le verra plus loin.
      des voix ne se sont-elles pas élevées pour faire la comparaison entre le fils de wade et le frère de macky ? en suivant les camps dans l’espace public, on trouverait de la légitimité à aliou qui aurait un parcours politique à succès qu’il aurait lui-même bâti de haute lutte sur le terrain. les adversaires embouchent la trompette de l’escalier prêté par le pouvoir pour favoriser la très fulgurante ascension du jeune frère. en tous les cas, ce dernier a su créer un réseau de souteneurs et de thuriféraires, tout le contraire de wade-fils accusé, à tort ou raison d’avoir été très distant et inaccessible. hier comme aujourd’hui, on peut se demander ce que ces deux personnes seraient devenues s’il n’ avaient eu comme père et comme frère le président de la république du sénégal. si on a reproché à karim wade de n’avoir pas contribué à faire élire son père, aliou lui était non pas aux abonnés absent mais carrément dans les rangs ennemis aux côtés de karim et son père, qui avaient sonné l’arrêt de mort politique de macky.
      sall-frère s’est considérablement enrichi et dispose dès lors de l’arme de guerre politique. il lui restait à se trouver un bon tremplin au cœur de la république, pour s’ouvrir les portes de léopold senghor dont il n’aurait aucun scrupule à dégager perfidement l’actuel locataire si ce devait être l’unique solution. c’est du moins ce que pensent des milieux bien au fait des intrigues de cour … dans le la république.
      et que fait macky sall pendant ce temps. rien que lui-même sache, dans les affaires concernant son cadet. le président de la république avait clamé urbi et orbi qu’il ne serait jamais question pour lui de signer un décret nommant aliou sall à quelque fonction d’etat que ce soit.
      pétition en préparation
      que s’est-il passé alors pour que sa plume passe sous le décret publié le 11 septembre ? ce décret est justement celui qui risque de provoquer l’effondrement de la première tour, celle de l’opinion et des soutiens significatifs et sincères du président macky sall.
      en attendant la deuxième tour promise au même sort autour de 2019.
      on refuse dans certains milieux, de croire que macky sall qui avait si fermement résisté aux assauts et sollicitations du frère a pu nommer aliou sall à la tête de la si stratégique cdc sans y avoir été amené par des forces qu’il ne maîtrise pas. pour ces derniers, il n’y a pas de doute, le frangin a « travaillé » l’aîné.
      une pétition est en préparation à l’initiative de la société civile. il s’agit de mobiliser tous les démocrates de ce pays et à l’international pour que la cdc ne devienne jamais une nouvelle affaire aliou sall, un sallgate.
      « il faut aider macky » contre le frère qui ne reculerait plus même devant les recettes parmi les plus obscurantistes pour s’imposer au président de la république dont il rêverait du fauteuil.
      c’est dire que le sénégal pourrait connaître un autre « 23 juin » et cette fois c’est de l’intérieur même du pouvoir politique que cela viendrait. pour les tenants de cette déclaration de guerre, il faut « sauver le soldat macky ». car quelqu’un serait en train de faire de son yoonu yokuté une transition vers le yakhulé. de la valeur à la déchéance. un chemin à boucher absolument. pour la république, pour son président, in fine pour que le sénégal ne sombre pas du fait des visées de pouvoir et des manœuvres fratricides de
      monsieur frère.
      la plume de macky est encore entre ses doigts et l’encre n’a pas séché. si le président redevient lui-même, s’entend


















      aliou, ce poison dans l’assiette de macky sall
      ses décrets n’ont pas toujours fait l’unanimité, c’est une lapalissade. pour une fois, le président macky sall a réussi à mettre tous les sénégalais d’accord, sans considération de leur bord politique ; à son corps défendant ?
      la nomination de aliou sall aux fonctions de directeur général de la caisse des dépôts et consignations est partie pour être la plus grosse erreur jamais commise par le chef de l’etat. pour une fois, le feu de la contestation semble partir de ses propres rangs.
      dans benno bokk yaakar certains murmuraient déjà leur désapprobation en attendant que passe la phase d’installation de la présente législature. a l’apr, ils sont moins discrets et calculateurs quant aux initiatives à prendre et actions à mener comme contre la nomination du frère du président. même s’il est difficile de parler à quelqu’un de son propre frère
      ils ne peuvent accepter que leur leader soit - comme l’est macky sall en ce moment - traité de champion du wax waxeet devenu si négativement chargé. dans la maison marron-beige, des personnalités de premier rang ont commencé à bouger, en direction du chef. leur message est simple : laisser aliou sall à la tête de la cdc serait une provocation que les sénégalais ne laisseraient pas passer. certains font état de pression exercée sur le président macky sall pour le « ramener à la raison ».
      « ramener à la raison » ? l’expression a ici tout son sens. le chef de l’etat ne serait pas au mieux en ce moment avec sa conscience. avec son équilibre moral encore moins.
      le président s’est « trompé », disent certains. il aurait été contraint, à en croire d’autres, qui convoquent d’autres méthodes qui auraient eu raison du frère de aliou sall. macky n’aurait pas pris suffisamment de précautions pour se protéger des coups portés à sa crédibilité, dans la fratrie.
      la presse a fait état du rôle qu’aurait joué thierno madani sy dans la signature du décret 2017…
      en vérité, il y aurait davantage que cela. aliou sall n’a pas attendu la constitution du gouvernement dionne ii pour se positionner dans la tête et aux basques de son président de frère. le frangin est, comme qui dirait, un lève-tôt dans ses plans. l’homme se prépare depuis les premières heures de la deuxième alternance à la tête du pays. d’autres font remonter ses ambitions d’enrichissement aux années primatoriales de macky, chef du gouvernement sous le président abdoulaye wade. objectif poursuivi par le petit frère, profiter au maximum de ce que peut offrir le statut social de frère du premier ministre. entre autres opportunités, le frangin s’est employé à gonfler ses comptes bancaires, mais pas seulement.
      projet de dévolution fratricide ?
      les présumés principaux adversaires de macky étant en situation d’éligibilité pas évidente, aliou est en train de poser les jalons d’une dévolution dynastique. a l’insu du principal concerné. et sall-frère ne manquerait pas d’idées pour y parvenir. ce qui se passe avec aliou donne à avoir peur pour ce pays.
      quitte à affaiblir le président en le poussant à des fautes politiques après l’avoir isolé ou mis en mal avec des familles religieuses, des groupes de pression et des lobbies de tous bords, le fossoyeur de la gouvernance marron-beige aurait plusieurs cordes à son arc. parmi celles-ci, l’art de présenter le président de la république comme un homme dont les religieux gagneraient à se méfier de la fréquentation. la vie privée de macky serait peu reluisante au regard de ce qui serait étalé sur les nattes de certaines autorités religieuses et coutumières, selon contempteurs apéristes du frère du chef de l’etat.
      monsieur frère est intarissable dès qu’il s’agit de dénigrer le président de frère. le palais de la république est-il devenu une obsession pour aliou sall. son frère n’aurait commencé à flairer le coup qu’au lendemain des dernières législatives.
      sorti de la bataille de guédiawaye alors qu’il se voyait tête de liste départementale de benno, le maire recadré et recalé par son frère n’a pas mis de temps à se rappeler au bon souvenir du président de la république. contre mauvaise fortune, le journaliste et politique fait le choix d’une autre cour assidue auprès de macky sall. il le presse de le nommer à une fonction ministérielle. aliou ne se contenterait pas de « menu fretin » ; à supposer qu’il en existe dans les fonctions gouvernementales.
      monsieur le maire et frère voit très haut. ministère des affaires etrangères, à défaut des forces armées ou les finances. un coup d’œil sur ces départements et il s’avère que c’est aussi l’argent et les réseaux. les commandes d’armes.
      aliou sall à le sens des affaires : banque, pétrole, aviation et on en laisse forcément. il ne resterait que la plus haute marche, à l’avenue léopold sédar senghor.
      en stratège avisé, il avait déjà élaboré deux plans qui ont échoué, parce que macky est resté vigilant, si ce ne que la clameur était devenue trop forte pour les oreilles présidentielles. aliou s’était battu pour devenir député puis se faire adouber par des députés à sa solde pour devenir président du groupe parlementaire comme étape vers le perchoir de l’institution. hypothèse basse, si remplacer niasse n’aurait pas été possible dès l’installation de la chambre de la 13ème législature.
      sall-frère clone de wade-fils ?
      il a de la suite dans les idées et le plan était extrêmement bien élaboré. a partir du groupe parlementaire, se préparer à la succession du président de l’assemblée pour se positionner désormais comme … dauphin constitutionnel. a la faveur d’un putsch contre niasse, suite à une pétition.
      la république l’a échappé belle. pour combien de temps encore ? la suite est imaginable nul ne devrait cependant, laisser le chef de l’etat seul face au péril familial, version fratrie. on le verra plus loin.
      des voix ne se sont-elles pas élevées pour faire la comparaison entre le fils de wade et le frère de macky ? en suivant les camps dans l’espace public, on trouverait de la légitimité à aliou qui aurait un parcours politique à succès qu’il aurait lui-même bâti de haute lutte sur le terrain. les adversaires embouchent la trompette de l’escalier prêté par le pouvoir pour favoriser la très fulgurante ascension du jeune frère. en tous les cas, ce dernier a su créer un réseau de souteneurs et de thuriféraires, tout le contraire de wade-fils accusé, à tort ou raison d’avoir été très distant et inaccessible. hier comme aujourd’hui, on peut se demander ce que ces deux personnes seraient devenues s’il n’ avaient eu comme père et comme frère le président de la république du sénégal. si on a reproché à karim wade de n’avoir pas contribué à faire élire son père, aliou lui était non pas aux abonnés absent mais carrément dans les rangs ennemis aux côtés de karim et son père, qui avaient sonné l’arrêt de mort politique de macky.
      sall-frère s’est considérablement enrichi et dispose dès lors de l’arme de guerre politique. il lui restait à se trouver un bon tremplin au cœur de la république, pour s’ouvrir les portes de léopold senghor dont il n’aurait aucun scrupule à dégager perfidement l’actuel locataire si ce devait être l’unique solution. c’est du moins ce que pensent des milieux bien au fait des intrigues de cour … dans le la république.
      et que fait macky sall pendant ce temps. rien que lui-même sache, dans les affaires concernant son cadet. le président de la république avait clamé urbi et orbi qu’il ne serait jamais question pour lui de signer un décret nommant aliou sall à quelque fonction d’etat que ce soit.
      pétition en préparation
      que s’est-il passé alors pour que sa plume passe sous le décret publié le 11 septembre ? ce décret est justement celui qui risque de provoquer l’effondrement de la première tour, celle de l’opinion et des soutiens significatifs et sincères du président macky sall.
      en attendant la deuxième tour promise au même sort autour de 2019.
      on refuse dans certains milieux, de croire que macky sall qui avait si fermement résisté aux assauts et sollicitations du frère a pu nommer aliou sall à la tête de la si stratégique cdc sans y avoir été amené par des forces qu’il ne maîtrise pas. pour ces derniers, il n’y a pas de doute, le frangin a « travaillé » l’aîné.
      une pétition est en préparation à l’initiative de la société civile. il s’agit de mobiliser tous les démocrates de ce pays et à l’international pour que la cdc ne devienne jamais une nouvelle affaire aliou sall, un sallgate.
      « il faut aider macky » contre le frère qui ne reculerait plus même devant les recettes parmi les plus obscurantistes pour s’imposer au président de la république dont il rêverait du fauteuil.
      c’est dire que le sénégal pourrait connaître un autre « 23 juin » et cette fois c’est de l’intérieur même du pouvoir politique que cela viendrait. pour les tenants de cette déclaration de guerre, il faut « sauver le soldat macky ». car quelqu’un serait en train de faire de son yoonu yokuté une transition vers le yakhulé. de la valeur à la déchéance. un chemin à boucher absolument. pour la république, pour son président, in fine pour que le sénégal ne sombre pas du fait des visées de pouvoir et des manœuvres fratricides de
      monsieur frère.
      la plume de macky est encore entre ses doigts et l’encre n’a pas séché. si le président redevient lui-même, s’entend
    • Auteur

      Verites

      En Septembre, 2017 (18:46 PM)
      badola dou sour ! badola dou doyal ! même sur un lit de 10 mètres, il roulerait et tomberait par terre. il ne sont motive que pour l'argent et la gloire. gor moy sour lep lou niouy kheutio. il ne savent pas que leur nom ainsi que leur famille sera associé à des histoires de malversations sur les biens appartenant à tout un peuple. le seul conseil que je pourrai lui donner est de demissionner dece poste. wassalam
  2. Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (12:58 PM)
    vraiment afrique loufa ame c'est triste! li kouko sagnia dèff aye usa ou france togg djeule saye kharite ak say mbokou rèkk gniou yorr postes yi di enrichir sène bopou si kawe sénégalais yi, il y'a des sénégalais plus compétents qu'alioune sall qui méritent ce poste, bilay des fois afrique dagaye décourager sakh , nationalité bi sakh diga dème ba beug ko rendre nakh appartenir si app rèwe di guiss la discrimination appliquée par le chef d'état c'est très grave!
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (13:00 PM)
    Les autorités de ce pays ont rivalisé d'ardeur pour débusquer et arrêter Assane Diouf, Penda Ba, Amy Collé Dieng. Le Procureur s’est mis sur le sentier de guerre pour sévir contre les insulteurs du Net. Eh bien, demande leur est faite de s’auto-saisir dans les meilleurs délais pour traquer et arrêter FOULBES/PEULHS, pour qu’il(s) rende(nt) compte de ses/leurs insultes contre les mourides qui ne lui/leur ont fait aucun tort. Insulter des millions de personnes, dénigrer leurs croyances, leur choix et leurs options, pour on ne sait quelle raison ne peut pas prospérer impunément. Ce qu'il(s) a/ont fait est d'une extrême gravité et ne peut être passé aux pertes et profits tout simplement.
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (13:06 PM)
    rien d'anormal si mr sall est competant pour ce poste c'est un militant de premiere heure il n'est pas fils de maki. Cherchons ailleurs
    Auteur

    Faye72

    En Septembre, 2017 (13:57 PM)
    Mr LE PRÉSIDENT JE suis désolé mais vous exposez votre frère à des poursuites judiciaires moi qui croyait que après avoir mis le fils de WADE en prison tu n'allais jamais commettre l'erreur de nommer ta famille dans les affaires de l'état. Il faut vraiment épargner votre famille.

    Il aurait du resté dans le privé c'est mieux mais là si votre successeur a le même comportement que vous c'est sûr et certain que ton frère est bon pour la prison car il faut le dire il est devenu balèze.

    Et s'il n'était pas frère du président est-ce qu'il serait si liquides attention Mr LE PRÉSIDENT vous exposez votre frère.
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (14:09 PM)
    ALIOU SALL IRA TROP OU TARD EN PRISON. IL DEVRAIT LE SAVOIR. IL EST DÉJÀ ILLICITEMENT RICHE. LA PRISON L'ATTEND AVEC SON FRÈRE MAQUISARD.
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (14:22 PM)
    Ripaille, noce, bombance, ndaataltalakh en attendant la saison deux de la traque
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (14:39 PM)
    C'est une famille de traitres. Gare aux Sénégalais
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (14:57 PM)
    Le Sénégalais aime les histoires de famille et on aime les arrangements, les petites magouilles.

    Auteur

    Citoyen Ordinaire

    En Septembre, 2017 (15:15 PM)
    Ce je n'aime pas dans ce pays:

    -c'est d'avoir un président milliardaire alors qu' il n'a servi que dans la fonction publique...

    - c'est d'avoir le petit frère du président qui s'est enrichi en milliards avec l'argent de notre petrole et qui est aujourd'hui nommé par son frère à l'un des postes les plus juteux du pays...

    - Ce que je n'aime pas c'est d'être dans un pays où les personnes les plus riches sont des fonctionnaires (ministres, directeur de sociétés nationales, inspecteurs des impôts etc...)

    -ce que je n'aime pas c'est d'être dans un pays où on investit 600 milliards pour un train "TER" pendant que les fils du pays meurent dans les hôpitaux faute de soin ,d'insuffisance de personnel, ou de plateau technique défaillant. Un pays où ses enfants ne peuvent bénéficier d'une éducation de qualité car les enseignants sont en grève 4 mois sur les 9 mois parce que l'état n'a pas respecter ses engagements ...

    - ce que je n'aime pas dans ce pays c'est de voire un gouvernement de 84 ministres, des institutions comme le hcct ou le cese sont créés pour caser une clientèle politique qui ne sert en rien la population et pourtant lui coûte des dizaines de milliards...

    - ce que je n'aime pas dans mon pays c'est de voire nos frères et soeurs bravaient le désert et l'océan pour rejoindre l'occident pendant que nos dirigeants ont des caisses noires de plusieurs milliards qu'ils dépensent sans contrôle aucunes. ...

    - ce que n'aime pas dans mon pays c'est de voire qu' en 2017 l'eau potable est toujours un luxe pour la majorité de la population et cela même dans la capitale et que l'électricité est un rêve pendant que nos dirigeants achètent des appartements aux états unis en France ou au Canada pour y envoyer leurs enfants ....

    - ce que n'aime pas dans ce pays c'est de voire des citoyens croupir pendant 5 ou 10 ans en prison sans être jugés alors que des violeurs, des dealers ,des fabricants de faux billets et même des assassins beneficies de liberté provisoire "définitive " parce que " borom daradia lagnou "....

    - ce que je n'aime pas dans mon pays c'est de savoir que ceux qui sont sensés faire respecter la loi sont les premiers a enfreindre les lois ( magistrats, policiers, gendarmes, gardes pénitentiaires, douaniers )...

    Ce que je n'aime pas dans mon pays c'est beaucoup de choses détestables les unes plus que les autres et pourtant je suis un citoyen qui veut vivre dans son pays...

    Chers dirigeants aidez nous a faire de ce pays un " bon coin" guir yallah c'est possible....
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (15:30 PM)
    Et tout cela pendant que le président est absent du pays. Le réveil risque d´être dur et brutal. Quand on tire trop sur la corde elle risque de se casser un jour.
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (16:12 PM)
    Bonne chance Monsieur SALL. Faites de votre de la cdc un outils pour renforcer l'émergence. Soutenez votre frère pour qu'il ait des résultats probant, surtout en misant sur le social et en renforçant les vrai entrepreneurs au Sénégal, les acteurs de l'informel.





    Faites mentir les faux cassandres.
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (16:32 PM)
    Un Mbidou remplace un Mbidou.

    Mbimi Watawatte Mbimi Argayye.  <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/danse.gif" alt=":danse:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/danse.gif" alt=":danse:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/danse.gif" alt=":danse:">   Wangoo lenn....
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2017 (18:28 PM)
    la famille des hyènes au pouvoir le festin commence. :jumpy2:  :jumpy2:  :emoshoot:  :emoshoot: 
    Auteur

    Verites

    En Septembre, 2017 (18:45 PM)
    BADOLA DOU SOUR ! BADOLA DOU DOYAL ! Même sur un lit de 10 mètres, il roulerait et tomberait par terre. IL NE SONT MOTIVE QUE POUR L'ARGENT ET LA GLOIRE. GOR MOY SOUR LEP LOU NIOUY KHEUTIO. Il ne savent pas que leur nom ainsi que leur famille sera associé à des histoires de malversations sur les biens appartenant à tout un peuple. Le seul conseil que je pourrai lui donner est de DEMISSIONNER DECE POSTE. Wassalam :bindeu:  :bindeu:  :sunugaal: 
    Auteur

    Zeynaz

    En Mars, 2018 (12:38 PM)
    Mane dé sil pouvait m'aider à rénover ma maison dont les plafonds s’effondrent dangereusement en portion depuis plus de 3 ans dinako sante   <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="http://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">   :brawoo:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal: 

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Top Banner
Banner 01
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR