Lundi 24 Juin, 2024 á Dakar
Vendredi 01 Juin, 2018 +33
Chronique

Quand l’insouciance des chauffards tue les Sénégalais ! (Par Mass Massamba Ndao)

Single Post
Quand l’insouciance des chauffards tue les Sénégalais ! (Par Mass Massamba Ndao)
Les « bus de la mort » ! Par ces termes, le Colonel Momar Guèye résumait la recrudescence des accidents de la route. Dans un coup de gueule, l’ancien forestier rappelait une célèbre maxime très souvent invoquée par ses pairs à chaque fois qu’il s’agissait de conscientiser les populations rurales sur la préservation de la nature : « fu daay tàak, nit a fa jaar » (il n’y a pas de feu de brousse sans la présence de l’homme). Un dicton wolof qui, selon lui, peut être transposé sur nos routes : « Fu nit faatoo ci tali, nit a fa diaar » (l’Homme est responsable de tout mort sur la route).

« Le bon sens est la chose au monde la mieux partagée ». Au Sénégal, cette belle citation de René Descartes ne semble point avoir de sens. Depuis quelques jours, circule sur les réseaux sociaux une vidéo montrant deux bus de transport interurbain, roulant côte à côte et à vive allure sur plusieurs centaines de mètres. Si l’image suscite tant d’indignation, c’est parce qu’elle est mise en ligne, quelques heures seulement après une série de drames survenus entre Koungheul, Dinguiraye, Thiadiaye et Dakar, emportant, au total 22 innocentes âmes.

« Bus-repetita », dirait-on. Ces faits relevant d’une indiscipline notoire rappellent le jeune camionneur qui était en train de déguster tranquillement son "mafé" au volant de son gros-porteur, en pleine circulation, ou encore son collègue, filmé en train de dormir sur l’autoroute à péage. Et les exemples sont nombreux.

Selon les chiffres officiels rendus publics en 2023, environ 700 personnes meurent dans des accidents de la route, chaque année au Sénégal, un pays de 18 millions d’habitants, et 90 % des accidents sont liés aux comportements humains. Ces données sont d’autant plus plausibles que même les dernières mesures prises dans ce sens peinent à être appliquées avec rigueur. Un laxisme de nos autorités donc qui, en sus de l’irresponsabilité de certains chauffeurs, nous ont fait perdre des êtres chers. Les tragédies de Sikilo (le bilan est entre temps passé de 41 à 70 morts), Sakal (19 morts), Ndioum (14 morts), entre autres, sont encore ancrées dans la mémoire collective.

On a beau accuser l’âne qui aurait traversé la route, le vent ou bien la pluie matinale, mais il faut le dire et le répéter : certains conducteurs jouent avec la vie des personnes qu’ils croisent ou transportent à bord. Chez nous, beaucoup de chauffards, insouciants, pensent souvent qu’une cigarette, un verre de café, de thé ou autre breuvage supposé tonifiant peut les aider à vaincre le sommeil et la fatigue. C’est ainsi qu’au volant de leurs guimbardes, ils affrontent sans science ni conscience les dangereuses contraintes qui sillonnent les voyages.

L’autre facteur, toujours lié à l’humain, c’est la vétusté du parc automobile. Si aujourd’hui des carcasses de véhicules sujettes à la direction du vent conduisent encore des hommes, on se demande où est la force publique ? Tout a donc changé depuis l’arrivée massive de ces vieux bus réformés et indésirables sur les routes européennes et qui, en dépit de leur état de délabrement avancé, débarquent au Port de Dakar et sont utilisés au Sénégal pour le transport public de voyageurs.

L’Etat, également dirigé par des humains, a failli dans ses prises de décision. Juin 2017, le ministre des Transports terrestres d’alors, Mansour Elimane Kane, déclarait à force de voix et de conviction : « Dans 6 mois, le permis à points sera effectif au Sénégal ». Pourtant, deux ans plus tôt, en novembre 2014, plus précisément, ce même ministre annonçait avec assurance que le Sénégal allait passer au permis à points à partir de 2015. A la tribune de l’Assemblée nationale, il indiquait, d’ailleurs, qu’« un comité de pilotage a été créé pour la mise en place du permis à points».

Ce fameux permis à points ne sera institué au Sénégal qu’avec l’adoption, début avril 2022, du projet de Loi portant Code de la route. Objectif : réduire « drastiquement » le nombre de conducteurs qui roulent sans respect des règles et le nombre « trop élevé de décès sur les routes », jurait le ministre des Infrastructures et des Transports terrestres, Mansour Faye. Mais toujours rien !

En attendant, l’hécatombe se poursuit et continue d’endeuiller des familles entières. Et nos routes se baignent de sang humain presque quotidiennement et sont jonchées de cadavres d’hommes, de femmes et de bétail sans berger.

Bonne arrivée au Sénégal !


16 Commentaires

  1. Auteur

    En Avril, 2024 (09:58 AM)
    Tout le monde a écrit ou parlé des accidents. La ball est dans la camp de l'état. Il n'y a plus rien à dire. On verra si le nouveau régime aussi subira le lobbying des transporteurs qui règne sur ce secteur stratégique. Les 700 morts par an c'était il y a au moins 5 ans. Actuellement je suis certain que ce nombre dépasse les 1000 morts. Les sapeurs pompiers et le ministère de la santé n'ont qu'à donner les bons chiffres. Dans les semaines qui suivent un accident, il y'a beaucoup de blessés qui meurent et ne sont pas comptés. On préfère fermer les yeux comme d'habitude. 
    Top Banner
  2. Auteur

    Crazy

    En Avril, 2024 (10:50 AM)
    ENVIE DE VOMIR. Cette fin de semaine seulement, un chauffard avec un camion malien a mis en danger ma vie en reculant sans scrupule sur moi malgre le kalxon repetitif parce que lui etait pressé au moment où je cherchais à me positionner pour lui permettre de reculer sans me toucher. Eh ben, je dois vous dire qu'il s'en foutait pas mal. Il m'aurait touché, il y aurait passer le restant de la journée car on aurait attendu la constation de son INSOLENCE ET INDISCIPLINE VRAIMENT VISIBLES. 
    {comment_ads}
    Auteur

    Usman

    En Avril, 2024 (11:46 AM)
    Salam, je pense qu'on aime toujours se mentir, il n' y a point besoin d'être diplômé pour accepter que plus de la moitié de notre parc automobile est obsolète et met en danger la vie des citoyens, les permis sont achetés, les préposés à l'ordre sont les premiers désordonnés, il n' y pas d'organisation de la société civile pour porter plainte au niveau des juridictions, ils préfèrent traiter de politique politicienne... 
    {comment_ads}
    Auteur

    Inspecteur Columbo

    En Avril, 2024 (12:04 PM)
    Je me suis toujours demandé s'il existait un ministère du transport au Sénégal. Et que font la police et la gendarmerie routières ?
    {comment_ads}
    Auteur

    Peage

    En Avril, 2024 (13:06 PM)
    A bord d'une 4×4 de 2016 sur le péage Dakar peu rassuré de l'état de mon véhicule que je trouvais âgée alors que réunissant et disposant de toutes les documents sur la visite technique auxquelles je me suis personnellement soumis sans sollicité aucune complaisance de ce service que j'estime très utiles pour les usagers de route consciencieux. 

    Sur le péage j'étais surpris de voir des véhicules de véhicules" 400 mbar peaugeot" me dépasser à 120 km et des camions frigorifiques au forme difformes entre la cabine et le remorque ,le chauffeur roulais à plus de 120 à travers ma rétroviseurs le voyant s'approcher je me suis rabattu sur la voie lente et mis le" feux de détresse " pour lui faire quoi qu'il doit me dépasser par la voie rapide. 

    Ces chauffeur ne soucis guère de l'état de leur véhicule et que les raisons qui provoque les accidents sont nombreuses, mais les plus courants répertoriés sont : la défaillance humaine, défaillance mécanique, état de la route.

     

    Vivement les annonces de rappelle aux risques potentiels.

    Hélas, est-ce que nos chauffeurs savent lire ?
    Top Banner
    Auteur

    Citoyen

    En Avril, 2024 (13:07 PM)
    il faut voir la surcharge dans les cars rapides et ndiaga ndiaye, aucune lecon n'a ete retenue aprs l'avenement du joola. il faut des mesures fortes.
    {comment_ads}
    Auteur

    En Avril, 2024 (13:27 PM)
    Les responsabilités sont multiples, à mon avis les transporteurs sont les principaux par leur cupidité extrêmes et n'accordent aucun crédit à la vie des passagers. Ils encaissent les versements des chauffeurs qui sont payés avec des broutilles en les demandant de se débrouiller pour les dépannages et autres entretiens. La précarité dans lequel les chauffeurs se trouvent ne peuc être occultée. Le contrôle routier ne sert à rien du tout sinon énervé les passagers, assoir la corruption et quelquefois causer des accidents car des gros porteurs sont souvent immobilisés sur la chaussée par les agents de police ou les gendarmes. Une viste technique qui n'est rigoureuse qu'avel les véhicules particuliers. des permis de conduire distribués comme une offrande. Bref le mal est trop profond. Les nouvelles autorités ont vraiment du travail.
    {comment_ads}
    Auteur

    Doudou

    En Avril, 2024 (13:54 PM)
    Il y'a souvent la responsabilité des chauffeurs mais il faut regarder du côté des autorités, comment peut-on donner la visite technique aux cars rapides aux clandos et beaucoup de véhicules vétustes qui circulent dans ce pays.Ces véhicules doivent partir à  la ccasse dans un pays normal.
    {comment_ads}
    Auteur

    Citoyen

    En Avril, 2024 (16:02 PM)
    Les clients doivent avoir plus de responsabilite, ne plus accepter d'etre transportes comme des moutons. nombre de places , nombre de personnes surtout dans les cars rapides et ndiaga ndiaye
    Top Banner
    Auteur

    En Mai, 2024 (12:04 PM)
    Au Sénégal l'indiscipline est de venue une vertu, ,une valeur traditionnelle!

    C'est trop tard!!!
    {comment_ads}
    Auteur

    Dem Dik

    En Mai, 2024 (13:06 PM)
    Pourquoi l'état ne peut pas gérer le transport à travers DAKAR DEM'DIK
    {comment_ads}
    Auteur

    En Mai, 2024 (13:10 PM)
    Pastef pour accéder au pouvoir a prétendu avoir une solution pour tous ces maux qui gangrènent la société sénégalaise.

    Pour ce cas précis, que nous proposent Sonko et Diomaye?

    Il n'y a jamais eu autant de morts sur nos routes causées par l'indiscipline des chauffeurs !

    .
    {comment_ads}
    • Auteur

      Reply_author

      En Mai, 2024 (14:28 PM)
      Le régime  sortant avait des solutions et prônait des solutions et la continuité  ça pas empêché les accidents et morts.  Le problème est le conducteur les piétons les gens la mentalité  la culture  la discipline les valeurs 
    {comment_ads}
    Auteur

    En Mai, 2024 (15:06 PM)
    SOLUTION, ,vous avez dit SOLUTION???
    Top Banner
    Auteur

    Gordon

    En Mai, 2024 (15:46 PM)
    les transports publics devraient être entre les mains de l’État puisque c’est la sécurité publique ! Les bus et taxis de plus de 20 ans doivent être retirés des routes car ils ne sont pas sûrs. Tous les bus doivent être climatisés. Retirez les bus et les taxis qui fument car ils empoisonnent les gens avec des gaz (il est impossible de respirer). Le transporteur doit obtenir un certificat de conformité et une licence pour fournir des services. L’État doit contrôler strictement les transports publics!
    {comment_ads}
    Auteur

    Mimi

    En Mai, 2024 (16:00 PM)
    C'est la malédiction des accidents de routes, si ces fous automobilistes, ne feront pas attention, à eux ! les passagers sont en dangers, et Seul, Dieu Peut Assurer, La Sécurité, et personne d'autres ! vraiement, la société sénégalaise est devenue, folle !
    {comment_ads}
    Auteur

    Ngoné Latyr

    En Mai, 2024 (16:45 PM)
    Bonsoir,Tout ceci est la conséquence de l'éxode rural massif et incontrôlé avec son convoi d'indiscipline, de saleté, de délinquance et crime. Le secteur du transport a été confié à des gens qui ne connaissent rien au transport et pratiquent la corruption pour arriver à leurs fins. L'Etat doit revoir la délivrance des permis de conduire, le contrôle technique des véhicules, le panneaux de signalisation, l'état des routes, le marquage des sols, le comportement des policiers sur les routes, enlever tous les tombeaux roulants.Merci,
    {comment_ads}

Participer à la Discussion

  • Nous vous prions d'etre courtois.
  • N'envoyez pas de message ayant un ton agressif ou insultant.
  • N'envoyez pas de message inutile.
  • Pas de messages répétitifs, ou de hors sujéts.
  • Attaques personnelles. Vous pouvez critiquer une idée, mais pas d'attaques personnelles SVP. Ceci inclut tout message à contenu diffamatoire, vulgaire, violent, ne respectant pas la vie privée, sexuel ou en violation avec la loi. Ces messages seront supprimés. --
  • Pas de publicité. Ce forum n'est pas un espace publicitaire gratuit.
  • Pas de majuscules. Tout message inscrit entièrement en majuscule sera supprimé.
Auteur: Commentaire : Poster mon commentaire

Repondre á un commentaire...

Auteur Commentaire : Poster ma reponse

ON EN PARLE

Banner 01

Seneweb Radio

  • RFM Radio
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • SUD FM
    Ecoutez le meilleur de la radio
  • Zik-FM
    Ecoutez le meilleur de la radio

Newsletter Subscribe

Get the Latest Posts & Articles in Your Email