Mardi 17 Septembre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Top Banner
Politique

Ismaïla Madior Fall : "Le Président peut révoquer un maire en dehors et avant le…"

Single Post
Ismaïla Madior Fall : "Le Président peut révoquer un maire en dehors et avant le…"

Depuis la révocation de Khalifa Sall de ses fonctions de maire de la Ville de Dakar par le président de la République, vendredi dernier, après la confirmation en appel de sa condamnation à cinq ans de prison, la polémique s'est installée, pointant une décision précipitée et illégale. Que nenni ! On peut même dire que c'est exactement le chemin inverse qu'a emprunté Macky Sall, à la lecture des éclairages inédits qu'apporte, dans cet entretien, Ismaïla Madior Fall, ministre de la Justice, qui a revêtu sa robe de professeur agrégé de Droit public.

Quel est votre commentaire sur la révocation du maire de la Ville de Dakar, Khalifa Sall ?
La question de droit qui se pose est la suivante : le Président de la République peut-il révoquer un maire à qui il est reproché ce qui est reproché au maire de la Ville de Dakar avant l'intervention d'une condamnation pénale définitive ? J'ai entendu beaucoup de commentateurs- des avocats, enseignants en Droit et militants des droits humains- se prononcer sur la question, en indexant le caractère illégal de la décision. Ils se sont trompés parce qu'ils sont allés chercher la réponse là où il ne faut pas, à savoir dans la procédure pénale, avec l'éventualité d'un pourvoi en cassation. La réponse n'a rien à voir avec ceci. Aussi, la citation de la disposition de la loi organique sur la Cour suprême relative au caractère suspensif du pourvoi est hors sujet.

Où se trouve alors la réponse ?
La réponse est simplement et exclusivement dans le Code général des collectivités territoriales (Cgct) en ses articles 135 et 140 qui prévoient les fautes pour lesquelles le maire peut être révoqué. En dehors du cas de condamnation pour crime, où la révocation est de droit, le texte ne parle plus de la nécessité d'une condamnation pour qu'il y ait révocation. A cet égard, il leur faut bien relire ces textes.

Dès lors qu'il est reproché au maire et qu'il est entendu ou invité à fournir des explications écrites ; ce qui est le cas dans un rapport d'inspection, sur certaines fautes listées par l'article 140 du Cgct (utilisation des deniers publics de la commune à des fins personnelles ou privées, faux en écriture publique authentique visés au Code pénal, faux commis dans certains documents administratifs, dans les feuilles de route et certificats visés au Code pénal), le ministre chargé des Collectivités territoriales peut le suspendre pour trois mois et le Président de la République peut proroger la suspension ou le révoquer en dehors et avant toute poursuite judiciaire. La révocation peut et devrait même intervenir avant le déclenchement des poursuites judiciaires. C'est ce qu'indique d'ailleurs l'article 140 du Cgct : "La sanction administrative ne fait pas obstacle aux poursuites judiciaires".


"Le Président Macky Sall, n'a pas voulu précipiter les choses. Mais, il a eu plusieurs opportunités de révoquer, de manière parfaitement légale, Khalifa Sall."


Il n'y a donc pas de relation de cause à effet, de conditionnalité entre la condamnation d'un maire et sa révocation ?
Pas du tout. La procédure de révocation d'un maire relève exclusivement du droit des collectivités territoriales et consiste en une mise en œuvre de ce qu'on appelait autrefois la tutelle sur les personnes. Même si le terme n'existe plus, la réalité du pouvoir au profit de l'autorité centrale de substitution et de révocation des maires est encore en vigueur dans l'ordonnancement juridique.

Il faut donc que ce soit définitivement clair : le Président de la République n'est pas obligé d'attendre une simple condamnation, a fortiori une condamnation définitive, pour procéder à la révocation d'un maire. Aujourd'hui, la révocation du maire peut intervenir de la production du rapport de l'Inspection générale d'État à la cassation. Il s'agit d'un pouvoir discrétionnaire du choix du moment par le Président dès qu'il y a un rapport d'inspection qui a permis à l'intéressé de s'expliquer sur les faits à lui reprochés. Tous ceux qui disent le contraire ont tort de bonne foi ou de mauvaise foi.

Pourquoi avoir attendu maintenant pour la révocation ?
Très bonne question. Le Président Macky Sall, très respectueux de l'État de droit, des libertés et de la dignité des personnes, n'a pas voulu précipiter les choses. Je pense aussi sincèrement qu'ayant été maire, contrairement à ses deux prédécesseurs, il a un réflexe protecteur des maires. Mais, il a eu plusieurs opportunités de révoquer, de manière parfaitement légale, Khalifa Sall.

Première opportunité : dès lors que l'Ige qui a entendu le maire a produit son rapport, le Président pouvait immédiatement le révoquer avant que ne soient déclenchées les poursuites judiciaires. Dans des circonstances pareilles, Senghor révoquait, Diouf de même et Wade aussi. Macky Sall, lui, a refusé en considérant qu'il fallait respecter la dignité du maire et que la Commission des fautes devait davantage être étayée.

Deuxième opportunité : dès l'inculpation du maire avec mandat de dépôt qui l'oblige à être garder en prison et à ne plus être disponible pour la Ville, le Président pouvait révoquer. Mais, là encore, il n'a pas accepté de révoquer.

Troisième opportunité : la condamnation du maire par le Tribunal de grande instance. Le Président n'accepte encore de révoquer, préférant laisser l'appel confirmer ou infirmer la première instance. Dans tous les pays du monde, un maire accusé ou mis en examen, même à tort, démissionne ou est révoqué. Ici, ni démission ni révocation.

Quatrième opportunité : la condamnation du maire par la Cour d'appel. Là, le Président Sall accepte, enfin, de procéder à la révocation du maire parce que sur le plan processuel, la question de la culpabilité est définitivement réglée par toutes les juridictions de fond (Tribunal de grande instance et Cour d'appel).

Ironie de l'histoire. Aujourd'hui, ceux qui ne comprennent pas les textes exigent une condamnation pénale définitive alors que ces derniers ne le prévoient même pas pour la révocation d'un maire. D'ailleurs, il y a  un précédent : désormais, un maire accusé, voire condamné sur la base des infractions prévues par l'article 140, pourra se prévaloir de ce précédent et demander à garder, même en prison, l'administration de sa ville pendant toute la durée des poursuites.

Pourquoi avoir évoqué les décisions de justice dans le décret de révocation ?
L'évocation du jugement du Tribunal de grande instance et de l'arrêt de la Cour d'appel répond juste au souci de renforcer la motivation de l'acte par des éléments administratifs mais aussi par des décisions rendues par les juridictions de fond qui sont seules compétentes pour se prononcer sur les faits et la culpabilité. Si le décret de révocation devait intervenir avant les poursuites, il se serait contenté, comme tous les décrets de révocation, de l'histoire administrative du Sénégal et des éléments contenus dans le rapport de l'Ige.

Pourquoi donc tant de bruits pour quelque chose d'ordinaire ?
Si c'était appliqué à un maire d'une commune ordinaire, comme ce fut le cas avec Mbaye Ndiaye aux Parcelles assainies et d'autres, il n'y aurait aucun problème. Mais là, il s'agit d'un candidat à la présidentielle. Tout se passe, aujourd'hui, dans notre pays comme si le statut de candidat à la présidentielle donne droit à des droits auxquels les autres Sénégalais n'ont pas droit.

"Khalifa Sall reste député. (Mais) le député qui fait l'objet d'une condamnation pénale définitive peut être radié de la liste des parlementaires."

 

Dans l'histoire, comment cette question a été traitée jusqu'ici ?
Le Président Senghor, dès qu'il y avait des rapports d'inspection, révoquait immédiatement les maires indélicats et procédait, dans certains cas, à l'installation des Délégations spéciales. A Dakar, il a même supprimé le poste de maire de 1964 à 1983. De 1964 à 1979, la commune-région de Dakar était administrée par le gouverneur de la région du Cap-Vert. A partir de 1979, un fonctionnaire administrateur de la commune de Dakar est nommé. Ce n'est qu'en 1984 que Dakar a eu son premier maire.

Le Président Diouf procédait de la même manière. Wade aussi. Macky Sall est le premier Président du Sénégal qui, en presque sept ans, n'a jamais révoqué un maire, ni installé une Délégation spéciale. C'est aussi le premier qui, alors qu'il n'y est pas obligé par le droit, attend deux décisions de justice pour révoquer un maire. Il va être difficile de trouver dans le monde cette attitude de tolérance du pouvoir central envers l'autorité locale. A noter que pour la présidente du Conseil départemental de Bambey, sa révocation était de droit pour cumul excessif de mandats.

Après cette condamnation, Khalifa Sall peut-il rester député ?
Il reste député. Et c'est là où l'argument de la condamnation pénale définitive est pertinent. Le règlement intérieur de l'Assemblée nationale prévoit, en effet, que le député qui fait l'objet d'une condamnation pénale définitive peut être radié de la liste des parlementaires après une condamnation pénale définitive. Il ne devait plus être maire depuis longtemps, mais doit rester député jusqu'à son éventuelle condamnation définitive.

J'ai vu des gens qui ne comprennent rien au droit faire circuler un arrêt de la Cour suprême de 2012 qui annule la révocation d'un policier dont la condamnation pénale définitive n'était pas intervenue. C'est une décision qui se justifiait parce qu'il y a un texte, le statut de la police, qui exige une condamnation pénale définitive. Mais, pour la révocation d'un maire, aucun texte ne l'exige.

"Notre chance au Sénégal, c'est qu'on a un peuple mûr, qu'on ne peut pas mobiliser sur des questions d'arrière-garde."

 

Certains ont parlé d'acharnement contre le désormais ancien maire de Dakar, de violation de ses droits; une Ong s'activant dans la défense des droits humains allant même jusqu'à commettre un rapport qui a épinglé le Sénégal ?
Pour un citoyen ordinaire, le traitement judiciaire d'une affaire pareille prend beaucoup moins de temps. Mais, dans l'affaire Khalifa Sall, les recours sont multipliés, les procédures à dessein ralenties et les avocats prenant tout leur temps. Même pour le délibéré, les juges renvoyaient à un mois alors que c'est quelques jours pour d'autres affaires, et on parle de précipitation. On parle aussi d'acharnement contre quelqu'un qui aurait pu être révoqué depuis longtemps et qui, tout en étant en prison depuis bientôt deux ans, administre la capitale.

Il faut regarder ce qui se passe partout dans le monde : les maires accusés démissionnent ou sont révoqués. Mais, le Sénégal est un pays des droits de l'Homme et de tolérance, peut-être même un peu trop de tolérance d'ailleurs. Des journalistes, dans des chroniques, des politiciens, dans des discours, insultent le Président, les institutions, les magistrats et ne sont nullement inquiétés. Il faut savoir raison garder. La lutte pour le pouvoir n'autorise pas tous les dérapages.

J'ai reçu les patrons d'une Ong des droits humains basée au Sénégal, je leur ai dit, en présence de leur représentant, que le Sénégal est un pays historiquement et culturellement attaché aux droits humains avec des preuves à l'appui et que les rapports qui leur sont fournis par leur représentant local souffrent de méthodologie pertinente, manquent d'impartialité, contiennent des informations erronées et se focalisent plus sur les questions politiques que sur les questions de droits humains en défendant surtout sélectivement deux candidats à la présidentielle poursuivis pour leur gestion des deniers publics que les citoyens ordinaires.

S'agissant du parrainage qui a soulevé une énorme polémique ces derniers mois, la tournure des choses semble donner raison au pouvoir exécutif…
Il en va du parrainage comme il en va de toutes les questions fondamentales de notre gouvernance démocratique : l'opposition rue dans les brancards contre les décisions du pouvoir. Mais, au final, l'histoire donne toujours raison au Président Macky Sall. Par exemple, comment allait-on gérer la présidentielle avec une centaine de candidats sans le parrainage ? Notre chance au Sénégal, c'est qu'on a un peuple mûr qu'on ne peut pas mobiliser sur des questions d'arrière-garde comme la libération de personnes poursuivies en justice pour reddition des comptes ou la contestation de lois salutaires pour la démocratie comme le parrainage, un peuple mûr doté d'une grande capacité de discernement.

Article_similaires

50 Commentaires

  1. Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (13:42 PM)
    Ce n'est pas parce qu'une chose est permise qu'on est en droit de le faire. Macky vu qu'on le soupçonne d'être derrière les ennuis judiciaires du maire de Dakar, aurait pu faire preuve de patience, d'élégance Républicaine pour laisser une place au doute... Mais hélas son empressement montre que c'est lui qui donne le tempo dans cette affaire.
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2018 (14:11 PM)
      diadieuf ismaïla madior lerena maintenant laisse les apprentis sorciers dans leurs domaines
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2018 (14:27 PM)
      le musulman sénégalais lék néw publiquement mo léne déssé. sinon gno raw canibal.
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2018 (14:33 PM)
      le vendu ismaéla madior fall est là pour justifier les actes de dictature de macky.

      quelle honte d'un intellectuel réduit à chanter le roi et à essayer de justifier toutes ses forfaitures pour quelques faveurs. un intellectuel c'est fait pour faire l'histoire, pour être du côté du peuple.


      quel que soit le pays où vous aller expliquer ce qui se passe, les habitants comprendront que macky est en train de se transformer en dictateur juste pour garder le pouvoir. le gars à l'apparence innoncente est plus à craindre que yaya jammeh.
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2018 (16:19 PM)
      la révocation de khalifa sall
      n'est pas une première. en
      france, le casle plus patent est
      la révocation gérard dalongeville
      (ex-ps),alors écroué dans
      une affaire de fausses factures
      présumées, de sa fonction de
      maire d'hénin-beaumont (pasde-calais)
      a été prononcée mercredi
      27 mai 2009 en conseil
      des ministres. c'est nicolas sarkozy
      qui avait prisle décret. ici,
      l'ancien président, n'avait pas
      attendu une décision de justice.
      les accusations de détournement
      de fonds publics, de faux
      en usage en écriture publique
      avaient suffi. le maire était du
      parti socialiste, et sarkozy de
      l'ump. la classe politique
      n'avait pas parlé de règlement
      de compte.
      en afrique en 2007 au bénin,
      le maire de cotonou,, léhady
      soglo a été ar le gouvernement
      béninois. une procédure inédite
      au bénin après environ 15 années
      de décentralisation. il était
      reproché au maire de cotonou
      d'avoir octroyé des« primes de
      maintien d’ordre » octroyées
      au seul maire, « l’augmentation
      de plus de 100% des frais de
      représentation en 2017 sans délibération
      du conseil municipal
      », « la vente non conforme au
      prix référentiel » d’une partie
      du domaine public, « l’attribution
      abusive d’une voie publique
      aux fins d’habitation »
      et desirrégularités dansla passation
      des marchés publics et
      la nomination du personnel…
      de tels faits avaient suffi au
      conseil des ministres de prendre
      une mesure de révocation.
      au mois de mai dernier au
      mail, le maire de la commune
      bamako vi,alou coulibaly. il
      est reproché au maire d’avoir
      octroyé des dispenses répétées
      de paiement de taxes sans délibération
      du conseil communal,
      moyennant le paiement en nature
      par la donation de terrains
      ou le paiement en espèces à travers
      de ses intermédiaires.
      en côte d'ivoire, au début du
      mois d'août dernier, le maire du
      plateau àabidjan a été révoqué.
      « graves déviations » dans le
      maniement des fonds communaux,
      faux en écritures publiques
      et détournements de
      fonds portantsur plusieurs millions
      d'euros, c'est ainsi que le
      porte-parole du gouvernement
      a justifié la révocation du maire
      du plateau, noël akossi
      bendjo.
      pour la même mairie de dakar,
      en 1978, lamine diack a été
      révoqué par senghor pour mauvaise
      gestion de la... caisse
      d'avance.
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2018 (16:45 PM)
      cet imbecile de ismaela madior fall est prét à defendre tout méme reserver une place au paradis aux infideles
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2018 (16:45 PM)
      cet imbecile de ismaela madior fall est prét à defendre tout méme reserver une place au paradis aux infideles
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2018 (16:45 PM)
      cet imbecile de ismaela madior fall est prét à defendre tout méme reserver une place au paradis aux infideles
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2018 (17:12 PM)
      est ce que tu as pris le temps de lire les explications. depuis 2 ans macky aurait pu radier khalifa au vu du rapport de l'ige il a attendu une condamnation en appel. soyez un peu objectif si vous voulez que le pays avance
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2018 (19:15 PM)
      le rapport de l'ige a plus épinglé les compagnons de macky qui eux n'ont même pas été inquiétés. macky sait pertinemment que sur un simple rapport de l'ige qui a épinglé plusieurs de ses compagnons(qui n'ont pas été inquiétés) il ne peut pas se permettre de révoquer le maire de dakar.
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2018 (19:56 PM)
      comparaison n'est pas raison. sarkozy a révoqué un maire parce que la presse française avait fait l'écho de graves irrégularités dans cette mairie. dans le cas de khalifa c'est macky qui prend l'initiative alors que les dakarois ne se sont plaints de rien. il y a jamais eu un média qui a fait l'écho de dénonciations des dakarois au point que macky demanda à la justice de s'en saisir. c'est macky avec la complicité d'anciens socialistes qui est parti fouiller dans les affaires de la mairie de dakar pour trouver la petite bête... vous les gars de l'apr, vous aimez semer la confusion, et puis vous n'êtes pas intelligents. vous savez que réciter les bêtises qu'on vous raconte sans savoir faire la part des choses.
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2018 (20:57 PM)
      comparaison n'est pas raison.
      sarkozy a révoqué un maire parce que la presse avait fait l'écho de pratiques douteuses dans sa mairie. dans le cas du maire de dakar, les dakarois ne se sont jamais plaints de sa gestion. c'est macky qui a envoyé l'ige à la mairie de dakar pour trouver la petite bête à un maire très populaire et aimé de ses administrés.
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2018 (23:12 PM)
      comparaison n'est pas raison.
      sarkozy a révoqué un maire parce que la presse avait fait l'écho de pratiques douteuses dans sa mairie. dans le cas du maire de dakar, les dakarois ne se sont jamais plaints de sa gestion. c'est macky qui a envoyé l'ige à la mairie de dakar pour trouver la petite bête à un maire très populaire et aimé de ses administrés.
  2. Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (13:55 PM)
    la patience et l'elegance republicaine pour vous consistent à laisser faire un delinquant

    qui a soutiré des deniers publics et qui refuse de dire l'usage qu'il en fait ,de lui reserver un sort particulier voire privilegié par rapport aux autres citoyens parce que monsieur est politique
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (13:56 PM)
    CLAIR ,NET, LIMPIDE ,CLEAR, SET ,LAABI, LËR....Et la vie continue..Passons aux choses sérieuses...
    Auteur

    Mooo

    En Septembre, 2018 (13:57 PM)
    Moi je pense que le Sénégal est entrain de vivre les heures les plus sombres de son histoire.D'abord on nous fait boire du caca par la force.Ensuite on est plus que jamais pauvres et pire Macky veut nous imposer un troisième mandat et pendant ce temps on nous refuse de récupérer nos cartes d'électeurs.Pour moi le seul point positif du règne de Macy SALL c'est l'emprisonnement de Khalifa SALL.Mais appart ça il a échoué sur tous les points et a offert la moitié de notre pays à la France.
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2018 (14:48 PM)
      encore un imbécile qui cherche à semer la confusion avec un commentaire paradoxal... c'est désormais la stratégie des idiots de l'apr.
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2018 (02:52 AM)
      c'est toi qui vit depuis ta naissance dans l'obscurité, mais le sénégal se porte à merveille. qu'st ce que le sénégal, pma , peut apporter à la france. reviens sur terre, 99% de français ignorent meme l'existence du sénégal?
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (13:58 PM)
    Aa
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (14:01 PM)
    C toi l'instigateur de toutes les bêtises d s pays si jamais ce pays brûle c toi le principal responsable
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (14:02 PM)
     :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot: 
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (14:07 PM)
    Jamais dans l'histoire politique et judiciaire du Sénégal un ministre de la justice n'a fait preuve d'autant de bassesse. Kiii est ce que bou teudé dina nélaw. Déel bayi khel qu'un jour tu seras jugé pour tes actes
    Auteur

    En Septembre, 2018 (14:10 PM)
    Je persisterais à le dire, les juristes du Sénégal sont tous nillissimes. Ils ne nous servent à rien du tout sinon que de tarauder nos actualités avec des questions qui normalement ne devraient pas avoir lieu. Ils ne sont ni simples ni précis et ni cohérents dans la législation.
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (14:11 PM)
    Vous dites que c'est une sanction administrative et qu'elle est indépendante d'une condamnation simple ou définitive, alors pourquoi le décret a-t-il visé, outre la loi de 2013 sur les collectivités locales, l'arrêt de la cour d'appel condamnant khalifa SALL?







    - Pourquoi, comme vous semblez le conforter, le président n'avait-il pas pris ce décret de révocation dès le premier rapport de l'IGE sur Khalifa SALL (Il semblerait même que l'IGE n'avait même pas recommandé des poursuites, juste des recommandations visant à organiser cette caisse).







    - le régime développé par l'article 135 concerne les maires condamnés pour crime. ce qui s'entend pour les "vrais" juristes qu'il faut un fait qualifié et reconnu comme tel, qu'il y ait poursuites et une condamnation DÉFINITIVE s'entend. Pas besoin de précision car en justice une condamnation c'est celle qui est toujours définitive. Et les sanctions prévues pour les maires reconnus d'avoir commis un crime c'est une RÉVOCATION DE DROIT par décret ou une suspension à temps (par arrêté ou décret) d'un à trois mois avant toute condamnation juste à l'étape du soupçon ou d'une procédure d'enquête ou d'audition administrative. pour résumer:



    - article 135 CRIME : deux sanctions.



    1- révocation de droit par décret motivé s'll y a condamnation définitive



    2- simple suspension d'1 à 3 mois par arrêté ou décret (les poursuites pouvant aboutir à une condamnation définitive et à la révocation de droit par décret motivé viendront après). Donc en cas de faits de crime, la suspension est une mesure conservatoire en attendant la sanction suprême de la révocation qui peut intervenir qu'en cas de condamnation pour crime.



    (NB. le texte peut être difficile à lire car mal écrit, il saute du coq à l'âne, mais une lecture en suivant le fil du texte peut aider à comprendre.)







    Ensuite l'article 140 qui liste d'autres faits plus proches des délits et qui renvoi à l'article 135 pour le régime juridique, n'épouse que le même procédé cette fois ci pour les délits. C’est à dire : mesures conservatoire de suspension dès les faits par arrêté ou décret allant d'1 à 3 mois. Révocation de droit en cas de condamnation définitive pour ces délits.

    Pour conclure, en cette étape de la procédure la seule mesure administrative qui vaille ici c'est la suspension d'un mois par le ministre ou celle de trois par le président de la république par décret en attendant que la procédure judiciaire se termine définitivement pour penser, en cas de condamnation, à la révocation.



    La révocation, en cette étape de la procédure, est manifestement illégale. Je recommande un recours administratif ou gracieux dans les deux mois du recours en annulation pour que le président rapporte le décret.

    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2018 (14:30 PM)
      vous êtes à l'origine de toutes les bétises judiciaires de ce pays si toute fois que le senegal brule ayez le courage de dire que je suis le briquet dieu vs attend
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (14:28 PM)
    madior doul
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (14:28 PM)
    Je ne connais rien en droit public mais je sais lire le français, j'attends un raisonnement contraire aussi cohérent et basé sur des sources du droit pour me prouver que ce Monsieur à tord sur toute la ligne. Au cas échéant je considère que le Président est dans ses droits.

    La loi n'est pas d'âme et ni de morale est impersonnelle et générale. Soit le droit est dit ou non.



    Merci
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2018 (16:23 PM)
      bien dit. malheureusement au sénégal les politiciens sont toujours placés dans une zone de non droit.
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (14:47 PM)
    Macky comme Staline Macky comme Mao tous les deux brimaient, opprimaient leurs peuples au prix du "socialisme" ou du "communisme" ( les massacres de la place Tian'anmen, la répression féroce par Staline de l'opposition, l'exil de Trotsky, son exécution à Mexico par un nervis de Staline). Macky n'est réellement pas un démocrate. Il dit qu'il est social libéral, moi je trouve que c'est un néo-stalinien tortionnaire dans la stratégie de conservation du pouvoir, néo-libéral dans la politique économique. Macky ne connait pas le centralisme démocratique dans un parti, il décide les autres exécutent. Il demande l'avis de ses collaborateurs mais n'en tient souvent pas compte, il décide seul. Il faut dire qu'il est entouré par des brebis galeuses très nombreuses. Pour Macky ce qui est important, c'est de surtout pas s'opposer à lui. Il a le même esprit que les dictateurs, la seule différence avec les dictateurs au sens classique, au Sénégal on ne tue pas directement, on ne torture pas directement, c'est plus fin, plus subtil, plus hypocrite mais au final tout aussi efficace que les dictatures des pays de l'est ou d'Amérique du sud. Macky est à l'aise dans ce système néo stalinien. Il pavoise, dès qu'il y en a un qui bouge il l'enferme et fait marcher l'armada judiciaire. Il faudrait que le peuple voir l'opposition soit plus vicieux et l'affronte sur tous les fronts en même temps pour le déstabiliser à l'effigie d'une bombe à défragmentation qui n'arrête pas de pétarader et qui fait des bruits assourdissants à répétition constante comme lorsqu'une bande de lycaons chasse une proie en faisant des relais puis en l'encerclant. Il faudrait chasser Macky comme une proie. LA CHASSE AU SANGLIER POUR MACKY EST OUVERTE. ORGANISONS UNE BATTUE PERMANENTE POUR MACKY.

    Dans le fond Macky n'a jamais cru au maoïsme ; il partageait les idées de Mao quand il était étudiant. Il a embrassé le libéralisme assez vite car il est arriviste et calculateur ; le libéralisme lui permet de tromper son peuple en gagnant beaucoup d'argent parce que Macky l'argent il l'aime, il l'adore et comme il aime l'argent, il sait que la seule façon d'en avoir beaucoup, c'est être au pouvoir et garder le plus longtemps possible le pouvoir. De ce fait sa folie pour le fric et pour le pouvoir le fait glisser aisément vers la dictature. Il n'a jamais cru aux idées de socialisme et de communisme.
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (14:49 PM)
    Macky comme Staline Macky comme Mao tous les deux brimaient, opprimaient leurs peuples au prix du "socialisme" ou du "communisme" ( les massacres de la place Tian'anmen, la répression féroce par Staline de l'opposition, l'exil de Trotsky, son exécution à Mexico par un nervis de Staline). Macky n'est réellement pas un démocrate. Il dit qu'il est social libéral, moi je trouve que c'est un néo-stalinien tortionnaire dans la stratégie de conservation du pouvoir, néo-libéral dans la politique économique. Macky ne connait pas le centralisme démocratique dans un parti, il décide les autres exécutent. Il demande l'avis de ses collaborateurs mais n'en tient souvent pas compte, il décide seul. Il faut dire qu'il est entouré par des brebis galeuses très nombreuses. Pour Macky ce qui est important, c'est de surtout pas s'opposer à lui. Il a le même esprit que les dictateurs, la seule différence avec les dictateurs au sens classique, au Sénégal on ne tue pas directement, on ne torture pas directement, c'est plus fin, plus subtil, plus hypocrite mais au final tout aussi efficace que les dictatures des pays de l'est ou d'Amérique du sud. Macky est à l'aise dans ce système néo stalinien. Il pavoise, dès qu'il y en a un qui bouge il l'enferme et fait marcher l'armada judiciaire. Il faudrait que le peuple voir l'opposition soit plus vicieux et l'affronte sur tous les fronts en même temps pour le déstabiliser à l'effigie d'une bombe à défragmentation qui n'arrête pas de pétarader et qui fait des bruits assourdissants à répétition constante comme lorsqu'une bande de lycaons chasse une proie en faisant des relais puis en l'encerclant. Il faudrait chasser Macky comme une proie. LA CHASSE AU SANGLIER POUR MACKY EST OUVERTE. ORGANISONS UNE BATTUE PERMANENTE POUR MACKY.

    Dans le fond Macky n'a jamais cru au maoïsme ; il partageait les idées de Mao quand il était étudiant. Il a embrassé le libéralisme assez vite car il est arriviste et calculateur ; le libéralisme lui permet de tromper son peuple en gagnant beaucoup d'argent parce que Macky l'argent il l'aime, il l'adore et comme il aime l'argent, il sait que la seule façon d'en avoir beaucoup, c'est être au pouvoir et garder le plus longtemps possible le pouvoir. De ce fait sa folie pour le fric et pour le pouvoir le fait glisser aisément vers la dictature. Il n'a jamais cru aux idées de socialisme et de communisme.
    Auteur

    Anonyme Dom Rewmi

    En Septembre, 2018 (14:49 PM)
    Dans l'histoire politique du sénégal , le sénégal n'a jamais un ministre de la justice aussi nul que MR MADIOR de surcroit professeur de droit public à l'université de DAKAR .Mr le ministre que faites vous de la décision de la cour de la CDEAO ? qui est au dessus méme de notre constitution donc à fortiori notre code des collectivités .Dés l'instant la cour de la CDEAO a annulé toute la procédure dépuis au niveau de l'enquéte de police jusqu'à son élection de député confirmée par le conseil constitutionnel du sénégal et la cour de la CDEAO estimant que les droits de KHalifa sall ont été violé et condamne l'état du sénégal a lui verser 35 000.000fcfa de dommages et interéts .Mr le ministre ne mélangeons pas politique et droit .A mainte reprises la cour européenne a condamné la france les hommes politiques de Droite ou de Gauche du pouvoir ne bipent mot il l'exécute , car un état qui ratifie une convention internationale doit la respecter .Dommage le sénégal perd sa crédibilité sur la scéne internationale surtout en Afrique on devient la risée de notre continent , vous étes entrain de briser cette belle vitrine de démocratie , état de droit et de liberté pour une dictature rampante . :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot:  :emoshoot: 
    • Auteur

      Rmouha Distal

      En Septembre, 2018 (21:24 PM)
      je suis de ton point de vue. ce n'est pas étonnant c'est un professeur tropical ou local selon. c'est triste qu'il confonde suspension et radiation.
      auteur agrégé de chimie france
      docteur de 3éme cycle france
      docteur d’État es sciences
      professeur titulaire de classe exceptionnelle
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (14:49 PM)
    Le Président n'a pas le droit de révoquer avant une condamnation définitive pour crime (art. 135) ou pour délit (art. 140). Ce serait un dangereux précédent et en plus c'est TOTALEMENT FAUX!



    des deux articles 135 et 140, il ressort :



    - Avant une condamnation pour crime ou délit : la sanction c'est soit une suspension d'un mois par le ministre de tutelle ou celle de trois mois par le Président de la République.



    - Après une condamnation définitive pour crime ou délit : la sanction c'est la révocation de droit motivé.



    Point à la ligne!!!!
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (14:59 PM)
    le ridicule ne tue pas dans ce pays. Le ministre IMF nous apprend maintenant qu’après simple entretien par IGE le président a la possibilité de révoquer un maire !!!! Alors je demande à IMS est ce qu’un entretien = condamnation ? Certainement non. L’IGE fait des entretiens sur la base de simple soupçon. Il faut rappeler que l’IGE n’a aucun pouvoir de sanction. Donc arrêtez de vous prendre pour le Monsieur HYPER MEGA INTELLIGENT.
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2018 (15:30 PM)
      allez lire les dispositions du code des collectivités territoriales afférentes. c'est mieux que de rester là à dire du n'importe quoi. la loi dit qu'il suffit que le maire soit entendu sur les faits qui lui sont reprochés. il suffit qu'une autorité de l'etat atteste que les faits reprochés sont avérés pour que la révocation puisse intervenir. il peut s'agir d'une autorité administrative ou d'une juridiction. donc, le rapport de l'ige qui a été produit après avoir entendu khalifa sur les faits pouvait bel et bien servir de base juridique pour la révocation. la décision du pr peut être critiquée sous un autre angle, mais pas juridique.il faut être honnête!
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2018 (17:12 PM)
      le rapport de l'ige n'a jamais mentionne d'un quelconque detournement corruption or malversation, mais plutot d'une procedure qu'il faut corrige a defaut la changer.
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (15:08 PM)
    Macky comme Staline Macky comme Mao tous les deux brimaient, opprimaient leurs peuples au prix du "socialisme" ou du "communisme" ( les massacres de la place Tian'anmen, la répression féroce par Staline de l'opposition, l'exil de Trotsky, son exécution à Mexico par un nervis de Staline). Macky n'est réellement pas un démocrate. Il dit qu'il est social libéral, moi je trouve que c'est un néo-stalinien tortionnaire dans la stratégie de conservation du pouvoir, néo-libéral dans la politique économique. Macky ne connait pas le centralisme démocratique dans un parti, il décide les autres exécutent. Il demande l'avis de ses collaborateurs mais n'en tient souvent pas compte, il décide seul. Il faut dire qu'il est entouré par des brebis galeuses très nombreuses. Pour Macky ce qui est important, c'est de surtout pas s'opposer à lui. Il a le même esprit que les dictateurs, la seule différence avec les dictateurs au sens classique, au Sénégal on ne tue pas directement, on ne torture pas directement, c'est plus fin, plus subtil, plus hypocrite mais au final tout aussi efficace que les dictatures des pays de l'est ou d'Amérique du sud. Macky est à l'aise dans ce système néo stalinien. Il pavoise, dès qu'il y en a un qui bouge il l'enferme et fait marcher l'armada judiciaire. Il faudrait que le peuple voir l'opposition soit plus vicieux et l'affronte sur tous les fronts en même temps pour le déstabiliser à l'effigie d'une bombe à défragmentation qui n'arrête pas de pétarader et qui fait des bruits assourdissants à répétition constante comme lorsqu'une bande de lycaons chasse une proie en faisant des relais puis en l'encerclant. Il faudrait chasser Macky comme une proie. LA CHASSE AU SANGLIER POUR MACKY EST OUVERTE. ORGANISONS UNE BATTUE PERMANENTE POUR MACKY.



    Dans le fond Macky n'a jamais cru au maoïsme ; il partageait les idées de Mao quand il était étudiant. Il a embrassé le libéralisme assez vite car il est arriviste et calculateur ; le libéralisme lui permet de tromper son peuple en gagnant beaucoup d'argent parce que Macky l'argent il l'aime, il l'adore et comme il aime l'argent, il sait que la seule façon d'en avoir beaucoup, c'est être au pouvoir et garder le plus longtemps possible le pouvoir. De ce fait sa folie pour le fric et pour le pouvoir le fait glisser aisément vers la dictature. Il n'a jamais cru aux idées de socialisme et de communisme.
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (15:09 PM)
    Le grave problème des sénégalais c’est...bravo un article très intelligent et très bien ficelé:short$sweet
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (15:09 PM)
    Macky qui comme Staline,Macky....ton texte est un ramassis de conneries

    Please stop spreading
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (15:09 PM)
    Et dire que ce sont ces gens la qui nous gouvernent le maire abdoulaye diouf sarr par ailleurs ministre qui menace de revoquer un delegue de quartier par decret s il vout plait parceque sa tete ne lui plait pas devant un parterre de vieux fonctionnaires tous a la retraite quelle ignorance
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (15:09 PM)
    Et dire que ce sont ces gens la qui nous gouvernent le maire abdoulaye diouf sarr par ailleurs ministre qui menace de revoquer un delegue de quartier par decret s il vout plait parceque sa tete ne lui plait pas devant un parterre de vieux fonctionnaires tous a la retraite quelle ignorance
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (15:21 PM)
    Le grave problème des Sénégalais c´est qu´ils veuillent bien croire à quelque chose qui n´existe pas: La Démocratie dite Sénégalaise. Elle n´existe que de nom car elle est manipulée. La justice est soumise au pouvoir et le Pouvoir c´est Le Président et sa cour. Ils détiennent les postes et ils détiennent les finances. Si on veut vivre comme politicien de l´opposition il faut se rapprocher du pouvoir, d´où les transhumances. Le graissage des masses populaires passe par leurs dirigents maraboutiques, comme toujours. Des billets pour la Mecque, des billets de banque, des évacuations pour des soins, des passeports diplomatiques, la construction de leurs demeures ou lieux célébrations de leurs ancetres, et la distribution de vivres. Voilà comment fonctionne cette Démocratie dit Sénégalaise peu reluisante.Le partage des ressources du pays se fait au sommet du pouvoir, et de temps en temps on laisse tomber quelques fruits pour les petits singes qui n´ont pas accès aux branches supérieures, qui de toutes facons leurs sont interdites. Il veut bien y croire le pauvre Senegalais, qu´il a une démocratie, car pour le maintenir dans la merde, on le compare ou il se compare aux Congolais ou aux Gambiens sous Yaya Le Fou ! Maispourquoi ne vient il pas donc à se comparer à l´Inde à la Corée du Sud, ou au Singapour ou à la Malaysie, puisque ce sont là les ou des pays avec qui nous devrions nous mesurer ? Ah, oui j´oubliais que nous tendons à regarder la médiocrité plutot que de lorgner les sommets !
    • Auteur

      Errreur Professeur

      En Septembre, 2018 (15:41 PM)
      dakar n'est pas resté de 1963 à 1984 sans maire.il ya eu lamine diack et clédor sall
    Auteur

    Korsiga

    En Septembre, 2018 (15:32 PM)
    Article 135 code général des collectivités locale dispose ".- Lorsque le maire ou tout autre conseiller municipal est condamné pour crime, sa révocation est de droit

    et l'article 140.du même ajoute que " - Sans que la liste soit limitative, les fautes énumérées ci-dessous peuvent entraîner l’application des dispositions de l’article 135 du présent code :

    1. fait prévu et puni par la loi instituant la Cour des comptes ;

    2. utilisation des deniers publics de la commune à des fins personnelles ou privées ;

    3. prêts d’argent effectués sur les recettes de la commune ;

    4. faux en écriture publique authentique visés au Code pénal ;

    5. faux commis dans certains documents administratifs, dans les feuilles de route et certificats visés au Code

    pénal ;

    6. concussion ;

    7. spéculation sur l’affectation des terrains publics, les permis de construire ou de lotir ;

    8. refus de signer ou de transmettre au représentant de l’Etat une délibération du conseil municipal.

    Dans les sept premiers cas, la sanction administrative ne fait pas obstacle aux poursuites judiciaires

    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (15:33 PM)
    Sonko is the solution pour la rupture.
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (15:45 PM)
    ministre de la Justice, qui a revêtu sa robe de professeur agrégé de Droit pour seulement la justice qui appartient à Macky
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2018 (16:15 PM)
      mais ce ministron vendu et corrompu oublie de dire que : le taux d'analphabétisme au sénégal reste élevé à 54,6%, soit plus de 5 millions d'individus...alors quand il nous chante que : "qu'on a un peuple mûr, que l'on ne peut pas mobiliser sur des questions d'arrière-garde" ça veut dire quoi ????

      encore un griot patenté du pouvoir qui devient à son tour un répondeur automatique pour sauver le soldat mack $ale !
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (16:04 PM)
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (16:25 PM)
    La révocation de Khalifa Sall

    n'est pas une première. En

    France, le casle plus patent est

    la révocation Gérard Dalongeville

    (ex-PS),alors écroué dans

    une affaire de fausses factures

    présumées, de sa fonction de

    maire d'Hénin-Beaumont (Pasde-Calais)

    a été prononcée mercredi

    27 mai 2009 en conseil

    des ministres. C'est Nicolas Sarkozy

    qui avait prisle décret. Ici,

    l'ancien président, n'avait pas

    attendu une décision de justice.

    Les accusations de détournement

    de fonds publics, de faux

    en usage en écriture publique

    avaient suffi. Le maire était du

    Parti socialiste, et Sarkozy de

    l'UMP. La classe politique

    n'avait pas parlé de règlement

    de compte.

    En Afrique en 2007 au Bénin,

    le maire de Cotonou,, Léhady

    Soglo a été ar le gouvernement

    béninois. Une procédure inédite

    au Bénin après environ 15 années

    de décentralisation. Il était

    reproché au maire de Cotonou

    d'avoir octroyé des« primes de

    maintien d’ordre » octroyées

    au seul maire, « l’augmentation

    de plus de 100% des frais de

    représentation en 2017 sans délibération

    du conseil municipal

    », « la vente non conforme au

    prix référentiel » d’une partie

    du domaine public, « l’attribution

    abusive d’une voie publique

    aux fins d’habitation »

    et desirrégularités dansla passation

    des marchés publics et

    la nomination du personnel…

    De tels faits avaient suffi au

    conseil des ministres de prendre

    une mesure de révocation.

    Au mois de mai dernier au

    Mail, le maire de la commune

    Bamako VI,Alou Coulibaly. Il

    est reproché au maire d’avoir

    octroyé des dispenses répétées

    de paiement de taxes sans délibération

    du conseil communal,

    moyennant le paiement en nature

    par la donation de terrains

    ou le paiement en espèces à travers

    de ses intermédiaires.

    En Côte d'Ivoire, au début du

    mois d'août dernier, le maire du

    Plateau àAbidjan a été révoqué.

    « Graves déviations » dans le

    maniement des fonds communaux,

    faux en écritures publiques

    et détournements de

    fonds portantsur plusieurs millions

    d'euros, c'est ainsi que le

    porte-parole du gouvernement

    a justifié la révocation du maire

    du Plateau, Noël Akossi

    Bendjo.

    Pour la même mairie de Dakar,

    en 1978, Lamine Diack a été

    révoqué par Senghor pour mauvaise

    gestion de la... caisse

    d'avance.
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (16:35 PM)
    Madior est un des responsible de. la merde de notre pays
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (16:53 PM)
    Insulter rek au lieu d'essayer de comprendre!
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (16:53 PM)
    ki dou sa morome
    Auteur

    Fascisme!!!

    En Septembre, 2018 (17:04 PM)
    Yakham C. N. MBAYE porte-voix de Goebbels Fall ...tous deux serviteurs du Fuhrer

    Senegalais . Le Fascisme en marche au SENEGAL..
    Auteur

    Amy

    En Septembre, 2018 (17:12 PM)
    Sachez le.

    Ismaila Madior Fall fait le malin mais à échoué une fois à l agrégation et une fois à la titularisation.

    Qu' il arrête de jouer au seul mec connaissant le droit.
    Auteur

    Amy

    En Septembre, 2018 (17:13 PM)
    Sachez le.

    Ismaila Madior Fall fait le malin mais à échoué une fois à l agrégation et une fois à la titularisation.

    Qu' il arrête de jouer au seul mec connaissant le droit.
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (17:31 PM)
    Madioss fall ya meuna doul.
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (17:37 PM)
    s'il y'avait un prix nobel de LITTÉRATURE JURIDIQUE je crois qu'on le donnerait à ce monsieur
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (17:46 PM)
    À force de mentir , ses moustaches sont devenues toutes blanches avant l’heure.!!!
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (18:16 PM)
    A la lecture des articles 135 et 140, il faut comprendre que les sanctions sont hiérarchisées et cela indifféremment de l’infraction commise (délit ou crime). Indifféremment, car le régime des sanctions évoqué par les articles 135 et 140 est le même c'est-à-dire qu’en cas de crime ou délit c’est d’abord la suspension par arrêté ou décret (en cas de prolongation) dès la commission et la connaissance des faits par une autorité administrative et avant une quelconque condamnation (simple ou définitive) ; et ensuite la révocation de droit après qu’une condamnation définitive a été prononcée. Donc suspension avant condamnation et révocation après une condamnation définitive.

    Le siège de toute cette confusion peut se trouver dans l’écriture de l’article 135 qui est un peu enchevêtrée. Cet article évoque juste les deux sanctions susceptibles d’intervenir en cas de crime qu’aurait commis un maire ou autres adjoints ou conseillers. Le premier alinéa de l’article 135 n’est pas un principe, mais pose juste la sanction suprême en cas de condamnation définitive pour crime à savoir la révocation de droit (ce qui se conçoit aisément car une personne définitivement condamnée perd tout droit et le décret doit couler de source). Le troisième alinéa de l’article 135, pour éviter cette confusion devait venir juste après le 1er alinéa et aurait pu être écrit comme suit : « Lorsque le maire ou tout autre conseiller municipal est condamné pour crime, sa révocation est de droit. Ils ne peuvent être révoqués que par décret (motivé) ».

    Le deuxième alinéa : « les maires et adjoints….à trois mois », ne parle que de l’autre sanction administrative minimale qu’est la suspension d’un mois par arrêté du ministre de tutelle ou de trois en cas de prolongation par décret du Président de la République. Précisons que ce décret de prolongation de trois mois par le Président de la République n’a rien à voir avec le décret de révocation évoqué par l’alinéa 1er de l’article 135.

    Pour finir le dernier alinéa de l’article 135 complète juste les sanctions, en disant que celles-ci à savoir les suspensions (alinéa 2) et la révocation (alinéa 1er ) doivent être motivées.

    Le même raisonnement doit être appliqué pour l’article 140 en ce qui concerne les délits.

    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (18:17 PM)
    C decret pris fort tardivement par President de la Republique est autonome ,il est absolument legal et executoire tant que le juge de l'exces de pouvoir ne l'a pas annulé , point barre ! tous ceux qui s'agitent dans cette affaire sont soit par ignorance du droit soit par mauvaise foi ,vice couranr dans l'arene politique
    • Auteur

      Reply_author

      En Septembre, 2018 (18:29 PM)
      tu sais même ce décret n'est pas encore exécutoire comme tu le dis. khalifa a deux mois après publication ou notification pour l'attaquer en annulation. et même ce qu'on appelle un recours gracieux auprès du président de la république pour qu'il rapporte ce décret. rien que tout cela, sauf saisine directe de la cour suprême, peut durer 4 à 6 mois.
    Auteur

    Gallo Mbaye

    En Septembre, 2018 (19:58 PM)
    Moi Ismaila Madior Fall me ressort maintenant par les yeux. Ce type est dégoulinant de mauvaise foi et de servilité.
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (19:59 PM)
    Auteur

    Mbaye

    En Septembre, 2018 (20:00 PM)
    Ministre de l injustice. Courtisan en chef.Malhonnete comme pas possible.
    Auteur

    Maky

    En Septembre, 2018 (20:08 PM)
    Vous verrez que si un jour maky emprisonne Mareme faye Sall, Madior Fall se précipitera sur les plateaux de tv pour le justifier.
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (20:08 PM)
    KARIM COMME KHALIFA

    Réveillez-vous sénégalais !coup d’état politique, coup d’Etat électoral permanent !sabotage organisé des élections, Karim comme khalifa traqués pour des raisons politiques et ethniques, avez-vous vu maky traquer un poular ou un membre de l’Alliance des poulars de la Ripoublique APR? Nafi OFNAC virée pour avoir osé convoquer Aliou sall. Aliou Sall DG de la CDC, Maky arrache à l’ARMP un droit de regard sur ce que fait son frère qui gère des milliards exempts de contrôle. Pour maky, il faut éliminer avant la présidentielle les candidats wolofs sérieux en oubliant la leçon de Moïse dégageant le pharaon. Le verdict de Maky est dans la poche du juge. Tout le reste c’est théâtre et mackillage juridique de sa Mackystrature destinés à la consommation des moutons, à l’explosion de l’audimat des medias manipulés et aux frais d’honoraires des avocats. Maky délivre aux organismes de contrôle comme l’IGE, la Cour des comptes, ARMP, OFNAC des ordres de mission ciblée vers ses adversaires, reçoit les rapports, fait le tri, met le coude sur les dossiers de son clan, sélectionne et dicte la conduite à la justice qui organise un simulacre de procès.

    La mackystrature ne rend pas la justice, elle rend service à Macky

    Hé Maky qui a construit Arène nationale et Dakar Aréna !

    Hé Macky, si t’es garçon , ose affronter Karim et Khalifa !

    Karim , deuxième après les lègislatives truquées, wolof , maky l’exclut

    Khalifa, troisième après des législatives truquées , wolof maky l’exclut

    Attention danger avec l’ethnicisme émergent





    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (20:09 PM)
    Sabotage organisé des élections ou décryptage du maquis

    Posez la grille ethnique et vous lirez Maky facilement.

    60 milliards à Maky pour une carte par personne qui ne viendra jamais. . 60 milliards investis sur des cartes pour voler les élections.Wade, avec 15 milliards, a produit 2 cartes par personnes dans le temps et dans l’espace. Maky qui avait promis 3191 milliards de FCFA avec les conseils délocalisés et 500 mille emplois aux jeunes, est volontairement incapable de nous livrer sans discrimination régionalo-ethnique des cartes d’électeur.

    Le processus électoral est miné de A à Z comme dans le maquis. Comble de népotisme, de clanisme et de combinazione, c’est Aliou SAll DG de la caisse des dépôts et de consignations, frère de Maky, qui reçoit la caution des adversaires de Maky ! Pour la petite histoire Maky a taillé sur mesure le poste pour son frère de sang à la veille de sa nomination, en arrachant à l’ARMP, un droit de regard sur ce qui se passe à la CDC. Maky manipule la Constitution pour empêcher à Wade de se présenter à une élection présidentielle, avec un âge max pour les candidats. Maky invente le parrainage citoyen universel, avec 53.457 signatures au minimum, pour éliminer des adversaires qu’il n’ose pas affronter démocratiquement. Macky parraine des candidats fantoches aux différentes élections. Maky choisit et élimine les candidats de son choix à toutes les élections en manipulant la mackystrature ; demandez à Karim et Khalifa. Le parrainage permet à Maky de faire le tri de ses adversaires qui réussiront à passer après le tamis de la justice. Maky choisit les électeurs en sabotant l’inscription, la fabrication des cartes, leur distribution, la fabrication des bulletins, leur acheminement, l’organisation du vote, la proclamation des résultats. Seuls Maky et les 40 voleurs du suffrages du peuple détiennent le fichier électoral. Lors des législatives de juillet 2017, Maky a délibérément saboté les élections à Dakar, Touba, en milieu wolof, mouride et dans les zones non favorables. Aucun problème dans les régions toucouleur ou de sa belle-famille du Sine. Des mauritaniens de son ethnie franchissent le fleuve pour s’inscrire en masse sur les listes électorales. Farba ngom dit que le Fouta est le titre foncier de Macky. Maky avait 5 ans pour préparer les législatives de 2017. Il organise la fraude industrielle en confisquant la voix du peuple comme avec son wakh wakhééte sur un mandat de 5 ans. Les 6.210.000 électeurs votent ou pas comme Maky le veut. Les 90.000 électeurs de 200 bureaux de vote à Touba n’ont pas voté parce que Maky n’en voulait pas. Le vote a démarré à 18 heures à Touba, telle fut la volonté de Maky.1.021.502 électeurs n’ont pas vu la couleur de leur carte. 1 million 500 sénégalais, des sans-papiers, n’ont pas voté par sabotage organisé car Macky qui avait voté par force sans pièces à Fatick en 2007 l’a voulu ainsi. Relisez Althusser. Maky a confié l’appareil répressif de l’Etat à Abdoulaye Daouda Diallo, l’appareil idéologique confié à Yaya Abdoul Kane ministre des télécoms, chargé en plus du centre national d’Etat civil qui manipule les données démographiques avec fichage de tous les sénégalais dès la naissance, Chérif Diallo Directeur des TIC, Elhadji Ndiaye 2S TV PCA de la société sénégalaise de télédiffusion, Racine Talla à la RTS, ARTP avec le DG Abdou Karim Sall et le PCA Abou Abel Thiam, l’opérateur de téléphone Hayo couvrant le Fouta, Tigo à Yérim sow qui avait mis l’hôtel Radisson à la disposition de Maky pendant la présidentielle de 2012, comme Alassane Ouattara avec l’hôtel Ivoire d’Abidjan, pour lui servir d’Etat-major de guerre au cas où Wade refuserait de céder le pouvoir. La RTS, Youssou Ndour le ministre bodio bodio, en conflit d’intérêt avec son Groupe Falaat Maky, 2 S TV, le Quotidien, Libération, etc., font le reste du travail de propagande digne de la radio des mille collines du Rwanda. L’appareil économique étatique est sous la botte de son ethnie. Tout le Ministère de l’Economie dirigé par Amadou BA, est au service de son ethnie. Pour acheter les consciences, Maky invente soudainement en vue de la présidentielle de 2019, la délégation à l’entreprenariat rapide(DER) avec un budget officiel de 30 milliards de FCFA par an. La corruption de masse est en marche, arrachant ainsi toute dignité à l’électeur. L’OFNAC est une grosse arnaque, et ce n’est pas l’IGE Nafi Ngom Keita qui avait osé convoquer Aliou Sall le frère de Maky qui dira le contraire.

    Case Rebeuss, il n’y a que les wolofs qui y séjournent dont les candidats sérieux que sont Karim Wade et Khalifa, victimes de méthodes et procès dignes du nazisme et du stalinisme. Mamadou Dia avait même, selon RFI, tenté un coup d’Etat depuis Dakar contre Sekou Touré dans les années soixante pour soutenir ses parents peul fouta de la Guinée. Senghor couplé à Mamadou Dia et Diouf avec son dauphin Tanor, ont initié cette coalition ethnique depuis 1960. Maky la perpétue avec le PM Dione. Cissé Lo avait déjà théorisé la coalition toucouleur et sérére. 517.770 bénéficiaires des bourses familiales politico-ethniques qui ne travaillent pas ont reçu 258.885.000.000 F CFA à raison 100.000 FCFA par ménage et par trimestre de 2013 à 2018. Une milice d’ASP politico-ethnique cooptée sans concours au nez et à la barbe de la police nationale et de la gendarmerie. En plus de la toucoulorisation à outrance de la république par des nominations, Maky veut changer la donne démographique du Sénégal en inscrivant en masse les peuls Fouta de la Guinée sur les listes électorales. Maky veut brûler ce pays où la coexistence des peuples et religions était incontestable. La mackystrature récite une dictée sous contrôle de Maky. Attention Maky est dangereux !

    Chers compatriotes, réveillez-vous !

    Les sénégalais ont tranquillement vaqué à leurs occupations le lendemain des défaites de Diouf et de Wade, pour le pouvoir, rien que pour le pouvoir, pour tout le pouvoir. Le PSE ce sont les Petrotimbo faye gaz Sall émergents. Maky fait tout pour immerger le Sénégal dans un océan de larmes, de feu, de sang, de cimetières.

    Attention danger, l’ethnicisme émerge !





    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (20:31 PM)
    Ce que le gaTde des sceaux dit est brai en partie .toutefois 2 remarques s'imposent ; - le décret de révocation n'avait pas à mentionner l'arrêt de la cour d'appel qui n'est pas defininitif -la demande ou l'invitation à s'expliquer .tel que prévu par l'article 135 du code général des collectivités ne peut se déduire du rapport de l:ige

    Il appartient à l'autorité de révocation .préalablement à toute sanction d'inviter la personne à sanctionner a s'expliquer sur les faits à lui reprochés '. Il ne faut pas d'avantage fragiliser la cour suprême
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (22:48 PM)
    La république des négros.....Madior Fall et sa saleté de Rufisquois. Sall comme Riufisque...
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (23:28 PM)
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (01:08 AM)
    Dieu n'aime pas les menteurs et les jaloux. Aussi, on peut tout reprocher au Ministre, sauf qu'il soit nul. Toute personne de bonne foi en lisant son intervention comprendra qu'il a dit le droit. Seulement Seneweb est infesté par des politiciens pro-Khalifa qui veulent cacher le soleil avec leurs doigts et nous faire ingurgiter leurs balivernes sur l'innocence de leur maître.Si Khalifa avait de la dignité, il aurait démissionné dès qu'il est mis en accusation pour prouver son innocence non en évoquant des raisons politiques ou des questions de procédures.C'est une telle attitude que l'on attend de quelqu'un qui a des ambitions présidentielles.
    Auteur

    Anonyme

    En Septembre, 2018 (06:43 AM)
    Sabotage organisé des élections ou décryptage du maquis

    Posez la grille ethnique et vous lirez Maky facilement.

    60 milliards à Maky pour une carte par personne qui ne viendra jamais. . 60 milliards investis sur des cartes pour voler les élections.Wade, avec 15 milliards, a produit 2 cartes par personnes dans le temps et dans l’espace. Maky qui avait promis 3191 milliards de FCFA avec les conseils délocalisés et 500 mille emplois aux jeunes, est volontairement incapable de nous livrer sans discrimination régionalo-ethnique des cartes d’électeur.

    Le processus électoral est miné de A à Z comme dans le maquis. Comble de népotisme, de clanisme et de combinazione, c’est Aliou SAll DG de la caisse des dépôts et de consignations, frère de Maky, qui reçoit la caution des adversaires de Maky ! Pour la petite histoire Maky a taillé sur mesure le poste pour son frère de sang à la veille de sa nomination, en arrachant à l’ARMP, un droit de regard sur ce qui se passe à la CDC. Maky manipule la Constitution pour empêcher à Wade de se présenter à une élection présidentielle, avec un âge max pour les candidats. Maky invente le parrainage citoyen universel, avec 53.457 signatures au minimum, pour éliminer des adversaires qu’il n’ose pas affronter démocratiquement. Macky parraine des candidats fantoches aux différentes élections. Maky choisit et élimine les candidats de son choix à toutes les élections en manipulant la mackystrature ; demandez à Karim et Khalifa. Le parrainage permet à Maky de faire le tri de ses adversaires qui réussiront à passer après le tamis de la justice. Maky choisit les électeurs en sabotant l’inscription, la fabrication des cartes, leur distribution, la fabrication des bulletins, leur acheminement, l’organisation du vote, la proclamation des résultats. Seuls Maky et les 40 voleurs du suffrages du peuple détiennent le fichier électoral. Lors des législatives de juillet 2017, Maky a délibérément saboté les élections à Dakar, Touba, en milieu wolof, mouride et dans les zones non favorables. Aucun problème dans les régions toucouleur ou de sa belle-famille du Sine. Des mauritaniens de son ethnie franchissent le fleuve pour s’inscrire en masse sur les listes électorales. Farba ngom dit que le Fouta est le titre foncier de Macky. Maky avait 5 ans pour préparer les législatives de 2017. Il organise la fraude industrielle en confisquant la voix du peuple comme avec son wakh wakhééte sur un mandat de 5 ans. Les 6.210.000 électeurs votent ou pas comme Maky le veut. Les 90.000 électeurs de 200 bureaux de vote à Touba n’ont pas voté parce que Maky n’en voulait pas. Le vote a démarré à 18 heures à Touba, telle fut la volonté de Maky.1.021.502 électeurs n’ont pas vu la couleur de leur carte. 1 million 500 sénégalais, des sans-papiers, n’ont pas voté par sabotage organisé car Macky qui avait voté par force sans pièces à Fatick en 2007 l’a voulu ainsi. Relisez Althusser. Maky a confié l’appareil répressif de l’Etat à Abdoulaye Daouda Diallo, l’appareil idéologique confié à Yaya Abdoul Kane ministre des télécoms, chargé en plus du centre national d’Etat civil qui manipule les données démographiques avec fichage de tous les sénégalais dès la naissance, Chérif Diallo Directeur des TIC, Elhadji Ndiaye 2S TV PCA de la société sénégalaise de télédiffusion, Racine Talla à la RTS, ARTP avec le DG Abdou Karim Sall et le PCA Abou Abel Thiam, l’opérateur de téléphone Hayo couvrant le Fouta, Tigo à Yérim sow qui avait mis l’hôtel Radisson à la disposition de Maky pendant la présidentielle de 2012, comme Alassane Ouattara avec l’hôtel Ivoire d’Abidjan, pour lui servir d’Etat-major de guerre au cas où Wade refuserait de céder le pouvoir. La RTS, Youssou Ndour le ministre bodio bodio, en conflit d’intérêt avec son Groupe Falaat Maky, 2 S TV, le Quotidien, Libération, etc., font le reste du travail de propagande digne de la radio des mille collines du Rwanda. L’appareil économique étatique est sous la botte de son ethnie. Tout le Ministère de l’Economie dirigé par Amadou BA, est au service de son ethnie. Pour acheter les consciences, Maky invente soudainement en vue de la présidentielle de 2019, la délégation à l’entreprenariat rapide(DER) avec un budget officiel de 30 milliards de FCFA par an. La corruption de masse est en marche, arrachant ainsi toute dignité à l’électeur. L’OFNAC est une grosse arnaque, et ce n’est pas l’IGE Nafi Ngom Keita qui avait osé convoquer Aliou Sall le frère de Maky qui dira le contraire.

    Case Rebeuss, il n’y a que les wolofs qui y séjournent dont les candidats sérieux que sont Karim Wade et Khalifa, victimes de méthodes et procès dignes du nazisme et du stalinisme. Mamadou Dia avait même, selon RFI, tenté un coup d’Etat depuis Dakar contre Sekou Touré dans les années soixante pour soutenir ses parents peul fouta de la Guinée. Senghor couplé à Mamadou Dia et Diouf avec son dauphin Tanor, ont initié cette coalition ethnique depuis 1960. Maky la perpétue avec le PM Dione. Cissé Lo avait déjà théorisé la coalition toucouleur et sérére. 517.770 bénéficiaires des bourses familiales politico-ethniques qui ne travaillent pas ont reçu 258.885.000.000 F CFA à raison 100.000 FCFA par ménage et par trimestre de 2013 à 2018. Une milice d’ASP politico-ethnique cooptée sans concours au nez et à la barbe de la police nationale et de la gendarmerie. En plus de la toucoulorisation à outrance de la république par des nominations, Maky veut changer la donne démographique du Sénégal en inscrivant en masse les peuls Fouta de la Guinée sur les listes électorales. Maky veut brûler ce pays où la coexistence des peuples et religions était incontestable. La mackystrature récite une dictée sous contrôle de Maky. Attention Maky est dangereux !

    Chers compatriotes, réveillez-vous !

    Les sénégalais ont tranquillement vaqué à leurs occupations le lendemain des défaites de Diouf et de Wade, pour le pouvoir, rien que pour le pouvoir, pour tout le pouvoir. Le PSE ce sont les Petrotimbo faye gaz Sall émergents. Maky fait tout pour immerger le Sénégal dans un océan de larmes, de feu, de sang, de cimetières.

    Attention danger, l’ethnicisme émerge !





Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Top Banner
Banner 01
Top Banner

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

LES PLUS LUS

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR