Jeudi 03 Décembre, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Politique

Baisse des denrées alimentaires, gestion de l’énergie et des inondations : le gouvernement fait dans "l'amareurisme", selon Momar Ndao de l’ASCOSEN

Single Post
Baisse des denrées alimentaires, gestion de l’énergie et des inondations : le gouvernement fait dans "l'amareurisme", selon Momar Ndao de l’ASCOSEN

La gestion du gouvernement d’Abdoul Mbaye ne convainc pas le président de l’Association des Consommateurs du Sénégal (ASCOSEN). Dans un entretien accordé à nos confrères de « L’As», Momar Ndao très remonté contre l’actuel régime, a brocardé le plan Orsec, la baisse des denrées de première nécessité mais aussi la gestion de l’énergie.

En vue d’une solution aux inondations, l’injection de 400 milliards de FCFA pour un nouvel aménagement des terres projetée par le gouvernement n’est pas viable selon le président de l’ASCOSEN qui voit de « l’amateurisme » dans cette mesure. « Ce que je vois, c’est que ce qui se fait aujourd’hui par le gouvernement, c’est de l’A-MA-TEU-RIS-ME ». Et je pèse bien mes mots parce que jusqu’à présent, c’est en amateur que le gouvernement est en train de procéder », a-t-il martelé tout en jugeant cette somme « énorme ». Le président de l’association consumériste s’est par ailleurs inscrit en faux contre l’idée selon laquelle les zones inondées ne sont pas habitables, en illustrant par la construction de villes en pleine lagune comme le quartier « Marais » de Paris et la ville italienne de Venise. 
  
Pour ce qui est des denrées alimentaires annoncées comme priorité du gouvernement, celui qui se réclame le défenseur des consommateurs ne sent nullement la baisse. « Le président Macky Sall a promis de baisser les prix, c’est annoncé mais ça n’a pas baissé », a fulminé Momar Ndao qui explique cela par le fait que le gouvernement n’ait pas pris « l’orientation, l’approche, la méthodologie qui permet d’y arriver ». 
  
Le président de l’ASCOSEN n’a pas manqué de se prononcer sur la gestion de l’énergie par le régime de Macky Sall. A cet effet, M. Ndao juge « inadmissibles dans un pays qui se respecte », le choix du nouveau DG de la SENELEC et la démission de l’ex PCA, Cheikh Tidiane Mbaye. « Comment un PCA, qui lui-même a été nommé par le président de la République, peut-il contester une décision de son chef suprême ?, s’est-il étonné car « le président de la République, comme le veut la loi, est celui qui nomme à tous les emplois civils et militaires », s’explique-t-il.



27 Commentaires

  1. Auteur

    J

    En Septembre, 2012 (12:39 PM)
    ET LES MILLIONS DE WADE?..ON SAIT TOUT. :down:  :down:  :down: 
    • Auteur

      Xeme

      En Septembre, 2012 (17:20 PM)
      encore une fois de plus les prix des denrées n'ont pas baissé. c'est faux faux faux ! c'est une tentative de magicien. la répétition, par les 100 journalistes, devait donner l'impression d'une baisse. quand à la tactique des chiffres en milliards, même les plus ignares des sénégalais finiront par comprendre la stratégie. pour le moment la magie des milliards fonctionne sur deux tons: des milliards (en scandale pour enterrer l'ombre de wade) et des milliards en promesse, pour dire que les choses ont changé, pas vont changer, mais, ont changé. les milliards ne sont pas encore là, mais les changements que ces milliards charrient, si. les conseils des ministres décentralisés en villégiature ? 1000 milliards seront dégagés. les inondations sont là avec leur lots de morts ? 400 milliards seront dégagés. les coupures de courant reprennent ? 600 milliards seront dégagés.
  2. Auteur

    Iso

    En Septembre, 2012 (14:05 PM)
    Tout sénégalais a droit à la parole mais Momar Ndoa qui recevait plus de trois salaires dans le régime de WADE et qui était l'expert ballistic de WADE dans l'attentat de Maître SEYE peut se taire . S'il a la nostalgie de WADE, il peut aller le retrouver où il veut.
    Auteur

    Galimatias

    En Septembre, 2012 (14:23 PM)
    La critique est aisée mais l art est difficile .....

    Mr Momar Ndao ,vous nous proposez quoi en lieu et place pour nous sortir de cette gangue ,aucune idée ,les sénégalais veulent du concret et non pas de la phraséologie vide de contenu .

    Les porteurs de pancartes des temps modernes que vous incarnez ne sont plus du goût des sénégalais NTS

     :sn:  :sn:  :sn: 
    Auteur

    Ibr

    En Septembre, 2012 (15:01 PM)
    C''EST LA METHODE MOMAR NDAO.CRITIQUER ,ENCORE CRITIQUER ,BEAUCOUP CRITIQUER POUR SE FAIRE ENTENDRE ET NEGOCIER UN POSTE DE CONSEILLER.ON A VU AVEC LE REGIME DE WADE .IL ETAIT DEVENU FINALEMEMNT UN DES NOMBREUX CONSEILLERS DE WADE .IL NE REPRESENTE AUCUN CONSOMMATEUR.
    Auteur

    Mbabadiakhou

    En Septembre, 2012 (15:16 PM)
    Ce n'est pas à momar ndao de faire des propostions.

    des gens ont été élus, ils sont bien payés pour solutionner les difficultés auxquelles nous sommes confrontés.



    Vous ne réussirez jamais à baillonner le Sénégal et les sénégalais
    Auteur

    Moom

    En Septembre, 2012 (16:51 PM)
    Au Sénégal c'est la méthode pour se faire caser. Tous les ministres conseillers de Macky ont râlé pour avoir un poste: Bathily, Latif Coulibaly, etc. Les autres vont râler et pour fermer leur gueule, Macky va leur proposer un poste qu'ils vont vite accepter et fermer leur gueule. C'est du PATIO, du vrai PATIO. Chacun ne regarde que sa part du gâteau. Mais au fond je n'aime pas ce mercenaire de Ndao mais il y a une part de vérité dans ce qu'il dit. Un pays doit aller de l'avant et non régresser ? Depuis que Maky est là le pays régresse, aucune vision, aucune politique palpable (celui qui connait la politique de l'emploi je lui file 1000 balles cfa), le gouvernement fait du surplace. Au - delà des audits et inondations le pays doit travailler.
    • Auteur

      @moom

      En Septembre, 2012 (17:46 PM)
      eux au moins ils étaient au front pour le départ de wade mais çui-là il était de l'autre coté et le chantage politique ne passe avec macky comme ce fut le cas avec wade.
    Auteur

    1passant

    En Septembre, 2012 (17:44 PM)
    C'est un futur ex-sénateur. Il va dépoussiérer son machin (ascosen) le mettre en branle pour faire dans le chantage comme avec Wade mais ça ne passera pas :dedet:  :dedet:  :dedet: 
    Auteur

    Samanta

    En Septembre, 2012 (20:30 PM)
    Je crois qu'il faut lire l'interview, intégralement plutôt que cet extrait. Ce monsieur dit des choses extrêmement pertinentes. Nous, au niveau de notre représentation diplomatique au Sénégal nous avons bien accueilli le débat qu'il pose, car il pose des problèmes importants sur la gouvernance avec des solutions pertinentes.

    Il faut plutot écouter ce qu'il dit je pense.
    Auteur

    Iso

    En Septembre, 2012 (23:10 PM)
    Ne vous trompez pas . Momar est un maître chanteur . J'ai une fois choisi une de ses présentations mais il n'a fait que reprendre les infos disponibles dans un site sans rien changer, même pas une virgule. Il peut se taire et nous laisser en paix
    Auteur

    Lasquotidien Suite

    En Septembre, 2012 (23:27 PM)
    Si vous allez en France, y a un quartier de Paris qui s’appelle le « marais » c’était des marais, (des marécages), et pourtant, les gens ont pu habiter là-bas, en mettant sur pied un système de gestion de cette eau qui vient du sol, et en y vivant sans encombres.

    Aux Pays bas, les habitants de ces « polders » sont des gens qui ont gagné des espaces sur la mer.

    On peut construire sur des marais, on peut construire même dans l’eau avec des habitations sur pilotis, mais, il faut que les constructions puissent être en phase avec les sites de construction.

    C’est le cas de la ville de Venise, en Italie, qui est une ville construite en pleine lagune sur la mer Adriatique.

    Il suffit, tout simplement, d’assurer le drainage de ces eaux pluviales et leur évacuation vers la mer.

    Moi, ce que je vois, c’est que, ce qui se fait, aujourd’hui, par le gouvernement, c’est de « l’A MA TEU RIS ME » ! et je pèse bien mes mots, parce que, jusqu’à présent, c’est en amateur que le gouvernement est en train de procéder.

    Mais le gouvernement est entrain de trouver des solutions avec le plan Orsec…

    Ce plan, initialement, c’était pour l’organisation des secours en cas de catastrophe, mais, maintenant, au niveau des pays industrialisés on a changé la dénomination qui devient « Organisation de la Sécurité Civile », il y a une ouverture plus large.

    Je dis, donc, que ce plan, ce n’est pas, uniquement, pour pomper les eaux. Il comprend six groupes opérationnels permettant de réaliser toutes les tâches nécessaires à la situation.

    Les groupes opérationnels sont : Le groupe « Secours et sauvetage » ayant pour rôle d’évacuer les sinistrés de les sauver, le groupe « Soins médicaux et entraide », le groupe « liaisons et transmissions », le groupe « Police, circulation et renseignement », le groupe « Informations et relations publiques » et le groupe « Transport et travaux ».
    Auteur

    Lasquotidien Suite

    En Septembre, 2012 (23:28 PM)
    Malgré cela, quand vous trouvez à Dakar, des zones où il y a eu, en pleine chaussée, des voitures ensevelies, et que vous voyez, le lendemain, des citoyens avec des pelles et des pioches pour essayer de sortir ces véhicules des eaux … Alors que le plan Orsec est déclenché !…

    Cela veut tout simplement dire que leur plan n’est pas opérationnel, parce que le plan prévoit la mobilisation de tous les moyens logistiques publics, comme privés, pour dégager les voies et rétablir la circulation et on ne peut pas voir qu’il y ait des effondrements dans la zone riveraine des Niayes et que, jusqu’à présent, l’on ne sente pas la présence des engins pour sécuriser les personnes et les biens en réhabilitant les voies et en consolidant les édifices menacés.

    Aujourd’hui, tous ces moyens logistiques (engins de génie civil, de terrassement, grues etc.), qui sont détenus par des privés doivent être mis au service des autorités, c’est ce que dit le plan. Or, leur utilisation semble marginale.

    Mais, il faut noter, aussi, qu’il y a la protection, par rapport à la catastrophe, qui doit rester permanente. Donc, quand on est dans une zone inondée, la première chose à faire c’est de parer à la menace, sauver les personnes, éventuellement, les éloigner du danger créé par les inondations. Pour cela aussi, Il y a une coordination indispensable des actions.

    Si vous voyez ce qui se passe aux Usa, par exemple. On déplace les personnes dans les zones où, on est sûr, que la menace ne reviendra pas.

    Au Sénégal, on aurait pu amener les sinistrés au stadium Marius Ndiaye, au Cices, au Stade Léopold Sédar Senghor, etc. afin de les permettre d’échapper à la catastrophe, de pouvoir être restaurés, soignés. Pendant que le plan Orsec rétablit la viabilité de leurs habitations.

    Mais, là, on voit qu’il y a, théoriquement, un plan, mais, il n’y a même pas de communication, or, dans le plan Orsec, il est prévu un groupe opérationnel « Informations et relations publiques » chargé de communiquer ; par exemple : quelqu’un est dans sa maison, s’il y a la chute d’une dalle, s’il ya une menace, quel numéro appeler, selon la zone sinistrée afin d’alerter les secouristes. S’il y a des immeubles qui menacent, qu’est ce qu’il faut faire… Comment s’organiser pour faciliter aux secouristes les opérations d’évacuation, de secours, les gestes qui sauvent, etc.

    Les populations n’ont pas senti la présence des secours. Elles ne savent, même pas, comment contacter les responsables opérationnels du plan, quelles sont les consignes de sécurité, que faire, etc.
    Auteur

    Lasquotidien

    En Septembre, 2012 (23:29 PM)
    Si vous voyez ce qui se passe aux Usa, par exemple. On déplace les personnes dans les zones où, on est sûr, que la menace ne reviendra pas.

    Au Sénégal, on aurait pu amener les sinistrés au stadium Marius Ndiaye, au Cices, au Stade Léopold Sédar Senghor, etc. afin de les permettre d’échapper à la catastrophe, de pouvoir être restaurés, soignés. Pendant que le plan Orsec rétablit la viabilité de leurs habitations.

    Mais, là, on voit qu’il y a, théoriquement, un plan, mais, il n’y a même pas de communication, or, dans le plan Orsec, il est prévu un groupe opérationnel « Informations et relations publiques » chargé de communiquer ; par exemple : quelqu’un est dans sa maison, s’il y a la chute d’une dalle, s’il ya une menace, quel numéro appeler, selon la zone sinistrée afin d’alerter les secouristes. S’il y a des immeubles qui menacent, qu’est ce qu’il faut faire… Comment s’organiser pour faciliter aux secouristes les opérations d’évacuation, de secours, les gestes qui sauvent, etc.

    Les populations n’ont pas senti la présence des secours. Elles ne savent, même pas, comment contacter les responsables opérationnels du plan, quelles sont les consignes de sécurité, que faire, etc.

    Jusqu’à présent, le gouvernement se promène, en allant voir des sinistrés, mais, ce qu’on attend, ce n’est pas une promenade des autorités mais la présence des secours qui permettront aux populations d’être éloignés de la catastrophe.

    Est-ce que vous vous prononcez vous en tant que Président d’une association consumériste ou sur la base d’une expertise venant de vous et d’autres experts ?

    Moi-même j’ai fait l’étude parce que c’est la deuxième fois que je travaille sur cela. Si vous consultez les images satellites de Dakar en 1942 (qui n’est pas une année particulièrement pluvieuse), et qu’on regarde les images de 2003, vous vous rendez compte que tous les bassins ont été colmatés par des bâtiments. Ce qui se passe c’est qu’après 2003, 2005 et 2006 jusqu’en 2009 avec les inondations, on se rend compte que, partout, où il y avait des lacs naturels, qui s’étaient taris, et qui étaient occupés, l’eau est en train de revenir.
    Auteur

    Lasquotidien

    En Septembre, 2012 (23:31 PM)
    se rend compte que, partout, où il y avait des lacs naturels, qui s’étaient taris, et qui étaient occupés, l’eau est en train de revenir.

    Cette occupation est due au fait que tout simplement, quand les gens construisaient, ils n’avaient pris aucune mesure qui permettait de pouvoir faire face à la revenue de l’eau. Car, il n’y en avait presque pas. Pourtant ce sont des personnes qui ont eu des habitations normales, à qui on a délivré des permis de construire, mais sans tenir compte de l’impérieuse nécessité de la gestion des eaux.

    Ensuite, du fait de la pression foncière et de l’assainissement individuel, la nappe phréatique a été contaminée par les nitrates à des niveaux qui frisaient les 300mg par litre par et menaçaient la santé des consommateurs.

    La SONES ayant décidé d’arrêter le pompage, la nappe remonte de 15 cm et plus chaque année !

    La deuxième chose, c’est que, si vous imperméabilisez ; prenons le cas de l’autoroute à péage, nous avons travaillé sur cette autoroute et j’ai eu des discussions très houleuses avec l’Apix en leur disant « vous allez créer des problèmes avec cette autoroute, parce que vous allez imperméabiliser des superficies extrêmement grandes de terre où il y avait de l’infiltration, et que quand il n’y a plus d’infiltration, il faut évacuer les eaux, d’autant plus que l’autoroute passe, en plein, dans les bassins versants des Niayes ».

    Je leur avais réclamé, sans succès, une véritable étude d’impact environnemental, tenant compte la problématique des eaux, notamment, dans la zone de Dalifort, Pikine et Keur Massar… Ils n’ont pas voulu m’écouter, et ce qui devrait arriver, arriva.
    Auteur

    Lasquotidien

    En Septembre, 2012 (23:31 PM)
    voulu m’écouter, et ce qui devrait arriver, arriva.

    C’est le même cas, qui se pose, aujourd’hui, avec la zone de captage qui était l’une des plus grandes zones d’infiltration de la presqu’ile du Cap vert, dans laquelle, des habitations ont été installées et il n’y a rien pour évacuer cette eau, qui était une eau d’infiltration et maintenant, une eau de ruissellement, qu’il faudra gérer.

    Nous notons aujourd’hui, qu’il y a des efforts qui sont faits par la population, notamment au niveau de la solidarité ; mais c’est un couteau à double tranchant. Il ne faudrait pas que l’Etat pousse les gens à aller vers les téléthons, et autres modes populaires de collecte, parce que les populations vont donner leur argent et les sinistrés vont attendre de voir cet argent leur arriver, or, même s’ils récoltent un milliard, c’est rien du tout, par rapport aux besoins des populations. Et les gens vont dire, « et pourtant, nous avons donné notre argent… ».

    Les sinistrés vont s’attendre à le recevoir et leur réveil sera brutal ! C’est donc une grosse erreur que le gouvernement pousse les gens au téléthon. C’est comme ça que cela va se passer, c’est comme les campagnes « une femme, un gramme d’or », qu’il y a eues au Sénégal. On a eu, à un moment donné, aussi, le problème des collectes de Sénégal 1992. Les gens ont donné de l’argent, et dur a été leur réveil !

    Qu’est ce que vous proposez pour le management de ces fonds ?

    Pour le management de ces fonds là, je crois qu’il faut que l’Etat prenne l’option de dire ; je vais l’utiliser pour, immédiatement soulager les personnes qui se trouvent dans les eaux, le pompage ne suffit pas. Il faut prendre le génie militaire, creuser de grands canaux qui vont servir de grands sillons et qui vont permettre donc d’évacuer les eaux vers la mer ou vers les bassins ; il faut relier tous les bassins et lacs.
    Auteur

    Lasquotidien

    En Septembre, 2012 (23:32 PM)
    il faut relier tous les bassins et lacs.

    Parce que, si vous regardez l’historique des bassins versants ils sont constitués de plusieurs lacs qui sont contigus. Ce qui s’est passé, c’est qu’avec l’avancée de l’habitat, ces lacs sont devenus séparés par des constructions faites sur des remblais.

    Ce qui fait qu’il n’y a plus de possibilité d’évacuation de ces eaux là puisqu’il n y a pas, non plus, de réseau d’accueil.

    Si nous prenons le génie militaire, qu’est ce que cela va coûter ? Cela va couter du carburant, etc. En tous cas, cela va coûter beaucoup moins cher que si nous prenons des privés pour le faire.

    Ensuite, il faut faire de l’investissement humain parce que : supposons que vous donniez du riz à quelqu’un qui se trouve dans une maison inondée, où est qu’il va mettre ce riz ? Donc, il faut d‘abord l’extirper de là-bas et ensuite faire de sorte que l’eau quitte le domicile et ça, c’est le plus urgent.



    Tout cela, ce sont des solutions transitoires. Or, si on comprend bien votre lecture c’est que votre solution est beaucoup moins chère. Est ce que vous avez une idée de la somme que cela requiert ?



    Nous ne sommes pas allés jusqu’à l’évaluation financière, mais nous nous sommes dits que, partout où on peut prendre des privés, on peut prendre le génie militaire, qui est là, qui est disponible et qui a la compétence, qui a même du matériel.
    Auteur

    Lasquotidien

    En Septembre, 2012 (23:32 PM)
    la compétence, qui a même du matériel.

    Et puis, il faut organiser un volontariat, je pense qu’aujourd’hui cet élan de solidarité est bien, il faut savoir l’utiliser. On est en vacances et il y a beaucoup de jeunes qui ne font rien...

    Le ministère de la Jeunesse et le ministère des Forces armées doivent organiser un volontariat et un investissement humain à grande échelle qui va permettre de bien saisir les actions de terrain, de perçage de tranchées et autres, sous la supervision d’un plan directeur qui sera tracé par les ingénieurs pour que l’on puisse mettre sur pied, un système de drainage des eaux.

    Prenons l’exemple de la zone « Nord Foire » ou du Nord de Grand Yoff, toute la zone se trouve à 30 mètres du niveau de la mer, alors que si vous venez à Grand Yoff, vous êtes à 14 mètres. Il y a un dénivelé de 16 mètres en moyenne, c’est ce qui fait que toute l’eau qui quitte l’aéroport descend vers Grand Yoff et alentours. Entre la Foire et la zone de captage, Il y a un dénivelé de 20 mètres en moyenne, c’est pour vous dire…

    Que faut-il faire alors ?

    Il faut, donc, partir de la configuration du terrain, des courbes de niveau, pour tracer les sillons qui devaient permettre de pouvoir évacuer les eaux, le plus possible, de manière gravitaire, sans utilisation de suppresseurs. Si vous voulez faire l’inverse vous aurez besoin de plus d’énergie et, donc, d’argent.

    Si vous voyez qu’on a déclenché le plan Orsec et que personne ne le sent, c’est parce que, le Premier ministre, vraiment, je ne sais pas comment il est en train de travailler…

    Il faut qu’il mobilise tous les moyens disponibles (moyens humains, logistiques et financiers) et qu’il les mette au service du plan Orsec afin que les équipes opérationnelles puissent mener à bien leur mission… Mais je crois qu’il a d’autres priorités…

    Parce que : survoler en hélicoptère les zones inondées, c’est bien, mais il faut que les populations sentent la présence du Plan Orsec c’est-à-dire, que l’on puisse voir des grues, voir des engins de terrassement qui reprennent des routes et qui dégagent des canaux permettant aux eaux d’être drainées, libérant, ainsi, les maisons le plus rapidement possible.

    Si vous regardez les rues entre la Foire et Grand Yoff, elles sont toutes impraticables, or, dans le plan Orsec, il y a un volet transport qui doit veiller au rétablissement de la fonctionnalité des voies.

    Vous parlez de cacophonie, mais d’autres proposent le déménagement de la capitale administrative, que pensez vous de cette solution ?
    Auteur

    Lasquotidien

    En Septembre, 2012 (23:34 PM)
    Si vous voyez qu’on a déclenché le plan Orsec et que personne ne le sent, c’est parce que, le Premier ministre, vraiment, je ne sais pas comment il est en train de travailler…

    Il faut qu’il mobilise tous les moyens disponibles (moyens humains, logistiques et financiers) et qu’il les mette au service du plan Orsec afin que les équipes opérationnelles puissent mener à bien leur mission… Mais je crois qu’il a d’autres priorités…

    Parce que : survoler en hélicoptère les zones inondées, c’est bien, mais il faut que les populations sentent la présence du Plan Orsec c’est-à-dire, que l’on puisse voir des grues, voir des engins de terrassement qui reprennent des routes et qui dégagent des canaux permettant aux eaux d’être drainées, libérant, ainsi, les maisons le plus rapidement possible.

    Si vous regardez les rues entre la Foire et Grand Yoff, elles sont toutes impraticables, or, dans le plan Orsec, il y a un volet transport qui doit veiller au rétablissement de la fonctionnalité des voies.

    Vous parlez de cacophonie, mais d’autres proposent le déménagement de la capitale administrative, que pensez vous de cette solution ?

    Oui, mais ce n’est pas ça qui va suffire, aujourd’hui, il y a une situation. C’est-à-dire, si vous déménagez la capitale, vous n’allez pas dépeupler Dakar ; donc, le problème restera entier.

    L’explication que, Idrissa Seck a donnée, est que Dakar, c’est le Cap vert et qu’on a beau évacuer, mais, dès qu’il peut on reverra la même situation.

    Ce que je veux dire, c’est que le niveau de pluie qui s’abat sur Dakar n’est rien par rapport au niveau de pluies qui s’abat sur Conakry et pourtant ils vivent normalement. Je veux dire qu’ils ne sont pas dans les inondations, malgré ce niveau de pluies.



    Ici à Dakar, une pluie qui fait plus de 150millimètres en 2 heures, c’est exceptionnel, c’est tous les « x » années que cela arrive.
    Auteur

    Lasquotidien

    En Septembre, 2012 (23:35 PM)
    L’explication que, Idrissa Seck a donnée, est que Dakar, c’est le Cap vert et qu’on a beau évacuer, mais, dès qu’il peut on reverra la même situation.

    Ce que je veux dire, c’est que le niveau de pluie qui s’abat sur Dakar n’est rien par rapport au niveau de pluies qui s’abat sur Conakry et pourtant ils vivent normalement. Je veux dire qu’ils ne sont pas dans les inondations, malgré ce niveau de pluies.



    Ici à Dakar, une pluie qui fait plus de 150millimètres en 2 heures, c’est exceptionnel, c’est tous les « x » années que cela arrive.



    Vous allez en Côte d’ivoire, au Cameroun, etc. c’est tous les jours qu’il pleut des cordes, et pourtant ils ne sont pas inondés. C’est parce que, au niveau de l’aménagement du territoire de ces pays là, ils ont pris en compte la mise en œuvre des canalisations et la gestion des eaux de pluie…



    Par conséquent, il est tout à fait possible d’habiter dans les zones, aujourd’hui, inondées, mais, il faut qu’on prenne des dispositions pour gérer les eaux.



    On va passer à autre chose, visiblement, il y’a aussi cacophonie dans la gestion de la baisse des prix des denrées de première nécessité, sur le terrain les populations ne le sentent pas, qu’est ce qui explique cela ?



    Moi, je n ai jamais vu un Premier ministre qui s’assoit et qui annonce des prix…

    La fixation des prix est du domaine du ministère du Commerce.

    Et la préparation de l’arrêté du ministère du Commerce c’est le directeur du commerce intérieur qui la fait. Après avoir travaillé sur tous les éléments, situation des stocks, prix sur le terrain, etc.



    Quand j’ai vu le Premier ministre annoncer les prix à la télévision, sur la base des bouts de papiers qu’on lui glissait…

    Je me suis demandé dans quel pays nous sommes.
    Auteur

    Lasquotidien

    En Septembre, 2012 (23:36 PM)
    La fixation des prix est du domaine du ministère du Commerce.

    Et la préparation de l’arrêté du ministère du Commerce c’est le directeur du commerce intérieur qui la fait. Après avoir travaillé sur tous les éléments, situation des stocks, prix sur le terrain, etc.



    Quand j’ai vu le Premier ministre annoncer les prix à la télévision, sur la base des bouts de papiers qu’on lui glissait…

    Je me suis demandé dans quel pays nous sommes.



    En effet, c’est la Direction du commerce intérieur qui connaît la structure des prix, la situation du marché, les commerçants, les stocks qui sont disponibles.

    Aussi, avant toute modification, des prix, cette Direction prépare tous les éléments, et parfois, réunit un comité technique restreint mettant, face à face, les experts des opérateurs économiques et des associations de consommateurs qui planchent sur la structure des prix et la situation du marché.



    Ensuite, sous l’impulsion de l’autorité, les premières conclusions sont étudiées devant le Conseil national de la consommation, qui est une instance statutairement prévue par les textes, qui comprend tous les acteurs et qui est présidée par le Ministère chargé du commerce.



    Après un débat, parfois très houleux, entre les consommateurs et les opérateurs économiques, avec la participation des représentants des industriels, de l’administration, des syndicats, de la presse, etc., le ministère du Commerce tire les conclusions de la réunion.



    Et c’est sur la base de ces conclusions, que le gouvernement se fonde pour fixer les nouveaux prix des produits concernés.



    Comment voulez vous, donc, qu’un Premier ministre convoque quelques commerçants, discute avec eux, en aparté, pour que les gens règlent des problèmes de quotas et qu’on nous sorte des prix qui ne sont pas applicables ?
    Auteur

    Lasquotidien

    En Septembre, 2012 (23:36 PM)
    Après un débat, parfois très houleux, entre les consommateurs et les opérateurs économiques, avec la participation des représentants des industriels, de l’administration, des syndicats, de la presse, etc., le ministère du Commerce tire les conclusions de la réunion.



    Et c’est sur la base de ces conclusions, que le gouvernement se fonde pour fixer les nouveaux prix des produits concernés.



    Comment voulez vous, donc, qu’un Premier ministre convoque quelques commerçants, discute avec eux, en aparté, pour que les gens règlent des problèmes de quotas et qu’on nous sorte des prix qui ne sont pas applicables ?



    Pour vous dire que le ministère du Commerce n’a pas été associé, le Premier ministre lorsqu’il annonçait les prix à la télévision, a dit qu’il y a une baisse de 240 francs sur l’huile, or, voici le rapport de présentation du ministre du commerce (Il me donne le document) introduisant l’arrêté qui parle d’une baisse de 40francs sur le litre et non une baisse de 240 francs comme annoncé par le Premier Ministre !.



    Cela veut dire que le premier ministre qui est supposé avoir l’information, qui est supposé travailler avec ses services, n’a pas travaillé avec eux.



    Dans quel pays on est ?



    Comment un Premier ministre peut-il se permettre de sortir des informations sans consulter ses services, c’est-à-dire, ceux qui sont chargés de lui donner les éléments sur lesquels il travaille ?



    Pourquoi ne pas en parler directement au Président de la République ?



    Pourtant, entre les deux tours, lorsqu’on a rencontré l’équipe du candidat Macky Sall (le Pool programme), on leur a dit « Attention ! Vous êtes en train de vous tromper ».
    Auteur

    Lasquotidien

    En Septembre, 2012 (23:37 PM)
    Pourquoi ne pas en parler directement au Président de la République ?



    Pourtant, entre les deux tours, lorsqu’on a rencontré l’équipe du candidat Macky Sall (le Pool programme), on leur a dit « Attention ! Vous êtes en train de vous tromper ».

    Ils disaient qu’ils allaient baisser le prix du riz parfumé à vingt mille francs, alors que, ce même riz coûtait officiellement 14 500 francs pour la version ordinaire et 17 500 francs pour la version de luxe.

    C’est, entre les deux tours, que les commerçants, profitant de la campagne, ont augmenté les prix de manière anormale tout en sachant qu’ils ne seraient pas réprimés.

    Ce sont ces mêmes commerçants qui sont allées voir le Président Macky Sall pour lui dire qu’ils peuvent baisser le prix du riz (après l’avoir artificiellement augmenté) or, le prix, officiellement, fixé par le gouvernement du Sénégal, entre les deux tours, est inférieur au prix qu’ils proposent.

    Moi, j’avais dit à l’équipe de Macky Sall, que « les prix actuels ne sont pas les bons, ce sont des prix artificiels et que si vous baissez sur la base des prix spéculatifs, vous n’aurez pas de baisse véritable».

    La preuve…

    Qu’est ce qui s est passé ? Des commerçants sont allés voir le premier ministre pour négocier des quotas de ceci et de cela.

    Ils ont ensuite dit que, sur leur propre initiative, ils vont baisser le prix du riz parfumé en l’amenant à 435 francs le kg.

    Or, ce même riz était fixé entre les deux tours à 310 francs le kilo par le gouvernement de Wade. Soit 135 francs moins cher !



    Cela veut dire que le gouvernement s’est fait avoir, parce que, simplement, ils n’ont pas mis en place la concertation.



    Un gouvernement doit travailler sur la base de la concertation…

    Imaginez si on avait tenu le Conseil national de la consommation tel que le prévoit les textes ; nous allions dire aux commerçants, que ce qu’ils disent ne tient pas, et que c’est eux mêmes qui avaient créé artificiellement ces prix.

    En ce moment là, l’Etat va arbitrer.
    Auteur

    Lasquotidien

    En Septembre, 2012 (23:38 PM)
    Ils ont ensuite dit que, sur leur propre initiative, ils vont baisser le prix du riz parfumé en l’amenant à 435 francs le kg.

    Or, ce même riz était fixé entre les deux tours à 310 francs le kilo par le gouvernement de Wade. Soit 135 francs moins cher !



    Cela veut dire que le gouvernement s’est fait avoir, parce que, simplement, ils n’ont pas mis en place la concertation.



    Un gouvernement doit travailler sur la base de la concertation…

    Imaginez si on avait tenu le Conseil national de la consommation tel que le prévoit les textes ; nous allions dire aux commerçants, que ce qu’ils disent ne tient pas, et que c’est eux mêmes qui avaient créé artificiellement ces prix.

    En ce moment là, l’Etat va arbitrer.



    C’est le Premier ministre qui doit faire tout ce travail de coordination et d’orientation, mais vous ne pouvez pas travailler sans concertation.

    Même sur le plan orsec… Quand on déclenche le plan Orsec, on doit associer les Ong, les organisations de la société civile qui, peuvent aider dans la transmission de l’information, dans l’organisation des secours, etc.

    Aujourd’hui, les gens pensent, que Plan Orsec égal « pompage ».



    Vous en voulez au Premier ministre, est ce qu’il y a un contentieux personnel entre vous ? que lui reprochez vous ?



    Il n’y a à ma connaissance aucun contentieux personnel, mais nous ne pouvons pas comprendre sa manière de faire.

    Vous pensez qu’il est incompétent ?

    En tout cas, aujourd’hui, il est en train de faire tout ce qu’il ne faut pas faire.
    Auteur

    Lasquotidien

    En Septembre, 2012 (23:38 PM)
    En tout cas, aujourd’hui, il est en train de faire tout ce qu’il ne faut pas faire.

    Je donne un exemple sur les prix, s’il s’était concerté avec nous, on lui aurait donné des éléments.

    Prenons un exemple simple, ils ont déterminé le prix au détaillant en lui disant vous devez vendre à 280 francs, mais, comme ce sont les grands commerçants qui ont négocié avec le Pm c’est des patrons, des importateurs et des grossistes.

    Le gouvernement a estimé que ces gens là peuvent vendre au prix qu’ils veulent, on ne leur a fixé aucune marge, aucun prix. Ces grossistes et demi-grossistes n’ont donc aucun compte à rendre et ils peuvent vendre à n’importe quel prix au détaillant, alors que le détaillant, on l’a cantonné à 280 francs.

    Pour qu’il puisse vendre à 280 francs, il faut qu’il achète a 13 250 francs le sac. Aujourd’hui, vous ne voyez aucune boutique qui vend le kg de riz non parfumé à 280 francs, les gens ne respectent pas le prix.

    Parce que la baisse n’est pas opérationnelle, pour que ça soit opérationnel, il faut qu’on fixe les marges. Pour l’importateur c’est 2 000 francs la tonne (même avec 1 000 francs, ils sont contents), pour le grossiste c’est 5 000 francs par tonne et pour le détaillant c’est 15 000 par tonnes donc ça fait 15 francs par kg.

    Le premier ministre, avec lui, il n’y a pas de concertation, ou elle est orientée.

    Je ne comprends pas, parce que c’est quelqu’un qui n’a jamais travaillé dans l’administration, et avant de foncer, il aurait du penser à voir ce qui se passe pour comprendre et éviter certaines erreurs.

    Vous voulez imputez toutes les responsabilités à Abdoul Mbaye et le Président que nous avons élu ?

    Oui, c’est le Président qui a laissé, tout le pays, entre les mains de quelqu’un qui ne fait pas ce qu’il aurait du faire. Voilà la grande question.

    Moi, si j’étais à la place Président de la République, je ne vais pas laisser mon Premier ministre faire des choses qui vont se retourner contre moi.

    Parce que s’il y a une mauvaise gestion des engagements du Président, c’est le Président qu’on voit, et qu’on sanctionne, lors des élections, on ne voit pas le Premier ministre.

    Aujourd’hui, le Président Macky Sall a promis de baisser les prix, c’est annoncé mais çà n’a pas baissé. Pourquoi ce n’est pas appliqué, parce que le gouvernement n’a pas pris l’orientation, l’approche, la méthodologie qui permet d’y arriver.

    Parlons d’énergie, que pensez-vous du choix du nouveau Dg et de la démission de l’ex PCA Cheikh Tidiane MBAYE ?
    Auteur

    Lasquotidien

    En Septembre, 2012 (23:39 PM)
    Je ne comprends pas, parce que c’est quelqu’un qui n’a jamais travaillé dans l’administration, et avant de foncer, il aurait du penser à voir ce qui se passe pour comprendre et éviter certaines erreurs.

    Vous voulez imputez toutes les responsabilités à Abdoul Mbaye et le Président que nous avons élu ?

    Oui, c’est le Président qui a laissé, tout le pays, entre les mains de quelqu’un qui ne fait pas ce qu’il aurait du faire. Voilà la grande question.

    Moi, si j’étais à la place Président de la République, je ne vais pas laisser mon Premier ministre faire des choses qui vont se retourner contre moi.

    Parce que s’il y a une mauvaise gestion des engagements du Président, c’est le Président qu’on voit, et qu’on sanctionne, lors des élections, on ne voit pas le Premier ministre.

    Aujourd’hui, le Président Macky Sall a promis de baisser les prix, c’est annoncé mais çà n’a pas baissé. Pourquoi ce n’est pas appliqué, parce que le gouvernement n’a pas pris l’orientation, l’approche, la méthodologie qui permet d’y arriver.

    Parlons d’énergie, que pensez-vous du choix du nouveau Dg et de la démission de l’ex PCA Cheikh Tidiane MBAYE ?

    C’est inadmissible dans un pays qui se respecte. Le Président de la République, comme le veut la loi, est celui qui nomme à tous les emplois civils et militaires. Comment un PCA, qui lui-même a été nommé par un Président de la République, peut il contester la décision de son chef suprême ?

    D’autant plus que la nomination de Cheikh tidiane Mbaye en qualité de Président du Conseil d’administration de Senelec était contestable du fait du conflit d’intérêts car, dans aucun pays au monde, on a vu le Dg de la plus grande entreprise de télécoms être PCA de la compagnie d’électricité !

    Mais sa nomination, comme celle de l’actuel DG de Senelec est du pouvoir discrétionnaire du Président de la République qui a nommé, malgré tout, son frère Premier ministre, alors que lui, dirige la plus grande compagnie de télécoms dans laquelle l’Etat est actionnaire. Ce qui pose de sérieux problèmes de conflits d’intérêts.

    Le Président Macky Sall doit se réveiller. C’est lui qui est élu. Il est le premier comptable de la gestion de ce pays.
    Auteur

    Lasqutidien

    En Septembre, 2012 (23:40 PM)
    C’est inadmissible dans un pays qui se respecte. Le Président de la République, comme le veut la loi, est celui qui nomme à tous les emplois civils et militaires. Comment un PCA, qui lui-même a été nommé par un Président de la République, peut il contester la décision de son chef suprême ?

    D’autant plus que la nomination de Cheikh tidiane Mbaye en qualité de Président du Conseil d’administration de Senelec était contestable du fait du conflit d’intérêts car, dans aucun pays au monde, on a vu le Dg de la plus grande entreprise de télécoms être PCA de la compagnie d’électricité !

    Mais sa nomination, comme celle de l’actuel DG de Senelec est du pouvoir discrétionnaire du Président de la République qui a nommé, malgré tout, son frère Premier ministre, alors que lui, dirige la plus grande compagnie de télécoms dans laquelle l’Etat est actionnaire. Ce qui pose de sérieux problèmes de conflits d’intérêts.

    Le Président Macky Sall doit se réveiller. C’est lui qui est élu. Il est le premier comptable de la gestion de ce pays.
    Auteur

    Bref

    En Septembre, 2012 (03:37 AM)
    Monsieur se veut l'interlocuteur du gouvernement de Abdoul Mbaye. Il a été royalement ignoré et ça il ne le digère pas. Toujours là aux basques des gouvernants. Monsieur "moi je sais tout" est trop prétentieux! Ce Gars ne sait rien en tout cas a l'Economie. Trop de bla-bla. Quand on a été chargé de faire une étude sur les inondations, on doit faire un bilan et dire concrètement quelles mesures de prévention, de gestion et de règlements on a prises. Mais rien. Que du topographique! Momar tu te fous de la gueule des gens. Je crois aussi que tu es victime du syndrome du faire-valoir: tu ne discutes qu'avec des gens qui n'ont pas le niveau. Resultat des courses, tu t'installes dans de dangereuses certitudes. Un soupçon de modestie ne te ferait pas de mal. Il faut etre vraiment timbré pour croire que ces salades méritent l'attention du gouvernement. C'est pas parce qu'on ne t'a pas consulté que la concertation n'a pas eu lieu. Elle a bien eu lieu mais a l'exclusion des prostituées. Ce gouvernement n'engage pas de prostituées. Elles ont filé le Sida politique a Wade!
    Auteur

    Joujou

    En Septembre, 2012 (07:27 AM)
    YAW YA NIAK DIOM. CRETIN.

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email