Iba Der Thiam interpelle le gouvernement sur ''les perturbations intermittentes'' du système éducatif

  • Par : Aps | Le 25 janvier, 2013 à 17:01:39 | Lu 8559 fois | 18 Commentaires
content_image

Iba Der Thiam interpelle le gouvernement sur ''les perturbations intermittentes'' du système éducatif

Le député Iba Der Thiam, membre du groupe des Libéraux et démocrates, a annoncé vendredi avoir transmis au président de l’Assemblée nationale Moustapha Niasse une question d’actualité adressée au gouvernement sur ''les perturbations intermittentes qui secouent le milieu scolaire au Sénégal''. ''En suivant l’actualité politico-syndicale, on a la douloureuse impression que, contrairement aux souhaits exprimés par l’écrasante majorité du peuple sénégalais, l’année scolaire qui commence pourrait connaître des perturbations sérieuses'', écrit M. Thiam dans la lettre portant sa question d'actualité. Il estime que ''la récurrence [de ces perturbations] pourrait compromettre dangereusement la qualité de notre enseignement''. ''Il ne se passe pas de jour où les médiats ne signalent des arrêts de travail dans tel ou tel ordre d’enseignement, dans telle ou telle région, dans tel ou tel département'', lit-on sur une copie de la lettre déjà remise, selon M. Thiam, au président de l'Assemblée nationale. ''Dans la plupart des cas, les revendications des personnels sont les mêmes. Soit certains enseignants n’ont pas perçu leurs salaires depuis plusieurs mois, soit les indemnités qui leur sont dues, pour leur participation à des jurys, à des corrections d’examens, ou pour d’autres prestations, ne leur ont pas été versées, en dépit des engagements souscrits'', a encore écrit Iba Der Thiam. M. Thiam, ministre de l'Education nationale dans les années 1980, est retourné début janvier à l’Assemblée nationale où il remplace l'ancien Premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye, qui a démissionné de la législature élue en juillet dernier "pour convenance personnelle". ESF/OID

Aps


Commentaire (16)


Sd En Janvier, 2013 (18:35 PM) 0 FansN°: 1
je pense que Mr Thiam a beaucoup raison il urge vrement qu'on regle le probleme de l'education une bonne fois pour toute. le niveau des eleves ne cesse de baisser a cause de ces perturbations.
Babs En Janvier, 2013 (19:50 PM) 0 FansN°: 2
Ce type n'est plus credible. Il faut se dire la verite, il y a des vermines que les senegalais ont vomi.

Tous ces retourneurs de veste sont les problemes du senegal.

Ces types qui ont trahis le peuple, iba der, djibo ka, landing et autres sont les problemes du senegal. Ils sont tous des traitres. Iba der, j' ai un conseil pour toi, il faut aller a la retraite et faire ton diamou Yallh et laisser les senegalais. Tu nous em merde. Ce senegal ne va pas changer tant qu'on a ces nafekhs dans la politique. Il
Diop Ben En Janvier, 2013 (19:53 PM) 0 FansN°: 3
c vrai il est temp kon regle le system educatif pour les enseigniant puisse regagner les salles de classe





Laye En Janvier, 2013 (00:48 AM) 0 FansN°: 4
sa fait dix ans kil a fermer sa gueule et la il veut louvrir a nouveau.tu n kun faux type un menteur
Ohlalala En Janvier, 2013 (01:41 AM) 0 FansN°: 5
Mai Iba Der pourquoi tu a quitté le poste de minstre de l'enseignement superieure??? a cause de ces meme pertubation sous la presidence de Abdou Diouf !!!! L'université a été envahie , les etudiants attaqués au pavillon 'A', tu as été obligé de partir!!!! tu es historien parle de ce passé!!! comme quoi les racine du mal sont lointaines!!!! tu n'avais pas demandé de comptes a Jean Collin ce jour la!!! :tala-sylla:  :tala-sylla: 
Popper En Janvier, 2013 (01:41 AM) 0 FansN°: 6
Vous trop de fautes et pire encore dans votre citation y a des fautes comment pouvez vous mettre des fautes dans le texte du Professeur Iba Der Thiam. Relisez vos textes avant toute publication. Vous êtes vraiment très nuls.

Bon courage, à la prochaine fois.. :sn: 
Feug21 En Janvier, 2013 (05:21 AM) 0 FansN°: 7
il n'a rien à dire . on lui doit une bonne part de la faillite de l 'école au SÉNÉGAL . c 'est lui qui a initié la méthode CLAD de lecture qui a produit tout cesb gens qui font plein de fautes & également les classes à double flux .il a fait bafoué les franchises universitaires à maintes reprises . il a changé tous les programmes & l 'école sénégalaise est devenue une fabrique à cancres , nuls , pas cultivés pour un sou en mettant des auteurs bidons au programme sous prétexte qu'ils sont africains . si c 'est mal écrit , quel intérêt pour l 'élève . Bref il a détruit l 'enseignement au SENEGAL . c 'est un homme sans éthique , après avoir été avec DIOUF ( ABDOU mo gnou doy ) il s 'est mis à genoux devant WADE qui finalement le méprisait!!!
Feug21 En Janvier, 2013 (05:25 AM) 0 FansN°: 1
petite correction: il a fait bafouer.
Kayunkounkoun En Janvier, 2013 (10:57 AM) 0 FansN°: 2
ok,mais exploitons le fond de sa lettre.il est vrai que cette situation date de l'époque du régime défunt et qu'il faut un peu de temps et d'abnégation pour résorber les innombrables problèmes dont a hérité le régime de macky.mais ,"à beau être contre le lièvre ,il faut reconnaître qu'il court bien". sur la question du retard de règlement des indemnités dues aux enseignants, il y a urgence.car il n'est pas juste que des individus soient des créanciers de leur employeur et qu'ils soient obligés de baver pour percevoir leur dù après de bons et loyaux services rendus à la nation. cela équivaudrait à payer pour travailler.ce qui ,du point de vue du droit est simplement inacceptable parce que socialement injuste!!!!
Maths En Janvier, 2013 (08:25 AM) 0 FansN°: 8
On exige la validation dans un plus bref délai des années de volontariat, de vacation et de contractualisation des maîtres et professeurs contractuels reclassés comme fonctionnaires.

La volonté du gouvernement de remettre en cause l’accord sur la validation des années de volontariat, de vacation et de contractualisation des maîtres et professeurs contractuels reclassés comme fonctionnaires est une preuve palpable de la légèreté avec laquelle le gouvernement traite ces questions essentielles.

Pas de paix sociale dans le secteur de l’éducation sans une application stricte de l’accord sur la validation au deux tiers des années de volontariat, de vacation et de contractualisation des maîtres et professeurs contractuels reclassés comme fonctionnaires, avec paiement de rappels comme cela est fait pour les décisionnaires.

Mahouradia En Janvier, 2013 (11:04 AM) 0 FansN°: 9
Cet individu n'a vraiment rien à dire après avoir bien profité du système.

Qu'il aille à la retraite, il n'est point crédible!
Mallafé Dramé En Janvier, 2013 (09:14 AM) 0 FansN°: 10
Ex-Directeur de l'Ecole Normale Supérieure, tu as été un des rarreas àdompter le ministère de 'éeudacation Nationale. Si on devait avoir des ministres à vie tu le devrais à ce poste. Le sytème éducatif sénégalais n'est plus le mème depui lors. Ou sont les conclusions des Eats Généraux de l'Education Nationale et de la Formattion.? Un travail colossal jeté à la poupelle!
Babs@ En Janvier, 2013 (10:13 AM) 0 FansN°: 11
Le professeur a parfaitement raison.ceux qui rejette la responsabilité sur le régime défunt ne font que de la spéculation,le fort des sénégalais.Quand il y a un régime d'arrivistes non préparés qui,une fois au pouvoir,cherche á compromettre tous les accords acquis aprés d'apres luttes, c'est a ce régime qu'imcombe la responsabilité de toute perturbation. Au senegal les gens aiment trop commenter. Quand on sait rien de ce dont on parle on se tait. Mais dire du n'importe quoi sur des gens n'honore personne. M. Thiam a osé dire haut ce les aboyeurs d'hier,aujourd'hui aux cotés de Macky, n'osent pas dire. Supposons que ces gens la ou un des leurs restent trois mois sans salaire et qu'il doit faire face aux charges de la famille en mem temps que ses charges personnelles,sachant que la majorité des enseignants ne sert pas dans sa localité.Donc sachons raison garder. Nous tous des senegalais. Notre préoccupation prémiére est le développement de notre pays(un devoir) en contrepartie d'un minimum de respect, un salaire qui peut nous nourrir et á temps(un droit).Pourquoi il n'y a pas au Sénégal le concept ·travailler plus gagner plus·?
Kaldé En Janvier, 2013 (21:29 PM) 0 FansN°: 12
DE GRACE SAUVONS NOTRE ECOLE .





Le Sénégal, on le dit souvent, ne dispose ni de pétrole ni de diamant mais regorge de ressources humaines de qualité à ravir. Dans presque tous les secteurs d'activité, l'expertise sénégalaise, soutient-on, fait florès. Si cette assertion est vraie, pour combien de temps encore le restera-t-elle? La question mérite d'être posée. En effet, la qualité des ressources humaines est tributaire de la qualité de l'éducation or, depuis plusieurs décennies, le système éducatif sénégalais est mis à rude épreuve par de nombreuses formes de perturbations. Si certaines de ces perturbations sont liées à des phénomènes naturels (intempéries, inondations), d'autres en revanche sont paradoxalement l'œuvre des acteurs mêmes de l'école. C’est le cas des grèves récurrentes observées dans l'espace scolaire : grèves des élèves, grèves des étudiants et plus gravement, grèves des enseignants qui ont fini d’installer l’inquiétude chez tous les observateurs avertis qui avaient placé leur foi en l’avenir de l’école sénégalaise.

La liste des revendications est fort longue pour ne pas dire inépuisable. Si pour l'essentiel, les élèves revendiquent leur droit le plus élémentaire à l'éducation et cela dans les meilleures conditions possibles, les enseignants de leur côté réclament de meilleures conditions de travail, la revalorisation de leur gagne pain, plus de considération de la part des gouvernants, l'instauration d'un ordre social plus juste, une gouvernance politique plus orthodoxe. Etonnamment, pour tout ce beau monde, il n'existe pas d'autre solution à part la grève. La grève est l'arme fatale, la panacée à tous les maux. Ainsi, de façon délibérée, on boycotte les enseignements-apprentissages.On débraye à volonté pour reprendre une formule consacrée. En bref, on fait entrave au fonctionnement normal de l'institution scolaire. Sur neufs mois d'apprentissage, les six sont souvent perdus. Le quantum horaire (temps normal d'apprentissage) est amputé, l'année scolaire compromise. A tel enseigne, qu’on parle parfois d'année invalide ou d'année blanche. L'explication est simple: les enseignants n'ont pas enseigné et les élèves n'ont pas appris.

Dans ces conditions, peut-on s'étonner que les taux de réussite soient des plus bas? Cette année au Bac, le taux de réussite à la seconde session ne dépasse guère les 10%. L'année dernière, ces mêmes résultats étaient de 05%, pour ne citer que cet exemple. Piètres résultats qui rappellent tristement ceux récents des Lions et Lionnes de la Téranga en terre équato-guinéenne. Pareilles performances, eu égard aux efforts énormes consentis par l'Etat et les parents d'élèves sont plus que décevantes ; elles sont honteuses et révoltantes. Selon les déclarations officielles, l'Etat du Sénégal consacrerait plus de 40% du budget national au seul secteur de l'Education. Quant aux parents d'élèves, malgré la conjoncture, ils se privent de tout pour faire face aux frais de scolarité de leurs enfants. Des frais qui leur coûtent les yeux de la tête. Tout cela pour pas grand chose au final.



Aujourd'hui, tout le monde en convient, les niveaux des apprenants sont de plus en plus faibles dans toutes les matières, y compris en Français, langue officielle, ciment national. De l'Elémentaire à l'Université, en passant par le Moyen secondaire, la langue de Molière est littéralement massacrée, ô ironie, dans le pays de Léopold Sédar Senghor, Président poète, grammairien, académicien, père fondateur de la francophonie. Incapables de parler le Français, support de base aux autres formes d'apprentissage, comment les élèves pourraient-ils exceller dans les autres domaines? Le fait est que les filières scientifiques sont proprement désaffectées. Moins de 10% des potaches s'aventurent vers ces filières scientifiques dites porteuses. Tout cela n'est pas très rassurant. Les connaissances scientifiques et technologiques sont indispensables, pour ne pas dire incontournables au progrès économique et social de nos jeunes Etats, pauvres et hyper endettés.

Comment se sortir de cette situation lourde de danger? Tout le monde doit se ressaisir. En effet, nous sommes tous responsables de l'anarchie qui prévaut dans le secteur de l'éducation. Il n'est pas exagéré de parler de sabotage du système éducatif. Nous sommes tous coupables. A commencer par l'Etat. En effet, c'est lui qui a pour rôle de créer les conditions propices au déroulement correct des enseignements-apprentissages. A ce propos, la loi est sans équivoque : «L’Education Nationale est placée sous la responsabilité de l’Etat qui garantit aux citoyens la réalité du droit à l’éducation par un système de formation… L’Etat est garant de la qualité de l’éducation et de la formation ainsi que des titres décernés… ».Conf loi n°91-22 du 16 Février 1991 portant loi d’orientation de l’Education Nationale.

Par conséquent, construire des écoles en qualité et en quantité suffisante et les équiper convenablement est de son ressort. Former et recruter les personnels de l'Education et leur payer un salaire décent et à temps, sans la moindre forme de discrimination est également de son ressort. Prendre des engagements en toute connaissance de cause et les respecter, fait partie des caractéristiques essentielles d’un Etat crédible et prometteur. En somme, l'Etat doit tout mettre en œuvre pour rendre le cadre scolaire plus attractif, plus motivant pour les différents acteurs. La vocation de l'école est d’être un espace de paix, un creuset d’idées généreuses pour l’humanité et non un camp de gladiateurs en permanente ébullition.



Les enseignants aussi doivent revoir leur copie. L'enseignant ne saurait être ni un mercenaire, ni un démolisseur. C’est un bâtisseur. Bâtisseur d'hommes certes. Dépositaire des valeurs les plus nobles de la société, c'est à lui qu'est confié ce que la communauté a de plus précieux: ses enfants. Sa mission est de faire de ces enfants, des hommes accomplis capables d'assurer la relève des aînés pour perpétuer la survie de la communauté, voire assurer sa prospérité et son leadership. Quelle que soit la légitimité de leurs revendications, les enseignants ne devraient en aucun cas, sacrifier les élèves sur l'autel de leurs uniques intérêts. Au demeurant, un bon enseignant n'a besoin que de trois choses: une solide formation, un bon salaire et la reconnaissance de la société fondée sur son abnégation au travail.

Défendre ses intérêts c'est bien. Tenir compte de l'intérêt général, c'est encore mieux. Dans cette perspective, il est temps de mettre un terme à cette cacophonie engendrée par un foisonnement injustifiable de syndicats d'enseignants. Un seul syndicat fort, bien structuré avec des responsables crédibles à chaque palier du système devrait être capable de valablement défendre la cause de tous les enseignants et cela quelle que soit la roublardise de l'Etat. A condition toutefois, de ne pas exiger le ciel et les étoiles.



Les parents d'élèves doivent redoubler de vigilance et d'engagement. C’est l'avenir de leurs progénitures qui se joue. Donner à ces enfants un minimum d'éducation de base est de leur ressort. Inculquer à la jeunesse les valeurs traditionnelles (le mougne, le diom, le ngor, le kersa, le téguine, le mandou et tant d'autres,) reçues des anciens, est un devoir moral impérieux pour restituer à notre société toute son identité, toute sa personnalité. Il n’est plus question de rester dans l'expectative et de laisser les télés novelas et l'internet conduire à eux seuls l'éducation de nos enfants.



Les guides religieux, les hommes de Dieu dont les prières et les sermons ont toujours accompagné le Sénégal doivent eux aussi accentuer leurs actions. Le Sénégal, plus que jamais a besoin d’hommes et de femmes intègres et droits pour prendre un vrai départ. La rupture n’est possible qu’avec des patriotes vertueux et compétents. Tant que le griotisme, le népotisme et le clientélisme politique resteront les seuls critères de promotion des cadres au détriment du mérite et de la loyauté envers la nation, le Sénégal sera condamné à végéter dans la médiocrité, la pauvreté et la mendicité.



La société civile ne doit pas être en reste. L'école n'appartient ni à l'Etat, ni aux enseignants. C'est notre patrimoine commun. Elle doit se faire plus regardante, plus hargneuse face aux violations de plus en plus flagrantes des droits les plus élémentaires des apprenants. Elle doit prendre une part active aux négociations Gouvernement-Syndicats pour jouer son rôle d'arbitre.



Les médias, sentinelles de la démocratie doivent continuer à informer les populations mais informer juste pour ne pas jeter de l’huile sur le feu.



Quant aux potaches enfin, ils doivent faire preuve de plus de sagesse et de patience. Il n’est pas recommandable de s’agiter en tout sens et de se livrer à des actes de vandalisme préjudiciables à tous. Parce qu’elle incarne l’avenir, la jeunesse doit poser des actes citoyens et responsables porteurs d’espoir. Un certain homme célèbre avait à peu près dit ceci: « la disponibilité de la jeunesse vaut mieux que les milliards de l’étranger… » Cet homme avait raison. Mais il parlait bien sûr, d’une jeunesse consciente. Etudier durement et dans la discipline, acquérir des compétences pour mieux servir demain, est-ce trop demander à nos enfants ?

Au total, nous sommes tous interpellés. Tout le monde doit jouer sa partition et pleinement .Aucune nation ne peut bâtir sa prospérité en cultivant le jardin de l’ignorance et de la barbarie. Nous devons sauver l'école ensemble ou périr avec elle.



Sékou Camara ,PEPS PCE, Formateur au CRFPE de Tamba.



Chomeur En Janvier, 2013 (00:44 AM) 0 FansN°: 13
Programme de recrutement 2013 de la fonction publique.... fonctionpublique.gouv.sn
Tonss En Janvier, 2013 (10:45 AM) 0 FansN°: 14
Ce vieux n'a rien a dire, c'est lui qui tout occasionner le problème que rencontre l'école Sénégalaise, la fermeture de l'école Sébit et la méthode clark et d'autres. Il n'a qu'a gardé ses leçons. C'est quelqu'un qui s’achète comme ce qu'a fait Wade. Pourquoi ne la pas dit a Wade son maitre par de que Wade récupère sa mallette. Il n'a qu'a se retirer pour demander pardon a DIEU pour tous les péchés et les mensonges qu'il a fait durant tous ses années. DIEU t'a tout donné, jusqu’à long vie profite t'en, pour retourner vert ton DIEU pour le remercier il est temps mon vieux.
Corbeau 3496 En Janvier, 2013 (10:50 AM) 0 FansN°: 15
Vraiment il ne s"agit pas d"aller trop loin pour comprendre que IBA DER ne nous apprend pas grand chose. Car s"il ya un qui est indexe, les malheurs de l"enseignement sont parti propement de lui.

A defaut de ne pas recruter d"enseignents DER dote du senegal les classes a double flux , le PERE des annees blanche et invalides dans un senegal ou la jeunesse est en constante croissance.

Le resultats un fort pourcentage de jeunes dans la rue , des etudiants avec la maitrise vendeurs de pains et un niveau d"instruction de plus en plus faible.

IL a detriut l"enseignement publique en faveur du prive qui leurs appartienne( ecoles, lycees et meme des universitees privees . . . ) .

Ceci etant si ta pas les moyens tu n"etudiera pas dans un senegal ou 70% des parents d"eleves n"ont pas les moyens.

Apres DIOUF ,il est au devant de la scene avec WADE et qui est ce qu"il a apporter dans ces 12 annees de pouvoir: rien 0% ,il saitfait seulement entretenir par l"argent du contribuable et le partage du gateaux.

Vous n"etes pas un exemple meme d"enseignent car je me rappelle combien de fois vous avez enlever votre veste pour en venir aux bras car n"acceptant pas les critiques des enseignents :

- A DIOURBEL avec un certain CISSE SOW que vous avez suspendu pour des annees

- Au Lycee DELAFOSSE egalement.

Mais pour revenir au maux de l"enseignement une idee que j"ai eu souvent a proposer au nouveau regime est de DEPOLITISER l"enseignement ,du lycee a l"universite.

Car selon moi se sont ces politiciens qui detruisent l"enseignement a la recherche de militant depuis que l"age de vote est ramener a 18 ans .

Partout ou vous allez dans les lycees et college jusqu"aux UNIVERSITEES vous rencontrez des eleves socialistes ,liberaux, de l"AFP, LD ; ARP pour ne citer que ceux ci.

IL faudrait de la fermete a delocaliser la politique dans les campus et lycees car selon l"interets de leur parti ,les etudiants bloquent les processus afin de permettre aux eleves d"etudier dans les normes.

CHASSER ces politiciens dans le systemes educatif, qu"ils vont chercher leurs militants dans la population et non se cacher et a manipuler les jeunes pour etre elu.

Idée En Mai, 2013 (13:26 PM) 0 FansN°: 16
Au Sénégal, dès que quelqu'un émet une idée, on se met à critiquer cette personne en laissant de côté l'idée. De ce fait, nous passons toujours à côté de certaines bonnes idées qui auraient pu nous tirer d'affaire. S'il y a une habitude à changer chez nous autres sénégalais c'est bien celle là. Il ne sert à rien de critiquer ou d'insulter les gens. Personne n'est parfait.Chaque personne à un moment ou à un autre est appelée à se tromper.Puisque nous sommes tous faillibles, soyons indulgents entre nous.Essayons d'exploiter le bon côté des personnes pour le bénéfice du pays.Le problème de l'éducation est un sujet sérieux. Personne ne peut tout seul le résoudre. Mais si ensemble nous réfléchissons et partageons nos idées, nous finirons par trouver la bonne combinaison.Iba Der est un sénégalais parmi tant d'autres. Il n'est ni plus ni moins important que les autres.Mais, comme tout le monde, il peut être utile quelque soit son passé.Vive le Sénégal qui se respecte.

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    |    Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]    |    Tel. (redacteur en Chef) : +221 77 562 00 29    |    Email (redacteur en Chef) : [email protected]