Jeudi 29 Septembre, 2022 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

La situation des enfants mendiants préoccupe la communauté internationale

Single Post
La situation des enfants mendiants préoccupe la communauté internationale

La situation des enfants mendiants est l’un des principaux griefs faits au Sénégal par la communauté internationale à l’occasion de son Evaluation périodique universelle (EPU) devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, selon Diarra Diop du bureau plaidoyer à l’ONG Save The children à Genève.

 

En 2009, déjà lors de sa première EPU, le Sénégal avait reçu 20 recommandations l’invitant à lutter contre le travail des enfants ou le phénomène des enfants mendiants et talibés, a-t-elle rappelé.

 

La situation des enfants au Sénégal est un ‘’sujet de préoccupation’’ de la communauté internationale, a dit Diarra Diop, mercredi, lors d’une rencontre avec des journalistes sénégalais dans le cadre d’un atelier de renforcement de capacités sur les droits humains, organisé par Gmedia center, une structure basée à Genève.

 

Outre les journalistes sénégalais, cet atelier réunit des confrères venus du Tchad et du Nigeria. Le Nigeria était mardi devant le Conseil des droits de l'homme pour son Evaluation périodique universelle. Le Tchad doit faire son passage mardi prochain.

 

Il est attendu du Sénégal l’adoption d’un Code de l’enfance, plus de visibilité des enfants dans la part du budget de l’Etat, a dit Diarra Diop, soulignant que les questions soulevées au sujet des enfants touchent aussi l’excision, l’éducation et la santé.

 

Selon elle, 40% des recommandations faites au Sénégal sont associées à la question des droits des filles.

 

Lundi, devant le Conseil des droits de l’homme de l’ONU, le ministre de la Justice, Sidiki Kaba, a passé en revue les efforts entrepris par le Sénégal en matière de promotion des droits humains et assuré que le gouvernement s’emploiera avec constance et détermination pour trouver dans un avenir proche des solutions à certains défis et contraintes.

 

S’exprimant lors l’Examen périodique universelle (EPU) du Sénégal, il a décliné le dispositif législatif mis en place pour l’amélioration de la situation des droits de l’homme. Il a entre autres cité la loi permettant à la femme mariée de transmettre la nationalité à son époux, la loi d’orientation sociale pour la protection des personnes handicapées, la lutte contre les mutilations génitales féminines et le travail des enfants, la discrimination à l’égard des femmes.

 

Dans le rapport qu’il a soumis au Conseil des droits de l’homme, le Sénégal a souligné que des dispositions ‘’sont prises pour mettre un terme’’ à l’exploitation des enfants ainsi que ‘’des programmes pour leur retrait de la rue et leur insertion sociale’’.

 

Le document fait état de ‘’la mise en place d’un mécanisme de coordination entre les forces de sécurité et les intervenants directs pour renforcer le suivi des mouvements d’enfants au niveau des zones frontalières et des axes routiers’’.

 

‘’Cette série de mesures et d’engagements a permis de poursuivre pénalement des maîtres coraniques qui incitaient les enfants à la mendicité’’. Dans le cadre de la lutte contre la mendicité infantile, une rencontre avec les représentants de la Gambie, de la Guinée, du Mali et de la Guinée Bissau s’est tenue le 8 avril 2013, pour explorer les voies et moyens de porter secours aux enfants en Danger’’, ajoute la même source.

 

Concernant les enfants toujours, le rapport indique que le Sénégal a élaboré, le 5 juin 2013, une feuille de route en vue de l’élimination des pires formes de travail des enfants d’ici 2016. 

 

A propos des enfants de la rue, le Sénégal souligne qu’il a mis en place, en 2013, ‘’un dispositif de prévention efficace et une gouvernance opérationnelle impliquant l’ensemble des acteurs concernés’’. Le pays se fixe pour objectif de ‘’procéder au retrait et à la prise en charge de tous les enfants en situation d’errance dans la rue au niveau national, d’ici fin 2015’’.

 

Dans cette perspective, le gouvernement s’est engagé dans ‘’un processus d’’amélioration et de réglementation des daaras (écoles coraniques), la mise en oeuvre d’un plan de retrait des enfants dans la rue, l’application rigoureuse de la loi pénale contre les auteurs de maltraitance et d’abus commis sur des enfants’’.

 

Il y a aussi ‘’l’amélioration et le renforcement de l’offre de formation coranique et le renforcement de la surveillance aux frontières pour arrêter le flux d’enfants mendiants en provenance de pays voisins.


affaire_de_malade

8 Commentaires

  1. Auteur

    Il Est Temps

    En Octobre, 2013 (20:19 PM)
    C vraiment une honte pour nous tous sénégalais de vivre ce phénomène des enfants talibés au 21 ème siècle.

    Faisons un effort pour sauver nos enfants de la rue et les éduquer pour qu'ils soient utiles pour eux mêmes et pour la société toute entière.
    Top Banner
  2. Auteur

    Red...

    En Octobre, 2013 (20:24 PM)
    ... ET SUR CE ...JAMRA.... NE FAIT PAS DE SORTIE....



    ... :sad:  :sad:  :sad:   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">    <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/bravo.gif" alt=":bravo:">   :hun:  :hun:  :hun:  :dedet:  :dedet:  :dedet: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Atypico

    En Octobre, 2013 (21:23 PM)
    Mendier pour pouvoir survivre est un moyen qu'utilisent de plus n plus d'êtres humains dans le monde , y compris dans les pays dits riches.Mais ce n'est pas une raison pour ne rien faire contre le système de la mendicité des enfants talibés, ce n'est pas voir quel type de mentalité négative cela génère chez ces futurs citoyens, qui restent enfermés dans ce rapport de domination , de dépendance, de soumission au "maîtres" ou à quiconque se positionnera comme tel . Un attitude bien sûr qui profite aux gens qui ont le pouvoir et l'argent et qui comptent bien ne pas avoir à réellement les partager .
    {comment_ads}
    Auteur

    Lokosso

    En Octobre, 2013 (21:28 PM)
    a saint louis des marabouts ont acquis des maisons en un rien de temps, l'un d'eux a une maison en toiture terrasse carrelée qu'il loue et vit dans une maisonnette de 30 m2 louée. ses talibés vivent et dorment devant les maisons des voisins qui ne peuvent plus avoir leurs murs propres, ils ne peuvent meme plus prendre de l'air sur le pas de leur porte. c'est à se demander si cela valait la peine d'avoir une belle maison. ces voisins indélicats urinent partout et déféquent dans des trous mais personne n'ose se plaindre sous peine d'etre taxé de mécréant. Le marabout lui, pendant ce temps, sans aucun effort, gagne plus que le fonctionnaire d'à coté et se permet meme de lui imposer l'attitude à adopter devant lui, un érudit de l'islam. y a de quoi etre boudhiste, hindouiste ou franc maçon pur et dur
    {comment_ads}
    Auteur

    Mr You

    En Octobre, 2013 (22:53 PM)
    c'est normale qu'on ce retrouve avec un chiffre aussi élevé de la mendicité quand mr le president donne un salaire de 9 millions par mois aux anciens présidents de la republique pour leur remercier de leur travail tant exemplaire qu'ils ont fait pour le peuple et nos honorables députés si bien choyés avec des 4x4 ford dont l'unité revient à plus de 50 millions!

    On attend de nouvelles choses de bonnes réformes mais au lieu de ça on reçoit pire qu'avant!

    ce pays est triste.
    Top Banner
    Auteur

    @m You

    En Octobre, 2013 (07:09 AM)
    le salaire des présidents et des députés ne sont pas en cause ici. la mendicité est devenue un métier très lucratif, il nourrit bien son homme. Pourquoi y a pas de mendiants dans beaucoup de pays musulmans? pourquoi ici au Sénégal des gens bien portant, des enfants de 4 à 14 ans tendent la main? toujours cette manie d'avoir du fric sans efforts. Pourquoi tous les borom daara se ruent vers les grandes villes en délaissant la campagne qui reste le meilleur cadre pour bien apprendre le coran? L'Etat ne peut pas aider tous les dara car chacun se réclame borom dara depuis qu'il est apparu que c'est juteux et qu'on peut etre appuyé. Pour règler cela, l'Etat doit s'attaquer aux hommes valides qui battent leurs tam-tams et exigent la charité en barrant la route, ensuite il faudra interdire tout dara venant des campagnes avec des enfants promis à la mendicité, il faut interdire que les maisons inachevées soient occupées par ces gens. On ne s'est jamais demandé où cette cinquantaine de personnes faisait ses besoins. question à mille balles
    {comment_ads}
    Auteur

    A Vous

    En Octobre, 2013 (11:03 AM)
    A mon avis le gouvernement devrait instruire les maitres coranniques en pedagogie. Et surtout les faire comprendre que les talibes sont des eleves et non des esclaves. La situation perdure parcque les lois si elles existent ne sont pas rigoureuses.



    Facebook "Arret de la maltraitance des enfants au Senegal"
    {comment_ads}
    Auteur

    Merci Modéérateurrrrr

    En Octobre, 2013 (11:11 AM)
    d'avoir supprimé mon psot , chatouilleux sur la religion et les principes ?
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email