Dimanche 28 Novembre, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
International

L'Inde sous le choc après la mort violente de vingt soldats, la Chine reste silencieuse

Single Post
Soldat indien
Lundi soir, vingt soldas indiens ont perdu la vie dans un affrontement avec la Chine, le premier depuis 45 ans. L’incident a eu lieu dans une région de l’Himalaya revendiquée par les deux nations asiatiques. Ce mercredi, l’accrochage militaire meurtrier fait la une de la presse indienne, contrastant avec le silence de Pékin sur cet affrontement. 
Dans la nuit de lundi à mardi, des troupes des deux géants asiatiques se sont affrontées dans un corps-à-corps d'une extrême violence dans une vallée à plus de 4.000m d'altitude du désert montagneux du Ladakh (nord de l'Inde), où leur frontière fait l'objet d'un litige de longue date. Le combat a duré des heures, les hommes se sont battus à l’aide de leurs poings, de barres de fer et de rochers. À l’annonce de cette perte, plusieurs petites manifestations ont éclaté dans des villes indiennes. Sur les images filmées par les manifestants, on peut apercevoir des photos du président chinois Xi Jinping brûlées par les citoyens indiens. 

New Delhi et Pékin se rejettent mutuellement la responsabilité de l'affrontement meurtrier, le premier en 45 ans entre les deux nations les plus peuplées de la planète. L'Inde a évoqué des victimes "des deux côtés", mais la Chine est restée muette sur d'éventuelles victimes dans ses rangs.
Silence médiatique en Chine
La confrontation fait mercredi les gros titres des journaux indiens, supplantant même la pandémie de coronavirus qui fait rage dans le pays d'Asie du Sud. "La provocation est grave", estime le quotidien Indian Express dans son éditorial appelant l'Inde à "garder la tête froide" et "à répondre par une réflexion calme et une volonté de fer". À l'inverse, de l'autre côté de l'Himalaya, le grand journal de la télévision nationale chinoise mardi soir n'a pas soufflé mot de l'incident frontalier. Mercredi, plusieurs journaux chinois se contentent de reproduire sur leur site, mais pas en version imprimée, le communiqué du ministère de la Défense appelant l'Inde à la retenue.

Dans un éditorial, le quotidien nationaliste Global Times, publié en chinois et en anglais, explique que Pékin se refuse à communiquer le nombre des victimes chinoises "afin d'éviter les comparaisons et empêcher une escalade du sentiment de confrontation".

“Une situation explosive et dangereuse”
Les deux capitales asiatiques ont réitéré mardi leur volonté de résoudre cette crise par la voie diplomatique, une "solution pacifique" également souhaitée par l'ONU et Washington. "Nous sommes loin de le Troisième guerre mondiale, mais c'est une situation explosive et dangereuse entre deux puissances nucléaires nationalistes à un moment où l'influence américaine a considérablement diminué", a déclaré Abraham Denmark, directeur du programme Asie du groupe de réflexion américain Wilson Center. L'Inde et la Chine ont plusieurs litiges territoriaux de longue date, dans les secteurs du Ladakh et de l'Arunachal Pradesh (est). 

Les confrontations dans des zones montagneuses entre armées indienne et chinoise sont devenues plus fréquentes ces dernières années, ce que l'administration Trump interprète comme le signe d'une agressivité chinoise croissante en Asie. Début mai, des affrontements à coups de poing, pierres et bâtons avaient notamment opposé des militaires des deux pays dans la région du Sikkim (est de l'Inde), faisant plusieurs blessés. Les troupes chinoises avaient aussi avancé dans des zones considérées par l'Inde comme situées sur son territoire au Ladakh, poussant New Delhi à dépêcher des renforts dans la région. La précédente altercation meurtrière entre militaires indiens et chinois datait de 1975, lorsque quatre soldats indiens avaient perdu la vie en Arunachal Pradesh. Aucune balle n'a été tirée au-dessus de la frontière indo-chinoise depuis.

Ce mercredi, on apprend que la Chine et l’Inde sont tombées d’accord pour “apaiser la tension” après les heurts meurtriers à la frontière des deux pays, à la suite d’un appel téléphonique entre leurs chefs de la diplomatie.


0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email