Dimanche 20 Septembre, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Sport

En Mal d'Affiche et de " souffle", l’arène sénégalaise à la croisée des chemins

Single Post
En Mal d'Affiche et de " souffle", l’arène sénégalaise à la croisée des chemins
Le montage annoncé de combats devant de nouveau opposer "Balla Gaye 2" à "Gris Bordeaux" et "Bombardier" à "Emeu Sène", présentés comme les affiches de la saison à venir, illustre, sans doute, une crise de renouvellement de l’élite de la lutte avec frappe, discipline parvenue à la croisée des chemins en raison de la contestation de son management, des difficultés organisationnelles et de sa perte progressive d’attraction.

Ces combats sont-ils véritablement des affiches ? L’interrogation est légitime au regard des profils des protagonistes, tous de "vieux" briscards de l’arène, et du caractère déclinant de leur carrière.
 
Ces lutteurs s’étaient déjà opposés les saisons précédentes avec des fortunes diverses. Oumar Sakho, alias Balla Gaye 2 était venu à bout d’Ibrahima Dione dit Gris Bordeaux par décision arbitrale basée sur un nombre supérieur d’avertissements reçus par la tête de file l’écurie Fass lors de ce combat
 
De son côté, Mamadou Ngom dit Emeu Sène, par une victoire éclaire, avait pris le meilleur sur Serigne Dia dit Bombardier, lui ravissant, par la même occasion, son titre de Roi des Arènes.
 
Les combats en perspective vont ainsi mettre aux prises des "VIP", nom donné aux lutteurs parvenus au sommet de la discipline. Au bon souvenir des férus de la lutte avec frappe sevrés de spectacles depuis longtemps.
 
Le premier combat devrait déboucher sur la clarification d’une opposition certes spectaculaire à l’époque mais restée au travers de la gorge du vaincu non sans laisser un goût d’inachevé au vainqueur.
 
Pour le second, une opposition entre deux "Rois déchus", un des protagonistes, Bombardier l’a présenté comme une occasion de prendre sa revanche et de s’assurer une retraite par la grande porte.
 
Il sera atteint par la limite d’âge (45 ans) à l’issue de la saison prochaine. Son adversaire aura sans doute à cœur de revenir dans le jeu des combinaisons après son revers par chaos face à Modou Lô, devenu depuis Roi des Arènes.
 
Ces confrontations initiées par l’un des promoteurs historiques de cette discipline, Gaston Mbengue, ont le mérite de raviver les débats et les projections sur d’autres combats, mais traduisent, dans le même temps, un certain blocage.
 
Il y transparaît une tendance à prendre les mêmes et à recommencer. Illustration d’une certaine difficulté à faire émerger une relève à même de déchainer les passions à la hauteur de l’aura de ces "VIP".
 
Pendant longtemps, les acteurs s’en sont accommodés, préférant rejeter les difficultés notées dans la discipline sur le Comité national de gestion de la lutte (CNG) dirigée depuis plus de vingt-cinq années par le docteur Alioune Sarr. Cette longévité est devenue source de crispation dans certains cercles de la discipline.
 
D’aucuns reprochant à Sarr et à son équipe de privilégier le gain en faisant systématiquement recours à des coupes sur les cachets des lutteurs quand bien même la légèreté des lutteurs et de leurs encadreurs avec les règles établies est un secret de polichinelle.
 
A vrai dire, les acteurs de la lutte avec frappe pâtissent, d’une certaine manière, d’une propension à mettre en avant les intérêts particuliers. Résultat : les sponsors qui se bousculaient ont montré des réticences.
 
Il est aujourd’hui loin le temps où les sociétés de téléphonie et autres opérateurs transposaient leurs rivalités jusque dans les stades. Poussant désormais les promoteurs à se rabattre sur le parrainage. Une stratégie à la portée limitée dans la mesure où elle ne garantit nullement un financement viable.
 
Aussi, las d’attendre un hypothétique montage d’un combat pour engranger des gains financiers, certains lutteurs n’hésitent d’ailleurs plus à monnayer leur talent en entamant une carrière dans le championnat MMA.
 
Il en a par exemple été ainsi des lutteurs Bombardier, Sitteu et Reug Reug. Ce dernier étant pourtant considéré comme l’une des étoiles montantes de la lutte à la faveur de victoires éclatantes aux dépens de poids lourds de la lutte avec frappe.
 
Autre signe de la contradiction dans cette discipline, l’Arène nationale. L’infrastructure érigée à Pikine, dans la banlieue dakaroise, peine à jouer son rôle de théâtre d’attraction de cette discipline en raison de son délaissement par les promoteurs, dont la majorité préfère squatter encore les stades de football, alors que sa construction a été la concrétisation d’une doléance récurrente des acteurs depuis des décennies.

liiiiiiiaffaire_de_malade

6 Commentaires

  1. Auteur

    Mossa

    En Juillet, 2020 (13:54 PM)
    l'article n'est vraiment pas bien sourcé, l’arène est actuellement en ébullition tous les ténors ont un combat. les ennemis de la lutte sont toujours en activité
    • Auteur

      Reply_author

      En Juillet, 2020 (14:06 PM)
      des affiche sont montées mais l'engouement des années fin 2000 début 2010 s'est estompé.

      et les jeunes qui couraient dans les stades ont vieilli, devenus adultes ils ont d'autres préoccupations qu’idolâtrer un lutteur aux muscles saillants et à la tête vide.

      franchement, plus jamais cette connerie d'avant ou l'on nous bassinait à longueur de journée sur les faits et gestes des mbeurs.

      de nos jours, les jeunes gagnent plus à parfaire leur civisme.
    • Auteur

      Reply_author

      En Juillet, 2020 (14:43 PM)
      faites deux boulots.
      la lutte c'est bien pour le loisirs mais vous en avez pas un peu mare que tous les pays avancent et que nous on reste sur place à stagner???
      le simple amateur de lutte reste dans une merde sans nom mais ne se pose jamais la question qu'il faut.
      la lutte c'est bien pour le loisirs mais vu notre situation a-t-on encore droit à ce type de loisirs qui ferme nos yeux pendant que le gouvernement et ses sbires volent notre pétrole et se partagent nos terres.
      allez vous rester les yeux fermés encore longtemps???
      oui tu peux les ouvrir ils ont déjà tout pris
      surprise.
  2. Auteur

    En Juillet, 2020 (14:44 PM)
    La lutte est morte.
    Auteur

    Taxawati Seetloti

    En Juillet, 2020 (15:05 PM)
    Bien dit sauf que en sport et en musique il y a toujours une nouvelle generation en quete d'idoles, leur propre idole qui est generalement de la meme generation et qui peut donc les faire rever. C'est le cas de Wally seck et de Mane Sadio ou des rapeurs comme Ngaka. Pour un plus de 40 ans comme moi ces nouvelles stars ne me feront meme pas marcher ba se bope cogn bi asamala di depenser sama xaliss.

    Pour dire que le declin de la lutte est du principalement au fait que le sport est une affaire de jeunes mais les vieux gourou etouffent justement ces jeunes qui peuvent lui donner un souffle nouveau, moderne et entertainement. It's all about entertainement and les histoires de safara et de jeunes muscles et bete ne sont plus entertaining ou le seront de moins en moins. Ce n'est pas pour rien que les ecoles de sports du monde entier insistent sur la formation intellectuelle des eleves. Par exemple aux USA les sportifs sont exclu de leur equipe as soon as leur moyeenne generale devient insuffusante pour passer a une classe superieure.

    Il ne faut pas essayer de reinventer la roue. La lutte doit s'inspirer des ecoles de sports du monde entier comme celles du Japon par exemple avec le Puroresu ou celles des ecoles de foott comme jambar.

    Helas la lutte est justement a l'image de la musique senegalaise, de l'assemblee nationale bref du Senegal qui a d'enormes difficultes de s'ouvrir en s'enrassinant. Ceux qui n'ont pas le bagage intellectuel pour participer au rendez voius du donne et du recu nous retardent grave
    Auteur

    En Juillet, 2020 (15:30 PM)
    Crise économique mondiale oblige et surtout ces gens sont tous vieux.
    Auteur

    Mbaye

    En Juillet, 2020 (16:39 PM)
    faites nous pas chier avec ces connerires
    Auteur

    En Juillet, 2020 (18:58 PM)
    l'Ourouna (version Farba)..................c'est pour les Oryx ?

    Le populisme à l'attention de la plèbe écervelée.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email