Les législatives en questions (1/2) : Benno, Mànkoo et Wattù, la tête ailleurs

  • Source: : Seneweb.com | Le 12 juillet, 2017 à 17:07:48 | Lu 7318 fois | 18 Commentaires
content_image

Les législatives en questions (1/2) : Benno, Mànkoo et Wattù, la tête ailleurs

Jamais des législatives n'ont cristallisé autant d'enjeux que celles du 30 juillet prochain. Cinq ans après l'arrivée de Macky Sall au pouvoir et à deux ans du terme de son 1er mandat, elles interviennent à une période charnière et verront l'échiquier se recomposer, des destins se briser et des espoirs s'envoler. 

1      Que reste-t-il de Benno ?

Rattrapé par le non-respect de sa promesse de réduire son mandat de 7 à 5 ans, Macky joue gros avec ces législatives. Contrairement à 2012, il n'aura pas à surfer sur la vague victorieuse qui lui avait permis, une fois élu, d'engager ses troupes dans des législatives qui étaient jouées d'avance. Tellement il paraissait naturel pour les électeurs de lui donner les coudées franches après l'avoir élu à la magistrature suprême. Or, cette fois-ci, le scénario est à l'opposé de celui de 2012 puisque c'est plutôt une partie de la présidentielle 2019 qui se joue avec ces législatives. Et Macky ne s'est pas facilité la tâche en garnissant les rangs de ses adversaires.

S'il est en effet un aspect de sa gouvernance où il fait manifestement du Wade sans Wade, c'est bien dans sa manie à secréter lui-même son opposition. De la même manière que son ancien mentor qui se sépara très vite de Dansokho, puis de Niasse et plus tard de Bathily avant de substituer la Cap 21 à la coalition qui l'avait porté au pouvoir, FAL 2000, Macky Sall a vu plusieurs composantes et personnalités marquantes de son Benno Bokk Yaakaar rejoindre les rangs de l'opposition.

Idrissa Seck (Rewmi), Amsatou Sow Sidibé (Car Leneen), Imam Mbaye Niang (Mrds), Cheikh Tidiane Gadio (Mpc), Mamadou Lamine Diallo (Tekki), Cheikh Bamba Dièye (Fsd/Bj), Ibrahima Fall (Taxaw Tem) et Mansour Sy Djiamyl (Bës du nak) ont tous rompu les amarres suite à une divergence de vues. Suivront Malick Gakou, aujourd'hui patron du Grand Parti et Khalifa Sall opposés à la ligne de leurs partis respectifs, l'Afp et le Ps, favorables à une alliance inconditionnelle avec Macky.

Certes, BBY a battu le record de longévité pour une coalition de sa dimension. De même que les locales de juin 2014 l'ont vu remporter la majorité des collectivités locales (475 sur 602). Mais elle en avait tout de même perdu beaucoup de grande importance dont Dakar, Thiès, Bambey, Diourbel, Mbacké, Ziguinchor et Podor. Il s'y ajoute qu'en dehors de de l'Afp et du Ps (coupés en deux depuis le départ de Gakou et celui plus que probable de Khalifa Sall), la majorité des alliés de l'Apr regroupés dans Benno Bokk Yaakaar ne pèsent pas grand-chose au plan électoral.  Quant au référendum de mars 2016 sanctionné par la victoire du "Oui", il était juste une consultation populaire et n'a donc pas permis de jauger la vraie force de Benno. Seules les législatives du 30 juillet prochain pourront donc édifier sur ce qui en reste réellement.

2     Khalifa Sall, combien de divisions ?

Opposé à l'alliance quasi fusionnelle entre le Ps et l'Apr, il s'est longtemps gardé de franchir le Rubicon avant que le cours des événements ne l'y oblige. Accusé de détournement de deniers publics dans la gestion de la caisse d'avance de la mairie de Dakar et placé en détention préventive, c'est depuis sa cellule de Rebeuss qu'il compte mener à la victoire ses troupes de Mànkoo Taxawu Senegaal.

Tête de liste nationale de ladite coalition, Khalifa Sall reste sur une dynamique victorieuse qu'il lui faut juste confirmer le 30 juillet.  Car, bien que lâché par certains maires de commune dont Aliou Ndoye (Dakar-Plateau), Jean Baptiste Diouf (Grand-Dakar) et autres Alassane Ndoye (Gueule Tapée-Fass-Colobane), sa coalition And Taxawu Dakar s'est encore illustrée dernièrement à l'élection pour le Haut conseil des collectivités territoriales. Remportant ainsi les 3 sièges réservés au département de Dakar avec 517 voix contre 442 à Benno Bokk Yaakaar.

Il devra rééditer ce coup avec un scénario tout à fait inédit. En effet, jamais des législatives n'avaient enregistré une tête de liste en prison.  C'est la première fois que Khalifa Sall est appelé à mener une bataille nationaleLongtemps confiné à Dakar dont il est jusque-là le maître incontesté, ces législatives seront donc un bon baromètre pour mesurer sa dimension nationale que ses détracteurs lui dénient. On a vu ses partisans s'activer un peu partout à travers le pays dans la foulée de la tournée qu'il avait menée lui-même à Tambacounda et dans le nord du pays avant son arrestation. On saura au soir du 30 juillet si ce travail de sape a vraiment payé.

Mais attention à ne pas se méprendre sur l'issue de ce scrutin. Si Dakar tombe dans l'escarcelle de sa coalition, Khalifa Sall aura réalisé un bien joli coup. Des résultats appréciables de Mànkoo Taxawu Senegaal à l'échelle du pays ne seraient en effet que du bonus. Car, avec la capitale dans sa poche, il aura sauvé l'essentiel et demeurera plus que jamais le rival désigné de Macky en 2019.

3      Wade, retour gagnant ou perdant ?

Qui l'eut cru ? Le Président Wade, chef de file d'une liste en compétition à des élections législatives, à 92 ans bien sonnés ! En mal de leadership depuis son départ du pouvoir en mars 2012, le Pds a dû se réduire à tirer de sa retraite son vieux leader pour faire triompher la coalition dont il est la locomotive, Wattù Senegaal. Les libéraux ont-ils bien fait ? Ou sont-ils passés à côté de la plaque ? C'est tout l'enjeu de ces législatives pour le Pds et ses alliés.

Certes, la formation libérale avait montré de beaux restes aussitôt après sa perte du pouvoir en se présentant seule aux législatives de 2012 avec, à la clé, un groupe parlementaire. Avec 298.846 voix, un score plutôt appréciable pour un parti qui venait de perdre le pouvoir, les libéraux avaient engrangé les 12 sièges requis à l'époque pour la constitution d'un groupe.

Mais, depuis, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts. Par charrettes entières, plusieurs de ses responsables et militants ont répondu à l'appel des sirènes de la transhumance. D'autres se sont d'abord ouvertement opposés au choix de Karim Wade comme candidat à l'élection présidentielle, avant de tracer leur propre sillon, à l'image de Modou Diagne Fada et d'Aïda Mbodj qui ont d'ailleurs la particularité d'avoir été respectivement à la présidence du groupe parlementaire des libéraux à l'Assemblée. Même des inconditionnels de Wade comme Pape Samba Mboup et Farba Senghor ont pris leur distance, sans oublier les frustrations nées des investitures.

Bref, le Pds aborde les prochaines législatives sous de bons auspices. Le coefficient personnel de Wade et l'apport d'alliés comme Bokk Gis Gis et Aj, version Decroix, parviendront-ils à compenser cette vague de départs ? Rien n'est moins sûr. Principal parti de l'opposition jusqu'ici, le Pds joue donc son avenir le 30 juillet.   

4     Thiés : l'IDYlle tient-elle toujours ?

Idy marche-t-il à reculons ? C'est ce qu'espère en tout cas le camp présidentiel qui cherche à lui arracher son bastion de Thiès. Certes, scrutin après scrutin, Macky et les siens ont réussi à grappiller une partie de son électorat sans parvenir pour autant à détrôner le président de "Rewmi" dans la cité du rail et même dans le département.

Tel le roseau, Idy plie mais ne rompt pas. Il est vrai qu'il a dû faire jonction en juin 2014 avec Talla Sylla, actuel maire de Thiès, pour résister à l'assaut des apéristes et de leurs alliés dans la commune. Encore qu'il n'y est parvenu que difficilement avec 25707 contre 20712 pour la mouvance présidentielle, alors qu'il avait régulièrement gagné depuis 2007 les élections à Thiès ville par au moins 15000 voix de différence.  C'est dire si son électorat s'est effrité.

Il s'y ajoute que le rythme de défections qu'il enregistre à l'échelle du département, dont celle du député Cheikh Tidiane Diouf à Tivaouane, et la "trahison" de Talla Sylla ont de quoi inquiéter ses partisans. Mais on peut penser que c'est en connaissance de cause qu'Idrissa Seck a décidé d'engager le combat dans le département, en tant que tête de liste de Mànkoo Taxawu Senegaal. Lui qui promettait de se retirer de la politique une fois qu'il aura perdu Thiès.

Toutefois, ses adversaires de Benno auraient tort de penser qu'ils tiennent enfin le bon bout et qu'il ne reste qu'à lui porter l'estocade. "Si les législatives avaient lieu sur la base de l'ancien fichier, on aurait eu sûrement sa peau puisque nous avions fini de grignoter son avance. Mais l'électorat de Thiès a beaucoup cru entre-temps et je crains fort que ce soit le fait d'Idrissa Seck à travers les communes qu'il contrôle et qui se sont beaucoup investies dans ces nouvelles inscriptions", avertit un responsable de Benno. CQFD : on ne vend jamais la peau de l'ours avant de l'avoir tué.  

5      Gakou, sera-t-il le vrai maître de Guédiawaye ?

Ceux qui lui ont toujours reproché d'avoir laissé la voie libre à Aliou Sall aux locales de juin 2014, le verront cette fois-ci en découdre avec le camp présidentiel, amené justement par le frangin du chef de l'Etat. Quand bien même il n'est pas investi sur la liste départementale de Benno, c'est bien le maire apériste de Guédiawaye qui se fera un point d'honneur de tuer dans l'œuf les visées présidentielles du leader du Grand Parti.

Comme pour la lutte, Gakou devra le terrasser, passer sur son corps avant de prétendre à se mesurer au chef de file de son écurie qui n'est autre que son grand-frère de Président. Et le scénario est d'autant plus intéressant que le patron du Grand Parti va au-devant de son premier grand test depuis la création de sa formation, il y a deux ans.

Certes, il s'était montré très actif en mars 2016 dans la campagne pour le "Non" au référendum sans parvenir à empêcher la victoire du "Oui". Mais, ce n'est guère son destin personnel qui était en jeu à cette consultation populaire contrairement au scrutin de ce 30 juillet.

Connu pour sa constance depuis qu'il a démissionné avec fracas du gouvernement, il s'est depuis illustré par une opposition radicale au régime de Macky Sall. Ce qui lui a valu d'avoir été, ces derniers temps, au centre de toutes les initiatives de l'opposition. Premier coordonnateur de la grande coalition de l'opposition Mànkoo Wattù Senegaal, il a été le grand artisan de la marche violemment réprimée d'octobre 2016. De même qu'il est, aujourd'hui, le coordonnateur de la coalition Mànkoo Taxawu Senegaal dont Khalifa Sall est tête de liste nationale.

Bref, Gakou a réussi à s'imposer en un temps record comme une des principales figures de l'opposition. Il n'empêche que tout cela tombera à l'eau si jamais Aliou Sall et compagnie parvenaient à briser son élan dans la bataille de Guédiawaye. En revanche, s'il en sort vainqueur, rien ne pourra l'empêcher de foncer, bille en tête, sur Macky Sall.

Tête de liste au niveau de la région de Dakar lors des locales de mars 2009, en tandem avec Khalifa Sall, alors candidat à la ville, ils avaient réussi à détrôner le Pds. Le tandem s'est en tout cas reconstitué. Pourvu qu'ils aient la même réussite qu'en 2009. (À suivre)


Auteur: Momar DIONGUE - Seneweb.com






1 - Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
2 - N'envoyez pas de message inutile.
Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
Ne devoilez pas
les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.

3 - Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
4 - Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
5 - Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
6 - Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Commentaire (13)


Anonyme En Juillet, 2017 (17:51 PM) 0 FansN°: 1
Qu'est ce qui l'empêcherait d'être ministre en Italie?
Anonyme En Juillet, 2017 (18:08 PM) 0 FansN°: 2
cette anée il y aura une surprise politk macky va perdre les elections.
Anonyme En Juillet, 2017 (18:23 PM) 0 FansN°: 3
Le président Macky va gagner c élections inchallah que des blablabla de merde notre carte ne appartient vs verrait bande de jaloux se qui la fait en 5ans aucun président n la réalité en 12 ans
Zaff En Juillet, 2017 (18:46 PM) 0 FansN°: 4
Macky ne verra que du feu, il s'aura que le moment tant attendu par les sénégalaise est arrivé. Les dés sont déjà jetés. Il recevra sa première raclée en attendant 2019.IL s'aura que tout ce mal qu'il faisait à la tete du pouvoir tel que: l'impunité, justice séléctive, dynastie au pouvoir Toucouleuro-sereres en considérant les autres étant des incapables, le vol sans scrupule de nos maigres ressources naturelles (pétrole, gaz,or et zircon par l'intermédiaire de son frere), le "wakh-wakh-wakhati-wakhète", l'emprisonnement gratuite de Khalifa SALL, le GRAND DEAL avec Karim WADE, la menace de radiation des enseignants, les promesses non tenues, le manque de vision pour abréger la souffrance des senegalais, La grande bourde de Charlie Heubdo,la situation des étudiants, le manque de respect du systeme éducatif senegalais, les ponctions de salaires, l'écart dans le traitement salarial des gens d'une meme hierachie, les fuites au bac, la situation des professeurs d'université, la démagogie avec les bouses familiales qui n'arrivent aux ayant droit et qui ne servent seulement à corrompre et à servir que les militants apéristes....hélas le moment est arrivé pour solder tes comptes. Espece de nullard.
Anonyme En Juillet, 2017 (19:07 PM) 0 FansN°: 5
1.l
Conscience Citoyenne En Juillet, 2017 (19:31 PM) 0 FansN°: 6
POUR UN EVEIL CITOYEN

POUR LE FUTUR DE NOS ENFANTS

POUR NOS ESPOIRS DECUS

POUR L'ARGENT DU CONTRIBUABLES SPOLIES

POUR LE SENEGALAIS DEVENU MENDIANT SUR CES PROPRES DENIERS

POUR NOS JEUNES QUI SE TUENT EN MER

POUR LES AFFAMES QUI FONT LA QUEUE CHAQUE SOIR DEVANT MERE THIERE; NEEX SOW OU MERE FONDE

POUR LE CITOYEN QUI NE SAIT PLUS EN QUI AVOIR CONFIANCE

POUR LA RESTAURATION DES TERRES SPOLIEES
La Vellingaroise En Juillet, 2017 (19:41 PM) 0 FansN°: 7
la coalition bby a monte des comiiiites de quartier qui distribut 2000f a chaque famille voila comment macky gere nos deniers public. veliiiiingarois montrer a ce pauvvvre ignorannt que nojavascript:AddSmiley(' :emoshoot: ')us ne sommes pas ajavascript:AddSmiley(' :emoshoot: ') vendre. :emoshoot:  :emoshoot: 
Anonyme En Juillet, 2017 (20:19 PM) 0 FansN°: 8
arretez de mentir ! c'est faux benno et macky ne distribue pas de l'argent pour acheté les votes ! plasou député diaroul feennee
Reply_author En Juillet, 2017 (20:33 PM) 0 FansN°: 1
je vote sonko
Anonyme En Juillet, 2017 (20:35 PM) 0 FansN°: 9
Touba a dit oui à Abdoulaye Wade !!
Akila En Juillet, 2017 (20:54 PM) 0 FansN°: 10
Que vient faire la photo de MACKY SALL sur la tète des listes des coalitions ? MACKY SALL est tète de liste de quelle coalition ? SENEWEB, ne semez pas le trouble ou du moins, ne vous tromper d' élection. Mettez la photo du premier ministre qui est tète de liste de BBY. C' est pourquoi, tout le monde dit que vous êtes ou du moins, vous voulez pour le pouvoir de MACKY SALL.
Anonyme En Juillet, 2017 (02:36 AM) 0 FansN°: 11
Sii Macky avaiittt baatttttuuuuu Campagne! Oohhhhh! Neddooo ko bandoum!

Tout votre blabla la, vous avez de la chance! :brawoo:  :brawoo: 
Anonyme En Juillet, 2017 (06:47 AM) 0 FansN°: 12
wade rék

karim president
Ide Niass En Juillet, 2017 (07:09 AM) 0 FansN°: 13


WADE AU SENEGAL



Il devient dès lors utile de rappeler quelques-uns de ces évènements pour rafraîchir la mémoire de ceux qui seraient susceptibles de se laisser tenter par l’oubli. En effet, sous le règne de Wade, il s’est passé une noria de scandales au vu desquels l’accueil qui lui a été réservé devient incompréhensible, sinon incongru : 12 milliards1 de FCFA pour le monument de la renaissance ; 28 millions de dollars en l’air pour réparer l’avion présidentiel ; 205 milliards dépensés pour l’OCI dont Karim Wade était le responsable de l’organisation; plus de 45 milliards de francs Cfa pour chanter et danser avec le Fesman géré par Sindjily Wade ; 90 millions en cash dans l’affaire Segura ; coûts mirobolants et stériles du plan Tàkkal ; 20 milliards dans l’affaire Sudatel. un voyage controversé en Libye dont on ignore toujours les soubassements ; wax-waxeet flagrant; plusieurs manifestations tant au niveau national qu’international pour la dénonciation constante des nombreuses dérives du pouvoir de Gòor gi. Le comble semble toutefois avoir été atteint lorsqu’il avait voulu imposer son fils nolens volens au peuple sénégalais. Mais heureusement, celui-ci s’est levé comme un seul homme pour lui dire NON!

Il est d’autant plus nécessaire de rappeler les faits susmentionnés que l’ancien Président de la République – qui, à la lumière de son récent discours, semble plus mû par des motivations personnelles et familiales que par l’intérêt national – dit être revenu au pays pour soulager les souffrances des populations. Ce qui est non seulement très démagogique mais peu vraisemblable puisqu’il avait largement le temps et la possibilité de le faire pendant les douze années durant lesquelles il avait les pleins pouvoirs en détenant la majorité absolue à l’Assemblée Nationale, et au cours desquelles ses partisans lui obéissaient au doigt et à l’œil comme un monarque. Par conséquent, cette promesse est d’autant moins surprenante et crédible que la saison de la pêche aux voix est ouverte avec le démarrage de la compagne électorale en vue des prochaines élections législatives. De plus, Me Wade est aujourd’hui officiellement âgé de 91 ans, et comme le dit Yasmina Khadra : « A quatre-vingt ans, notre avenir est derrière. Devant, il n’y a que le passé.



Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    | +1 703 395 86 48   Email : pub@seneweb.com

Rédaction

Email : redaction@seneweb.com