Samedi 13 Juillet, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Societe

Trente ans de lutte contre le Sida en Afrique : SOS POUR UN VACCIN

Single Post
Trente ans de lutte contre le Sida en Afrique : SOS POUR UN VACCIN

 

Le Sida tue tous les jours des centaines de victimes en Afrique et dans le monde, en dépit des énormes moyens mis à la disposition des chercheurs pour découvrir un nouveau vaccin. Si l’Afrique fait de gros efforts, les spécialistes des maladies virales comme le Sida avouent tous, malgré les essais cliniques faits ces dernières années, que la pandémie n’a pas encore trouvé un vaccin efficace. 

En dehors de la prévention, trouveras-t-on un jour, un vaccin efficace comme le Syndrome d’immunodéficience acquise simplement appelé dans le monde francophone (Sida) ? Apparue au début des années 1980, comme une maladie des homosexuels, le Sida a fait du chemin et des millions de victimes. Et, dans cette ambiance, la question de son éradication, est encore d’actualité, au moment où dans le monde, aux Etats-Unis, en Europe comme en Afrique, les laboratoires rivalisent d’ardeur et d’imagination, pour vaincre enfin un mal du siècle dernier qui pourrit encore la vie de millions de femmes, d’enfants et d’hommes. Comme pour narguer ses victimes et le secteur de la recherche, les énormes moyens mis à la disposition des instituts, laboratoires des facultés de médecine, n’ont pas encore permis de dire ce que sera le vrai vaccin contre le Sida.

En Afrique, poussé par l’instabilité politique dans nombre de grands pays, le manque d’hôpitaux et de spécialistes de la prévention, le Sida gagne du terrain, dans un certain anonymat des dirigeants du monde riche. Mais aussi par la faute de présidents africains qui privilégient le superflu une fois à la tête du pouvoir au détriment d’un véritable investissement en matière de santé publique. Ne serait-ce que pour la prévention. Le résultat est que certains pays s’en sortent par miracle, alors que d’autres voient tous les ans, le nombre de victimes de cette maladie augmenter. Le Sida fait du mal, comme la malaria, le paludisme, la rougeole, la variole, la peste, la maladie du sommeil à une certaine époque.

Mais, si certaines de ces pandémies ont été éradiquées au milieu du 20 ème siècle ou après, certaines infections comme le Sida et le paludisme tuent toujours autant de personnes en Afrique. De petits efforts de prévention et de mise en garde ont permis à des pays comme l’Ouganda, l’Afrique du Sud et le Sénégal de maintenir un certain cap. Mais, il y a encore du chemin à faire avant qu’un vaccin ne permette de vaincre la maladie. Aujourd’hui, si les efforts d’un pays comme l’Ouganda où le nombre de malades qui atteignaient au début 20%, est passé sous la barre des 6%, ont été récompensés, il reste que d’autres comme la Côte d’Ivoire, le Libéria, la Somalie, le Soudan, la République démocratique du Congo, encore moins le Kenya sont encore sur la liste rouge.

A l’occasion d’une réunion du Programme africain pour un vaccin contre le Sida (AAVP) qui a eu lieu au mois de mars (du 20 au 21) à Entebbé en Ouganda, il a été révélé qu’il existe beaucoup de vaccins qui ont été essayés sans réels effets sur la santé des malades. Cette information a été donnée par le professeur Kaleebu Pontiano, de l’Université de Kampala, responsable du Programme national de recherche sur le Sida en Ouganda. Selon lui, « Depuis la déclaration de Nairobi, un gros effort a été fait pour trouver un vaccin contre la pandémie du Sida en Afrique, cela dans une sorte de stratégie continentale de lutte contre la maladie. »

Les blocs régionaux pour une stratégie commune

L’Afrique théorise un projet de recherche

Ce processus, ajoute le virologue ougandais, a déjà connu un premier pas, lors de la réunion d’Abuja en 2001, avec la mise en place de blocs régionaux qui avaient décidé de mettre l’accent sur cette stratégie. Et depuis cette date, il se tient tous les ans, un forum du Programme AAVP entre trois pôles phares dans la lutte contre le Sida et la recherche d’un vaccin : l’Afrique du sud, l’Ouganda et le Sénégal, pôles coordonnés par le professeur Souleymane Mboup du laboratoire de bactériologie et de virologie de l’Hôpital Aristide Le Dantec de Dakar (Sénégal).

Pour le professeur Kaleebu Pontiano, les premiers essais de vaccins contre le Sida datent de l’année 1983. Selon lui, « de nombreux vaccins ont été testés dès 1987. Ils se sont poursuivis en 1997, en 2001 jusque récemment en 2008. Le projet de recherche du vaccin entre ainsi dans un processus qui devrait se prolonger jusqu’en 2013. » Le constat, à l’en croire, est qu’il n’est pas facile de trouver un vaccin contre cette maladie capricieuse. Or il y a urgence. Prenant l’exemple de l’Ouganda, le professeur de médecine souligne que depuis 2000, des essais ont été réalisés sur quelque 3000 volontaires, mais aussi sur des animaux.

Il s’agit essentiellement pour la thérapie d’user de nouveaux vaccins fabriqués ici en Afrique ou ailleurs dans le monde comme le « Marck Adenovirus » qui a été longtemps testé aux Etats-Unis et en Amérique Latine. Sur le même modèle, un autre type de vaccins répondant au nom de « MRKAD5-HIV1 » qui a eu, selon le professeur, « beaucoup d’effets secondaires sur certains malades avec notamment des maux de gorge et des allergies ».

On pourrait également retenir un autre vaccin, le « Pave 100 » qui est, selon lui, une association entre ADENO5 et l’ADN. Là aussi, les chercheurs ont noté l’existence de quelques problèmes d’allergie. Pour le professeur Kaleebu Pontiano, « l’objectif sans doute est d’arriver à trouver un vaccin contre le Sida. Mais, il faut reconnaître que les stratégies actuelles ont aidé à freiner le développement de la maladie. Mais, il est quand même honnête de reconnaître qu’on a eu beaucoup de déception dans l’usage de certains médicaments à base de cellulose, de sulfate microbicide. De même que dans l’usage du diaphram, du Mark Adeno5, qui est un vaccin qui date de cette année… »

Le casse-tête des essais cliniques

On peut aussi dire que d’autres remèdes comme « Carraguard microbicide », « Acyclovir for Hiv », tout comme nos récentes certitudes sur la circoncision qui réduirait considérablement les chances pour les hommes d’attraper le Sida, n’ont pas donné tous les résultats escomptés », souligne le Dr Pontiano. Les chercheurs se sont donc demandés : que faire ? Continuer les tests avec le « Pave 100 » ou l’arrêter ? « La vérité, conclut le professeur Kaleebu Pontiano, est « qu’aucun vaccin contre le Sida n’a véritablement marché sur des malades. Donc, je ne pense pas qu’il faille continuer les autres vaccins qui sont en cours de test en Afrique dans des pays comme le Rwanda, le Mozambique, l’Ouganda et la Tanzanie. » Des pays où avec les tests ADN, on fait encore des essais avec des nouveaux vaccins comme « Adeno5 », « Afrovac Nyvac ».

Pour rappel, aujourd’hui les efforts financiers mobilisés pour trouver un vaccin contre le Sida grâce aux dons de philanthropes, aux fonds des secteurs privé et public, se chiffrent à quelque 933 millions de dollars Us. Cet argent a permis ainsi de faire quelques grandes avancées dans la recherche d’un vaccin contre le sida et la tuberculose. Cependant, au moment où va se tenir à Dakar la 15 ème conférence internationale sur le Sida et les infections sexuellement transmissibles qui se tient du 3 au 7 décembre prochain, l’Afrique cherche encore la solution face l’augmentation continuelle du nombre de malades chez les femmes, les enfants et les adultes.

Et aujourd’hui, selon certains médecins du continent, les plans d’avenir pour trouver un vaccin et faire des essais concluants ne sauraient se faire sans un traitement qui associe un remède contre la tuberculose et le Sida.



0 Commentaires

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés. --
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email