Exploitation et commercialisation : Protocole d'accord sur la ferraille entre l’Etat et des opérateurs

  • Par : Lesoleil | Le 29 mars, 2013 à 15:03:32 | Lu 3049 fois | 3 Commentaires
content_image

Exploitation et commercialisation : Protocole d'accord sur la ferraille entre l’Etat et des opérateurs

Le ministre du Commerce, de l’Industrie et du Secteur informel, Alioune Sarr, le Regroupement des opérateurs de la ferraille du Sénégal (Rofs) et la direction générale de la société métallurgique Someta ont signé, hier, un protocole d’accord sur l’exploitation et la commercialisation de la ferraille au Sénégal. 

 Quatre points ont constitué l’essentiel du contenu de ce protocole d’accord, qui a été signé, hier, par le ministère du Commerce, les ferrailleurs et la société métallurgique Someta. Il s’agit de l’écoulement des produits ferreux et non ferreux collectés, de la fixation des prix et les conditions de vente de ces produits, de l’organisation du secteur et le financement des opérateurs de la ferraille. Concernant le premier point, le ministre a rassuré que toutes les dispositions ont été prises pour que les quantités de ferraille collectées puissent être écoulées. M. Sarr a expliqué que la tonne de ferraille lourde a été fixée à 125. 000

 FCfa, tandis que la légère a été arrêtée à 85. 000 FCfa, la tonne. Contrairement aux coûts initialement fixés, qui ont respectivement été de 120. 000 FCfa et de 80. 000 FCfa, soit une hausse de 5.000 FCfa sur chaque tonne. Quant à l’organisation des acteurs, le gouvernement a décidé de conduire une étude sectorielle dont la mise en œuvre est confiée à la Stratégie de croissance accélérée (Sca) pour un accompagnement soutenu en vu de rendre compétitif les ferrailleurs. 

Et sur le financement des opérations de collecte, le ministre du commerce a indiqué que, suite à des échanges avec les responsables de la Someta, une ligne de financement d’un montant de 100 millions de FCfa a été mobilisée pour permettre aux collecteurs de démarrer leurs activités. Dans la même veine, le gouvernement, à travers la Sca va mettre en place un autre financement pour aider les collecteurs à se structurer et à s’organiser. A en croire Alioune Sarr, toutes ces initiatives s’inscrivent en droite ligne de la volonté de l’Etat de mettre en œuvre son schéma directeur d’industrialisation, en exploitant les potentialités de chacune des régions du Sénégal. 

Ceci permettra de doter le pays d’un tissu industriel capable de générer de la richesse et des emplois.

Vers un schéma directeur d’industrialisation

 «L’Etat va prochainement accompagner les petites et moyennes industries évoluant dans le secteur de la ferraille pour qu’elles puissent fabriquer, sur place, certains accessoires comme les cuillères, les aiguilles, que le Sénégal importe jusqu’à présent », a promis le ministre. «Nous sommes dans une filière où le gouvernement lance un appel à tous les acteurs qui veulent travailler », a-t-il soutenu. 

Pour Amady Mbaré Diop, secrétaire exécutif du Rofs, leur souci était de trouver des solutions « rapides » et « bénéfiques » aux difficultés auxquelles leur secteur était confronté. C’est dans ce cadre, rappelle M. Diop, qu’ils ont adhéré au projet de protocole d’accords qui a été proposé par l’Etat dont l’objectif principal est d’organiser l’exploitation rationnelle et concertée de la ferraille au Sénégal. « Nous sommes des entrepreneurs qui ont investi des sommes importantes pour développer nos sociétés, créer des emplois et apporter de la valeur ajoutée », a-t-il dit. 

D’où l’urgence, selon lui, d’entamer des négociations avec les autorités compétentes pour une sortie de crise. La signature de ce protocole d’accords est, à son avis, l’aboutissement de plusieurs mois de négociations, qui ont commencé avec le syndicat national des ferrailleurs et recycleurs du Sénégal. De son côté, Yun Zhang, directeur général de la Someta, s’est réjoui de la signature de ce protocole qui, selon lui, va permettre à sa société de mieux fonctionner, après quelques périodes de perturbations dues à une situation d’impasse notée dans le secteur de la ferraille. «Il devient plus avantageux, si l’on parvient à transformer la ferraille sur place que de le faire à l’extérieur », a soutenu M. Zhang.

 Indiquant qu’avec cette signature, des problèmes d’approvisionnement ne vont plus se poser dans leur usine. Une commission tripartite de suivi et évaluation composée du gouvernement, des acteurs de la ferraille et des industriels locaux, sera mis en place pour superviser l’exécution du protocole ouvert à tous les acteurs opérant dans la ferraille.


lesoleil

Articles similaires

Commentaire (2)


Aschtung En Mars, 2013 (17:08 PM) 0 FansN°: 1
100 millions pour financement, c lamentable et pas sérieux
Ibisco En Mars, 2013 (13:01 PM) 0 FansN°: 2
L'état du Sénégal devrait s'intéresser un peut plus au fonctionnement de Someta.

- les fours sont à induction d'où une production à fort taux de carbone conséquence le fer est cassant.

- la capacité de producrtion ne depasse 1500 tonnes mois.

- la ferraille de des pays limitrophes ne viendra plus au Sénégal les prix n'étant pas intéressant.

- les travailleurs n'ont pas de contrat, les licenciements abusifs font légion.

- TVA n'est pas déclarée.

- ou vont les prêts bancaires dont ils ont bénéficiés récemment des banques de la places qui a donné les garanties.

- les banques et les garants pourraient leurs décisions à court terme

Ce que je dis sur la qualité du fer et la capacité de production peut être vérifié par les corps de contrôle qualité et les spécialistes en aciérie.

Par contre si elle change de technologie (four à arc) et que toute la ferraille de la sous région afflue vers elle, leur objectif d'être fleuron de l'industrie de l'acier peut être atteint.

Je rappelle qu'une aciérie plus moderne mise en place en 1999 à Mbao par un sénégalais n' a pas reçu toue la mobilisation de l'état pour l'aider à avoir suffisamment de ferraille.

Quand c'est les sénégalais on s'en balance quand c'est les autres on se mobilise. POURQUOI?
Blazeee En Mars, 2013 (15:14 PM) 0 FansN°: 1
les fours sont à induction d'où une production à fort taux de carbone

il faut parler de ce que tu connais..... au lieu de jouer au savant.....

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    |    Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]    |    Tel. (redacteur en Chef) : +221 77 562 00 29    |    Email (redacteur en Chef) : [email protected]