Accueil | Identifiez vous pour acceder à nos services |  Connexion | M'inscrire | Aide
actualites
Fermeture du site d’orpaillage de Diyabougou : La fin de l’or sonne la faim
   Par Abdoulaye Fall | Lequotidien |  Vendredi 06 septembre, 2013 14:10  | Consulté 5430  fois  | 8 commentaires   Favoris
| -Imprimer| Envoyer
Societe | Mots Clés: Or, Orpaillage, Diyabougou, Sites, Exploitation, Faim, Kedougou

Depuis l’interdiction de l’exploitation de l’or à Diyabougou, les populations vivent dans une détresse sociale. Elles s’en mordent les doigts avec une famine qui rôde autour des foyers : Dès la découverte du métal précieux, les villageois avaient abandonné leurs activités  agro-silvo-pastorales.

Depuis  2009, c’était la ruée à Diyabougou, bourg situé sur les rives de la Falémé (département de Bakel, arrondissement de Kénia­ba) qui brillait de toutes les espérances. Aiguillonnées par l’appât du gain, les populations se bousculaient au pied de la mine pour extraire le métal jaune qui avait réussi à changer leurs conditions sociales, faites jadis de misère et de privation. Elles se pressaient dans les trous dépassant parfois 40 m. Douche désillusion. Aujourd’hui, les ex-travailleurs de ce site d’orpaillage fermé après des échauffourées sanglantes sont exposés à la famine. Regrets éternels. 

Diyabougou est devenu un village fantôme, avec des âmes en peine, qui se retrouvent dans le creux de la vague. En découvrant ce trésor du sous-sol, les villageois avaient abandonné leurs activés agro-silvo-pastorales pour s’entasser au pied de la mine. Bave à la bouche, Abou Traoré, orpailleur, annonce des lendemains cauchemardesques dans son village où l’ambiance est devenue terne. Il dit : «Nous sommes meurtris et considérablement affamés. Nous tirions depuis 2009 notre salut de l’extraction de l’or.» Il est atterré. Sous ses yeux, le drame se noue au sein de sa communauté. La fermeture du site a affaibli la capacité des populations de préserver ou de restaurer leurs moyens de subsistance provenant uniquement du business de l’or. Au lieu de travailler leurs propres champs, de nombreux agriculteurs pauvres n’ont pas pu profiter des conditions météorologiques favorables en 2012. Les greniers sont vides, les derniers stocks de vivres sont épuisés. «Aucune famille n’est à l’abri de la famine qui a gagné le village tout entier. Tous nos greniers sont vides et nos familles affamées. Seule l’exploitation de l’or nous permettait de vivre et de subvenir à nos besoins. Nous vivons un drame parce qu’on ne mange plus à notre faim», assène-t-il. Longtemps guidé par les faux reflets de la pièce précieuse, un autre orpailleur rajoute une couche d’angoisses sur cet épais attelage de peines. «Nous ne pouvons plus nous prendre en charge sur le plan sanitaire. Il faut nous envoyer des vivres de soudure ou rouvrir le site. Il ne faudrait pas que l’Etat s’étonne que le pire ne se produise ici», tonne-t-il. Le pire ? Ce serait évidemment la famine et ses corolaires. Il faut savoir que les récoltes sont programmées dans deux à trois mois.  Les familles pauvres ont épuisé leurs stocks de nourriture et sont confrontées à des prix alimentaires élevés dans l’attente de la prochaine récolte. Aujourd’hui, les belles promesses d’un hivernage abondant ne rassurent pas les populations.   

 

Eldorado en ruines

Actives dans l’amélioration des conditions de vie et de travail des populations rurales, les Ong tirent la sonnette d’alarme. Multipliant les rencontres d’information sur cette question, la Coalition nationale des organisations de la société civile sur la gouvernance des ressources minérales au Sénégal (Cnoscgrms), Osiwa, Oxfam et l’Usaid/Pgp ont sillonné les sites d’orpaillage pour tenter d’extraire les problèmes liés à l’orpaillage traditionnel. Sory Diallo, coordonnateur de la coalition,  est conscient de la situation sociale de cette austère bourgade. «Des concertations sont en train d’être menées pour normaliser et sécuriser l’orpaillage traditionnel, afin de pouvoir rouvrir le site, gage d’une stabilité sociale pour les populations déboussolées et meurtries», dit-il. Il sait que l’urgence est la réouverture «rapide» de ce site qui assurait la souveraineté sociale des populations. Cette douloureuse situation  serait en partie due à la négligence et au laxisme de l’Etat qui était absent durant l’exploitation de la mine. 

Plusieurs centaines de milliers de personnes vivaient dans ce site d’orpaillage sans qu’une brigade de gendarmerie encore moins une police des frontières n’y soient installées, laissant les populations appliquer leurs propres lois. L’anarchie avait prospéré. Un arrêté  pris par le gouverneur de Tambacounda avait interdit toute activité après les affrontements sanglants entre Burkinabè et Maliens. Il faut rappeler que cette bagarre avait occasionné plus d’une dizaine de morts et de nombreux blessés graves, les 5 et 6 mars 2013. A l’époque, les autorités administratives avaient recensé plus de dix nationalités à Diyabou­gou où s’entassent dans des maisons lézardées plus de 500 mille personnes. Les étrangers avaient migré vers d’autres zones plus prospères abandonnant les autochtones, déboussolés et meurtris, à leur misère. Ainsi va Diyabougou… 

Nouveau!:   Retrouvez toutes les archives concernant Or de 2006 à ce jour.
Commentaires:   8   Total dont   0   En attente - ( Voir les commentaires sensibles) .
 Ajouter mon commentaire    Afficher les commentaires
Aidez-nous à modérer les commentaires en nous signalant les insultes. Merci de votre collaboration.
Maïmoune on September 6, 2013 (17:17 PM) 0 FansN°:1
Le Sénégal est le seul pays de toute l'Afrique à ouvrir ses zones d'orpaillage aux étrangers, qu'ils soient de la zone CEDEAO ou pas ! Allez en Guinée Conakry , au Mali, en Côte d'Ivoire, Burkina Fasso, il ne viendrait à l'idée d'aucun citoyen de ces pays d'accepter que des Sénégalais gagnent quoi que ce soit dans leurs mines. Le Gouvernement devrait faire en sorte que la réciprocité soit en vigueur pour que nos jeunes puissent aussi aller chercher des Diamants et de l'or en Guineé et ailleurs
@Maimoune on September 6, 2013 (17:50 PM)0 FansN°: 2814742
le probleme est que nos Modo-modos sont partout dans ces pays africains , pour gagner tres peu et subir au quotidien des tracasseries ......
EN VERITé les modou-modous sont physiquement incapables de supporter de telles conditions de vie
NOPI on September 6, 2013 (20:52 PM)0 FansN°: 2815052
GANG D IDIOTS ALLEZ EN AFRIQUE CENTRALE LES SENEGALAIS SONT NOMBREUX DANS LE DIAMANT KOU KHAMOUL DAGAY NOPI
@NOPI on September 6, 2013 (22:12 PM)0 FansN°: 2815148
les senegalais sont nombreux dans le Diamant , mais toujours du bon coté ,c'est à dire le coté des recelleurs minables qui risquent leur vie à vouloir ARNAQUER les pauvres mineurs sur le Prix reel de leur decouverte... J'attends de voir un modous descendre au fond du puits à la recherche d'or ou de diamant !!
Pisco on September 6, 2013 (23:08 PM)0 FansN°: 2815224
petit con les Anvers en Belgique controle le Diamant alors qu il n y pas un seul Belge qui descend dans au fond d un puit .t es stipude toi
Maïmoune on September 7, 2013 (09:28 AM) 0 FansN°:2
Je ne comprends toujours pas pourquoi tous ces gaillards qui s'entraînent à longueur de journée sur nos plages n'iraient-ils pas dans cette zone! Le gouvernement du Sénégal devrait encourager 10.000 jeunes à occuper une grandes superficie pendant trois ans, le temps qu'ils y gagnent de quoi créer autre chose dans les Régions de Dakar ou d'ailleurs. Quand j'ai entendu un mineur Burkinabé , intorrogé par le RTS JE N'EN REVENAIS PAS . A la question de savoir combien il gagnait ? Réponse dès fois 25.000, dès fois 50.000 par jour, et dès fois rien! Si j'étais un homme âgé de moins de 40 ans, je prendrais 200.000 pour fonds de départ et je serais allée creuser pour voir. Nos jeunes n'ont qu'à continuer à faire des muscles, les autres viendront chercher des richesses chez-nous !
Ma chère Maïmoune on September 7, 2013 (09:41 AM)0 FansN°: 2815575
Ce désastre humain est encore une conséquence des grandes "rêveries" de Gorgui. Pensant tenir là son "exploitation aurifère" qui se révèle être d'une réalité douteuse et minable. On ne se retrouve pas orpailleur par hasard quand durant sa vie on ne s'occupe que d'agriculture et d'élevage. toujours à vouloir gagner le plus vite sans en mesurer les conséquences. Demandez aux élus du gouvernement comment s'enrichir sans travailler.
Khalil lilkha on September 7, 2013 (13:55 PM) 0 FansN°:3
l’état vient juste de créer des permis d'orpaillage et des zones ou couloirs d'orpaillage.
Tout orpailleur doit se conformer à ce règlement. C'est une très bonne chose mais vaudra aussi l'installation d'une véritable politique de développement pour aider ces populations certes délaissées.

  Réagissez à cet article (en respectant les règles ci-dessous)

  • Soyez courtois. N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée ou en violation avec la loi.
    Ne devoilez pas
    les informations privées de qui que ce soit ( adresses, etc... ).
    de tels messages seront supprimés et leurs auteurs bannis des commentaires.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire!.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
  • Lisez la politique de gestion des commentaires de Seneweb
  • Les auteurs de commentaires repetés (pollueurs) verront tous leurs commentaires á travers le site tout simplement retirés en un seul coup

Nom:
  
Commentaire:
:)   :-D   :cool:   :hun:   :cry:   :love:   :khelou:   :?:   :jumpy: :sad:   :bravo:    :haha:   :dedet:   :sn:   :down:    :up:  :tala-sylla:
   
Pour faire apparaitre vos commentaires immediatement, creez un compte seneweb (c'est rapide).

Nouveau!:   Retrouver toutes les archives concernant Or de 2006 à ce jour.

 

 


Pub


 




HitParade




HitParade