Jeudi 25 Juillet, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Contribution

Rupture (Par Amadou Tidiane WONE)

Single Post
Rupture (Par Amadou Tidiane WONE)
Rupture ! Ce mot magique est sur toutes les lèvres. Comme un appel pressant, une soif incompressible de défricher une voie d’avenir conforme aux énergies qui dorment sous le boisseau, de plus de 60 ans d’indépendance, dans la soumission mentale des élites… Un mot qui agit comme une incantation oratoire pour conjurer le mauvais sort et bannir, à jamais, un ordre ancien désuet et anachronique

Rupture ! Ou comment transformer le Sénégal par le génie créateur de citoyens sénégalais décomplexés, en capacité d’inventer, et de mettre en œuvre, un modèle de progrès et de mieux-être, qui nous rassemble et nous ressemble. Loin des imitations caricaturales des modèles et des prêt-à-penser qui nous obstruent l’horizon. Telle est la trame de fond de l’exigence qui a enfanté le 24 mars 2024, date charnière de la première rupture actée par le Peuple souverain d’avec le statu quo ante ! Ne pas comprendre cela, ou refuser d’admettre que le peuple sénégalais est mature et résolu à prendre son destin en mains, c’est oublier d’où l’on vient : le départ de Macky Sall du pouvoir, en dépit de toutes les manœuvres, apparentes et souterraines, a fait la preuve de la détermination de la jeunesse sénégalaise, force d’avenir ! La fin de non-recevoir opposée à l’organisation de sa succession à sa convenance ; la mise à la retraite anticipée de toute une caste de politicards professionnels qui ont retardé l’essor de notre pays depuis si longtemps ; sont le signe que tout va changer et que rien ne devrait plus être comme avant !

La jeunesse sénégalaise a donné un signal fort, de détermination et d’adhésion au courant alternatif incarné par Pastef, porté par Ousmane Sonko et ses compagnons, consacré par l’accession à la magistrature suprême de Bassirou Diomaye Faye, 5ème Président de la République du Sénégal ! Cela est la réalité dont il nous faut tenir compte dans nos analyses mais surtout dans nos postures pour le quinquennat en cours.

Que veut le Peuple ? Des emplois ! Mais à quel prix ?

Au prix d’une rupture systématique d’avec les enrichissements, illicites ou sans cause, dont les rapports des corps de contrôle rendent compte à nausée… En attendant que la justice se saisisse pour situer les responsabilités dans les dérives, inadmissibles, notées quant à la gestion du bien commun.  Aucun passe-droit, aucune indulgence ne serait tolérable face à la désinvolture de certains responsables, clairement identifiés, en attendant que leur culpabilité soit établie. Le peuple souverain n’admettra, sous aucun prétexte, la mansuétude face à des crimes économiques qui pourraient hypothéquer l’avenir de toute une nation.  Et, sous ce rapport, il faut éviter la tendance au « Masla », compromis et/ou compromission, pour ménager la chèvre et le chou. Après la jouissance et les réjouissances il convient, pour les bénéficiaires de payer la note. Juste la note. Sans excès à rebours. Ni traque à géométrie variable comme nous en avons connu dans un passé récent. Mener une lutte, sans merci, contre la corruption qui est la sève nourricière de toutes les formes de brigandages économiques et sociales est une exigence majeure sortie des urnes le 24 mars 2024 : Ne l’oublions jamais !

Cela dit, et dans le même temps, il faut surtout construire l’avenir ! Donner corps aux rêves de notre peuple : le nourrir par le travail de ses paysans, l’habiller par le savoir-faire de ses tisserands, et couturiers, construire des demeures écoresponsables par la création de chaînes de valeurs innovantes dans les matériaux et techniques de construction locaux. En un mot : développer notre pays ! Tout cela est à notre portée. Aucun pays au monde ne se développe, de manière durable, sans la valorisation de son génie propre par la transformation qualitative de ses ressources humaines et naturelles. A cet égard, les créateurs africains et plus particulièrement sénégalais ont beaucoup de mérite. Il reste à apporter les leviers économiques à l’essor de filières entrepreneuriales endogènes qui soient le socle d’un tissu économique véritable. Compter sur nos propres forces, c’est le sens profond du mot indépendance…

 Only the sky is the limit !

Pour dire que, moins de deux mois après le changement à la tête du pays, il appartient aux 54% des électeurs sénégalais, qui ont voté pour le changement, de convaincre les 46%… hésitants, que le temps de se retrousser les manches, à tous les niveaux, est venu. Rien ne nous tombera du ciel. Il nous faudra beaucoup de rigueur, et d’efforts soutenus, pour changer de cap et décoller. « Il n’y a pas de destins forclos, il n’y a que des responsabilités désertées… », aimait nous rappeler le poète Hamidou Dia.

Il est temps aussi, de mettre en garde certains politiciens professionnels qui se répandent, déjà, dans les médias pour y répandre la mauvaise parole : ils feraient mieux de prendre un peu de recul, pour prendre la pleine mesure du désaveu infligé le 24 mars 2024. Se donner le temps et les moyens de comprendre et… de changer ! Car tout ce qui est arrivé était prévisible.  Tant l’arrogance était devenue insupportable ! Tant l’insouciance et la vanité semblaient le gage d’une impunité définitive…

Aujourd’hui, nous devons transformer l’enthousiasme de la jeunesse de notre pays en force motrice dans tous les secteurs de la vie nationale. Le Président de la République et son Premier Ministre nous donnent, tous les jours, des raisons d’espérer et de croire que tout est désormais possible. En dépit de certains grincements de dents, par-ci par-là, la dynamique en cours est jugée bonne par la plupart des observateurs de bonne foi. La répartition des rôles au sommet est claire et lisible. Le gouvernement est à pied d’œuvre et la réactivité des ministres, qui n’hésitent pas à descendre sur le terrain, est à saluer. Leur exemple devrait être suivi, à tous les niveaux, pour rapprocher l’administration des administrés. Au jour le jour, les équipes se constituent. A un rythme satisfaisant.  Mais, et il faut le dire clairement : les bastions tenus par les soutiens affirmés de l’ancien régime doivent faire peau neuve, et faire l’objet de nouvelles affectations. Les femmes et les hommes qui ont cru au changement, et combattu pour qu’il advienne, doivent être responsabilisés et mis à l’épreuve.  Ce ne serait que Justice ! Dans toutes les démocraties du monde, une alternance politique conduit à des changements profonds, tant dans l’administration centrale qu’à la tête de toutes les entreprises stratégiques. Notamment, lorsque les choix politiques des responsables qui les dirigent ne correspondent pas à ceux des nouvelles autorités. Aucune esthétique moralisante ne doit conduire à retarder la prise en charge de cet impératif !

Il demeure que les cadres administratifs ont vocation à servir l’État. Sous tous les régimes. Surtout lorsque leurs compétences sont avérées. Aucune discrimination ne doit les isoler ou les stigmatiser à priori. Bien au contraire ! Mais le Sénégal est un petit pays, la haute administration publique et privée est un microcosme où l’on sait qui est qui. Le sens du discernement de nos autorités fera le reste. Au demeurant, et dans Le meilleur des mondes, certains responsables devraient avoir à cœur de rendre le tablier sans nul besoin de se le faire arracher ! Question de point de vue !

En attendant, trouvons les voies et les moyens d’une défense en ligne de cette alternance, porteuse d’alternatives dans tous les domaines, et que personne ne nous en fasse douter ! Cinq ans. C’est le temps que nous avons pour transformer l’essai et faire la preuve que, sur le Continent africain, une… révolution… démocratique peut s’opérer par les urnes ! Pour les générations montantes, ce serait le viatique le plus puissant et le plus refondateur pour l’Avenir. Cinq ans, c’est peu. Mais nous pouvons et devons, pendant ce temps, rendre irréversible la volonté du Peuple de toujours exiger mieux et plus de ses mandants.

Retourner en arrière, sombrer dans l’apathie des douze dernières années, malgré une frénésie infrastructurelle, ne doit plus être possible. A chacun d’entre nous de donner corps à cette résolution !

Amadou Tidiane WONE


16 Commentaires

  1. Auteur

    En Mai, 2024 (21:12 PM)
    Écrit celui qui tressait des lauriers à Wade
    Top Banner {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Mai, 2024 (08:53 AM)
      Il est de la même catégorie que Guirassy, toujours à lécher les bottes des gouvernants pour leurs intérêts personnels. Ceux qui souffrent sont le cadet de leurs soucis.
    {comment_ads} Top Banner
  2. Auteur

    En Mai, 2024 (21:16 PM)
    Monsieur parle comme si lui même ne fait pas partie de l'ordre ancien.

    Je préfère regarder et sourire.

    Voilà quelqu'un qui ne se respecte pas et qui ne respecte personne.

    Un residu de ce Wadisme qui vient d'être balayé.

     
    {comment_ads}
    Auteur

    En Mai, 2024 (21:23 PM)
    Réalité absolue ..Djadieuff Mr Wone ...
    {comment_ads}
    Auteur

    En Mai, 2024 (21:26 PM)
    Tiens revoilà le lêche-cul,  le parasite .

    Amadou tidiane wone ,le ministre de la culture le plus nul que le Sénégal ait jamais connu. 

    Sa seule compétence est de devenir copain des fils des  présidents .

    Il était "ami " de Philippe maguiléne senghor. 

    Dés que senghor a quitté le pouvoir,  il est parti se faire copain de habib diouf. 

    Dés que abdou diouf à été battu hop il a sauté sur karim dont il est devenu le doungourou. 

    C est ainsi qu il est devenu ministre de la culture. 

    Le lendemain de la défaite de wade il a courru à mermoz pour acrrocher amadou sall le fils de macky à son tableau de chasse .

    Mais comme macky connaissait le bonhomme il l a renvoyé aussitôt et demander qu on  ne le laisse jamais approcher sa maison et sa famille .

    D oû sa haine de macky .

    Là il va tout faire pour rentrer dans les bonne grâces de diomaye et sonko.

    Amadou tidiane wone , un lêche-cul,  un parasite .

    Une vermine et une vraie raclure , un type abject et infect .

    À fuir. 
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Mai, 2024 (21:58 PM)
      si tu dis vrai, il va surement tenter de devenir ami avec le fils de Diomaye. Wait and see.
    {comment_ads}
    Auteur

    Senenmouth

    En Mai, 2024 (21:28 PM)
    mR WONE c est toujours un plaisir immense de vivre une densité rédactionnelle , intellectuelle en vous lisant. Depuis un certain temps vous nous aviez sevré de ce plaisir. Vos analyses sont multidimensionelles et d 'une justesse hors du commun et dressent des perspectives qui nous permettent d'espérer. Encore merci ! 
    Top Banner
    Auteur

    Deug

    En Mai, 2024 (21:29 PM)
    Regardez moi ce minable opportuniste. Vous avez tout fait pour être appelé par Pastef. Restez digne vous n'avez pas de leçon à donner. Respectez les 46% des sénégalais qui n'ont pas voter pour Pastef, ils ne sont pas hésitants. De quel droit vous vous arroger cette appréciation.  Enfin, pourquoi l'opposition n'a le droit d'investir les plateaux pour dire ce qu'elle pense ou bien vous voulez la pensée unique ou inique pour plaire au prince. Les sénégalais se rappellent de quoi vous êtes capable.
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Mai, 2024 (04:06 AM)
      Deug pour te compléter je dirais que seuls 61% des 7.500.000 sénégalais se sont déplacés pour voter. Donc c'est environ 2.500.000 sénégalais sur 7.500.000 citoyens en âge de voter , soit 33% des sénégalais qui l'ont désigné. Aussi faire fi des voix des deux tiers qui ne l'ont pas choisi serait une très grave erreur.
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Mai, 2024 (09:50 AM)
      C est pas 46% des SENEGALAIS mais 46% des VOTANTS. Même pas  46% des INSGRITS qui font à peu près 7 millions sur les 18 millions que nous sommes ! Attention !😂😁😂
    {comment_ads}
    Auteur

    En Mai, 2024 (21:45 PM)
    Dame de compagnie en recherche d'emploi senior.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Mai, 2024 (21:48 PM)
    En resumé?
    {comment_ads}
    Auteur

    Verite

    En Mai, 2024 (22:13 PM)
    "Les 46% hésitant " veut dire quoi.?

    En plus vous legalisez le mensonge et la manipulation.  Rupture veut dire bannir les anciennes pratiques y compris le reniement sur les appels à candidatures. 

    Bof 
    Top Banner
    Auteur

    Mibbo

    En Mai, 2024 (22:23 PM)
    Que dit WONE du projet de ce regime de liquidation de l'identité pulaar du Fouta. RIEN !

    Le FOUTA n'est pas le WAALO. RESISTANCE !
    {comment_ads}
    • Auteur

      Lo

      En Mai, 2024 (22:33 PM)
      Rien à attendre de ces vendus. C'est à nous jeunes Pulaars de nous mobiliser pour faire face à ce projet néfaste de discrimination ethnique que porte ce régime Sonko Diomaye. #JesuisFoutankePasWaalowaalo
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Mai, 2024 (09:36 AM)
      C'est un diasdo, il ne mérite pas d'être de kanel.
      C'est avec lui que j'ai compris la signification de poulo diasdo bandoum yén.
    {comment_ads}
    Auteur

    Mibbo

    En Mai, 2024 (23:21 PM)
    En effet, le mouvement est déjà le marché. Il faut évoquer ce point dans tous les réunions mensuelles au sein des villages, des réunions mensuelles de tous les villages qui sont organisées à Dakar, dans la diapora en Afrique centrale, en Europe, aux USA ... Dans notre collectif, nous sommes nombreux à avoir introduit ce point dans les réunions mensuelles de ce week-end, au Fouta à Dakar en Europe et aux USA. Vous pouvez nous aider en faisant introduire ce point dans les réunions de vos villages. Vous allez bientôt pouvoir compter sur nous pour une meilleure coordination. 
    {comment_ads}
    Auteur

    Ndiaga

    En Mai, 2024 (23:50 PM)
    Bel article. Pertinent et dense comme d'habitude. Merci M.Wone.
    {comment_ads}
    Auteur

    Djibson

    En Mai, 2024 (09:58 AM)
    "Mr Covid  n'existe pas"

    Les  familles des milliers de morts, dont beaucoup de Sénégalais, apprécieront. 

     
    Top Banner
    Auteur

    Haymout Mbodj

    En Mai, 2024 (12:57 PM)
      Merci M. Wone pour cette bonne réflexion. Le peuple sénégalais, avec détermination et sagesse,  vient, par un plébiscite sans conteste, de sonner le glas d'un régime dictatorial et nauséabond. Les tenants de l'ancien régime en sont groggy, hagards et médusés. Ils sont encore forts cependant, car ils ont des moyens colossaux acquis on ne sait trop comment, que la justice déterminera sûrement. Le nouveau pouvoir, adossé à sa majorité légitime, est en train de matérialiser le rêve plusieurs fois décennal du peuple sénégalais. Le soutenir est un devoir républicain.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Mai, 2024 (13:21 PM)
    Il a une belle plume. Ça personne ne pourrait le nier.

    Le reste est une analyse personnelle de la situation actuelle et future de notre pays.

    A chacun son opinion. Basta
    {comment_ads}
    Auteur

    Amina

    En Mai, 2024 (14:46 PM)
    C terrible! Personne ne peut s'exprimer librement dans ce pays. Et vous voulez la rupture. Je ne sais pas comment Sonko -Diomaye vont régler la haine et l'aigreur qui gangrène le cœur des sénégalais surtout des  jeunes dont la majorité ne veut pas travailler dur mais gagner facilement leur vie 
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés. --
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email