Mercredi 21 Août, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Afrique

L'équipage du vol Air Algérie a demandé à rebrousser chemin

Single Post
L'équipage du vol Air Algérie a demandé à rebrousser chemin

Les boîtes noires de l'avion qui s'est écrasé la semaine dernière, sont examinées à Paris. La météo était mauvaise la nuit du crash et les pilotes avaient initialement demandé un changement de cap.

L’équipage de l’avion d’Air Algérie qui s’est écrasé au Mali, faisant 118 morts, avait demandé à «rebrousser chemin» avant que le contact ne soit perdu et alors que la météo était «mauvaise», a indiqué lundi le ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius. «Toutes les hypothèses seront examinées dans le cadre de l’enquête. Ce que nous savons d’une façon certaine, c’est que la météo était mauvaise cette nuit-là, que l’équipage de l’avion avait demandé à se dérouter, puis à rebrousser chemin, avant que le contact ne soit perdu», a déclaré le ministre au cours d’une conférence de presse.

 

Les deux boîtes noires de l’avion d’Air Algérie qui s’est écrasé au Mali ont été transférées dimanche à Bamako et sont arrivées en France, où s'est tenue ce lundi matin à l’Elysée une réunion de suivi. Y ont participé, outre le président François Hollande, le Premier ministre Manuel Valls et les ministres concernés par le dossier. «Il s’agit de revenir sur la rencontre avec les familles et les proches des victimes organisée samedi au ministère des Affaires étrangères et de faire un nouveau point sur le déploiement des équipes et la situation sur les lieux du crash», a-t-on précisé dans l’entourage de Hollande.

 

Les paramètres du vol AH5017 d’Air Algérie (vitesse, altitude, trajectoire, etc.) ont été extraits de la boîte noire, mais la récupération des conversations dans le cockpit contenues dans la seconde boîte noire était toujours en cours lundi soir, selon une information des enquêteurs français. «Les enquêteurs du BEA (Bureau d’enquêtes et d’analyses, chargé de l’enquête technique) ont pu rapidement extraire les données de l’enregistreur de paramètres. (...) L’enregistreur phonique a été endommagé par les conditions d’impact. Le travail sur cet enregistreur se poursuit pour en extraire les données», indique le BEA sur son site internet.

 

La France, dont 54 ressortissants ont péri dans le crash, met pour trois jours ses drapeaux en berne à partir de lundi en signe de deuil.

 

La première boîte noire avait été récupérée vendredi par l’armée française sur le site du crash dans la zone de Gossi, à environ 100 km de Gao, la plus grande ville du nord malien. La seconde l’avait été samedi par des experts de la mission de l’ONU au Mali (Minusma). Toutes deux avaient été acheminées à Gao, où est basé un centre de gestion des opérations concernant le crash. Elles ont été emmenées dimanche à Bamako par une délégation conduite sur place par le ministre malien des Transports Mamadou Hachim Koumaré et son homologue algérien Amar Ghoul, a indiqué le ministre malien de l’Information et de la Communication, Mahamadou Camara.


PROBABLEMENT PLUSIEURS SEMAINES D'INVESTIGATIONS

L’avion d’Air Algérie, un McDonnell Douglas MD-83 loué auprès de la société espagnole SwiftAir, était parti de Ouagadougou pour Alger dans la nuit du 23 au 24 juillet. Il s’est écrasé 50 minutes après le décollage.

 

Aucune des 118 personnes à bord - 112 passagers (outre les 54 Français, 23 Burkinabè, huit Libanais, six Algériens et des ressortissants d’autres pays) et les six membres, espagnols, de l’équipage - n’a survécu. En France, le parquet de Paris a ouvert jeudi une enquête préliminaire pour «homicides involontaires». Dimanche, le gouvernement malien a assuré que le Mali avait fait de même après l’annonce de la découverte des débris de l’avion.

 

Samedi, le Burkina Faso avait annoncé l’ouverture par le procureur de Ouagadougou d’une enquête judiciaire pour rechercher les causes de la catastrophe.

 

Dépêchés par Paris, une vingtaine de gendarmes et de policiers ainsi qu’une équipe Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA) français sont depuis samedi dans le nord du Mali.

 

Les investigations - consistant à «recueillir le maximum d’informations» sur l’avion et l’accident sur le terrain mais aussi à collecter diverses données, qui seront ensuite analysées - pourraient durer «plusieurs semaines, voire plusieurs mois» d’après Rémi Jouty, chef du BEA. Selon lui, il est actuellement «trop tôt pour faire la moindre hypothèse» sur la cause de l’accident, alors que plusieurs spécialistes ont évoqué les mauvaises conditions météorologiques.

 

«DES DÉBRIS PARTOUT»

Depuis vendredi, les visites se sont multipliées sur le site de l’accident, sécurisé par les forces maliennes, celles de la Minusma et des militaires français déployés depuis un an et demi au Mali dans le cadre d’une opération de lutte contre des groupes jihadistes.

 

En plus des autorités burkinabè, maliennes, françaises, des proches de familles de victimes s’y sont rendus en hélicoptères au départ de Ouagadougou : après un premier petit groupe d’un Burkinabè, d’un Libanais et d’un Français samedi, des Libanais y ont été acheminés dimanche. Des journalistes burkinabè et de la presse internationale ont aussi été conduits sur place à partir de Ouagadougou.

 

Dans la capitale burkinabè, des proches de victimes de diverses nationalités ont indiqué leur espoir de connaître la vérité sur le crash, mais surtout de récupérer des corps ou restes de corps.

 

Mais, selon le chef d’état-major particulier du président burkinabè, le général Gilbert Diendiéré, la récupération des dépouilles mortelles serait extrêmement difficile, voire quasiment impossible, l’avion s’étant désintégré en s’écrasant, avec des débris éparpillés sur une grande étendue.

 

«Je ne pense pas qu’on puisse reconstituer les corps (...), ils ont été éparpillés, dispersés. Je ne suis pas sûr qu’on puisse (en) retrouver certains», a-t-il prévenu samedi.

Article_similaires

8 Commentaires

  1. Auteur

    Ramos1

    En Juillet, 2014 (04:29 AM)
    Cet avion a ete abattu croyez le ou pas.
    • Auteur

      Sososososososo967

      En Juillet, 2014 (08:18 AM)
      je rajouterai par l'armée francaise, et puis on va faire dire aux boites noires, ce qu'elle n'ont jamais enrégistré.

      les idiots n'y verront que du dalle,
  2. Auteur

    Rrr

    En Juillet, 2014 (09:22 AM)
    rires
    Auteur

    Ramossosso;;;

    En Juillet, 2014 (09:31 AM)
    Je vous décerne le diplôme annuel des farfelus qui osent traiter les autres "d'idiots qui ne verront que dalle." Vous êtes tous les deux des énergumènes irrespectueux. Si un ou plusieurs membres de votre famille figuraient parmin les victimes, oseriez-vous écrire le même genre de "conneries"? Vous êtes à plaindre... :dedet:  :haha: 
    Auteur

    Dave Lee

    En Juillet, 2014 (09:41 AM)
    lool !! C est peut etre le cas mais ne pensez vous pas que si c était l Armée Francaise, il n y aurait pas eu des fuites ? C est plutot les rebelles opérant sur zone qu il faudrait accuser mais au stade ou nous en sommes, il est peu probable qu ils aient cette technologie à leur portée comme le missile (BUK) sol-air des russes ayant détruit le MH-17 au dessus de l Ukraine !!! Pensez avant de débiter des débilités !  :dedet:   :tala-sylla:   :-D   :sn: 
    Auteur

    Tdi

    En Juillet, 2014 (09:46 AM)
    Par respect pour les morts ne faites pas de commentaire sur le fait que 1000 palestiniens morts émeuvent moins qu'un français mort.
    Auteur

    Lang Devy Père

    En Juillet, 2014 (10:59 AM)
    Citation du quotidien algérien Echorouk (article publié sur son site le 26 juillet, soit deux jours après l'accident),

    «33 soldats de l'armée française qui étaient au Mali et en Afrique, parmi lesquels trois officiers supérieurs des services de renseignements français» se trouvaient à bord du vol, ainsi qu'un «leader du Hezbollah se faisant passer pour un homme d'affaires».

    Cette information a été reprise par le Corriere della Sera, l'International Business Times ou encore le Times of Israel.

    Aucun organe français ne l'a reprise en dehors de LCI (la chaine d'information permanente) qui a annoncé ce qui suit:

    "INFO LCI. Des agents français parmi les victimes

    Selon nos informations, quatre agents français se trouvaient à bord de l'avion. Il s'agissait précisément de membres du commandement des opérations spéciales et de la direction du renseignement militaire."

    Voilà des infos que le souci de transparence ignore volontiers.  :-D  :-D  :-D 
    Auteur

    Kalom

    En Juillet, 2014 (12:03 PM)
    A rams et sososos.Nul est nè idoit mais le devient.

    Auteur

    Mylene

    En Juillet, 2014 (10:41 AM)
    que le bon dieu les acceuillent au paradis ,prions pour eux

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Banner 01
Banner 01
Top Banner

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR