Mardi 23 Avril, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
People

IDRISSA DIOP, ARTISTE-MUSICIEN : « Aujourd’hui, j’ai envie d’acheter des tonnes de savon et de laver les esprits»

Single Post
IDRISSA DIOP, ARTISTE-MUSICIEN : « Aujourd’hui, j’ai envie d’acheter des tonnes de savon et de laver les esprits»

Sa musique, du fait notamment de sa voix si particulière, sort de l’ordinaire. Tout comme ses propos. Lui, c’est Idrissa Diop, artiste chanteur qui revient ici sur son parcours, sa vie, ses envies et ambitions, mais aussi sa vision du Sénégal d’aujourd’hui. Surtout des Sénégalais dont il dit avoir «envie d’acheter des tonnes de savon» pour leur «laver l’esprit». 

 

Pour ceux qui ne vous connaissent pas bien, qui est Idrissa Diop, comment vous définiriez-vous ? 

Je suis un enfant de la Gueule-Tapée, mais je suis né à Makila. Ma famille est contente de tout ce que je fais comme erreurs avec mes amis, comme tout enfant. On a fait tellement de choses à l’époque, quand on était gamin, et aujourd’hui Dieu a fait qu’on a rejoint cette jeunesse sénégalaise. Je suis très fier de ce que je ressens comme énergie, comme matière grise dans la jeunesse sénégalaise. Parce que ça me rappelle aussi ma jeunesse à moi. Idrissa, c’est tout simplement un bon citoyen sénégalais. 

 

Comment s’est conçue votre histoire d’amour avec la musique ? 

J’ai commencé la musique à l’âge de 8 ans et mon grand-père m’a offert mon premier tambour, ma première percussion. C’est comme ça que j’ai commencé à vraiment méditer là-dessus. Quand je revenais de l’école, je tapotais sur tout ce qui me tombait sous la main : bols, calebasses, bassines, tout y passait. Un jour, grand-père me dit qu’il va me faire un cadeau et je ne savais pas de quoi il s’agissait. A ma grande surprise, je vois que le cadeau qui m’était destiné était en effet un tambour. Il me dit :Voilà, je te l’offre. Comme ça, tu ne feras plus de bruit autre que sur ton tambour’. C’est comme ça que j’ai commencé vraiment et je rends hommage à mon grand-père qui m’a apporté beaucoup de lumière et qui m’a aussi accompagné dans ma vie. 


Votre voix a fini par phagocyter Idrissa Diop. On ne parle plus du chanteur, mais de l’intonation que dégage votre voix. Parlez-nous un peu de cette voix qui est en train de faire fureur dans le monde musical ? 

C’est ma voix, elle est comme ça. J’ai toujours eu une voix de guerrier. C’est peut-être dû à mes racines Peulh. J’ai beaucoup eu cette énergie de Peulh et peut être que ça vient de là. C’est vrai que j’ai cette particularité d’avoir cette voix-là qui se décale complètement des voix ici au Sénégal. J’en suis complètement heureux parce que c’est vrai quand on entend souvent les musiciens et chanteurs sénégalais, on constate que ça se ressemble beaucoup en haut, au perché et moi j’aime beaucoup le middle (milieu). Ma voix peut être en haut, mais je préfère allier les deux. Je me souviens qu’après avoir fait un duo avec Coumba Gawlo Seck dans l’album qui s’appelle «Yelli» où j’ai vraiment fait des envolées, des trucs de ce genre, les gens s’étaient étonnés de me voir faire cela. Et je dis voilà quoi, ma voix est naturellement comme ça. Il faut avoir cette particularité de sortir, se décaler un tout petit peu pour apporter une autre couleur à la musique. Je suis très heureux de ma voix, de cette voix qui touche beaucoup de Sénégalais. 

 

Disons alors que c’est votre voix qui vous pousse à chanter sur un style musical autre que le «Mbalax» pur et dur comme on le connaît au Sénégal… 

Moi je ne critique pas. Je dis simplement que les musiques vont de paire. Les musiques au Sénégal sont magnifiques. Elles sont faites avec beaucoup de teinture et il y a beaucoup de chanteurs au Sénégal qui sont extraordinaires, magnifiques. C’est vrai que je ne sais pas faire cette musique-là qu’est le «Mbalax», genre qu’on dit populaire et qui ne l’est pas du tout. Il ne faut pas oublier que nos grands-parents nous ont transmis de belles choses. Nos grand-mères, quand elles dansaient, on ne voyait même pas leurs orteils. C’est ce «sutura» (pudeur) qui était enveloppé de beauté, de magie, ce qu’on appelle le «kumpa» (discrétion). Aujourd’hui, quand on voit toutes ces danses un peu obscènes, là je suis désolé, je regrette, je ne cautionne pas ces genres de musiques et de danses. Je suis pour l’éthique, la morale même sur le genre musical. Et ces qualités sont très importantes pour donner de la lumière aux générations à venir, surtout musicales. 

 

Comment voyez-vous la musique sénégalaise ? 

C’est ce que je discutais, il y a quelques jours, avec un ami. Je lui disais qu’il faut qu’on arrête simplement d’être dans une cérémonie et de faire des «Samba mbayaan» (chanter les louanges). Cela ne veut rien dire. Avant, quand on faisait les louanges de quelqu’un, c’est parce que cette personne avait fait quelque chose d’important. Mais aujourd’hui, on chante la personne qui est là en face, c’est par rapport à l’argent, à son portefeuille qu’on chante ses louanges. D’où une contradiction. Je pense qu’aujourd’hui, il faut voir la réalité en face et se poser beaucoup de questions sur la musique sénégalaise. Je me pose beaucoup de questions sur les musiques sénégalaises parce que cela fait 35 ans que je leur dis qu’il n’y a pas une musique sénégalaise, mais des musiques sénégalaises, à y regarder de près. J’arrive de Kolas. Et avant ça, je suis parti dans les 14 régions du Sénégal et je peux vous dire dans toutes ces régions-là, il y a une multitude de rythmes, de mélodies, d’harmonies magnifiques, magiques. À beaucoup de Sénégalais, je leur pose la question de savoir si le Sénégal s’arrête à Dakar. Le Sénégal, c’est 14 régions dans leur entité, dans leur entièreté et c’est magnifique de comprendre que cette musique qu’on dit être la musique sénégalaise est vraiment un toute petit peu malade. Et c’est à nous aujourd’hui de faire attention à ce qu’on va léguer à la jeune génération. La création, c’est la façon de faire élever l’autre. Aujourd’hui, les chansons se ressemblent et je dirai simplement qui se ressemblent s’assemblent. La musique d’aujourd’hui, ce qu’on appelle le «Mbalax» est ressemblant. Mis à part quelques personnes, les harmonies se ressemblent. Il n’y a pas d’innovation, il n’y a pas de fraîcheur. C’est comme si on ne veut pas faire bouger les choses. La culture, nos traditions, ont besoin d’être bousculées un tout petit peu pour que l’autre qui est au Japon, en Australie, en Amérique puisse entendre cela. La vertu de la musique, c’est justement s’ouvrir au reste du monde. Il faut qu’on s’ouvre par rapport aux autres cultures, ce mélange, ce melting-pot est très important. 

 

Est-ce pour s’ouvrir au monde entier que vous avez opté de chanter aussi bien en Wolof que dans d’autres langues ? 

Je suis très fier du Sénégal, mais en même temps suis très lucide. Tout le monde parle de mes chansons, aussi bien les jeunes que les gens de 77 ans. A mon âge, avoir cette chance de me connecter avec toute la jeunesse du Sénégal, c’est magnifique. C’est aussi un travail de lucidité parce que tout a été fait au studio Sankara d’une manière assez familiale. Mon dernier album, c’est un disque fait avec une très grande lucidité, un vrai sens du temps. Ce n’est pas du «Mbalax», c’est un genre d’alchimie fait au Sénégal. La musique doit se positionner par rapport à cette diversité ethnique. La musique doit avoir ce perpétuel phénomène d’aller-retour entre l’artiste que tu es avec le reste du Sénégal. Moi, j’aime beaucoup Baba Maal, une personne que je respecte beaucoup. On dit souvent que sa musique ne concerne que les Toucouleurs alors que c’est faux. C'est-à-dire qu’il prend la gamme pentatonique des Toucouleurs, mais quand on écoute bien Baba Maal, sa musique est beaucoup plus berbère et c’est important d’avoir cette alchimie-là. Ce qui permet d’avoir une sorte d’ouverture, de savoir-faire. Quand on est artiste musicien, on n’appartient plus à notre propre culture, on est des ambassadeurs et c’est connu. Soyons vigilants de proposer des musiques qui vont aller vers les autres cultures, s’entrechoquer avec les autres cultures, c’est ce que font les Youssou Ndour, Baba Maal, Thione Seck, Ismaïla Lo, Omar Pène pour ne citer que ceux-là. Et comme on dit, les vielles marmites font toujours les bonnes cuisines. 

 

Est-ce cette quête permanente, cette recherche d’alchimie et de diversité musicale qui vous a poussé à partir en «exil» en Europe ? 

Naturellement ! Vous savez, moi j’avais une grande complicité avec ma mère et ce fut un choc très dur quand elle a quitté ce monde. C’est en ce moment que je suis parti, c’était en 1974-1975. Je suis parti en France et je n’ai pas regretté parce que cela m’a permis de me connecter avec tellement d’artistes du monde entier, cela m’a permis de m’entrechoquer avec beaucoup de cultures. Un pays doit donner à l’artiste le «linge» (témoin), c'est-à-dire ce bâton de transmission que l’artiste puisse transmettre, donner et recevoir beaucoup de cultures. Nous, on est des missionnaires et c’est ça la mission de l’artiste. Ces voyages m’ont permis de communiquer avec tellement de personnes et de recevoir beaucoup de choses de leur part. On est des éternels voyageurs et voyageons à travers les cultures que nous ont laissées nos ancêtres. Partageons-les avec le monde entier. C’est ça qui constitue la force de la culture africaine. 

 

Pourquoi avoir décidé du jour au lendemain de renter au bercail ? 

Simplement, après 28 ans de partage avec des personnes du monde entier, il y avait comme un écho qui me disait de rentrer au pays. Cet écho me disait que le pays a besoin de toi pour partager, pour donner et recevoir toute l’expérience que tu as vécue, que tu as partagée avec les autres. Viens raconter ces histoires à la jeunesse sénégalaise. C’est pour cela que j’ai un grand respect pour la jeunesse de mon pays. Donc, je suis revenu. Il y a beaucoup de jeunes qui ne me connaissaient pas et qui, aujourd’hui, me parlent, avec qui je partage mon expérience. Je peux, dès lors, dire que c’est cette jeunesse qui est ma source d’inspiration. C’est elle et ma famille qui m’ont poussées à revenir au pays. En revenant, j’ai décidé de rattraper tout le temps perdu parce qu’il y a mes enfants que je n’ai pas vus grandir. C’est tout simplement cet écho qui a fait que je suis là et je ne regrette pas d’être revenu, afin de partager ces moments magiques avec tout le Sénégal. 


Vous avez dit plus d’une fois que vous étiez fier de la jeunesse sénégalaise. Comment jugez-vous son comportement des 23 et 27 juin passés ? 

Parfois, j’évite de parler de la politique parce que je me dis maintenant à chacun son staff, à chacun son métier. Par contre, je suis sûr d’une chose. C’est que la jeunesse sénégalaise a besoin qu’on lui rende compte, qu’on lui dessine une autre façon de voir le Sénégal, une autre façon de penser. Parce qu’une jeunesse ne se lève jamais comme ça par hasard. C’est la jeunesse qui posait simplement une question et qui n’avait pas de réponses. C’était quoi ? C’était se lever, faire des marches, revendiquer, parler des choses pour conscientiser nos politiques, nos politiciens, en général, pour dire attention, si tu veux savoir comment va ton pays, va savoir comment va la jeunesse de ton pays. Si elle ne va pas bien c’est que tu dois te poser certaines questions. La jeunesse sénégalaise est très sage et ce n’est pas parce qu’on est sage qu’on ne se pose pas de questions. Je suis fier d’eux et fier de leur apporter une petite partie de l’expérience que j’ai vécue à travers le monde pendant des années. 

 

Après 28 ans d’absence, comment trouvez-vous le Sénégal ? 

Nous, on était là pendant très longtemps. On a vu le temps de Senghor, celui d’Abdou Diouf, mais aussi d’Abdoulaye Wade. C’est différent. Parce qu’avant, il n’y avait pas toutes ces choses qu’on voit aujourd’hui. Il n’y avait pas toutes ces structures et infrastructures. C’était un autre Sénégal. Aujourd’hui, les choses ont évolué. Je ne suis pas politique, mais les gens qui sont là font un travail magnifique. Ils sont en train de changer le pays en bien. Ils sont en train de poser des jalons. Ces belles choses ont besoin d’être accompagnées par des gens qui aiment faire de belles choses. Le président fait d’excellentes réalisations, mais il y a des personnes dans son entourage qui ne l’accompagnent pas dans son élan. Les Sénégalais ont besoin de changements, mais soyons conscients de ce qui a été fait. Nous, on est des porteurs de rêves, il faut parler vrai, il ne faut pas regarder quelque chose de beau et dire que ce n’est pas le cas. Ce n’est pas le rôle de l’artiste. On connaît beaucoup de choses qu’Abdoulaye Wade ne sait pas et peut-être aussi que son entourage ignore ce que vit la population. Donc soyons homogènes, soyons sincères avec le président de la République. Disons lui la vérité, disons lui ce qui se passe dans ce pays et qu’il ne voit pas, ce qui est dans l’esprit des Sénégalais. 

 

Etes-vous de l’avis de ceux qui disent que la politique du pays est sale ? 

Je crois qu’une politique est sale quand on n’est pas sincère. Ce n’est pas parce que qu’on est politicien qu’on peut dire des mensonges. La politique peut être clean (propre) et tout dépend des gens qui entourent cette politique. Comment voudriez-vous que cette jeunesse qui n’a pas obtenu de réponses à ses questions ne dise pas que la politique est sale. Vous avez dit la politique dans toute son entité, dans toute son entièreté, elle est sale. Parce que «ku ñep tufli nga tooy», c'est-à-dire il n’y a pas de fumée sans feu. Les gens disent qu’elle est sale, essayons d’approfondir les choses, de se poser des questions afin de savoir pourquoi les gens disent que la politique ou les politiques sont complètement sales. Aujourd’hui, j’ai envie d’acheter des tonnes de savon et de laver les esprits. Parce que ce ne sont pas les habits qui sont sales, mais c’est peut-être les esprits qu’il faut revoir un peu, d’une manière assez sage. Les politiques nous racontent ce qu’ils veulent, mais on n’est pas obligé de croire tout ce qu’ils nous disent. 

 

Etes-vous marié ? 

Bah non ! Ça c’est ma vie privée. Marié, oui je le suis. 

 

Parlez-nous un peu de la relation que vous avez avec votre famille ? 

Je n’ai pas trop envie de parler de ma vie privée parce que chacun, même le petit oiseau, qui est dans son nid, a sa vie, sa vie intime. Je rends hommage à ma famille, mes frères, mes sœurs, mes amis, mes enfants. Je les aime dans leurs qualités, dans leurs défauts, dans leurs erreurs. Bref, ils savent que je les aime. Je suis fier de ma famille, de mes cousins Waziz Diop et Djibril Diop Mambetty. Ce sont des faiseurs de bien et je leur rends tout le temps hommage. Je suis fier aussi de mon fils, Nicolas. Je suis fier de son parcours, de ce qu’il fait. On entretient une relation de complicité. Pour dire que je suis très complice avec ma famille, avec mes enfants. Justement parce que je suis leur père et on est de super potes. On est des amis parce que je les ai éduqués dans ce sens-là, être leur père tout en étant leur ami, leur copain. Ils se confient beaucoup à moi et quand j’ai de petits soucis, de petits doutes, je les réunis et je leur demande ce qu’ils feraient s’ils étaient à ma place. C’est important d’avoir cette complicité avec ses enfants, ça leur permettra de grandir tout en étant très bien dans leur état d’esprit. C’est ça l'esprit de famille. Nous sommes une famille compétemment unie et tonique 

 

Idrissa Diop, un vieux qui refuse de vieillir. Est-ce le cas ? 

(Rires) Oh non ! Vous savez, la vieillesse, c'est dans la tête. Ce n'est pas une sorte de refus. Dieu nous a donné la musique comme forme de thérapie. En fait, la vie, on la cultive. Moi, j'ai cultivé la mienne, je n’ai pas triché. Je ne me vois donc pas vieux alors que dans ma tête je ne le suis pas. Je peux jouer N concerts sans me fatiguer et «Mach Allah», on touche du bois. Mais voilà... La jeunesse avec qui je suis en perpétuels échanges s'en f… que je sois vieux, ils s'en f… carrément. 

 

Qu’est-ce que vous aimez le plus au Sénégal ? 

L’appel du muezzin le matin. 

 

Quelle est votre plus grande fierté ? 

Ma fierté, c'est d'être Sénégalais, bien sûr ! Ah oui ! 

 

Vous aimez le «Cuuraay» (encens) ? 

Ah mais bien sûr ! Chez moi on «cuuraay» à fond. Je suis Sénégalais, un pur produit du Sénégal. 

 

Pour ou contre la polygamie ? 

Je ne suis ni pour ni contre la polygamie. J'aime avoir une seule épouse et la protéger jusqu'à la fin de mes jours. 

 

Quels sont vos projets ? 

J'avais une idée assez folle (rires), je sais que c'est une idée d'un «Njobeen», une idée assez dingue. Je me suis dit que ça serait très important de réunir tous les partis politiques, lors d’une soirée appelée «Bal des partis». Car j’ai constaté que, les partis politiques ne se touchent pas, ne se frottent pas assez. Ils ne sont pas obligés d'avoir les mêmes visions, mais ils ne sont pas aussi obligés de s'entretuer, de s'entredéchirer ou de s'entremêler. Et ce jour-là, cette soirée-là, on va leur jouer pour un moment, pour quelques heures, pour une journée, de la belle et de la très bonne musique, avec beaucoup de sens, beaucoup de messages pour la paix sociale. Et après, on verra ce qu'on verra. Mais en tout cas, c'est une idée. Certes, c'est une utopie. Mais bon, on ne peut pas être artiste et ne pas avoir un peu de folie. Je veux le faire entre décembre et janvier, avant la Can de foot, au Grand Théâtre. C’est un énorme truc et je veux vraiment réussir ce pari. Je prépare aussi, un deuxième opus qui aura pour titre «I love Dakar» et ça sera un album de 16 titres pour montrer que j'aime Dakar, avec ses odeurs, ses couleurs. 



34 Commentaires

  1. Auteur

    Manou

    En Novembre, 2011 (19:10 PM)
    l'histoire de la dame de kaolack mariée puis abandonnée c'était qui :-D 



    aura t-il droit à un bain d'esprit:) :?:  :?:  :?:  :?: 
    Top Banner
  2. Auteur

    4583

    En Novembre, 2011 (19:11 PM)
    avec tte la production de savon de la terre, certaines croyances demeureront inchangées. :sad:  :sad:  :sad: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Fmfm

    En Novembre, 2011 (19:13 PM)
    Cet écho me disait que le pays a besoin de toi pour partager, pour donner et recevoir toute l’expérience que tu as vécue, que tu as partagée avec les autres. :hun: 



    mais tu es maintenant à la retraite monsieur :-D 
    {comment_ads}
    Auteur

    Tef

    En Novembre, 2011 (19:13 PM)
    boff :cry:  :cry: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Qui..

    En Novembre, 2011 (19:14 PM)
    Il est revenu malgré lui qu''il faisait à paris n'intéresse personne !!
    Top Banner
    Auteur

    Englais

    En Novembre, 2011 (19:27 PM)
    slt les gars je sui 1 senegalais qi vi en angleterre et veux rentrer au senegal definitivement et j ai peur de rentre j ai qe 15 0000 000 fcfa dans mon compte et j aipasles papiers,qu est ce je vais devenir avec cette petite somme, j ai peur pour mon avenir, j attends vos conseille merci
    {comment_ads}
    Auteur

    Marge Simpson

    En Novembre, 2011 (19:41 PM)
    Non mais il se prend pour qui le mec ? Franchement c'est hallucinant de voir à quel point les gens peuvent être prétentieux, la moutarde leur monte vite à la tête, c'est triste. Faut rester humble dans la vie et ne pas prendre les gens de haut ni se croire supérieur à tout le monde, quels que soient ses actions, faits, son intelligence ou compétences.
    {comment_ads}
    Auteur

    Fans

    En Novembre, 2011 (19:43 PM)
    Il chante bien nobel bi amna solo :up: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Emir

    En Novembre, 2011 (19:45 PM)
     :haha:  :haha:  :haha:  :haha:  yow idrissa Diop tey ngua sang sa boop d'abord. yow mi ya taliiim ak sa kanam bou forokh... defal ni sa morom you am kilifeu. demal diamou Yalla tey bayi music bi :tala-sylla:  :tala-sylla:  :tala-sylla:  wa Senegal nak, nouyou na len. delin ziar, di len nianal jaaam. jerejef
    Top Banner
    Auteur

    Alioune

    En Novembre, 2011 (19:50 PM)
    est ce que le savon lave t-il l'esprit

    {comment_ads}
    Auteur

    Bossoudiabour Karcher

    En Novembre, 2011 (19:54 PM)
    SET SETALE  :haha:  THIEYE WALAYE  :haha:  Une tache très très dificile à relever surtout pour ceux qui sont au palais de la RUE-PUBLIQUE. DIOPA-GAGNIA il vous faudras des super KARCHER reférence WV50 wala plus pluisant genre turbo réf. K4600  :haha:  :haha:  :tala-sylla:  ou à VAPEUR PURIFICATEUR contre le SOBBé :)  <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/cool.gif" alt=":cool:">  

    Sans oublier de secouer   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">   les TAPIS PERSANT   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">   FEUGUEU-MBEUK   <img src="https://images.seneweb.com/content/seneweb/generic/images/smileys/jumpy.gif" alt=":jumpy:">   :tala-sylla:  :haha:  :haha: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Aida

    En Novembre, 2011 (20:04 PM)
    DIOP GUELL TAPE HANA TAYE FI GA ABANDONE SA DIABAR AK 7 DOMM METISS HANA TAYE :down:  :down:  LOU DEFOU WAHOU :?:  :?: 
    {comment_ads}
    Auteur

    X

    En Novembre, 2011 (20:04 PM)
    trop idiot ce mec !
    Top Banner
    Auteur

    Wakh Deuggu

    En Novembre, 2011 (20:20 PM)
    pfff!!! il devrai commence sur lui d'abord.... c'est un dealer de VISA ! mouy sonal niit njii fii
    {comment_ads}
    Auteur

    Bah1

    En Novembre, 2011 (20:52 PM)
    Du savon pour laver les esprits c'est ce qu'on appelle faire de l'esprit sinon quel dommage.Avec un peu d'esprit on peux en eclairer beaucoup sans forcément les laver car le lavage d'esprit s'apparente au lavage de cerveau qui ne rappelle pas de glorieux souvenirs aux peuples colonisés que nous fumes.¨Pour toi l'artiste les mots sonnent autrement.J'aurais dù avoir ça dans l'esprit.
    {comment_ads}
    Auteur

    Du Wassoulou

    En Novembre, 2011 (21:00 PM)
    Waw, wayé boul fatééh rakhassalé sa boss car il doit être pourri pour te donner une telle idée!
    {comment_ads}
    Auteur

    Dxb

    En Novembre, 2011 (21:22 PM)
    Que feras tu de Nico le PD ?
    Top Banner
    Auteur

    Fa

    En Novembre, 2011 (22:58 PM)
    Dernière question: comment ta femme F B cissé que tu as abandonné avec sa (ta) fille?
    {comment_ads}
    Auteur

    Fa

    En Novembre, 2011 (23:22 PM)
    Mr. diop tu peut le faire via ta music come Bob Marley
    {comment_ads}
    Auteur

    Abdoul Salam

    En Novembre, 2011 (00:35 AM)
    Idrissa ,Tais-toi et chantes !

    C'est le plus grand servcice que tu peux nous rendre .
    {comment_ads}
    Auteur

    Bolton

    En Novembre, 2011 (01:36 AM)
    LE 'BAL DES PARTIS' EST UNE BONNE IDEE. :sn:  :sn:  :sn: 
    Top Banner
    Auteur

    Adja

    En Novembre, 2011 (03:05 AM)
    (Je ne suis ni pour ni contre la polygamie. J'aime avoir une seule épouse et la protéger jusqu'à la fin de mes jours).







    Rien que pour ca je t'admirrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrre enormement
    {comment_ads}
    Auteur

    Aida

    En Novembre, 2011 (05:48 AM)
    essaye de te laver dabors yaw miy khememe djiguene tak ko unmbeul ko abandonner ko ya bone ya yesse

    {comment_ads}
    Auteur

    Wakh Wakhet

    En Novembre, 2011 (10:14 AM)
    yaw pagua demal togy gnak fayda music say moromo nga ko bokol

     :tala-sylla:  :haha: 
    {comment_ads}
    Auteur

    Sens

    En Novembre, 2011 (11:47 AM)
    S'il vous plait, pensez a vos actes avant de commenter. Dou lépp legnouye wakh.



    Si vous ne le lui dites pas en face, evitez de l'ecrire anonymement, et faites-le pour vous, parce que ces commentaires ne l'atteindront jamais, mais vous suivront a vie.



    Pour ma part, j'adore sa musique et il a aussi une bonne personalite. Le reste était une erreur d'avoir exposé sa vie privée a la presse, mais tout le monde fait des erreurs.
    Top Banner
    Auteur

    Gueule Tapee Demb

    En Novembre, 2011 (13:26 PM)
    mé boy idi ya ngui déconé koi laver l'esprit senegalensis avec du savon.lol mé de prime a bord regle le topo famillial..
    {comment_ads}
    Auteur

    Criscros

    En Novembre, 2011 (14:25 PM)
    idy et le vole qeu tu as fait a vinditi un italien sa 20e album

    {comment_ads}
    Auteur

    You Paris

    En Novembre, 2011 (14:26 PM)
    ferme ta gueule tu es laa tjr a critiquer nous on est fier de nos musiciens you pene nder etc

    {comment_ads}
    Auteur

    Wade Wax Waxett

    En Novembre, 2011 (15:21 PM)
    vieux ....laissez les jeunes musiciens ....tu as fais ton temps et aussi a l etranger et tu n as rien tu reviens nulllllllll et zero franc ...le monde est ainsi ne soit pas un lache ,,si avec le mbalakh ils arrivent a vivre tres bien et a l aise cve qui te manque ...it s your busness...tu es un ingrad... a ton age tu devais rester un borom keur mais a 60ans tu es tjrs dans les boites .....oui c est vrai t as rien c est pour ca que tu te rabattes au pds pour le soutien du malhonnete wade et pape diop...grand guemeul yalla moy djokhe di khagne... avant de laver la cervelle des senegalais lave le tient .....immigre perdant.
    Top Banner
    Auteur

    Me

    En Novembre, 2011 (20:29 PM)
    IL FAUT COMMENCER PAR LAVER CELUI DES POLITICIENS
    {comment_ads}
    Auteur

    Senegal Ndiaye

    En Novembre, 2011 (01:04 AM)
    comence dabore a laver ton fils qui est un homo en tant k musulment
    {comment_ads}
    Auteur

    Misse Diop

    En Novembre, 2011 (11:14 AM)
    pere jme tas musik kou beugue lou bakhe khamené tousce tu dit est vrais khaléyi khamouniou lounigne wakhe bou léne tope
    {comment_ads}
    Auteur

    Pablito

    En Novembre, 2011 (15:25 PM)
    idy je vous suis depuis yaye boy man souma yaye boy



    Top Banner
    Auteur

    Loumo

    En Mars, 2012 (13:57 PM)
    ce type n'a aucune classe 40 ans de musique il a quoi c'est pour cela il a rallié wade pour avoir une maison et une voiture ndeyssane.

    tu n'es rien du tout ou sont les voix que tu as contribué pour wade au contraire wade a chuté encore.
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés.
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email