Mardi 27 Septembre, 2022 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Economie

Résumé de l’actualité économique internationale du vendredi 2 janvier 2015

Single Post
Résumé de l’actualité économique internationale du vendredi 2 janvier 2015

-NEW YORK- Le pétrole a fini sa première séance de 2015 en baisse à New York, après une journée erratique qui a finalement vu ressurgir les préoccupations sur l'excès d'offre et les risques sur la demande mondiale.

Le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en février a cédé 58 cents à 52,69 dollars, sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), soit un plus bas en clôture depuis le 30 avril 2009.
A Londres, le baril de Brent de la mer du Nord pour même échéance a terminé à 56,42 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), perdant 91 cents.
Déjà en baisse à l'ouverture new-yorkaise, le cours du baril de brut s'est un temps redressé en milieu de séance, vers 17h00 GMT, avant de rechuter avant la clôture. Il poursuit ainsi sur la lancée d'une année 2014 qui a vu sa pire baisse depuis 2008, de près de la moitié de sa valeur.


-NEW YORK-Les cours du coton ont perdu du terrain cette semaine, dans un marché aux faibles volumes en l'absence de nombreux courtiers, et sont repartis dans une fourchette de prix qu'ils peinent à quitter depuis début novembre.

Le rebond des cours au-delà des 61 cents observé la semaine dernière aura été de courte durée.
Des craintes sur la mise à disposition sur le marché de réserves de fibre blanche en Inde "ont annihilé toute velléité du marché de partir en hausse et ont notamment provoqué une forte baisse des prix ce jour-là", ont relevé les experts de la maison britannique Plexus Cotton.
En conséquence, les cours sont "retombés dans cette fourchette de prix comprise entre 58 et 61 cents de laquelle ils essaient d'échapper" depuis début novembre, ont souligné les analystes.
Autre facteur baissier, le dollar a poursuivi son avancée par rapport à un panier de grandes devises mondiales, rendant les matières premières moins attractives.


-LONDRES- Les prix du cacao et du café ont fini en baisse cette semaine, gênés par des bonnes prévisions de récoltes, dans un marché peu actif à cause des fêtes de fin d'année.


Les cours du cacao ont reculé cette semaine à cause de prises de bénéfices, après s'être stabilisés la semaine dernière, alors que les volumes d'échanges restaient faibles.
Les prix du cacao côté à Londres et à New York ont atteint leurs plus bas niveau cette semaine depuis la mi-décembre à respectivement 1936 livres sterling la tonne et 2908 dollars la tonne.

Les perspectives de bonne récoltes en Afrique de l'Ouest pourraient peser sur les cours à moyen terme, "car l'offre de cacao pourrait passer d'un déficit à un petit surplus", selon Jack Scoville, analyste chez Price Group.
Pour le moment, les volumes de cacao de Côte d'Ivoire restent toutefois faibles, à cause des fortes pluies qui ont ralenti les récoltes et les chargements dans la région tandis que la demande est robuste, toujours selon M. Scoville. La Côte d'Ivoire est le premier fournisseur mondial de la fève brune utilisée pour fabriquer du chocolat.


-PARIS- Les taux d'emprunt de la France, de l'Allemagne, l'Espagne et l'Italie ont atteint de nouveaux plus bas historiques vendredi sur le marché obligataire, ces dettes étant recherchées par les rares investisseurs présents en cette fin de périodes de fêtes.

Les volumes d'échanges ont été encore particulièrement limités à l'image de la faible activité observée durant la période des fêtes, la plupart des intervenants étant absents, ce qui pouvait amplifier certaines tendances sur les marchés.

Le marché obligataire rouvrait en outre ses portes au lendemain d'un jour férié pour le 1er janvier. Vers 18H00, le taux de la France à 10 ans, qui évolue en sens inverse de la demande, s'est établi à 0,779%, après avoir touché un plus bas à 0,776% en séance. Mercredi, il avait clôturé à 0,826% sur le marché secondaire, où s'échange la dette déjà émise.

De même, le taux de l'Allemagne a fini à 0,498%, tombant en séance à 0,492%, contre 0,541% mercredi. Le taux de l'Espagne a terminé à 1,497% avec un record à 1,492% (contre 1,611%), tout comme celui de l'Italie à 1,742%, avec un plus bas à 1,737% (contre 1,890%).
La France, l'Espagne et l'Italie battent ainsi leurs précédents records qui dataient de mardi.

-ABIDJAN-La BRVM a clôturé sa séance du vendredi 2 janvier 2015 en baisse par rapport à la séance précédente. L’indice BRVM 10 est passé de 267,53 à 264,77 points, soit un repli de 1,03%. L’indice BRVM Composite, pour sa part, a cédé 0,61% à 256,50 points contre 258,08 précédemment. La valeur des transactions s’est établie à 92 millions de FCFA contre 1,16 milliard de FCFA le

mercredi dernier.


La capitalisation boursière du marché des actions se chiffre à 6 281,10 milliards de FCFA. Celle du marché obligataire s’élève à 1 138,98 milliards de FCFA. Le titre le plus actif en volume est Ecobank Transnational Incorporated TG avec 11 400 actions échangées. Le titre le plus actif en valeur est SONATEL SN avec 44,81 millions de FCFA de transactions.


-NEW YORK- Wall Street a achevé sans conviction la première séance de l'année 2015, des indicateurs économiques mondiaux sans éclat et l'absence de nombreux courtiers tempérant son élan haussier initial: le Dow Jones a grignoté 0,06% mais le Nasdaq a lâché 0,20%.

Selon les résultats à la clôture, l'indice vedette de la place new-yorkaise Dow Jones Industrial Average, s'est adjugé 9,92 points à 17.832,99 points. Le Nasdaq, à dominante technologique, s'est replié de 9,24 point à 4.726,81 points.
L'indice élargi S&P 500, le plus suivi par les investisseurs professionnels, a abandonné 0,03%, soit 0,70 point, à 2.058,20 points.
Après un début de séance dans le vert, suscité par un optimisme persistant sur l'économie américaine, les indices new-yorkais ont rapidement freiné la cadence avant de basculer dans le rouge.

Beaucoup d'investisseurs sont arrivés d'humeur acheteuse pour cette première journée d'échanges de l'année, mais après six années de hausse consécutive (pour le Dow Jones) et un marché à des niveaux quasi-record, il en faut plus pour continuer à faire encore monter le marché, a relevé Michael James, de Wedbush Securities.



-RABAT-Après trois années consécutives de baisse, la Bourse de Casablanca renoue avec la hausse. Ainsi, les deux indices MASI et MADEX de la place ont bouclé l’année avec des performances respectives de +5,55 % à 9617,20 points et +5,73 % à 7 839,09 points.


Sur 22 secteurs listés au niveau de la bourse de Casablanca, une quinzaine ont terminé en hausse, dont 11 affichent une progression à deux chiffres. De même, sur les 75 actions cotées, les deux tiers ont clôturé en croissance. Finalement, la reprise profite à la majeure partie de la capitalisation boursière.

Ces performances sont attribuées à la bonne santé des cours boursiers des grosses capitalisations de la place. Les cours de plusieurs valeurs phares de la place ont enregistrés de très fortes hausses. C'est le cas notamment de Holcim Maroc, Lafarge Ciments, Wafa Assurance et Maroc Telecom qui ont enregistré des performances respectives de +30,41 %, +23,65 %, +20,70 % et +18,54 %.
Parmi les grosses capitalisations, la bonne tenue du secteur cimentier avec une croissance de 20% des trois actions du secteur. Contrairement à ce que l'on craignait, les investisseurs ont fermé les yeux sur la baisse de l'activité des cimentiers. Car, faut-il le rappeler, en 2013, les ventes de ciments ont reculé de plus de 6%.

Autre secteur à s'inscrire en hausse, celui des télécoms. En effet, l'action de l'opérateur historique, Maroc Telecom a progressé de 18,54 % au titre de l'année 2014 grâce à l'amélioration des résultats de l'opérateur télécom au Maroc, aux bonnes performances de ses filiales africaines et aux perspectives qu'offrent l'intégration de nouvelles filiales acquise auprès de son nouvel actionnaire de référence Etisalat.


-LUSAKA-Les investisseurs chinois opérant dans le secteur minier du cuivre en Zambie ne vont pas se retirer du pays, malgré l'annonce récente du gouvernement relative à l’augmentation des taxes appelées redevances minérales pour l'exploitation minière à ciel ouvert et souterraine.


Le gouvernement de la Zambie a augmenté les impôts pour l'exploitation minière à ciel ouvert de 4 % actuellement à 8 % tandis que ceux du sous-sol minier sont passés de 10 à 20 % de la valeur du cuivre extrait.
L'annonce a provoqué la colère de plusieurs sociétés minières de cuivre dont le géant minier canadien Barrick Gold qui exploite la plus grande mine à ciel ouvert de la Zambie, Lumwana Copper Mines. Ce dernier a annoncé qu'il allait se retirer et mettre plus de 3000 mineurs en chômage.

Le président par intérim de la Zambie, Guy Scott a déclaré, en réaction à la décision de Lumwana que le gouvernement, ne serait pas intimidé par les investisseurs et ne céderait pas aux menaces de pertes d'emplois chaque fois qu'il révise ses taxes.


-LONDRES- L'or a terminé la semaine en baisse sous la pression d'un dollar fort, malgré une brève tentative de rebond suite au résultat de l'élection présidentielle en Grèce.

Les investisseurs se sont brièvement tournés vers le métal jaune mardi, au lendemain du résultat de l'élection en Grèce qui a ravivé le spectre de la crise économique dans la zone euro.
Le Parlement grec a échoué lundi dans sa troisième tentative d'élire le président de la République, précipitant l'organisation de législatives anticipées qui pourraient porter au pouvoir le parti de gauche radicale anti-austérité Syriza.

L'or est repassé au dessus de la barre des 1200 dollars l'once, renouant avec son statut de valeur refuge. Mais le rebond a été de courte durée, et le métal jaune est tombé mercredi de nouveau sous ce seuil. "Le métal jaune a baissé à cause d'un début d'année impeccable du dollar", a souligné Connor Campbell, analyste chez Spreadex. L'or continue de souffrir de la relative robustesse du dollar porté par une économie américaine en meilleure santé et la possibilité d'une hausse prochaine des taux directeurs de la Réserve fédérale américaine (Fed).

Un dollar fort pèse sur les matières premières libellées dans la devise américaine, comme l'or, en les rendant plus onéreuses pour les investisseurs munis d'autres monnaies.

-WASHINGTON- L'activité dans le secteur manufacturier aux Etats-Unis a baissé en décembre, selon l'indice des directeurs d'achat de ce secteur publié vendredi par l'association professionnelle ISM.

L'indice ISM manufacturier a baissé de 3,2 points à 55,5% en décembre pour 58,7% en novembre, inférieur aux prévisions des analystes qui tablaient sur 57,5%.
Cet indice témoigne d'une progression de l'activité lorsqu'il dépasse 50%.
L'activité manufacturière américaine est ainsi restée en expansion en décembre pour le 19e mois d'affilée, tandis que l'activité économique dans son ensemble est en progression pour le 67e mois consécutif, soit près de cinq ans et demi, indique le communiqué.

Sur le mois de novembre, 11 des 18 secteurs couverts par l'indice s'affichent en hausse mais la progression des nouvelles commandes a fortement ralenti à 57,3% en décembre pour 66% en novembre, tout comme la production à 58,8% contre 64,4% le mois précédent.
La composante emploi a toutefois progressé à 56,8% en décembre pour 54,9% en novembre alors que les prix ont baissé à 38,5% comparativement à 44,5% en novembre, poursuivant donc leur contraction.




affaire_de_malade

1 Commentaires

  1. Auteur

    Moi

    En Janvier, 2015 (11:45 AM)
    Bonne annee a tous.

    Je me souhaite une annee de bonheur de sante :love: 
    Top Banner

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email