Dimanche 12 Juillet, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Economie

« Les autorités complices des investisseurs étrangers pour s’accaparer des terres ».

Single Post
« Les autorités complices des investisseurs étrangers pour s’accaparer des terres ».

Depuis quelques années, les inquiétudes se multiplient sur l’acharnement des étrangers sur les terres des pays africains. Avec les révélations d’Alioune Diack, ancien président du conseil rural de Mbane, tous portent à croire les petits ruraux seront bientôt des étrangers sur leurs propres terroirs.

« Des investisseurs étrangers profitent de la complicité des autorités pour s’accaparer des terres des populations rurales », selon Alioune Diack, ancien président du conseil rural de Mbane. Il a fait ses révélations  lors d’un forum organisé par le Cesti, Oxfam et  la fondation Konrad Adenauer. 

 

Les discussions portaient sur le thème «  regards croisés sur la gestion du foncier dans le développement local ». M. Diack en a profité pour attirer l’attention sur la problématique des terres en milieu rural. En effet, il a fait des révélations fracassantes en soutenant que « des investisseurs étrangers se sont octroyé des centaines d’hectares de terre qu’ils ont clôturés et ils commencent à exploiter en leur nom. Demain ils vont transformer ça en bail ou en titre foncier alors qu’ils n’en ont pas le droit ». 

 

L’ancien PCR de Mbane ne s’y est pas pris par quatre chemins pour designer les responsables de ces forfaitures. « C’est le sous-préfet de Ndiaye et le président du conseil rural et quelques conseillers qu’on a peut-être convaincu avec de l’argent. Ce sont eux qui ont joué ce jeu pour permettre aux étrangers d’acquérir des terres ».

 

Non sans se limiter à ces révélations, il ajoute que « J’ai des documents qui attestent qu’on a donné des délibérations de terres qui peuvent se transformer en titre foncier. Ce qui est illégal et contre à la loi ». Il ajoute que « C'est l'Etat qui commence lui-même par enfreindre la loi sur le domaine nationale ». 

 

Selon les panelistes, la terre est souvent une source de conflit à travers le monde. Beaucoup de conflits dans le monde ont eu pour soubassement le foncier. Ce qui montre l'importance de la terre. L’affectation de terre doit se faire dans le cadre de l'intérêt général. 


liiiiiiiaffaire_de_malade

13 Commentaires

  1. Auteur

    Jean-yves

    En Décembre, 2013 (05:45 AM)
    Propagande quand tu me tiens... Vous oubliez de dire que les investissements étrangers sont souvent sources de développement d'activités et donc de travail. C'est aussi continuer d'ouvir l'Afrique et donc le Sénégal vers le dévelopement d'une grande Afrique du commerce. Atiser la haine sert le mal. L'Afrique va devoir jouer un rôle important dans les échanges comerciaux des 50 prochaines années. Jean-Yves.
    • Auteur

      Réalité

      En Décembre, 2013 (09:24 AM)
      c'est article est un appel à la haine idiot qui ignore le réel problème et pointe l'unique responsabilité sur les étrangers. on se croirait sur la radio télévision libre des mille collines.

      disons la vérité. l'unique responsabilité, et je dis bien l'unique responsabilité est celle du l'état sénégalais.
    • Auteur

      Réalité

      En Décembre, 2013 (09:46 AM)
      dans le reste du monde la terre appartient aux agriculteurs qui l'exploite depuis des millénaires, qui les transmettent à leurs enfants, y investissent et sont les seuls à décider de la céder ou non. seulement ce n'est pas le cas au sénégal (ni dans quelques autres pays d'afrique), car en 1964, l'état s'est approprié la quasi-totalité des terres (au nom d'un soit disant socialisme africain), expropriant de fait les familles d'agriculteurs dont parfois ce sont les ancêtres qui ont défrichés ces terres. l'attribution des terres à alors été gérée par des autorités corrompues. ce système permet à l'état de vendre des terres sans rien demander aux agriculteurs.

      en france, par exemple, l'état n'est pas propriétaire de terres agricoles, seuls les agriculteurs peuvent céder leur terres et eux seuls tirent profit de cette vente. au sénégal ce système fait que quand une autorité publique veut gagner de l'argent (commission, besoins de financements diverses) elle vend des terres que des agriculteurs sénégalais exploitent. en général ces terres sont cédées par lot important, ce qui fait que les agriculteurs sénégalais ne peuvent pas les aquérir.

      c'est la loi sénégalaise qui permet celà. les étrangers n'y sont absolument pour rien ils ne font qu'aquérir les terres conformément à la loi comme n'importe quel sénégalais le ferait s'il en avait les moyens.
    • Auteur

      Xeme

      En Décembre, 2013 (09:57 AM)
      en tout cas une chose est certaine: l'argent (papier) a une valeur fiduciaire alors que la terre a une valeur intrinsèque. la terre vaut ce qu'elle vaut par sa nature alors que l'argent vaut ce qu'il vaut par convention. et avec ce que le monde vit comme crise, avec la chute de valeur de l'argent entraînant dévaluation sur dévaluation sans fin, ceux qui ont compris avant les autres ont tendance à transformer leur fortune (en valeur fiduciaire) en biens à valeur intrinsèque. et croyez moi, ils n'ont pas tord, c'est un bon refuge. mais comme toujours, ceux qui ont compris dupent ceux qui n'ont pas compris. et les médias sont au service du mensonge et contre leur peuple.
    • Auteur

      Omar

      En Décembre, 2013 (10:04 AM)
      les sénégalais ne peuvent avoir de titres fonciers sur la plupart de leurs terres car elles appartiennent à l'état. la terre, et l'immobilier au sens large est un marché comme les autres et même un des plus volatiles et qui attire le plus la spéculation. la spéculation est importante sur les terres. la crise des subprime qui a éclaté en 2008 est une crise immobilière, et la bulle immobilière chinoise actuelle qui menace d'éclater montre également que ce genre de marchés, comme tous marchés peut être instable.
  2. Auteur

    Thiessois

    En Décembre, 2013 (06:35 AM)
    Jean Yves se trompe sur une chose: Si nous y allons à ce train eh bien ce seront les autres qui vont exporter de chez nous! Quand on donne les moyens de production aux autres et qu´on devient soi meme leurs ouvriers ? Croyez vous que la Chine ou meme les pays developpés se le sont devenus de cette manière ? L´exemple des bateaux étrangers qui ont ravagé les poissons de nos cotes est plus qu´éloquent. A Mont Rolland ils sont meme venus avec des documents de l´époque coloniale pour dire que les terres des Serères appartenaient à des natifs de Bordeaux et toujours Francais de geration en generation, et ce avec l´appui d´un Sous Prefet de la République ! Par la suite le Monsieur de Sous Prefet fut transferé ailleurs.

    La seule solution c´est que les gens se defendent eux memes. Si on veut t´enlever le pain tu dois te defendre.
    • Auteur

      Deug Rek

      En Décembre, 2013 (09:15 AM)
      vous avez tout dit.avec nos laches politiciens ,l'afrique est en vente aux enchères.
    • Auteur

      Réalité

      En Décembre, 2013 (09:56 AM)
      "croyez vous que la chine ou meme les pays developpés se le sont devenus de cette manière ?"
      la chine s'est développée uniquement de cette manière en attirant des investisseurs étrangers qui y ont délocalisé des usines uniquement parce qu'un ouvrier chinois coutait moins cher qu'un ouvrier américain ou français et que donc ça leur permettait de réaliser plus de profits. nous sommes en compétition au niveau mondial, si on veut attirer des investisseurs il faut leur offrir les meilleurs perspectives sinon ce sont nos concurrents qui obtiendront le contrat. les grandes marques comme apple, nike, lacoste, archos, sephora n'ont que leurs ouvriers en chine, leur laboratoires, sièges sociaux et force de vente sont en france ou aux etats-unis.

      ton histoire de "mont rolland" n'a aucun rapport puisque les types n'ont jamais eu gain de cause. cela revient à parler d'un problème qui n'a jamais eu lieu.
    • Auteur

      Pecheur

      En Décembre, 2013 (11:19 AM)
      "l´exemple des bateaux étrangers qui ont ravagé les poissons de nos cotes est plus qu´éloquent." cela est à relativiser. s'il y a bien des problèmes de surpêche elles sont mondiales et touchent tout le monde. l'union européenne impose par exemple des quotas.

      la population du sénégal a été multiplié par 7 depuis l'indépendance et de manière général dans le reste de l'afrique noire c'est pareil. nous sommes près d'un milliards d'africains aujourd'hui principalement concentrés sur les côtes, nous n'étions que 143 millions en 1960. il y a presque 857 millions de bouches en plus à nourrir. la pêche ne peut plus suffire, il fallait développer la pisciculture au sénégal (il faut toujours le faire d'ailleurs) mais nos décideurs n'ont jamais rien fait dans ce sens.
    Auteur

    Réalité

    En Décembre, 2013 (09:41 AM)
    @Sidy Mohamed Gueye : "Vous savez tres bien que ces investisseurs ne sont pas venus pour developper l' afrique, ils y viennent pour leur propres interets."

    Pourquoi opposes-tu l'un et l'autre? La Chine s'est développée uniquement de cette manière en attirant des investisseurs étrangers qui y ont monté des usines uniquement pour des questions d'intérêts, car un ouvrier chinois coutait moins cher qu'un ouvrier Américain ou Français et que ça leur permettait de réaliser plus de profits. Nous sommes en compétition au niveau mondial, si on veut attirer des investisseurs il faut leur faire la meilleure offre sinon ce sont nos concurrents qui obtiendront le contrat. Si on veut être honnête il faut dire "Ces investisseur viennent pour leurs intérêt et c'est comme ça qu'on développe l'Afrique." Ils viennent avec du matériel moderne, réalisant des travaux d'irrigation, opérant un transfert de technologie, embauchant des gens plus qualifiés et formant des locaux. Ces locaux qui devraient pouvoir par la suite utiliser ce qu'ils ont appris, racheter du matériel, etc... pour développer leur propre exploitation, seulement ils ne peuvent pas car ils n'ont pas le droit d'être officiellement propriétaire de leurs terres selon la loi sénégalaise sur le domaine national (Pas de propriété à hypothéquer signifie pas de garantie à offrir au banques ce qui veut dire aucune obtention de prêt possible). Il n'ont même pas le droit de la transmettre officiellement à leur enfants alors pourquoi se risqueraient-ils à y réaliser des investissements. Ils ne peuvent même pas racheter la propriété de la terre de leur voisin pour s'agrandir si ce dernier décide de faire autre chose que de l'agriculture. Il faut arrêter de dire que c'est la faute des étranger car tout ça n'es qu'un problème sénégalais qui n'est rendu possible que par cette loi dépassé sur le domaine national qui n'existe dans aucun pays développé.
    • Auteur

      Réalité

      En Décembre, 2013 (10:35 AM)
      (suite)
      ... leurs enfants ce qui les dissuade de réaliser des investissements couteux mais indispensables. pourquoi investir et s'investir si de toute façon la terre appartient à l'état qui peut me mettre dehors et la céder à des étrangers comme bon lui semble? un agriculteur ne peut même pas acquérir officiellement les terres de sont voisin qui désire faire autre chose que de l'agriculture et a besoin de financement pour ça. cette histoire de terres qui appartiennent à l'état est un des problèmes majeurs du sénégal d'aujourd'hui.
    Auteur

    Xeme

    En Décembre, 2013 (09:51 AM)
    En tout cas une chose est certaine: l'argent (papier) a une valeur fiduciaire alors que la terre a une valeur intrinsèque. La terre vaut ce qu'elle vaut par sa nature alors que l'argent vaut ce qu'il vaut par convention. Et avec ce que le monde vit comme crise, avec la chute de valeur de l'argent entraînant dévaluation sur dévaluation sans fin, ceux qui ont compris avant les autres ont tendance à transformer leur fortune (en valeur fiduciaire) en biens à valeur intrinsèque. Et croyez moi, ils n'ont pas tord, c'est un bon refuge. Mais comme toujours, ceux qui ont compris dupent ceux qui n'ont pas compris. Et les médias sont au service du mensonge et contre leur peuple.
    • Auteur

      Omar

      En Décembre, 2013 (09:59 AM)
      la terre, et l'immobilier au sens large et un marché comme les autres et même un des plus volatiles et qui attire le plus la spéculation.
    Auteur

    Saloumsaloum

    En Décembre, 2013 (10:19 AM)
    « C'est l'Etat qui commence lui-même par enfreindre la loi sur le domaine nationale »



    ce que cet article semble ignorer c'est que la loi sur le domaine nationale c'est LE problème et non la solution. c'est cette loi, votée par le parlement sénégalais (on se demande s'ils ont réfléchi aux conséquences à l'époque) qui permet à l'état de faire ce qu'il veut des terres.



    sans cette loi les agriculteurs sénégalais, qui seraient tous propriétaires de leurs terres, n'auraient qu'à dire NON  :dedet: 
    Auteur

    Bouki Sine

    En Décembre, 2013 (11:56 AM)
    CHAQUE CHOSE EN SON TEMPS !!!



    Le scandal de Mbane a fait son apparition sous Wade et toutes les personnalités impliquées ou ayant bénéficié de cette forfaiture sont connues pour avoir déjà été dénoncés sous l'ancien régime. La justice suit son cours en évitant tout acte qui pourrait être assimilé par l'opposition à de l'acharnement.
    Auteur

    Bouki Sine

    En Décembre, 2013 (12:07 PM)
    PS : Présenter le titre de cet article par : « Les autorités complices des investisseurs étrangers pour s’accaparer des terres » sous entend que c'est le régime actuel, qui est visé par cet article, ce qui n'est pas la vérité quand on sait que ces terres ont été octroyées sous le régime précédent !



    est-ce une simple erreur du journaliste ou un acte judicieux pour tromper sciemment le lecteur ?
    • Auteur

      Continuité

      En Décembre, 2013 (12:57 PM)
      en même temps le régime actuel n'est pas revenu sur la loi sur le domaine national, du moins pas encore. est-ce en projet? on n'en sait rien. pour l'instant le système perdure.
    Auteur

    Le Contre Pantin

    En Décembre, 2013 (13:13 PM)
    Les agriculteurs senegalais doivent être propriétaire de leur terre et cela pour notre intérêt pas celles des pantins de l états Et des étrangers.la raisons sont pour leurs enrichissements des agriculteur"si il y a vente de terrains il récupérons l argent et pas l états",le respect de notre sous sol ,la non dessertifications des campagnes etc...je suis pour les investissement étrangers mais dans l industrie ,dans le tourismes et pas dans l agriculture ou la pêche car il y a un grand risque de dérive Comme c est le cas p0ur la pêche .Nous pouvons et devons créer des coopératives agricoles et de pêches pour une meilleur negociation des produits sur le marché internationnales et un vrai enrichissement des travailleurs, pas besoins de faire appelle a des étrangers car tous les bénéfices partent a l etrangers .c est notre terre pas celle de l etats pantin senegalais et ni celles des étrangers mais a nous devons défendre nos interêt
    • Auteur

      Soundjata

      En Décembre, 2013 (14:45 PM)
      ne soyons pas radical non plus, plutôt qu'une interdiction de la propriété (qui peut être contournée) pour les étrangers il faudrait plutôt des gardes-fous. il ne faut pas non plus entraver la modernisation de notre agriculture.

      dans un système où l'agriculteur est propriétaire de ses terres les risques sont déjà considérablement réduits car c'est lui qui décide de céder ou louer sa terre et du prix.

      il faut savoir que la plupart des multinationales ont des filiales locales de droit sénégalais qui sont considérées par la loi comme des entreprises sénégalaises et fiscalisées comme telle. elle échapperont donc à la protection que tu décris. par contre, les français(e)s fils ou filles d'immigré ou ceux qui sont installés et intégrés au sénégal ne pourront plus acheter (ni les autres ouest-africains d'ailleurs).

      la solution la mieux je pense est d'interdire totalement à des personnes morales (entreprises, états, organisations diverses), y compris sénégalaises de devenir propriétaire de terres agricoles mais autoriser néanmoins les personnes morales à les louer avec un bail de 10 ans maximum. cela afin qu'ils puissent moderniser les exploitation sans s'accaparer définitivement les terres. seules les personnes physiques (particuliers) résident légalement au sénégal depuis au moins 3 ans (pour ne pas que des grosses fortunes étrangère ne viennent spéculer ou contourner la loi) pourraient devenir propriétaires de terres agricoles, dans le cas contraire ils devront les louer également avec un bail de 10 ans maxi. en france, aux etats-unis, un sénégalais, résident légalement dans le pays peut acheter des terres, les cultiver et contribuer au développement du pays, il serait injuste et discriminatoire de ne pas permettre la même chose à ceux qui résident légalement chez nous.
    Auteur

    Al Fulani

    En Décembre, 2013 (13:27 PM)
    C’est maintenant que nous vivrons les conséquences de la crise de 1963. Senghor a cédé nos terres les plus fertiles à la Mauritanie, exproprié notre peuple par la loi sur le domaine nationale, et fini par instaurer une culture de dépendance vis-à-vis de l’occident. Tout ce que Mamadou Dia refusait. Nous devons reprendre cette souveraineté populaire et surtout protéger nos terres de ces rapaces qui nous chassent de chez eux et maintenant veulent s’approprier nos terres.
    Auteur

    Soundjata

    En Décembre, 2013 (14:27 PM)
    Douglas North, prix nobel d'économie en 1993, expliquait que le régime de propriété privée de la terre par les agriculteurs eux-même qui avait contribué au développement économique en Europe au XIXème siècle.



    Ce système permet l’existence de marchés plus efficients pour la cession de la terre par exemple car ils réduisent les « coûts de transaction ». Les droits de propriété bien spécifiés sécurisent en effet les transactions : celui qui devient propriétaire en toute légalité une parcelle de terre peut jouir ou exploiter son bien comme il l’entend, sans que l’on puisse remettre en cause son droit de propriété (titre foncier). Il investi alors plus facilement pour moderniser son exploitation, au XIX la révolution agricole en Europe accompagne en effet la transition démographique et la Révolution Industrielle (qui fournit des machines à l'agriculture).



    L’existence de tels marchés est favorable au développement économique notamment parce qu’elle assurerait la circulation de la terre de sorte à ce qu’elle soit exploitée à son maximum et par les agents les plus efficaces : ceux qui peuvent payer un prix élevé pour le droit de propriété d’une parcelle ou pour un bail sont aussi ceux qui sont capables d’exploiter la terre de la manière la plus productive. Les terres valent plus cher et les anciens agriculteurs qui les vendent légalement peuvent financer au mieux d'autres projets dans lesquels ils se spécialisent. Ils ne sont pas lésés et reçoivent une contrepartie financière qui correspond véritablement au prix du marché.



    Tout ça pour dire que notre vieille loi de 1964 est à l'opposé des travaux de Douglas North pour lesquels il a eu le prix Nobel en 1993.
    • Auteur

      Soundjata

      En Décembre, 2013 (15:24 PM)
      suite
      ... obtienne une contrepartie juste, au prix du marché.

      tout ça pour dire que les travaux de douglas north, qui lui ont valu le prix nobel d'économie en 1993, sont à l'opposé de notre loi sur le domaine national de 1964.
    Auteur

    Jean-yves

    En Décembre, 2013 (18:25 PM)
    @soundjata Je pense que tu as très bien décrit le problème. +1
    Auteur

    Idiotie

    En Décembre, 2013 (18:54 PM)
    Mais le monde a évolué, on a trouvé des solutions partout sauf en Afrique.



    Il suffit de répartir définitivement la propriété de terres cultivées aux agriculteurs qui les cultivent et on en parle plus.



    C'est l'Etat qui les crée des problèmes avec sa Loi Sur Le Domaine National, c'est l'Etat qui vend les terres dans le dos des agriculteurs. La solution ne peut venir de l'Etat puisque dans ce cas de figure c'est l'Etat le problème. Redonnons la propriété de la terre aux agriculteurs et eux sauront ce qu'il faut faire de la terre de leurs ancêtres mieux que tous ces fonctionnaires réunis. Il n'y a qu'en Afrique qu'ils existent encore des législations aussi idiotes.
    Auteur

    Thiessois

    En Décembre, 2013 (21:06 PM)
    @Realite ou Pecheur: Les investissements capitalistes en Chine a ce que je sache n ont jamais touche le foncier. La terre est le socle d une Nation. Sans un territoire aux mains de la souverainete nationale on ne peut parler de Nation.Vous dites que la peche avec la rarete du poisson n a pas lien avec les licenses distribuees tout azimut aux bateaux etrangers ? Etes vous de mauvaise foi a ce point jusqu a nier l evidence ? Quant aux terres de Sereres de Mont Rolland, de Nguik Fall et de Notto Gouye Diama, n eut ete le non categorique oppose a cette tentative d escrocs et la determination des populations de ces terroirs, les choses se passeraient comme dans du beurre. Ce n est pas que ce projet nefaste n a pas abouti qu on ne doit pas le citer en exemple. Ce que le Professeur Alioune Diak dit c est tres serieux. Moi en tout cas, mon grand pere a ete enterre dans son champs ouu son propre pere repose aussi. Eh bien qui viendra nous prendre ces terres, nous y enterrera. Parole d un Serere !
    • Auteur

      Soundjata

      En Décembre, 2013 (08:36 AM)
      ne confonds pas propriété et souveraineté, ça n'a rien à voir. l'ensemble des propriétés d'un pays, peu importe le propriétaire reste sous sa souveraineté, la loi nationale s'y applique pleinement, les impôts y sont prélevés et l'état peut exproprier le propriétaire au prix du marché s'il y a une cause d'utilité publique. les pays les plus développés du monde sont également ceux qui ont privatisé la plus large part de leur économie. ils ont privatisé des entreprises qui ont été publiques à l'origine. après ne ne sais pas pour les autre, mais pour moi, aucune entreprise ne doit posséder les terres, elles doivent se contenter de les louer avec une durée de bail raisonnable, leur permettant d'investir, de rentabiliser leur investissement sans pour autant s'approprier la terre. il faut avoir conscience que notre agriculture est très très loin des standards de production internationaux. notre agriculture est dans un état catastrophique, nous ne sommes même pas au niveau de l'europe du xixe siècle. nous avons besoin d'investissements étrangers. nous sommes beaucoup trop dépassé. si tu as un peu voyagé hors d'afrique, tu as pu t'en rendre compte. seulement ces investissement doivent se faire avec des règles qui évitent les dérives. il ne faut pas se mentir, pour l'état, peu importe qui produit, l'essentiel est que celui qui achète soit plus productif, ils préfèrent voir un étranger rentable, que des agriculteurs sénégalais improductifs qui plombent le pib agricole du pays avec des méthodes de production d'un autre âge. ils raisonnent ainsi et ne pensent qu'à augmenter le taux de croissance économique du sénégal. je sais ce que je dis, notre élite voit les agriculteurs sénégalais comme des boulets analphabète incapables de progresser. pourquoi il ne faut pas leur faire confiance et pourquoi il faut donner la propriété de la terre au agriculteurs et les laisser la louer ou la céder s'ils le veulent.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email