Samedi 01 Avril, 2023 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Politique

PRESIDENTIELLE DE 2012 : Toutes les données ont changé à Touba

Single Post
PRESIDENTIELLE DE 2012 : Toutes les données ont changé à Touba

La Ville Sainte a toujours été un baromètre politique pour tous les leaders bien même avant les indépendances. Touba a joué un rôle déterminant dans la vie politique nationale. Tous les anciens Khalifes de Serigne Touba ont accompagné les régimes politiques sénégalais de Senghor à Wade en passant par Diouf. Mais aujourd’hui, avec la disparition de Serigne Bara Mbacké à deux ans de la présidentielle, l’incertitude est devenue la seule certitude à propos de l’identité du Candidat pour qui votera Touba à la prochaine présidentielle.

Pour qui votera Touba ? Cette question a traversé l’esprit de chaque leader politique aspirant à devenir Président de la République du Sénégal. Ils ne sont pas les seuls. Les observateurs se posent également cette question. Partant des faits, on peut avancer avec certitude que Touba, depuis 2000 et même avant, a tout offert à l’actuel Chef de l’Etat, Me Abdoulaye Wade. En 1999, lors du Grand Magal de Touba, les observateurs avertis avaient compris que Touba avait tourné le dos au candidat Abdou Diouf. Il faisait 15h, la délégation gouvernementale était dirigée par le Général Lamine Cissé, Ministre d’Etat, Ministre de l’Intérieur. Il était accompagné d’une très forte délégation. Le Gouvernement de Mamadou Lamine Loum coaché par le Ministre d’Etat, Ousmane Tanor Dieng avait pris toutes les dispositions pratiques pour que le Magal se passe dans des conditions meilleures. Mais dans le domaine de l’approvisionnement en eau et en électricité, Touba avait des raisons de protester. La délégation gouvernementale ne verra pas Serigne Saliou qui demande à son fils Serigne Moustapha Saliou de la recevoir. L’atmosphère était électrique. Le fils du Khalife tient un discours radical qui laisse soupçonner une tentative de sabotage du Magal. Les talibés comprennent le message et attendent le 19 mars 2000 pour sanctionner le pouvoir socialiste.

SERIGNE FALLOU MBACKE/ LEOPOLD SEDAR SENGHOR

Le premier président sénégalais a bénéficié durant son magistère du soutien constant et engagé de Serigne Fallou Mbacké, deuxième Khalifa de Serigne Touba. Le régime du Senghor a traversé plusieurs crises sociales. Mais à chaque fois, le Khalife Général des Mourides intervenait pour apaiser les esprits. En fin politique, Senghor faisait toujours recours à lui pour solutionner ces crises. Senghor était conscient de l’engagement de la Communauté mouride mais aussi des pouvoirs que détenait Serigne Fallou Mbacké. En 1962, le Sénégal a connu l’une de ses plus graves politiques et institutionnelles. Ce fut entre Senghor Président de la République et Mamadou Dia Président du Conseil. Le Sénégal a failli à l’époque connaitre une guerre religieuse et confrérique. Car certains disaient que le Grand Maodo (nom donné à Mamadou Dia) était proche des Tidjiane. Tandis que Senghor était un chrétien soutenu par les Mourides. En 1968, une autre grave crise secoue le Monde entier. L’Université de Dakar sera touchée. Les partis politiques s’emparent de la crise pour en faire un phénomène national. Les partis politiques d’obédience communiste, très habiles en matière de manipulation des foules, tentent de déstabiliser le régime socialiste. Serigne Fallou Mbacké fait une déclaration sur Radio Sénégal pour faire régner le calme. Mais aussi pour venir en aide à son ami Senghor. Même si le Monde rural était en effervescence, c’est le Khalife général qui montait au créneau pour rétablir l’ordre. Les exemples sont nombres. Donc Serigne Fallou Mbacké n’a pas été seulement au service de la Communauté. Il était également un régulateur social, un défenseur  des paysans et du Sénégal tout entier. Ses interventions ont non seulement évité d’énormes crises à Senghor, mais elles ont épargné le Sénégal de l’irréparable.

SERIGNE ABDOU AHAD MBACKE/ABDOU DIOUF

Il n’était pas uniquement son marabout. Serigne Abdoul Ahad Mbacké était aussi un père pour l’actuel Secrétaire Général de la Francophonie. Ses relations avec ce Khalife de Serigne Touba étaient sans conditions. Le soutien du marabout à l’endroit du Président Diouf était tout à fait naturel. Le règne de Serigne Abdoul Ahad Mbacké a coïncidé surtout avec la montée en puissant d’un autre talibé Mouride, Me Abdoulaye Wade, chef de l’opposition de l’époque. Me Wade, comme l’appellent ses militants est, certes un talibé mouride. Mais il n’a jamais bénéficié d’un «ndigeul» (consigne de vote) venant de Touba. Cela n’a jamais été senti dans ses relations avec Serigne Abdou Khadr Mbacké, l’imam de la Ville Sainte et Serigne Saliou Mbacké son ami. C’est Serigne Abdoul Ahad qui était le Khalife. Toutes ses recommandations étaient appliquées. On se rappelle la présidentielle de 1988, le Khalife Général des Mourides avait donné une consigne de vote en faveur de Diouf. A l’époque, le marabout ne pouvait pas rester neutre. Car le régime de son «fils» Abdou Diouf était menacé par la détermination, l’engagement et les forces politiques du leader de l’opposition, Me Wade. Mais aussi, le peuple s’était engagé à élire Wade. La présidentielle passée, des contestations surgissent suite à la publication des résultats. Me Wade s’autoproclame vainqueur. L’histoire des ordonnances vient s’ajouter à la polémique. Me Wade maintient la pression sur le régime socialiste. Les étudiants, les élèves, les chômeurs toutes les couches sociales descendent dans les rues pour réclamer la victoire de Me Wade qui sera par la suite envoyé en prison. Serigne Aboul Khadr Mbacké son marabout ne fera que 11 mois de Khalifa après la disparition de Baye Lahat.

SERIGNE SALIOU MBACKE/ ABDOULAYE WADE

Les relations entre Serigne Saliou Mbacké et le président Diouf n’étaient pas au beau fixe. D’ailleurs, le président Diouf aurait même confié à ses proches que, c’est lorsque Serigne Abdoul Ahad est décédé qu’il a su qu’il était sur le point de perdre le pouvoir. Le premier contentieux entre Serigne Saliou et le président Diouf vient du Titre Foncier (TF) de Touba que le Chef de l’Etat refusait d’élargir. En plus, Diouf ne lui avait pas accordé des facilités lorsqu’il voulait exploiter les terres de Khelcom. Lorsque Me Wade a été élu président de la République du Sénégal, son premier acte c’était de passer la nuit à Touba auprès de Serigne Saliou. Mieux, il augmente de plusieurs hectares le Titre Foncier (TF) de Touba et soutien le marabout dans l’exploitation des terres de Khelcom. De 2000 à 2008, année de disparition de Serigne Saliou Mbacké, des choses se sont produites. Le Président a inauguré l’ère des visites mensuelles à Touba. C’est Serigne Saliou lui-même qui demandait aux populations de Touba de réserver un accueil chaleureux à son hôte. Serigne Saliou est le seul Khalife à avoir confié plus de 10 milliards de FCfa au Chef de l’Etat. Il ne refusait à Wade. La seule fausse note était jouée par Idrissa Seck qui avait commis l’erreur de mettre le nom du Khalife sur la liste de la Coalition Sopi 2002 aux élections locales. Il avait tout confié à Me Wade dans les travaux des Chantiers de Touba. Sans nul doute, Serigne Saliou a été à l’origine de la réélection du président Wade en 2007. Les Mourides ont trop bien compris le message lancé par le marabout à la veille de la présidentielle dans lequel il disait avoir demandé au Président Wade d’achever les Chantiers de Touba après la présidentielle. C’était comme si, il savait que Wade allait gagner. Ou bien il demandait sans le dire ouvertement, à ses talibés de voter pour Wade pour qu’il puisse terminer les travaux. Wade réélu dés le premier tour, Serigne Saliou s’en va, laissant derrière un nouveau Khalife du nom de Serigne Bara Mbacké.

SERIGNE BARA MBACKE/ ABDOULAYE WADE

Nul n’ignore les relations anciennes entre la famille de Serigne Fallou Mbacké et le Ps. Serigne Fallou fut un ami à Senghor et à son parti le Ps tombé entre les mains de Diouf après son départ. Ses relations anciennes ont été jalousement entretenues par le Premier Secrétaire du Ps Ousmane Tanor Dieng qui a été un proche ami de Serigne Bara Mbacké. Certains estimaient même que la famille de Serigne Fallou est plus proche au Ps qu’à un autre parti politique. Cela, le président Wade l’avait bien compris. Mais ce fait ne se sentait pas dans ses rapports avec Serigne Bara qui avait mis tous les leaders politiques sur le même pied d’égalité. Seulement, il faut reconnaitre que Serigne Bara qui a rendu visite au président Wade jusqu’à la présidence de la République ne pouvait pas faire plus. Ses relations avec Wade étaient sans heurts. Certaines personnes dans l’entourage du Khalife ont tenté de le dresser contre le président Wade. Mais leurs tentatives ont toujours été vaines. Avec Serigne Bara, Touba n’a pas varié dans ses relations avec le régime en place. En plus, des hommes comme Me Madické Niang veillaient toujours au grain pour éviter que les saboteurs réussissent. Le président n’a jamais voulu pendre des décisions impopulaires aux yeux de la Communauté. Même quand il a fallu limoger le Commissaire au Pèlerinage Thierno Diakhaté nommé suite une recommandation de Serigne Bara, Wade a confié le Ministère à Me Madické Niang qui s’est bien occupé de la tâche. Beaucoup de Ministres dont Modou Diagne Fada a été dans le Gouvernement suite à une intervention de Serigne Bara. D’aucuns disaient que le marabout pourrait soutenir le candidat du Ps en 2010 du fait de ses relations avec Tanor Dieng. Mais, même quand il a fallu poser la première pierre de la Maison de Serigne Touba à Dakar, le Khalife l’a fait avec le président Wade. Il était dans de bons termes avec ce Khalife. D’ailleurs, quelques jours avant sa disparition, son porte-parole Serigne Bass Abdoukhadr a été reçu par le président. Selon nos sources, il lui faisait le compte rendu sur la situation sanitaire du marabout. Avec Serigne Bara, le président Wade a réussi à maintenir ses bonnes relations avec Touba.

SERIGNE MATY LEYE MBACKE/ ABDOULAYE WADE

C’est un homme effacé, calme, discret et pieux disent ceux qui le connaissent. Beaucoup de Mourides ne l’ont jamais vu même pas sur une photo. L’actuel Khalife général des Mourides n’est pas folklorique. Il est mesuré. Nul ne peut pour le moment augurer ce que seront ses relations avec le président Wade d’ici deux ans. Mais ce qui est certain, c’est que le Chef de l’Etat continuera à manifester le même intérêt à l’endroit de Touba et de son Khalife. Il n’est pas évident que l’actuel Khalife aille plus loin que Serigne Saliou dans ses relations avec le président Wade même s’il est un inconditionnel d’Ousmane Masseck Ndiaye président du Conseil Economique et Social. Par compte, le président Wade devra plus considérer Touba et ses Cadres comme le recommandent les jeunes de son parti. 2012 est encore loin. Et tout peux arriver entre le Palais et Touba, la Ville Sainte.



0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email