Jeudi 13 Juin, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
International

Emeutes en Nouvelle-Calédonie: des hommes machettes à la main à Nouméa

Single Post
Emeutes en Nouvelle-Calédonie: des hommes machettes à la main à Nouméa
Masqués et encagoulés à l'arrière de leur pick-up, une dizaine d'hommes sillonnent les rues au nord de Nouméa, machettes à la main. Dans l'archipel de Nouvelle-Calédonie, où l'Etat français revendique des "succès", la vie tourne au ralenti lundi après une semaine d'émeutes.

Le regard fermé, ces militants armés de sabres d'abattis croisés par des journalistes de l'AFP patrouillaient dans les rues de Dumbéa, dans l'agglomération de la capitale calédonienne, qui a connu une nouvelle nuit de violences. La septième d'affilée, dans ce territoire français du Pacifique sud, théâtre d'un soulèvement des indépendantistes contestant une réforme électorale votée à Paris.

Les barrages érigés, que les forces de l'ordre se sont efforcés de dégager toute la journée de dimanche (76 au total selon les autorités) avec le renfort de forces d'élite, ont pour l'essentiel été réinstallés dans la nuit, émaillée de détonations à Nouméa.

Résultat, lundi matin, les barrages tenus par des indépendantistes semblent plus nombreux et plus imposants encore, comme entre les quartiers de Montagne coupée et Montravel à Nouméa, où deux étages de voitures calcinées barrent désormais les rues. Des hommes, aux visages dissimulés derrière des foulards et équipés de barres de fer, y occupent la route.

- "Ca tire toute la nuit" -

"On a l'impression d'être dans la série The Walking Dead", qui se déroule dans un univers apocalyptique, se désole Thomas de Deckker, directeur de l'office des postes et télécommunications local.

"Ce matin, c'est une grosse gueule de bois. On n'a pas de visibilité sur quand il y aura à nouveau de la sécurité", constate-t-il auprès de l'AFP.

Cette situation n'a pas empêché le haut-commissaire de la République, Louis Le Franc, de se féliciter du "succès" d'une vaste opération de la gendarmerie pour reprendre la maîtrise de l'axe stratégique reliant Nouméa à l'aéroport international de La Tontouta.

Toutefois, a reconnu le représentant de l'Etat français, la nuit a été marquée par des "actions de pillage" et "un incendie notable".

S'il n'a pas donné de précisions sur cet incendie, les locaux d'une entreprise de BTP étaient ravagés par les flammes, dans le quartier d'Auteuil.

Sur l'archipel, qui vit au rythme du couvre-feu nocturne et sous état d'urgence, le Grand Nouméa est marqué par les stigmates des combats, strié de barrages et de check-points improvisés, de carcasses de voitures et de bitume fondu.

"On est bloqués. Je suis isolé. Je ne suis pas sorti de chez moi depuis mardi. Ca tire toute la nuit. Des jeunes passent avec des pick-ups et des transpalettes", résume un habitant du quartier populaire de Kaméré, dans le nord-ouest de Nouméa, qui n'a pas souhaité donner son nom.

"La journée, on sort un peu dans la cour pour les enfants", raconte-t-il.

- "Ils ont essayé pacifiquement" -

Les écoles sont toujours fermées sur l'archipel, tout comme les 37 bureaux de poste et les stations-services, sauf pour certains véhicules autorisés.

Avec les nombreux commerces calcinés ou pillés, les files d'attente n'en finissent pas de s'allonger devant les magasins encore ouverts, où les habitants s'approvisionnent en produits de première nécessité.

Même les distributeurs de billets sont hors service dans les quartiers les plus touchés par les émeutes, incendiés ou tout simplement vides.

Pour répondre à l'urgence sanitaire, autre grande inquiétude avec l'approvisionnement en nourriture, un espace de santé a ouvert dans le centre de la capitale, constamment baigné sous le vrombissement d'un aéronef militaire.

Les violences qui ont éclaté lundi soir ont fait six morts, dont deux gendarmes. Mais une partie de la population continue de soutenir les revendications des indépendantistes, sur le fond.

"L'île est en feu, certes, mais il ne faut pas oublier qu'ils (les émeutiers) ont essayé pacifiquement de faire entendre leur voix et ça n'a rien donné, il a fallu que ça dégénère pour que l'Etat nous voit, que les politiciens nous voient", tient à rappeler Laloua Savea, 35 ans, une habitante de Païta, près de Nouméa.

"Même si ce n'est pas comme ça qu'il faudrait faire", insiste-t-elle, "il faut les écouter!".

 


0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés. --
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email