Jeudi 23 Janvier, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

L’armée de l’air envisage d’abandonner les recherches de l’avion de Sénégalair

Single Post
L’armée de l’air envisage d’abandonner les recherches de l’avion de Sénégalair

L’armée de l’air verra, à la fin de cette semaine, si elle va poursuivre ou suspendre les "opérations de recherche et de sauvetage" de l’aéronef de Sénégalair disparu depuis le 5 septembre, si elles restent infructueuses à ce moment-là, a annoncé le général Birame Diop, chef d’état-major de l’armée de l’air du Sénégal.
 
Les opérations sont passées, depuis le 14 septembre, à une "phase de transition", qui a consisté à réduire de quatre à deux le nombre d’avions y participant, a-t-il expliqué lors d’une conférence de presse.
 

"Cette phase de transition est en cours et va se poursuivre jusqu’à la fin de la semaine. Nous comptons, samedi, dimanche ou lundi, faire l’état des lieux et voir si nous allons prolonger cette transition ou la suspendre", a indiqué le général Diop.
 

Les chances de retrouver des survivants "sont de plus en plus faibles", selon le chef d’état-major de l’armée de l’air.
 

"Au bout de plusieurs jours, nous nous sommes rendu compte que les chances de trouver des survivants devenaient de plus en plus faibles. Nous avons pensé qu’il fallait revoir notre stratégie et envisager une phase de transition, que nous avons entamée le 14 septembre", a-t-il expliqué.
 

Depuis cette date, un appareil de l’armée de l’air du Sénégal et un autre appartenant au Portugal, mobilisé pour la lutte contre l’immigration clandestine, mènent "des recherches d’opportunité", selon Birame Diop. 
 

"Nous allons faire des recherches d’opportunité et aussi coordonner avec les navires qui transitent dans cette zone pour qu’ils puissent partager tout indice qu’ils rencontreraient, pour nous permettre de remobiliser tous les appareils", a-t-il précisé.
 

Le peu d’espoir de retrouver des survivants et le retrait, par l’Espagne et la France, de deux avions participant aux recherches ont emmené l’armée de l’air du Sénégal à entamer cette "phase de transition", selon le général Diop.

 
"Nous nous sommes rendu compte que l’équipage du Falcon 5 français, chargé de gérer les situations d’urgence dans la zone du Sénégal, a effectué un certain nombre d’heures de vol qui ne lui permettaient plus (…) de faire des contributions optimales. C’est ainsi que nous avons décidé reposer l’équipage de cet appareil", a-t-il poursuivi.
 

L’aéronef de type HS 125, immatriculé 6V-AIM et exploité par la compagnie privée Sénégalair, a disparu des écrans radar du Centre régional de navigation aérienne (CRNA) de l’Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA), lorsqu’il effectuait une évacuation sanitaire entre Ouagadougou et Dakar. 
 

L’armée de l’air a mené des recherches pendant 18 jours et a effectué "120 heures de vol sur la zone de recherche", selon Birame Diop.
 

Ses services ont effectué "plus de 30 sorties d’aéronef, avec la présence quotidienne, pendant plus d’une semaine, d’un navire de la marine nationale", a-t-il ajouté.
 

L’avion porté disparu transportait un médecin et deux infirmiers, qui sont tous de nationalité sénégalaise, une patiente française, en plus de deux Algériens et d’un Congolais constituant l’équipage.

Article_similaires

16 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2015 (22:28 PM)
    Thieye Sunu Senegal...
  2. Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2015 (23:03 PM)
    avion bi amoul boite noire
    Auteur

    Iceberg

    En Septembre, 2015 (23:08 PM)
    C'est vraiment dommage et regrettable pour un pays comme le SENEGAL plein de "têtes bien faites"et qui patauge presque dans tous les domaines dans la confusion et la médiocrité.Les cas des pèlerins laissés en rade a DAKAR en est une illustration patente.Cette accident pose plus de questions que de réponses.Le pilote BERNARD SAGNA qui est mon ami a pourtant toujours attiré l'attention des autorités sur les manquements et les défaillances sur la sécurité de la navigation aérienne,mais rien n'a été fait.Nous avons perdu beaucoup de copains comme PAUL NDARMANE,NICOLAS DIAGNE disparu en mer,SAKHO DIOP et KASSE tombés au large de YOFF....Que leurs âmes reposent en paix dans le paradis de aviateurs.Amine.Peut être,espérons le avec l'AIBD on aura un bijou a la hauteur de notre prestige en afrique de l'ouest. :emoshoot: 
    Auteur

    Boromkolda

    En Septembre, 2015 (01:38 AM)
    I don't no what hel you try to show up..you hoo calling himself in this website replay other telling me I can't speak English you rigth I just finish reading your commenter from yesterday man come on give me a brack I expect other people tell me but no you your grammars is peas of shit man
    • Auteur

      Molière

      En Septembre, 2015 (14:33 PM)
      beaucoup ,,,,, je pense que voila la bonne écriture ,,,, bon l'essentiel est de comprendre
    Auteur

    Dj Reuss Guinn

    En Septembre, 2015 (02:35 AM)
    ils n'ont pas assez de kerosene. Il faut dire la verite. Quelle honte !  :thumbsdown:  :thumbsdown: 
    Auteur

    Alpha Yankee

    En Septembre, 2015 (03:08 AM)
    La presse et certains "Experts" qui se sont exprimés nous amènent à nous exprimer sur un sujet hautement technique. Un mid-air collusion est une chose extrêmement rare de jours à cause du TCAS. Néanmoins permettez quelques interrogations. L'abordage aurait eu lieu à 550 kms de Dkr à vol d'oiseau ; probablement en territoire Malien. Jusqu'à preuve du contraire, ces parties de nos deux pays n'ont pas un maillage radar complet. Les radars doppler et d'approche sont aux abords des grands aéroports seulement. L'Avion de Sénégalair est un bi-réacteur et non celui illustré donc évoluant aisément au niveau 340/350 et volant à environ mach 0,8. Une dépressurisation entraînerait des dégâts structurels tels que déchiquetage de la cellule (pression atmosphérique et forces + vitesse). Si le 737 s'en est tiré par chance car heurté sur le winglet ou saumon d'aile, l'autre va irrémédiablement à terre. C'est une histoire à dormir debout que de penser qu'il puisse se transformer en avion fantôme et continuer de voler en palier, traversant tout le pays jusqu'à épuisement de son fuel pour s'abîmer au large de Dkr. Côme on. Je terminerai par prier qu'Allah SWT accueille ces bonnes personnes disparues parmis les choisies. Firdaus.
    Auteur

    Deception

    En Septembre, 2015 (04:34 AM)
    Birame Diop, vous qui faites le genie, apprenez au moins à mieux communiquer. Abandonner les recherches c'est "laisser tomber les victimes" et cela ne s'accepte pas. Ensuite, en parlant vous-même(vous aimez ça de toute façon), vous êtes en train de mettre les Forces armées au devant de la scène de l'échec. Je vous croyais un bon général contrairement aux larbins de l'Armée de Terre et au parvenuu de la Marine, mais hélas...

    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2015 (13:28 PM)
      le bateau le diola est toujours sous les eaux et pourtant on sait exactement la il est ,mais rien du tout.tu crois que le senegal va continuer a faire des recherches pour 6 personnes,continue de rever.
    • Auteur

      Quel Deception?

      En Septembre, 2015 (21:10 PM)
      ce général n'a fait que appliquer les procédures en la matière ! il est le mieux placé pour communiquer et c'est ce qu'on appelle prendre ses responsabilités.c'est ce qu'on appelle informer utile et être transparent
      on n'est pas général et cemair pour rien
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2015 (07:30 AM)
    Non non...vraiment!!! Toujours la même chose....Appelez à l'aide internationale, putain! :xaxataay:  :xaxataay:  :xaxataay:  :xaxataay:  :xaxataay: 
    Auteur

    Louga

    En Septembre, 2015 (09:29 AM)
    pas assez de karosene c'est tout soyez plus vgilant

    Auteur

    Zuma

    En Septembre, 2015 (11:44 AM)
    Alpha Yankee, si les radars ont localisé l'appareil pour la dernière fois au large à 119 km de Dakar, ça c'est du factuel.

    Si tu ne crois pas à l'hypothèse de la dépressurisation alors il faut donner ton hypothèse sur la présence de l'avion a cette endroit et non tout remettre en cause sans expliquer.

    Merci
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2015 (13:19 PM)
    Je pense tout a fait qu'il est temps d'arreter les recherches etant donne que la chance de retrouver des survivants apres presque un mois de recherche est faible et meme voir nul,Nous avons eu l'exemple de Malaysian Airlines ou les Americains et d'autres puissances ont deploye tous les moyens du monde pour retrouver des survivants mais helas...

    Le cout des recherches est exhorbitant et a ma connaissance nous n'avons recu aucune aide exterieure ,La vision du general Diop est tout a fait realiste , c'est un homme competent qui semble maitriser bien la situation.

    L'Asecna est le principal responsable de ce regretable accident, c'est un organism qui est cense maitriser la trajectoire des avions , surveiller les lignes aerienes ,c'est lamentable.
    • Auteur

      Réalistic

      En Septembre, 2015 (22:00 PM)
      au moins viols etes objectif contrairement au n°7, qui pense pouvoir dénigrer l'institution qui est le cemair( chef d'état major de l'armée de l'air )
      comment peut on encore une seconde espérer retrouver de survivants de cette catastrophe?
      une depressurisation à fl350 est fatale car pas le temps de mettre les masques o2 et la mort est subite ...prions pour le repos de l'ame de ses innocentes victimes
    Auteur

    Alphadix

    En Septembre, 2015 (14:12 PM)
    En tout cas moi(le novice en aviation) je me demande si le choc (l'arbordage comme ils disent) à eu lieu en territoire Malien (en principe au sud du mali), connaissant les risques potentiels de défaillances à venir, le pilote de Ceiba a préféré délaisser nombre d'aéroports et même Pointe-à-pitre (sa destination), pour rejoindre Malabo beaucoup loin?



    Que les experts avérés m'expliquent les motifs possibles!



    NB: je ne croie pas que les raisons d'économie des droits de stationnement soient acceptables devant la vie des passagers de Ceiba!
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2015 (05:17 AM)
      le fait rapporte par les authorites est que la collision a eu lieu verticale tambacounda.
      avec le tcas ii dont, etaient equipe tous les deux avions, la seule these probable d'une collision est que 1 ou les deux pilotes n'ont pas execute les instructions du tcas correctement.
      dans sa conception, le tcas entoure l'avion equipe df'une zone de protection , et sur son tableau de bord, sur l'indicateur de vitesse verticale(vsi),les pilotes vot tout le traffic susceptibles d'etre une menace devant , derriere,au dessus et en dessous.et, quand le danger devient imminent,chacun recoit une commande de deviation en vitesse verticale.notex que les duex avions communique sur mode s et independament de l'intervention des pilotes.
      ma theorie, est que l'equipage de ceiba a choisi d'aller directement a malabo parcequ'il savait qu'une lecture de la boite noire (fdr) les incriminerait...la procedure quand on a une mid- air collision est d'atterir asap.et, pour la rraison principale qu'on ne sait pas l'etendu des dommages.dakar etait a moins de 30 mn,c'est la ou il devait retourner.
      quand a l'equipage du hawker,la theorie est tres plausible qu'il y'a eu depressurisation et qu'il ont perdu connaisance immediatement.et,l'avion etant en pilote automatique a continue de voler comme programme ( certainement en alt hold) jusqu'a epuisement du carburant.
      le moment ou le radar les a perdu de vue,est le moment ou les moteur se sont eteint et il y'avait plus d'electricte pour alimenter le transpondeur qui emet le signal radar.
      si c'est a 111 km a l'ouest de dakar,ca ne veut pas dire que l'avion est tombe la,il peut continuer a planner sur des dizine de kilometre et a perdre de l'altitude graduellement jusqu'a la vitesse de decrochage.
      mettre un bateau pourchercher des debris peut ne pas etre la meilleur methode.il y'aurais plsu de chance s'il y'avait un bateau euippe d'une sonde qui peut ecouter sous l'eau a 156 mhz qui ets la frequence du under water locator beacon (elt) qui s'active au contact de l'eau et qui est equipe d'une batterie qui peut fonctionner pendant 30 jours.
      je ne me dit pas expert,mais j'ai un peu de metier dans le domaine.
    • Auteur

      Ekaryus

      En Septembre, 2015 (15:08 PM)
      1 – d’après les infos du pilote de la ceiba, l’abordage a eu lieu un peu après tamba, (entre tamba et bamako, en territoire senegalais)
      2 - il n'est pas sur que les deux avions aient un tcas fonctionnel.
      3 - le tcas utilise les informations altitude-pression des avions. si les alertes ou les calculateurs tcas ont des erreurs, les fausses infos fournies par ces tcas (et au radar de dakar via le transpondeur) peuvent conduire a des erreurs graves. c'est déjà arrive au moins 6 fois, dont un fatal.
      ceci n’exclus pas aussi une erreur des pilotes quant au niveau de vol, ni aussi une erreur des contrôleurs ayant assigne les niveaux de vol.
      les enregistrements des tours de controle dakar et bamako et ceux des enregistreurs de vol de l’avion de la ceiba peuvent le dire en attendant de retrouver ceux du senegalair.
      4 – le pilote de la ceiba a pris une mauvaise décision celle de ne pas retourner a dakar ou atterrir a bamako. il a mis en péril la vie de ses passagers et de son équipage, car ne connaissant pas l’étendue des dégâts subis par son avion. il a fuit.
      5 – le hs125 de senegalair était a 35000 pieds (niveau de vol 350 ou fl350), en cas de dépressurisation a cette altitude les occupants de l’avion ont entre 30 et 60 secondes avant de perdre connaissance.
      ce qui me fait penser que l’aile du b737 ceiba a du toucher le cockpit du hs125 tuant les pilotes et qu’en cabine les passagers même avec les masques a oxygène n’avait que 16 minutes de survie au maximum.
      ceci, car l’avion était sans pilote humain, mais en pilote automatique en maintien de cap (hdg sel) et d’altitude (alt ou alt hold), confirmé par le radar de dakar.
      peut-être même qu’au moins un des pilotes a du être éjecté de l’avion.
      il serait intéressant de faire des recherches dans la zone de la collision pour y trouver un bout d’avion ou peut être un corps.
      6 – a partir du point de dernier contact radar avec le hs125, il est possible de faire un calcul pour trouver un cercle dans lequel l’avion a toucher la mer et tenant compte des courants marins on peut définir une zone élargie de recherches. mais la il faut de l’argent et de gros moyens.
      7 – si le hs125 a des boites noires (dfrdr et cvr), au moins une des balises de localisation sous marines, ulb - underwater locator beacon, ou pinger aurait du fonctionner (pour infos ces balises émettent des impulsions ultrasonique de 37,5 khz à un intervalle d'une fois par seconde permettant aux sonars des avions ou bateaux de les repérer ; autonomie 30 jours). la fréquence 156 mhz, c’est la fréquence détresse de la marine et non de l’aviation.
      8 – si le hs125 avait au moins une balise elt (emergency locator transmitter), celle-ci aussi aurait pu émettre sur 121.5 mhz ou 406 mhz pendant 150 heures soit environ 1 semaine.

      je ne suis pas aussi expert dans le domaine, mais j’y ai pas mal d’expérience.
      mais tout ceci n’est que supputation en attendant la voix des boites noires.
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2015 (15:42 PM)
    Si Dieu le veut, on les retrouvera. Laissons les temps jouer son rôle..le temps est un acteur dans une enquête
    Auteur

    Anonymejim

    En Septembre, 2015 (17:47 PM)
    armee de l air hihii :brawoo:  :brawoo:  :brawoo:  :brawoo:  :brawoo: 
    Auteur

    Singular

    En Septembre, 2015 (20:15 PM)
    khamolene gatt!!! Bande de nul





    Wakh ak doul Rek!!!!
    Auteur

    Alpha Yankee

    En Septembre, 2015 (01:10 AM)
    A Zuma

    Votre factuel ne saurait s'appliquer et l'avenir nous édifiera. Je ne crois pas un iota de cet info. Tks.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01
Banner 01
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email