Dimanche 09 Mai, 2021 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33

Reportage

LES SENEGALAIS ET LE LUXE : Vivre dans le luxe et mourir dans la pauvreté, un commun bien partagé

Single Post
LES SENEGALAIS ET LE LUXE : Vivre dans le luxe et mourir dans la pauvreté, un commun bien partagé

Depuis quelques années, les sénégalais cris à la pauvreté sur tous les toits du monde et à toutes les occasions. Pourtant, ces mêmes sénégalais aiment frimer avec des appareils de luxe, les véhicules de luxe, des salons de luxe, des coiffures de luxe, des tenues de luxe, des montres de luxe, dans les supermarchés de luxe, dans les restaurants de luxe. A dire que les sénégalais ne connaissent pas la modestie n’étonnerait pas un observateur averti. En effet, les sénégalais aiment le luxe comme un vital de survie. Combien de ministres se pavanent avec deux téléphones d’une valeur de 300 000 francs chacun, combien circulent avec des appareils de dernières générations alors qu’ils n’ont pas quoi offrir à la famille, aux enfants comme manger. Reportage…

 

Dans les rencontres administratives, il n’est pas rare de voir aussi bien les ministres qu’un sénégalais lambda exhiber à la face du monde des appareils de la dernière génération. Certains ont souvent même deux appareils tactiles qui coûtent la peau des fesses pour leur propre plaisir. Mieux encore, combien sont-ils à circuler dans des véhicules de luxe alors que la famille se trouve dans une précarité sans appelle. D’aucun pensent que cette situation est dû à la complexité vis-à-vis de la société européenne notamment française. Une situation qui donne l’impression que le sénégalais et le luxe est une longue histoire d’amour. Et cela à quel prixPour se rendre à l’évidence de ce phénomène, il suffit d’être dans des endroits comme à l’intérieur des bus, dans le quotidien (marchés, ruelles, place publique etc.). Le phénomène n’atteint son comble qu’à l’occasion des fêtes, mariages, baptêmes et les manifestations diverses. Assis sous un arbre en plein centre ville, au cœur de Dakar, M. Sow Marius en jean assorti d’un t-shirt note «j’aime le luxe. Si on peut l’avoir c’est bien mais si on ne peut pas l’avoir on se contente de ce que l’on a». Pour ceux qui préfèrent vivre dans le luxe et mourir dans la pauvreté, M. Marius trouve que cela fait partie de leur vie. Il préfère acheter des téléphones à 200ou 300francs. C’est la conscience. Celui qui a une famille ne pensera pas ainsi mais pensera plutôt à acheter un sac de riz. Actuellement, la ou je me trouve , je suis en train de penser comment avoir un sac de riz pour ma famille car c’est la fin du mois». Et de souligné «je ne le ferai pas parce que je vis le jour au jour». Selon notre interlocuteur, ce phénomène est encourager par le fait que certains cherche de l’argent alors que d’autres restes à la maison et perçoivent de l’argent. Au lieu d’amener quelque chose à la famille, il préfère aller dans un restaurant de luxe se payer à manger à 10francs et ne rien amener pour la famille» ajout-il. La responsabilité des femmes dans le développement de ce fléau chez les hommes n’est pas à écarter. Car d’aucun imputent le développement de ce fléau aux femmes. Etant donné que les femmes sont presque la cause de beaucoup de phénomène dans nos sociétés. Et pour cause, ce sont les femmes qui poussent certains hommes à faire des sacrifices espérant voir courir les femmes derrière eux. «Ils pensent que s’ils ont ces choses de luxe, les femmes vont les suivre. C’est juste pour attirer les femmes» rétorque un autre interlocuteur sous l’anonymat.

De l’imitation de la vie française à celle américaine

Mieux, fouillant dans les archives du comportement et de l’habillement des années 70-80, il soulignera «vous voyez dans les années 70 on imitait les français maintenant depuis 2000 les gens imitent la vie américaine. C’est pourquoi, certains achètent des habits américains à 25et abaissent leur pantalon. C’est quelle vie, ça ce n’est pas une vie. On doit vivre au dessous de nos moyens» peste-il. Les sénégalais n’hésitent pas à dépenser dans le luxe alors qu’il est difficile voir impossible pour certains d’assurer trois repas à la famille. Une attitude que d’autres trouvent dépassé et honteux pour la société. «Nous devons vivre comme cela a été inculqué par nos ancêtres. Ce n’est pas normal. Quand on est pauvre on doit vivre en fonction de ses moyens» peste t-il. Argumentant ses propos, M. Cheikh Gueye estime que «tout cela n’est rien d’autre que la conséquence du fait que notre société soit trop matérialiste. Je pense que les gens doivent d’adapter à leur réalité, vivre en fonction de leur moyen». Partant du regard de la société qui ne respecte que ceux qui sont regardable dehors, M. Gueye est convaincu d’une chose. Selon lui, «les gens ne regardent plus que ce qui est externe. S’ils te voient mal habillé en boubou alors ils disent que ce gars ne mérite même pas d’être salué. Mais quand ils te voient avec un costume cravate alors là, ils disent celui là c’est une personne importante». Pour sa part, M. Keita trouve que «C’est à cause des français parce que les français aiment le luxe alors que les anglais, c’est le confort qu’ils aiment. La mentalité française, c’est la promotion du luxe. Ça c’est un défaut des français qu’ils nous ont transmis. D’autres vivent à travers les yeux de la société, ils veulent se faire une image que la société les projette» 

 

Des mariages qui volent en éclat à cause du luxe

Une situation que la plupart de nos interlocuteurs ont déplorée. D’autant plus que cela n’est pas une bonne image que la société sénégalaise doit véhiculée aux yeux des autres qui est à 90% musulmane. «Si vous voyez maintenant que les mariages se font rare, c’est parce que les gens n’aiment que par le matériel. Si tu es riche, tu auras une femme sinon dans les cas contraires, il faudra croiser les bras et serrer les coudes. Ces mêmes mariages qui se scellent sur du matériel ne durent qu’une nuit, c’est tout. Ce n’est pas une bonne chose pour un pays qui se dit musulman» confie un autre interlocuteur sous le sceau de l’anonymat. Et de poursuivre, «au Sénégal, il est très difficile pour un pauvre de prendre une femme à plus forte raison avoir une copine. Il suffit de regarder autour de vous, c’est une réalité que les gens ne jurent que par le luxe, l’argent et l’or.il ne faut pas se leurrer, notre société d’aujourd’hui ne fonctionne que sur ces principes». Par ailleurs, d’autres pointe du doigt l’implication de certains parents qui inculpent à leurs enfants, la culture de l’argent et du luxe. «Par exemple en lisant le livre de Mariama Bâ, on se rend compte combien les parents joue un rôle essentiel dans ce que nous vivons aujourd’hui. C’est ce qui se passe maintenant au Sénégal, les filles ne jurent que pour de l’argent. Le constat est clair, si tu n’as rien, tu n’es rien dans la vie. Donc, les parents ont une part de responsabilité dans tous les comportements des filles et dans la mutation de notre société. S’il l’enfant n’a pas reçu une bonne éducation de base, c’est normal» précise Ndèye Fatou, étudiante à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar. Notre attention a été attirée par le témoignage de ce jeune homme. A en croire les dires de notre interlocuteur «beaucoup de mariage vole en éclat à cause du matériel et de l’argent. Tu rencontres un homme qui avait beaucoup d’argent et qui était capable de subvenir à tes besoins. Une fois qu’il n’est plus capable, c’est l’enfer. Tout de suite, elle demande le divorce parce qu’elle ne sens plus le luxe dans lequel elle était. Il y a des femmes qui n’aiment que le luxe ce qui pousse beaucoup d’hommes dans l’erreur». 

 

Un appartement à 150et une voiture à 50 millions

 

Ce phénomène qui évolue sous nos cieux peut cacher bien de choses. Le principe de se faire voir entraine certains dans une vie qu’ils ne peuvent pas supporter. Bien au fait du fléau, jeune commerçant à Sandaga, Abdala Cissé témoigne «y a des gens qui louent un appartement à 500francs avec toute leur famille. Finalement ses enfants croiront que l’appartement appartient à leur père. Parce qu’ils sont nés là-bas et grandit à l’intérieur, ils ne connaissent rien de l’histoire. Et ils disent «notre maison» alors qu’ils ne savent pas que leur papa se pointe chaque mois devant la porte d’une agence de location pour payer le loyer. Alors qu’il devrait passer ce niveau depuis car si tu es un responsable, tu devrais être indépendant de tout en commençant par la maison. Tu dois avoir une maison à toi, un père de famille c’est quelqu’un qui ne doit pas rendre de compte à personne. Et ne doit avoir de compte à rendre à personne, c’est le vrai chef de famille». Toutefois, il juge que cette attitude de certains parents est une trahison envers leurs enfants. Et pour cause, notre interlocuteur soutient qu’ils n’ont pas le courage de dire à leurs enfants que la maison ne leurs appartiennent pas. «Ils font croire aux enfants que la maison est pour eux. D’autres ne parlent même pas de la maison à leurs enfants parce qu’ils ne sont pas fier de ce qu’ils sont. Il ne faut rien caché. Ils passent tout leur temps à voler, mentir et escroquer de part à travers» fulmine t-il. A en croire notre interlocuteur «de milliers de personnes vivent actuellement comme ça au Sénégal notamment à Dakar. Ils payent des voitures de 50 millions juste pour se faire voir mais d’autres c’est pour tromper la vigilance des autres. Tout ça c’est des cocos invisibles. Si tu pars voir, ce sont des escrocs parce que c’est des gens qui partent loué des voitures ou prêtent des voitures. Mais ceux qui ont l’esprit tranquille savent tout car Dieu a dit qu’il parle à ceux qui ont de l’esprit. Cette vie, ce n’est pas une vie à vivre et ceux qui vivent dans cette vie vont finir par regretter. Même les bonnes choses ne durent pas à plus fort raison ce qui reste». Ainsi, ils invitent ceux qui pratiquent cette vie à «retourner à la raison. Vivez de ce que vous pouvez, il ne faut pas chercher à vivre la vie d’autrui. Soyez fier de ce que vous avez parce qu’on ne peut pas volé de l’argent et d’en donner du charité. Celle-ci se donne avec de l’argent propre. Donner de l’argent volé comme charité, c’est comme quelqu’un qui fait de l’ablution avec son propre urine. Ce qui veut dire que sa prière ne vaut pas grande chose». En enfonçant le clou, il est convaincu que les gens ne se battent pour avoir une maison mais plutôt une voiture, des beaux habits, bref des choses pour frimer à travers la ville. «La priorité d’un homme doit être de construire une maison pour avoir un abris aussi bien pour toi que pour tes enfants. Cela ne sert à rien d’avoir une voiture et ne pas avoir une maison parce que tôt où tard tu auras des problèmes pour payer le loyer» peste t-il. Mettre toute leur fortune dans une belle voiture et croupir sous le poids des crédits bancaires est devenue une mode de vie à Dakar. Ce qui semble être une réalité car il n’est pas rare aujourd’hui sur les routes de voir circuler des véhicules de dernière génération. Cependant, le phénomène de luxe qui est à la mode dans notre société est déploré à plus d’un titre. «Je déplore. Nous devons essayer de vivre tel que l’avait conçu nos ancêtres, nos parents qui plaçaient beaucoup d’humanité à tout ce qu’ils faisaient. Ils n’accordaient pas trop d’importance à l’aspect matériel. Aujourd’hui, quelqu’un peut se payer je ne sais pas moi, un ipod ou un outil de technologie de l’information et de la communication alors qu’il ne peut même pas se payer un petit déjeuner normal» à dit M. Cheikh Gueye. Il n’a pas manqué de préciser «d’autres ont des parents qui ne peuvent même pas subvenir à leur besoin et ne peuvent pas assurer les trois repas au quotidien mais ils veulent se faire voir par la société». Enfin, nous sommes en droit de savoir doit-on accepter de mourir dans la dépendance, la question ne trouvera peut être jamais une réponse.



0 Commentaires

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email