Jeudi 24 Octobre, 2019 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

Nafi Ngom Keita, présidente de l’Ofnac: « Comment nous allons combattre la corruption »

Single Post
Nafi Ngom Keita, présidente de l’Ofnac: « Comment nous allons combattre la corruption »

Depuis sa nomination par le président de la République à la tête de l’Office national contre la fraude et la corruption (Ofnac), Nafi Ngom Keïta s’est gardée de communiquer. Avant-hier, l’ancienne Inspectrice générale d’Etat (Ige) a rompu le silence. Dans l’entretien qu’elle nous a accordé, elle a dévoilé son programme de lutte contre la fraude et la corruption et a tenté de rassurer les sceptiques.

Mme la présidente de l’Ofnac, vous avez assisté à un atelier de restitution de l’étude sur la situation de référence de la perception par les populations de la corruption dans les départements de Vélingara, Koungheul et Tivaouane mené par le Forum civil. Quelles appréciations faites-vous de ce travail ? 
D’abord, je remercie le Forum civil et tous ceux qui ont participé à cet atelier. Il faut dire que cet atelier a permis de dégager un certain nombre de consensus sur la nouvelle démarche qu’il faudrait emprunter pour rendre nos actions efficaces dans l’intérêt de notre pays. Parmi les éléments de consensus, il y a la nécessité de favoriser l’accès à l’information. Ce qui suppose que le citoyen soit sensibilisé et formé de sorte qu’il puisse comprendre le sens de l’information qui lui est donnée. Mais également, ça renvoie à une question de responsabilité. Parce que, je le dis, on ne s’indigne pas assez. Par exemple, que le citoyen dit non. Souvent, il faut donner 1000 francs pour se faire délivrer un acte d’état civil. La notion de responsabilité aussi, c’est de comprendre ses droits, comprendre que le fonctionnaire ou l’agent de l’Etat qui vous rend service ne le fait parce qu’il a été recruté pour ça, mais qu’il est aussi payé pour ça. Vous n’avez pas à lui donner de l’argent pour qu’il vous rende service. L’accès à l’information suppose aussi l’existence au sein de l’administration d’unités capables de reprendre l’information, de l’analyser, de la simplifier et de la mettre à la disposition des citoyens. 

Par quels mécanismes… 

Il y a un projet de loi préparé sur l’accès à l’information. Moi, j’ai proposé une loi dans le rapport sur la gouvernance : le vote sur la sécurité financière et le vote sur la protection du patrimoine, mais aussi le vote d’une loi qui favorise non seulement l’accès des citoyens à l’information de gestion des affaires publiques, mais qui protège aussi les personnes qui peuvent porter des informations à la disposition des organismes de luttes contre la corruption tout en étant protégé. Cette loi permet et encourage les citoyens à faire la dénonciation. Et en cas de recouvrement des sommes en cause, la personne qui a fait la dénonciation peut recevoir par exemple 15% du montant. 

L’autre point de consensus, c’est un système de suivi et évaluation des activités que nous menons, mais également d’assurer la synergie entre les acteurs. On a mis la nécessité de s’appuyer sur les organisations de jeunes, sur la presse qui joue un rôle capital dans la lutte contre la corruption. Nous allons aussi nous appuyer sur les acteurs non étatiques. Nous avons aussi un consensus de mettre en place l’observatoire pour assurer le suivi de nos activités. Il y a également la nécessité d’encourager la déclaration de patrimoine qui doit être faite non pas seulement par les gestionnaires et les autorités politiques, mais par toute personne investie d’une mission de donner une autorisation, de donner des avis, quand ces derniers permettent l’accès à des ressources publiques. Il faut aussi fixer des délais, ce qui empêche la corruption. Comme le secteur public, il faut sensibiliser le secteur privé et les impliquer dans les stratégies, mais aussi le réseau des parlementaires. Nous avons un consensus sur la mise en place d’une charte des valeurs ainsi que d’un recueil des normes et principes devant guider les organisations de lutte contre la corruption parce qu’il faut que nous soyons crédibles. 

Au-delà de ces consensus, comment l’Ofnac va combattre la corruption ? 

Après avoir discuté avec mes collaborateurs qui m’accompagnent à l’Ofnac, notamment l’Inspecteur général d’Etat Ibrahima Faye, nous avons décidé de mettre en place une stratégie transparente et un plan intérimaire de lutte contre la fraude et la corruption qui couvrira la période du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2014. Ensuite, nous aurons un plan stratégique de lutte contre la fraude et la corruption. Pour l’essentiel, ce programme s’articule autour des programmes suivants : D’abord, les activités de communication et sensibilisation, de la formation des actions ciblées de prévention et de détection. L’autre programme, c’est la préparation du document stratégique national de lutte contre la corruption. Pour la communication, nous allons faire connaître l’Ofnac, ses objectifs et ses missions. Faire connaître les dangers que représentent la fraude et la corruption pour le développement du pays, stigmatiser les principales manifestations de la corruption et convaincre l’opinion à opter pour la tolérance zéro de ce fléau. Nous allons dissuader de recourir à la fraude et à la corruption en faisant des actions de sensibilisation. Nous allons encourager les mécanismes de dénonciation anonymes en informant que ces cas seront transmis au procureur. Parce qu’il faut retenir que l’Ofnac a le pouvoir d’auto-saisine, mais aussi le pouvoir de saisir directement le procureur. Au niveau des communications de masse et de proximité, les actions qui seront réalisées consistent à réaliser la couverture médiatique des activités de l’Ofnac et à diffuser ses slogans. 

L’Ofnac va avoir 50% d’activités de prévention, de communication et d’information, 30% de lutte et 20% de recherche. Parce qu’il faut aussi construire le savoir sur la corruption. On aura un site interactif, on va utiliser les réseaux sociaux, organiser des émissions avec les radios communautaires, installer et activer un numéro vert pour les dénonciations anonymes, communiquer sur les mécanismes de dénonciation. Nous allons lancer un bulletin qui s’appelle «Main propre» qui sera alimenté par les contributions des correspondants de l’Ofnac. Nous allons sélectionner le lauréat du théâtre de l’Ofnac. On va lancer l’appel d’offres pour la réalisation d’un feuilleton, d’un cinéma de l’Ofnac. Sensibiliser et former les fonctionnaires et agents de l’Etat sur la nécessité de l’obligation qu’ils ont de rendre les services pour lesquels ils ont été formés. Mais, il faut aussi les écouter pour connaître leurs problèmes. Nous allons aussi agir au niveau des chefs religieux. Parce que c’est absolument certain que les chefs religieux ne savent pas toujours que l’argent qui est donné pour financer telle ou telle activité n’est pas gagnée par les talibés de façon transparente. 

Mais au-delà de ses activités de prévention et de sensibilisation, qu’est-ce qui est prévu concrètement pour lutter contre la corruption ?

Je vous signale que mon collègue Ibrahima Faye et moi, avons quitté l’Ige avec une expérience, une certaine expertise, mais aussi avec des informations. Nous avons été souvent saisis pour des problèmes de corruption, mais puisque souvent la corruption n’est pas une spécialisation de l’Ige, on ne se focalisait pas trop sur ça. Parce qu’on n’avait énormément de mission d’enquêtes, d’inspections, d’audits compte non tenu des missions connexes de l’Inspection générale d’Etat. C’est la raison pour laquelle nous sommes prêts et nous savons là où nous devons aller. Nous allons développer la recherche en nous appuyant sur les travaux qui ont été faits par toutes les organisations qui luttent contre la fraude et la corruption. Nous allons lutter, faire des enquêtes et des investigations pour donner l’exemple d’agent de l’Etat ou de citoyens qui seront simplement traduits devant le Procureur pour les faits de fraude ou de corruption. 

Mais avec quel budget allez-vous réaliser cela si l’on sait que les moyens ne suivent pas encore ? 

Je suis très gênée pour parler de budget. Mais sachez que pour le moment, nous n’avons pas les moyens de fonctionner. Mais le Président qui a créé l’Ofnac et qui m’a fait l’honneur de me porter à la tête de cette organisation mettra en place les moyens qu’il faut pour fonctionner. 

Vous avez parlé de programme ambitieux, mais cela demande une équipe pour sa réalisation et jusque-là, on se rend compte que les membres ne sont pas encore désignés. Qu’en est-il exactement ? 

C’est vrai que les autres membres ne sont pas encore nommés, mais je pense que cela ne va pas tarder. 

La traque des biens supposés mal acquis doit certainement intéresser l’Ofnac. Peut-on savoir votre avis la dessus ? 

La traque des biens supposés mal acquis, c’est le ministère de la Justice. Je pense qu’il faut l’évaluer pour savoir ce qui a été fait, avec quel résultat, avec quel moyen. Je peux parler de l’Ofnac, mais je ne peux pas parler de la traque des biens mal acquis. 

Le Populaire

D’abord, je remercie le Forum civil et tous ceux qui ont participé à cet atelier. Il faut dire que cet atelier a permis de dégager un certain nombre de consensus sur la nouvelle démarche qu’il faudrait emprunter pour rendre nos actions efficaces dans l’intérêt de notre pays. Parmi les éléments de consensus, il y a la nécessité de favoriser l’accès à l’information. Ce qui suppose que le citoyen soit sensibilisé et formé de sorte qu’il puisse comprendre le sens de l’information qui lui est donnée. Mais également, ça renvoie à une question de responsabilité. Parce que, je le dis, on ne s’indigne pas assez. Par exemple, que le citoyen dit non. Souvent, il faut donner 1000 francs pour se faire délivrer un acte d’état civil. La notion de responsabilité aussi, c’est de comprendre ses droits, comprendre que le fonctionnaire ou l’agent de l’Etat qui vous rend service ne le fait parce qu’il a été recruté pour ça, mais qu’il est aussi payé pour ça. Vous n’avez pas à lui donner de l’argent pour qu’il vous rende service. L’accès à l’information suppose aussi l’existence au sein de l’administration d’unités capables de reprendre l’information, de l’analyser, de la simplifier et de la mettre à la disposition des citoyens. 
Par quels mécanismes… 

Il y a un projet de loi préparé sur l’accès à l’information. Moi, j’ai proposé une loi dans le rapport sur la gouvernance : le vote sur la sécurité financière et le vote sur la protection du patrimoine, mais aussi le vote d’une loi qui favorise non seulement l’accès des citoyens à l’information de gestion des affaires publiques, mais qui protège aussi les personnes qui peuvent porter des informations à la disposition des organismes de luttes contre la corruption tout en étant protégé. Cette loi permet et encourage les citoyens à faire la dénonciation. Et en cas de recouvrement des sommes en cause, la personne qui a fait la dénonciation peut recevoir par exemple 15% du montant. 

L’autre point de consensus, c’est un système de suivi et évaluation des activités que nous menons, mais également d’assurer la synergie entre les acteurs. On a mis la nécessité de s’appuyer sur les organisations de jeunes, sur la presse qui joue un rôle capital dans la lutte contre la corruption. Nous allons aussi nous appuyer sur les acteurs non étatiques. Nous avons aussi un consensus de mettre en place l’observatoire pour assurer le suivi de nos activités. Il y a également la nécessité d’encourager la déclaration de patrimoine qui doit être faite non pas seulement par les gestionnaires et les autorités politiques, mais par toute personne investie d’une mission de donner une autorisation, de donner des avis, quand ces derniers permettent l’accès à des ressources publiques. Il faut aussi fixer des délais, ce qui empêche la corruption. Comme le secteur public, il faut sensibiliser le secteur privé et les impliquer dans les stratégies, mais aussi le réseau des parlementaires. Nous avons un consensus sur la mise en place d’une charte des valeurs ainsi que d’un recueil des normes et principes devant guider les organisations de lutte contre la corruption parce qu’il faut que nous soyons crédibles. 

Au-delà de ces consensus, comment l’Ofnac va combattre la corruption ? 

Après avoir discuté avec mes collaborateurs qui m’accompagnent à l’Ofnac, notamment l’Inspecteur général d’Etat Ibrahima Faye, nous avons décidé de mettre en place une stratégie transparente et un plan intérimaire de lutte contre la fraude et la corruption qui couvrira la période du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2014. Ensuite, nous aurons un plan stratégique de lutte contre la fraude et la corruption. Pour l’essentiel, ce programme s’articule autour des programmes suivants : D’abord, les activités de communication et sensibilisation, de la formation des actions ciblées de prévention et de détection. L’autre programme, c’est la préparation du document stratégique national de lutte contre la corruption. Pour la communication, nous allons faire connaître l’Ofnac, ses objectifs et ses missions. Faire connaître les dangers que représentent la fraude et la corruption pour le développement du pays, stigmatiser les principales manifestations de la corruption et convaincre l’opinion à opter pour la tolérance zéro de ce fléau. Nous allons dissuader de recourir à la fraude et à la corruption en faisant des actions de sensibilisation. Nous allons encourager les mécanismes de dénonciation anonymes en informant que ces cas seront transmis au procureur. Parce qu’il faut retenir que l’Ofnac a le pouvoir d’auto-saisine, mais aussi le pouvoir de saisir directement le procureur. Au niveau des communications de masse et de proximité, les actions qui seront réalisées consistent à réaliser la couverture médiatique des activités de l’Ofnac et à diffuser ses slogans. 

L’Ofnac va avoir 50% d’activités de prévention, de communication et d’information, 30% de lutte et 20% de recherche. Parce qu’il faut aussi construire le savoir sur la corruption. On aura un site interactif, on va utiliser les réseaux sociaux, organiser des émissions avec les radios communautaires, installer et activer un numéro vert pour les dénonciations anonymes, communiquer sur les mécanismes de dénonciation. Nous allons lancer un bulletin qui s’appelle «Main propre» qui sera alimenté par les contributions des correspondants de l’Ofnac. Nous allons sélectionner le lauréat du théâtre de l’Ofnac. On va lancer l’appel d’offres pour la réalisation d’un feuilleton, d’un cinéma de l’Ofnac. Sensibiliser et former les fonctionnaires et agents de l’Etat sur la nécessité de l’obligation qu’ils ont de rendre les services pour lesquels ils ont été formés. Mais, il faut aussi les écouter pour connaître leurs problèmes. Nous allons aussi agir au niveau des chefs religieux. Parce que c’est absolument certain que les chefs religieux ne savent pas toujours que l’argent qui est donné pour financer telle ou telle activité n’est pas gagnée par les talibés de façon transparente. 

Mais au-delà de ses activités de prévention et de sensibilisation, qu’est-ce qui est prévu concrètement pour lutter contre la corruption ?

Je vous signale que mon collègue Ibrahima Faye et moi, avons quitté l’Ige avec une expérience, une certaine expertise, mais aussi avec des informations. Nous avons été souvent saisis pour des problèmes de corruption, mais puisque souvent la corruption n’est pas une spécialisation de l’Ige, on ne se focalisait pas trop sur ça. Parce qu’on n’avait énormément de mission d’enquêtes, d’inspections, d’audits compte non tenu des missions connexes de l’Inspection générale d’Etat. C’est la raison pour laquelle nous sommes prêts et nous savons là où nous devons aller. Nous allons développer la recherche en nous appuyant sur les travaux qui ont été faits par toutes les organisations qui luttent contre la fraude et la corruption. Nous allons lutter, faire des enquêtes et des investigations pour donner l’exemple d’agent de l’Etat ou de citoyens qui seront simplement traduits devant le Procureur pour les faits de fraude ou de corruption. 

Mais avec quel budget allez-vous réaliser cela si l’on sait que les moyens ne suivent pas encore ? 

Je suis très gênée pour parler de budget. Mais sachez que pour le moment, nous n’avons pas les moyens de fonctionner. Mais le Président qui a créé l’Ofnac et qui m’a fait l’honneur de me porter à la tête de cette organisation mettra en place les moyens qu’il faut pour fonctionner. 

Vous avez parlé de programme ambitieux, mais cela demande une équipe pour sa réalisation et jusque-là, on se rend compte que les membres ne sont pas encore désignés. Qu’en est-il exactement ? 

C’est vrai que les autres membres ne sont pas encore nommés, mais je pense que cela ne va pas tarder. 

La traque des biens supposés mal acquis doit certainement intéresser l’Ofnac. Peut-on savoir votre avis la dessus ? 

La traque des biens supposés mal acquis, c’est le ministère de la Justice. Je pense qu’il faut l’évaluer pour savoir ce qui a été fait, avec quel résultat, avec quel moyen. Je peux parler de l’Ofnac, mais je ne peux pas parler de la traque des biens mal acquis. 

Le Populaire

Par quels mécanismes… 
Il y a un projet de loi préparé sur l’accès à l’information. Moi, j’ai proposé une loi dans le rapport sur la gouvernance : le vote sur la sécurité financière et le vote sur la protection du patrimoine, mais aussi le vote d’une loi qui favorise non seulement l’accès des citoyens à l’information de gestion des affaires publiques, mais qui protège aussi les personnes qui peuvent porter des informations à la disposition des organismes de luttes contre la corruption tout en étant protégé. Cette loi permet et encourage les citoyens à faire la dénonciation. Et en cas de recouvrement des sommes en cause, la personne qui a fait la dénonciation peut recevoir par exemple 15% du montant. 

L’autre point de consensus, c’est un système de suivi et évaluation des activités que nous menons, mais également d’assurer la synergie entre les acteurs. On a mis la nécessité de s’appuyer sur les organisations de jeunes, sur la presse qui joue un rôle capital dans la lutte contre la corruption. Nous allons aussi nous appuyer sur les acteurs non étatiques. Nous avons aussi un consensus de mettre en place l’observatoire pour assurer le suivi de nos activités. Il y a également la nécessité d’encourager la déclaration de patrimoine qui doit être faite non pas seulement par les gestionnaires et les autorités politiques, mais par toute personne investie d’une mission de donner une autorisation, de donner des avis, quand ces derniers permettent l’accès à des ressources publiques. Il faut aussi fixer des délais, ce qui empêche la corruption. Comme le secteur public, il faut sensibiliser le secteur privé et les impliquer dans les stratégies, mais aussi le réseau des parlementaires. Nous avons un consensus sur la mise en place d’une charte des valeurs ainsi que d’un recueil des normes et principes devant guider les organisations de lutte contre la corruption parce qu’il faut que nous soyons crédibles. 

Au-delà de ces consensus, comment l’Ofnac va combattre la corruption ? 

Après avoir discuté avec mes collaborateurs qui m’accompagnent à l’Ofnac, notamment l’Inspecteur général d’Etat Ibrahima Faye, nous avons décidé de mettre en place une stratégie transparente et un plan intérimaire de lutte contre la fraude et la corruption qui couvrira la période du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2014. Ensuite, nous aurons un plan stratégique de lutte contre la fraude et la corruption. Pour l’essentiel, ce programme s’articule autour des programmes suivants : D’abord, les activités de communication et sensibilisation, de la formation des actions ciblées de prévention et de détection. L’autre programme, c’est la préparation du document stratégique national de lutte contre la corruption. Pour la communication, nous allons faire connaître l’Ofnac, ses objectifs et ses missions. Faire connaître les dangers que représentent la fraude et la corruption pour le développement du pays, stigmatiser les principales manifestations de la corruption et convaincre l’opinion à opter pour la tolérance zéro de ce fléau. Nous allons dissuader de recourir à la fraude et à la corruption en faisant des actions de sensibilisation. Nous allons encourager les mécanismes de dénonciation anonymes en informant que ces cas seront transmis au procureur. Parce qu’il faut retenir que l’Ofnac a le pouvoir d’auto-saisine, mais aussi le pouvoir de saisir directement le procureur. Au niveau des communications de masse et de proximité, les actions qui seront réalisées consistent à réaliser la couverture médiatique des activités de l’Ofnac et à diffuser ses slogans. 

L’Ofnac va avoir 50% d’activités de prévention, de communication et d’information, 30% de lutte et 20% de recherche. Parce qu’il faut aussi construire le savoir sur la corruption. On aura un site interactif, on va utiliser les réseaux sociaux, organiser des émissions avec les radios communautaires, installer et activer un numéro vert pour les dénonciations anonymes, communiquer sur les mécanismes de dénonciation. Nous allons lancer un bulletin qui s’appelle «Main propre» qui sera alimenté par les contributions des correspondants de l’Ofnac. Nous allons sélectionner le lauréat du théâtre de l’Ofnac. On va lancer l’appel d’offres pour la réalisation d’un feuilleton, d’un cinéma de l’Ofnac. Sensibiliser et former les fonctionnaires et agents de l’Etat sur la nécessité de l’obligation qu’ils ont de rendre les services pour lesquels ils ont été formés. Mais, il faut aussi les écouter pour connaître leurs problèmes. Nous allons aussi agir au niveau des chefs religieux. Parce que c’est absolument certain que les chefs religieux ne savent pas toujours que l’argent qui est donné pour financer telle ou telle activité n’est pas gagnée par les talibés de façon transparente. 

Mais au-delà de ses activités de prévention et de sensibilisation, qu’est-ce qui est prévu concrètement pour lutter contre la corruption ?

Je vous signale que mon collègue Ibrahima Faye et moi, avons quitté l’Ige avec une expérience, une certaine expertise, mais aussi avec des informations. Nous avons été souvent saisis pour des problèmes de corruption, mais puisque souvent la corruption n’est pas une spécialisation de l’Ige, on ne se focalisait pas trop sur ça. Parce qu’on n’avait énormément de mission d’enquêtes, d’inspections, d’audits compte non tenu des missions connexes de l’Inspection générale d’Etat. C’est la raison pour laquelle nous sommes prêts et nous savons là où nous devons aller. Nous allons développer la recherche en nous appuyant sur les travaux qui ont été faits par toutes les organisations qui luttent contre la fraude et la corruption. Nous allons lutter, faire des enquêtes et des investigations pour donner l’exemple d’agent de l’Etat ou de citoyens qui seront simplement traduits devant le Procureur pour les faits de fraude ou de corruption. 

Mais avec quel budget allez-vous réaliser cela si l’on sait que les moyens ne suivent pas encore ? 

Je suis très gênée pour parler de budget. Mais sachez que pour le moment, nous n’avons pas les moyens de fonctionner. Mais le Président qui a créé l’Ofnac et qui m’a fait l’honneur de me porter à la tête de cette organisation mettra en place les moyens qu’il faut pour fonctionner. 

Vous avez parlé de programme ambitieux, mais cela demande une équipe pour sa réalisation et jusque-là, on se rend compte que les membres ne sont pas encore désignés. Qu’en est-il exactement ? 

C’est vrai que les autres membres ne sont pas encore nommés, mais je pense que cela ne va pas tarder. 

La traque des biens supposés mal acquis doit certainement intéresser l’Ofnac. Peut-on savoir votre avis la dessus ? 

La traque des biens supposés mal acquis, c’est le ministère de la Justice. Je pense qu’il faut l’évaluer pour savoir ce qui a été fait, avec quel résultat, avec quel moyen. Je peux parler de l’Ofnac, mais je ne peux pas parler de la traque des biens mal acquis. 

Le Populaire

Il y a un projet de loi préparé sur l’accès à l’information. Moi, j’ai proposé une loi dans le rapport sur la gouvernance : le vote sur la sécurité financière et le vote sur la protection du patrimoine, mais aussi le vote d’une loi qui favorise non seulement l’accès des citoyens à l’information de gestion des affaires publiques, mais qui protège aussi les personnes qui peuvent porter des informations à la disposition des organismes de luttes contre la corruption tout en étant protégé. Cette loi permet et encourage les citoyens à faire la dénonciation. Et en cas de recouvrement des sommes en cause, la personne qui a fait la dénonciation peut recevoir par exemple 15% du montant. 
L’autre point de consensus, c’est un système de suivi et évaluation des activités que nous menons, mais également d’assurer la synergie entre les acteurs. On a mis la nécessité de s’appuyer sur les organisations de jeunes, sur la presse qui joue un rôle capital dans la lutte contre la corruption. Nous allons aussi nous appuyer sur les acteurs non étatiques. Nous avons aussi un consensus de mettre en place l’observatoire pour assurer le suivi de nos activités. Il y a également la nécessité d’encourager la déclaration de patrimoine qui doit être faite non pas seulement par les gestionnaires et les autorités politiques, mais par toute personne investie d’une mission de donner une autorisation, de donner des avis, quand ces derniers permettent l’accès à des ressources publiques. Il faut aussi fixer des délais, ce qui empêche la corruption. Comme le secteur public, il faut sensibiliser le secteur privé et les impliquer dans les stratégies, mais aussi le réseau des parlementaires. Nous avons un consensus sur la mise en place d’une charte des valeurs ainsi que d’un recueil des normes et principes devant guider les organisations de lutte contre la corruption parce qu’il faut que nous soyons crédibles. 

Au-delà de ces consensus, comment l’Ofnac va combattre la corruption ? 

Après avoir discuté avec mes collaborateurs qui m’accompagnent à l’Ofnac, notamment l’Inspecteur général d’Etat Ibrahima Faye, nous avons décidé de mettre en place une stratégie transparente et un plan intérimaire de lutte contre la fraude et la corruption qui couvrira la période du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2014. Ensuite, nous aurons un plan stratégique de lutte contre la fraude et la corruption. Pour l’essentiel, ce programme s’articule autour des programmes suivants : D’abord, les activités de communication et sensibilisation, de la formation des actions ciblées de prévention et de détection. L’autre programme, c’est la préparation du document stratégique national de lutte contre la corruption. Pour la communication, nous allons faire connaître l’Ofnac, ses objectifs et ses missions. Faire connaître les dangers que représentent la fraude et la corruption pour le développement du pays, stigmatiser les principales manifestations de la corruption et convaincre l’opinion à opter pour la tolérance zéro de ce fléau. Nous allons dissuader de recourir à la fraude et à la corruption en faisant des actions de sensibilisation. Nous allons encourager les mécanismes de dénonciation anonymes en informant que ces cas seront transmis au procureur. Parce qu’il faut retenir que l’Ofnac a le pouvoir d’auto-saisine, mais aussi le pouvoir de saisir directement le procureur. Au niveau des communications de masse et de proximité, les actions qui seront réalisées consistent à réaliser la couverture médiatique des activités de l’Ofnac et à diffuser ses slogans. 

L’Ofnac va avoir 50% d’activités de prévention, de communication et d’information, 30% de lutte et 20% de recherche. Parce qu’il faut aussi construire le savoir sur la corruption. On aura un site interactif, on va utiliser les réseaux sociaux, organiser des émissions avec les radios communautaires, installer et activer un numéro vert pour les dénonciations anonymes, communiquer sur les mécanismes de dénonciation. Nous allons lancer un bulletin qui s’appelle «Main propre» qui sera alimenté par les contributions des correspondants de l’Ofnac. Nous allons sélectionner le lauréat du théâtre de l’Ofnac. On va lancer l’appel d’offres pour la réalisation d’un feuilleton, d’un cinéma de l’Ofnac. Sensibiliser et former les fonctionnaires et agents de l’Etat sur la nécessité de l’obligation qu’ils ont de rendre les services pour lesquels ils ont été formés. Mais, il faut aussi les écouter pour connaître leurs problèmes. Nous allons aussi agir au niveau des chefs religieux. Parce que c’est absolument certain que les chefs religieux ne savent pas toujours que l’argent qui est donné pour financer telle ou telle activité n’est pas gagnée par les talibés de façon transparente. 

Mais au-delà de ses activités de prévention et de sensibilisation, qu’est-ce qui est prévu concrètement pour lutter contre la corruption ?

Je vous signale que mon collègue Ibrahima Faye et moi, avons quitté l’Ige avec une expérience, une certaine expertise, mais aussi avec des informations. Nous avons été souvent saisis pour des problèmes de corruption, mais puisque souvent la corruption n’est pas une spécialisation de l’Ige, on ne se focalisait pas trop sur ça. Parce qu’on n’avait énormément de mission d’enquêtes, d’inspections, d’audits compte non tenu des missions connexes de l’Inspection générale d’Etat. C’est la raison pour laquelle nous sommes prêts et nous savons là où nous devons aller. Nous allons développer la recherche en nous appuyant sur les travaux qui ont été faits par toutes les organisations qui luttent contre la fraude et la corruption. Nous allons lutter, faire des enquêtes et des investigations pour donner l’exemple d’agent de l’Etat ou de citoyens qui seront simplement traduits devant le Procureur pour les faits de fraude ou de corruption. 

Mais avec quel budget allez-vous réaliser cela si l’on sait que les moyens ne suivent pas encore ? 

Je suis très gênée pour parler de budget. Mais sachez que pour le moment, nous n’avons pas les moyens de fonctionner. Mais le Président qui a créé l’Ofnac et qui m’a fait l’honneur de me porter à la tête de cette organisation mettra en place les moyens qu’il faut pour fonctionner. 

Vous avez parlé de programme ambitieux, mais cela demande une équipe pour sa réalisation et jusque-là, on se rend compte que les membres ne sont pas encore désignés. Qu’en est-il exactement ? 

C’est vrai que les autres membres ne sont pas encore nommés, mais je pense que cela ne va pas tarder. 

La traque des biens supposés mal acquis doit certainement intéresser l’Ofnac. Peut-on savoir votre avis la dessus ? 

La traque des biens supposés mal acquis, c’est le ministère de la Justice. Je pense qu’il faut l’évaluer pour savoir ce qui a été fait, avec quel résultat, avec quel moyen. Je peux parler de l’Ofnac, mais je ne peux pas parler de la traque des biens mal acquis. 

Le Populaire

L’autre point de consensus, c’est un système de suivi et évaluation des activités que nous menons, mais également d’assurer la synergie entre les acteurs. On a mis la nécessité de s’appuyer sur les organisations de jeunes, sur la presse qui joue un rôle capital dans la lutte contre la corruption. Nous allons aussi nous appuyer sur les acteurs non étatiques. Nous avons aussi un consensus de mettre en place l’observatoire pour assurer le suivi de nos activités. Il y a également la nécessité d’encourager la déclaration de patrimoine qui doit être faite non pas seulement par les gestionnaires et les autorités politiques, mais par toute personne investie d’une mission de donner une autorisation, de donner des avis, quand ces derniers permettent l’accès à des ressources publiques. Il faut aussi fixer des délais, ce qui empêche la corruption. Comme le secteur public, il faut sensibiliser le secteur privé et les impliquer dans les stratégies, mais aussi le réseau des parlementaires. Nous avons un consensus sur la mise en place d’une charte des valeurs ainsi que d’un recueil des normes et principes devant guider les organisations de lutte contre la corruption parce qu’il faut que nous soyons crédibles. 
Au-delà de ces consensus, comment l’Ofnac va combattre la corruption ? 

Après avoir discuté avec mes collaborateurs qui m’accompagnent à l’Ofnac, notamment l’Inspecteur général d’Etat Ibrahima Faye, nous avons décidé de mettre en place une stratégie transparente et un plan intérimaire de lutte contre la fraude et la corruption qui couvrira la période du 1er janvier 2014 au 31 décembre 2014. Ensuite, nous aurons un plan stratégique de lutte contre la fraude et la corruption. Pour l’essentiel, ce programme s’articule autour des programmes suivants : D’abord, les activités de communication et sensibilisation, de la formation des actions ciblées de prévention et de détection. L’autre programme, c’est la préparation du document stratégique national de lutte contre la corruption. Pour la communication, nous allons faire connaître l’Ofnac, ses objectifs et ses missions. Faire connaître les dangers que représentent la fraude et la corruption pour le développement du pays, stigmatiser les principales manifestations de la corruption et convaincre l’opinion à opter pour la tolérance zéro de ce fléau. Nous allons dissuader de recourir à la fraude et à la corruption en faisant des actions de sensibilisation. Nous allons encourager les mécanismes de dénonciation anonymes en informant que ces cas seront transmis au procureur. Parce qu’il faut retenir que l’Ofnac a le pouvoir d’auto-saisine, mais aussi le pouvoir de saisir directement le procureur. Au niveau des communications de masse et de proximité, les actions qui seront réalisées consistent à réaliser la couverture médiatique des activités de l’Ofnac et à diffuser ses slogans. 

L’Ofnac va avoir 50% d’activités de prévention, de communication et d’information, 30% de lutte et 20% de recherche. Parce qu’il faut aussi construire le savoir sur la corruption. On aura un site interactif, on va utiliser les réseaux sociaux, organiser des émissions avec les radios communautaires, installer et activer un numéro vert pour les dénonciations anonymes, communiquer sur les mécanismes de dénonciation. Nous allons lancer un bulletin qui s’appelle «Main propre» qui sera alimenté par les contributions des correspondants de l’Ofnac. Nous allons sélectionner le lauréat du théâtre de l’Ofnac. On va lancer l’appel d’offres pour la réalisation d’un feuilleton, d’un cinéma de l’Ofnac. Sensibiliser et former les fonctionnaires et agents de l’Etat sur la nécessité de l’obligation qu’ils ont de rendre les services pour lesquels ils ont été formés. Mais, il faut aussi les écouter pour connaître leurs problèmes. Nous allons aussi agir au niveau des chefs religieux. Parce que c’est absolument certain que les chefs religieux ne savent pas toujours que l’argent qui est donné pour financer telle ou telle activité n’est pas gagnée par les talibés de façon transparente. 

Mais au-delà de ses activités de prévention et de sensibilisation, qu’est-ce qui est prévu concrètement pour lutter contre la corruption ?

Je vous signale que mon collègue Ibrahima Faye et moi, avons quitté l’Ige avec une expérience, une certaine expertise, mais aussi avec des informations. Nous avons été souvent saisis pour des problèmes de corruption, mais puisque souvent la corruption n’est pas une spécialisation de l’Ige, on ne se focalisait pas trop sur ça. Parce qu’on n’avait énormément de mission d’enquêtes, d’inspections, d’audits compte non tenu des missions connexes de l’Inspection générale d’Etat. C’est la raison pour laquelle nous sommes prêts et nous savons là où nous devons aller. Nous allons développer la recherche en nous appuyant sur les travaux qui ont été faits par toutes les o

Article_similaires

12 Commentaires

  1. Auteur

    Ff

    En Novembre, 2013 (18:45 PM)
    ce n´est plus Nafy Ngom Keita, mais Nafy Ngom Ndour
  2. Auteur

    Corruption

    En Novembre, 2013 (19:13 PM)
    Bonjour

    C'est une bonne chose d'avoir nommé Nafy Ngom Ndour à l'OFNAC. Mais, on peut se demander si elle peut jouer un rôle important vu que ses pouvoirs sont assez limités. Elle ne peut même pas saisir la justice quand il y'a un acte de corruption. On se demande aussi dans quel Etat on est : la loi a été votée depuis plusieurs mois, la présidente nommée plusieurs mois après (août) et les autres membres qui ne sont toujours pas nommés.
    Auteur

    Bof....

    En Novembre, 2013 (19:29 PM)
    Comme dhab , du bla bla , et cet article le prouve, tout est écrit deux ou trois fois histoire de remplir les pages vides.

    Au Sénégal on bavasse à n'en plus finir au lieu d'aller à l'essentiel.....
    Auteur

    Tobor

    En Novembre, 2013 (19:30 PM)
    C'est une dame très compétente mais je crois que le président ne veut pas qu'elle réussisse. Il a commencé à lui mettre les bâtons sur les roues. Elle ne peut pas le dire devant la presse mais......................
    Auteur

    Crocro

    En Novembre, 2013 (19:51 PM)
    Les bâtons dans les roues on dit
    Auteur

    Benewaye5

    En Novembre, 2013 (19:51 PM)
    Une agence sans budget ni objectifs est absolument une coquille vide!



    Merde!
    Auteur

    --

    En Novembre, 2013 (20:42 PM)
    ok...commencez par les policiers et les gendarmes...c tres simple...envoyer des agents ki se font passer pour des chauffeurs avec une camera cachee...et vous verrez..pour les douaniers c la même chose....Senelec pareil, Etat civil meme chose..
    Auteur

    Atypico

    En Novembre, 2013 (21:22 PM)
    Un organisme anti - corruption fondé par un président qui se vante d'avoir pu s'enrichir grâce aux privilèges que lui ont apporté sous Wade sa position dans l'état n'est pas crédible? Pas plus que les personnes , mêmes expertes et honnêtes, qui ont été nommées par cet homme -là qui vient de radier de la police un cadre qui a osé dénoncer ses collègues après en avoir informé sa hiérarchie qui n'a pas réagi. Ensuite la corruption la plus pénalisante et donc à combattre d'abord n'est pas celle celle des petits fonctionnaires des administration mais celle des personnels ayant autorité dans l'état et dans les administrations. Si les chefs sont contrôlés et honnêtes ils n'auront aucune peine a supprimer les abus de positions dans leur service à l'encontre des usagers. Autre problème quid de la lutte contre le népotisme qui contraint les employé à être solidaires dans la délinquance et à fermer les yeux sur ce que font leur chef ou leurs collègues nommés par le chef ou ami ou issus de la famille de tel ou tel politicien... Mesurette et poudre aux yeux ... c'est à ce rôle que vous a mise madame, sans moyens Véritables...du mackyllage en somme!
    • Auteur

      Ben

      En Novembre, 2013 (08:37 AM)
      bien vu.!! le contrôle et la responsabilisation des chefs de service, directeurs, qui par cascades seront obligés de contrôler d' autres responsables sous leurs ordres etc ...et surtout que le "client citoyen" soit totalement informé de ses droits, à minima par affichage ou guichet dédié sur les lieux concernés (délivrances de titres d'état civil , fonciers) , numéros de matricules apparents pour police et gendarmerie, douanes...
      beaucoup d' autres moyens existent qui à défaut d' éradiquer cette corruption massive, en allégeront sensiblement les effets douloureusement dramatiques des fois auprès des plus faibles qui les subissent frontalement tous les jours pour les demandes les plus elementaires(etat civil , santé etc...
      le courage et d' abord la volonté politique affirmée, sont les bases sans lesquelles, toute annonce ne serait que poudre aux yeux , injures aux citoyens et perpétuation de la main basse maffieuse sur la république.
    Auteur

    Tine

    En Novembre, 2013 (21:31 PM)
    vous etes vrement une dame de fer mais cette mission est tres lourde et tres difficile voir tres complexe la corruption est aussi ancienne que le monde du courage madame je vous souhaite une reussite puisque nous partageons notre chere fissel mbadane
    Auteur

    Tamika

    En Novembre, 2013 (03:30 AM)
    Nafi, je vous supporterai 100%. Il faut battre ces voleurs.
    Auteur

    Yahoudial215

    En Novembre, 2013 (08:01 AM)
    Pour calmer les ardeurs on invente ces genres de structures qui n;auront jamais les moyens de leur missions,car la politique politicienne,les interets des forces obscures me laisseront pas faire. Maybe one day,
    Auteur

    Jeditout

    En Novembre, 2013 (11:37 AM)
    Et depuis vous avez déjà appréhendé et sanctionné quelqu'un? c'est vrai c'est très compliqué pour vous ,contrairement à celui qui va à l’hôpital, qui va à l'enseignement supérieur, qui va aux impôts aux douanes, qui se fait contrôler en voiture en ville ou sur une frontière ! Combien de fonctionnaires prouvent d'eux même leur malhonnêteté en jetant ostentatoirement à leur entourage ,une deuxième, une troisième, deux ou trois petits bureaux ,deux appartements acquis sans financement bancaire ,des taxis, des tata ,etc etc , non c'est pas vrai, ils sont introuvables c'est de la délation !!! DORMEZ VOUS ? OU VOUS VOULEZ QU'ON DORME ?

Participer à la Discussion

Auteur Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire

Auteur Commentaire : Poster ma reponse
Top Banner
Banner 01
Banner 01
Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email

Identifiez-vous

Don't have an account? Registration
OR