Samedi 16 Octobre, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Sport

Thierry H. n'imaginait pas le métier d'entraîneur « si difficile »

Single Post
Thierry Henry est depuis août 2016 adjoint du sélectionneur de l'équipe de Belgique. (Eric Vidal/Reuters)

Dans un long entretien que le meilleur buteur de l'histoire des Bleus nous a accordé ce mardi, Thierry Henry évoque pour L'Equipe sa nouvelle vie de deuxième adjoint de Roberto Martinez, sélectionneur de l'équipe de Belgique, depuis août 2016. L'ancien avant-centre des Gunners, qui devrait acquérir sa licence pro en septembre, soit l'équivalent du DEPF français, explique avec humilité son cheminement depuis la fin de sa carrière de joueur, en 2014 avec les New York Red Bulls, et son apprentissage du métier, qu'il ne s'imaginait pas «si difficile». L'ex-attaquant qui habite à Londres évoque également la Ligue 1, saluant le travail du PSG, qui a donné une « nouvelle aura internationale » à la compétition, et son club de coeur, l'AS Monaco, qu'il aimerait bien voir « devenir champion de France ».

Le champion du monde 1998 n'en oublie pas les Bleus, pour lesquels il a vibré, en France, pendant tout l'Euro 2016, et réaffirme sa fierté « d'être Français», «la qualité du travail de Didier Deschamps», et cette équipe organisée autour d'Antoine Griezmann.
 

Henry en «mode apprentissage»

Thierry Henry, jamais avare de mots quand il s'agit d'évoquer son amour du jeu, parle aussi du potentiel de sa nouvelle équipe, les Diables Rouges, et de son travail au quotidien de consultant pour Sky en Angleterre, à celui de deuxième assistant de Roberto Martinez, en équipe nationale, la seule proposition à laquelle il a répondu favorablement et pour laquelle il entend relever le challenge d'une qualification pour la Coupe du monde 2018 en Russie. 
 
L'adjoint, «en mode apprentissage», formé par l'école du pays de Galles, raconte pourquoi il a dû quitter Arsenal où on lui proposait de prendre en mains les moins de 18 ans mais où Arsène Wenger lui a indiqué que ce n'était pas compatible avec ses activités de consultant. «Je respecte les choix du coach,résume-t-il. J'essaye de le devenir. Je ne suis pas encore entraîneur. Je n'ai donc pas la prétention de savoir où je pourrai aller un jour. Ce sera où on me voudra.»



0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email