Mardi 31 Mars, 2020 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33



Politique

Fonds Spéciaux, Caisse Noire : Ces «Tontines» De La République !

Single Post
Fonds Spéciaux, Caisse Noire : Ces «Tontines» De La République !

De Senghor à Macky Sall, en passant par A Diouf et Abdoulaye Wade, les chefs d’Etat sénégalais ont toujours disposé de dotations annuelles, votées par l’Assemblée nationale et gérées de manière discrétionnaire, dans le cadre de ce qu’il est convenu d’appeler «fonds politiques» ou «caisse noire». Cependant, l’affaire dite de la «caisse d’avance» de la mairie de Dakar, objet de la détention préventive de l’édile de la capitale, Khalifa Sall, remet au goût du jour l’utilisation desdits fonds. Lucarne sur l’utilisation de sommes souvent astronomiques, sources d’enrichissement rapide, guère soumis au contrôle citoyen. 

Appelés tantôt «fonds spéciaux» ou «fonds de souveraineté», «fonds politiques» ou «caisse noire», voire même «caisse d’avance», pour ce cas présent qui implique la gestion du maire de la ville de Dakar, Khalifa Sall, en détention préventive, ces fonds ont connu diverses péripéties du président Léopold Sédar Senghor à Macky Sall, en passant par Abdou Diouf et Abdoulaye Wade. En effet, de 650 millions de F Cfa sous la présidence de Diouf et de son prédécesseur Senghor, les fonds politiques sont passés à environ 08 milliards de dotations annuelles avec les présidents Wade et Sall. Même si leur gestion a toujours été discrétionnaire, elle a tout de même évolué avec le temps. 
 
Avant les deux alternances politiques, les chefs d’Etat avaient confié la gestion de ces fonds à de proches collaborateurs, notamment leur chef de Cabinet. En effet, Senghor et Diouf, réputés très pragmatiques dans leur rapport à l’Etat et aux procédures administratives, avaient préféré prendre du recul dans la gestion de ces dotations financières dont l’utilisation pouvait prêter à suspicion. Dans une de ses contributions, publiée le 20 décembre 2014, l’analyste politique Mody Niang, parlant de l’urgence d’une solution à la question des fonds politiques, avait d’ailleurs témoigné que les Présidents Senghor et Diouf avaient géré les fonds dits politiques «avec beaucoup de retenue, de modération».      
 
Quid de la gestion des dits fonds par les deux régimes post-alternance ? Sur ce point, beaucoup de responsables politiques ont eu à justifier leur fortune par l’entremise de ces fonds politiques. De l’actuel chef de l’Etat, Macky Sall, à l’ancien président du Sénat, Pape Diop, en passant par l’ancien Premier ministre de Wade, Idrissa Seck, sans oublier l’ancien porte-parole de Me Wade, Serigne Mbacké Ndiaye, tous ont eu à brandir l’argent desdits fonds pour rendre compte de leurs avoirs. Aujourd’hui encore, la question reste toute entière dans la mesure où beaucoup d’institutions en disposent. Des informations font ainsi état de plus de 08 milliards par an pour le président Macky Sall, de 600 millions par an pour Moustapha Niasse à la tête de l’Assemblée nationale, de plus de 01 milliard par an pour le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne, ou encore de 500 millions par an pour Ousmane Tanor Dieng, le patron du Hcct), au moment où Aminata Tall (Cese) pèse, tout comme le socialiste Khalifa Sall (mairie de Dakar), de 360 millions par an. Votés par l’Assemblée nationale, ces fonds qui font office de «caisse noire» ne sont soumis à aucun contrôle et leur usage relève de la libre appréciation du destinataire. 
 
FRANCE, USA : DES FONDS SOUS CONTROLE
 
Si le pays, en dépit de la gouvernance vertueuse annoncée, patauge toujours dans une gestion «nébuleuse» de cette manne financière, force est de constater que des pays beaucoup plus nantis ont réglé définitivement l’administration de ces fonds en les encadrant ou en les supprimant tout simplement. En France, par exemple, l’on ne parle pas de «fonds politiques», mais de «fonds spéciaux», qui sont des crédits consacrés au seul financement d’actions liées à la sécurité extérieure et intérieure de l’État. Ils font, toutefois, l’objet d’un contrôle, même si celui-ci est réalisé dans des conditions confidentielles. C’est le résultat d’une réforme intervenue en 2001, suite à un climat de suspicion qui avait entouré la gestion de ces fonds, car ayant été parfois détournés pour payer des compléments de salaires à des agents publics ou pour financer illégalement des partis politiques ou des campagnes électorales. Aux États-Unis, les opérations sensibles ou spéciales semblent être plus protégées. Cela, d’autant plus qu’elles doivent recevoir l’aval préalable, selon le cas, soit du Congrès, soit du Conseil National de Sécurité et, dès lors, le problème du contrôle a posteriori de l’utilisation des ressources en question ne se pose pas.


liiiiiiiaffaire_de_malade

23 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Mars, 2017 (15:50 PM)
    Si on pouvait avoir une étude sur le montant des fonds politiques depuis les indépendances !
    • Auteur

      Reply_author

      En Mars, 2017 (17:01 PM)
      veillez bien verifier vos infos. ces fonds existent aux usa et ne sont pas controlees par le congress.
    • Auteur

      Rafael

      En Mars, 2017 (09:15 AM)
      a quoi bon les budget alloués à chaque entité. tout ce que je souhaite c'est de voir ces fonds quelle que soit leur nature soit supprimés définitivement. et que une loi soit très vite votée pour mesure préventive.
      rappel: la presse et les hommes politiques sont les plus détestés au sénégal d'après mon étude.
    • Auteur

      Reply_author

      En Mars, 2017 (10:21 AM)
      toute agence de l'état américain est auditee par l'office if inspector general ou oig du ministère concerné. en plus des way dits internes menés par les ig, il y a une autre inspection ou financial audit mene par le gao ou government acvountability office. lene les fonds spéciaux sont contrôlés. il n'y a rien qui ne soit contrôlé aux etats-unis.
  2. Auteur

    Anonyme

    En Mars, 2017 (15:57 PM)
    Il y a lieu de préciser l'objet des fonds spéciaux (dits caisse noire) et les institutions qui doivent en disposer.
    Auteur

    Citoyen

    En Mars, 2017 (16:04 PM)
    quelque soit son non c largent du contribuable
    Auteur

    Anonyme

    En Mars, 2017 (16:06 PM)
    depenser sans controle c illicite
    Auteur

    Anonyme

    En Mars, 2017 (16:07 PM)
    ils auront honte devant Dieu
    Auteur

    Allo

    En Mars, 2017 (16:21 PM)
    Tous ces fonds doivent être supprimés. Ce sont les principaux outils de corruption. De plus,

    ces fonds ne profitent qu'aux militants du parti au pouvoir, et ne servent qu'à entretenir le clientélisme politique.

    Peace
    Auteur

    Anonyme

    En Mars, 2017 (16:27 PM)
    L'article mélange allègrement les fonds spéciaux votés par l'assemblée avec les caisses d'avance des mairies. Cela n'a rien à voir et les caisses d'avances doivent toujours être justifiées même a posteriori.Sinon c'est le flanc prêté au clientélisme. Quand Khalifa parle de sommes supplétives aux crédits de l'Etat, qu'est ce que cela veut dire???
    Auteur

    Mane La Fée

    En Mars, 2017 (16:38 PM)
    Celui qui écrit l'article ne comprend rien à la gestion des finances publiques
    Auteur

    Anonyme

    En Mars, 2017 (16:45 PM)
    nous avons des politiciens comme gestionnaires etatique qui au lieu d'œuvrer pour l'interet general et realiser des projets visible pour leurs reelections lis préfèrent dilapider nos caisses sous forme de fonds politique et de caisse noir au moment ou la misere s'accentue de plus en plus dans le pays et avec la complicité de nos medias de propagande ils nous emmerdent tout les jours avec leurs soit disante emergeance je vous le dit tout ce qui sont derrier macky sall savent parfaitement que ce pays n'a pas bougé d'un cm de plus sur tout les plans ;economiquement ; socialement judiciairement . :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal:  :sunugaal: 
    Auteur

    Anonyme

    En Mars, 2017 (17:04 PM)
    Çà c'est toi qui le dis
    Auteur

    Juste

    En Mars, 2017 (17:24 PM)
    QUE kor mariene nous dresse une liste sur l'utilisation de nos 8MILLIARDS X 5 ...40 millards
    Auteur

    Article Bidon

    En Mars, 2017 (17:54 PM)
    C'est vraiment un article bidon. J'ai beau essayer de trouver un fil conducteur, mais en vain.

    "Appelés tantôt «fonds spéciaux» ou «fonds de souveraineté», «fonds politiques» ou «caisse noire», voire même «CAISSE D'AVANCE» " héhéééééé! On a tout compris!
    Auteur

    Anonyme

    En Mars, 2017 (18:00 PM)
    Ils sont tous pareilles ces présidents vraiment pauvre goorgolou avec un pays si riches ( eau , or zircon , petrol , phosphates...)

    ils sont trop complexés. cest pas de vrai patriote!
    Auteur

    Anonyme

    En Mars, 2017 (18:04 PM)
    le Senegal est un pays malade. gouverne depuis son independence que par des amateurs, des tricheurs. a qui la faute ? a nous memes. cachons nous derriere nos marabouts, et nos faux dirrigeants, le chemin est long et sera penible.
    Auteur

    Anonyme

    En Mars, 2017 (18:19 PM)
    Si un jour, ces fonds sont supprimés, les candidats ne se bousculeront plus pour ces postes .

    Pourquoi pas des procédures de décaissement rapide au cas où ces institutions doivent faire face à des dépenses justifiées . Exemple: accueillir un hôte . L'état les prend entièrement en charge s'ils sont élus,alors pourquoi une caisse noire?
    Auteur

    Anonyme

    En Mars, 2017 (18:49 PM)
    these four bastards!
    Auteur

    Anonyme

    En Mars, 2017 (21:54 PM)
    Mettre Senghor et Abdou Diouf dans ce lot,c'est ne pas faire justice.

    Ces deux n'ont rien de foutu de bons pour l’économie ou la souveraineté du pays,mais c'est connu qu'ils n’étaient pas obnubile par la richesse matérielle non plus.

    Le Problème a commence avec Wade et continue avec son disciple.

    Ces deux gouvernent par la corruption et la concussion.

    C'est par la voix d'Idrissa Seck qu'on a entendu pour la première fois que les fonds politiques étaient la propriété du Président de la république et qu'il pouvait en faire ce qu'il veut,même les brûler.

    On aurait jamais entendu de telles propos pendant que Senghor était président ,encore moins pour Diouf.
    Auteur

    Anonyme

    En Mars, 2017 (21:54 PM)
    4 PRESIDENTS DE CON AU SENEGAL.. CES CONS N'ONT RIEN FAIT POUR LE SENEGAL.. MEME PAS UN BON AEROPORT.. RIEN.. SYSTEME DE SANTÉ ET EDUCATIF ZERO



    Auteur

    Anonyme

    En Mars, 2017 (08:25 AM)
    pauvres journalistes.Mais les fonds politiques existent dans tous les pays du monde.Le Sénégal n'est pas une île. Par mauvaise foi ou inculture avérée, certains entrent dans la sauce des journal eux.Informéz vous .
    Auteur

    Anonyme

    En Mars, 2017 (08:32 AM)
    Mais je rêve quand j'entends des "citoyens" qui ignoraient qu'il existait depuis la nuit des temps une caisse noire pour certaines institutions de la républiques.Dommage cette manque d'information laisse a penser que les gens ne savent pas ce qui se passe dans le monde.quelqu'un l'a rappelé que cette caisse noire existe dans le monde entier sans contrôle.
    Auteur

    Anonyme

    En Mars, 2017 (13:14 PM)
    à mon avis tant qu'on a pas pris des dispositions legales pour encadrer ces fonds speciaux,toute autorité qui en use meme à des fins personnelles comme pour s'enrichir ou pour sa propre promotion politique ne peut encourir aucune poursuite judiciaire quand bien meme l ces actes visés sont contraires à la morale, la preuve des personnes du monde polititique n'ont pas hesité pour reconnaitre avoir fait fortune grace à ces fonds.mais de grace pas de confusion avec les caisses d'avance comme relevé dans cette article,cà n'a rien à voir.La CNI,il me semble avait fait quelques suggestions à propos de l'encadrement de ces fonds,qui curieusement sont étendus à des structures de l'Etat dont on doute de la pertinence de leur utilité.
    Auteur

    Anonyme

    En Mars, 2017 (16:04 PM)
    C DU VOL C SIMPLE COMME BONJOUR! ET UN PRESIDENT VOLEUR NE PEUT PAS ETRE A LA TETE D'UN PAYS QUI VA SE DEVELOPPER???POURQUOI CES FONDS NE SONT PAS CONTROLES PAR DES MAGISTRATS ET INSPECTEURS COMMIS A CET EFFET COMME DANS LES AUTRES PAYS? NON G EN AI MARRE DE CETTE HYPOCRISIE!!! APPELONS LES CHOSES PAR LEURS NOMS CES FONDS SONT DESTINES A ENRICHIR LA FAMILLE LE CLAN LA CLIENTELE POLITIQUE!!! FAUT QUE CA CHANGE CA DEVRAIT MEME ETRE UNE EXIGENCE NATIONALE!!!!!!!!!! :bindeu:  :bindeu: 
    Auteur

    Pauvre De Nous

    En Mars, 2017 (16:36 PM)
    Je ne vois vraiment pas le rapport avec la caisse de fond d'avance et les autres caisses citées. La caisse de fond d'avance est une caisse mise en place pour des opérations ponctuelles et a à sa tête un administrateur de crédit, un odrdonnateur des dépenses, et un gérant nommé par arrêté du Ministère des Finances (MEF) et plus précisément de la Direction Générale de la Comptabilité Publique et du Trésor (DGCPT). Il est soumis à un certains nombres de mécanismes faisant que l'ordonnateur des dépenses dans ce cas d'espèce le Maire, ne peut qu'ordonner une dépense et que d'une aucune manière il gère ce crédit, étant donné que le dit crédit est entre les mains d'un administrateur et qu'à cela s'ajoute le gérant qui peut libéré ou pas les fonds selon, les libellés des documents reçus et, de plus toutes dépenses doit être justifié, donc il me semble certains journalistes parlent soit de choses qu'ils ne connaissent pas, soit ils sont de mauvaises foi en entretenant exprès ce genre d'amalgames avec ces fameuses caisses noires, fonds politiques et que sais je encore...
    • Auteur

      Reply_author

      En Mars, 2017 (09:25 AM)
      c koi le probleme alors dans le cas de khalifa sall? ou se situent les responsabilites?

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email