Education

Education non formelle : Moins de 1 % du budget de l’Education consacré à l’alphabétisation

  • Par : Lesoleil | Le 18 janvier, 2013 à 13:01:06 | Lu 3064 fois | 1 Commentaires
content_image

Education non formelle : Moins de 1 % du budget de l’Education consacré à l’alphabétisation

L’alphabétisation est le parent pauvre de l’Education nationale. Malgré les résultats obtenus ces dernières années, l’éducation non formelle reste toujours sous-financée avec moins de 1 % du budget alloué à l’Education nationale. Au cours de la première session du comité d’orientation du Centre national des ressources éducationnelles présidée par le ministre de l’Education, les acteurs ont plaidé pour une augmentation des ressources à octroyer à ce secteur.

Le comité d’orientation du Centre national de ressources éducationnelles (Cnre) a tenu sa première session, le 15 janvier 2013, en présence du ministre de l’Education nationale. Le secteur privé, la société civile, les collectivités locales et les partenaires techniques et financiers ont également pris part à la rencontre. Il s’est agi de présenter le bilan technique et financier des programmes 2011 et 2012, mais aussi dégager les perspectives pour l’année 2013.

Concernant le bilan technique, la directrice du Cnre, Nafissatou Gassama Ndiaye, a affirmé que, durant les années 2011 et 2012, le Cnre a déroulé des activités dont les résultats sont encourageants. Notamment le renforcement de capacités de 120 acteurs et de 196 jeunes des écoles communautaires de base. À cela s’ajoute la formation des acteurs du niveau déconcentré et des élus locaux.
Abordant l’aspect financier, Nafissatou Gassama Ndiaye note, qu’en plus de l’appui de l’Etat, le Cnre reçoit également des fonds issus de la mobilisation de ressources. Elle précise que cette mobilisation de fonds se fait à deux niveaux. Il y a, d’une part, la fonction service et d’autre part les partenaires financiers.
Toutefois, la directrice du Cnre exhorte le gouvernement et les différents partenaires d’accroître la mobilisation des ressources complémentaires estimées à près de deux milliards cinq cent mille francs pour atteindre l’objectif annuel planifié de réduction de 5% du taux d’analphabétisme. Un plaidoyer que les élus locaux et la société civile partagent avec les acteurs. Car, à en croire Silèye Gorbal Sy et Malick Diop de la société civile, « la conférence de Bamako avait recommandé aux pays participants d’allouer 3% de leur budget à l’éducation non formelle. Mais, depuis lors,  le  sous-secteur de l’alphabétisation au Sénégal ne bénéficie même pas de 1% du budget de l’éducation nationale ».

Cette  situation pousse le député Ibrahima Sall et le premier vice-président du Conseil régional de Dakar, Ousmane Badiane, à dire que le Cnre mérite le soutien de tous, afin de réaliser ses ambitions dans la lutte contre l’analphabétisme. Ainsi, ils ont demandé à tous les membres du comité d’orientation de porter le combat, pour que le Sénégal ait une alphabétisation de développement. Quant au ministre de l’Education nationale, il a dit son engagement à relever le défi d’une éducation de qualité pour tous les Sénégalais dans le respect de la diversité des demandes. 
Aussi Serigne Mbaye Thiam a-t-il invité le secteur privé, les collectivités locales et tous les autres partenaires à s’impliquer davantage dans la dynamisation de l’éducation non formelle. Au nom du gouvernement, le ministre de l’Education nationale a réitéré ses remerciements aux partenaires techniques et financiers pour l’appui qu’ils accordent au sous-secteur de l’éducation non formelle.


lesoleil


Commentaire (1)


N'importe Quoi En Janvier, 2013 (16:08 PM) 0 FansN°: 1
franchement à quoi sert de vouloir alphabétiser des singes, musulmans de surcroît ?

Commentez cet article

Auteur

Commentaire :

Service Commercial

Senegal : +221 33 864 65 71    |    Usa, Canada, Europe : +1 703 348 7306    |    Email : [email protected]

Rédaction

Email : [email protected]    |    Tel. (redacteur en Chef) : +221 77 562 00 29    |    Email (redacteur en Chef) : [email protected]